Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

élus

  • Les samedis politiques d'AB : Myriam El Khomri

    8046669097_1fe2a9f817_s.jpgNous continuons nos interviews de personnalités politiques, présentes dans nos arrondissements autour de Barbès, dans la perspective des municipales de l'année prochaine. Aujourd'hui rencontre avec Myriam El Khomri que nous avons rencontrée à la mairie du 18e. 

    Nous nous connaissons depuis longtemps, fréquentant les mêmes conseils de quartier, les mêmes réunions du comité de Pilotage Barbès, aussi nos questions ne vont-elles pas vous surprendre.

    Mais d'abord quelques mots de présentation pour nos lecteurs un peu éloignés de Barbès, car nous en avons aussi. Vous êtes élue du 18e arrondissement, et adjointe au maire de Paris chargée de la prévention et de la sécurité, depuis 2008.

    Vous êtes très active dans le comité de pilotage Barbès mais aussi dans le comité de suivi de la ZSP Goutte d'Or – Château rouge auquel notre association a participé lors de sa dernière réunion. Maintes fois, nous vous avons contactée pour des problèmes de ventes illicites de cigarettes, ou pour l'occupation de l'espace public par des marchés sauvages, dans les rues situées autour de la station de métro Barbès-Rochechouart. On ne constate pas une amélioration flagrante et nos adhérents ne manquent pas de nous en faire la remarque. Nous entrons en campagne pour les municipales de 2014, vous allez y prendre toute votre place en tant que porte-parole d'Anne Hidalgo et nous allons suivre de près le projet pour la prochaine mandature.

    • Concernant la sécurité justement, comment voyez-vous l'incidence de la récente réorganisation de la DPP (direction de la prévention et de la protection) au niveau de ces objectifs et du redéploiement des moyens sur la vie des Parisiens ? Pouvez-vous nous en dire quelques mots et aussi ce qu'ils peuvent en obtenir au niveau de leur tranquillité, et de la régression des incivilités par exemple ?

    La réforme engagée en 2012 avait pour but un rééquilibrage vers les quartiers populaires. Il y a eu création de 6 circonscriptions au lieu du découpage ancien avec une équipe VTT dans chacune d'elles. Des secteurs ont été définis comme prioritaires, le Nord avec les 9-18 et le Nord-Est aves les 19-20. Le 10e est couplé avec le 11e et forme la zone Centre.

    On a créé un mouvement des postes administratifs vers des postes de terrain. La NBI  ZUS (nouvelle bonification indiciaire de zone urbaine sensible) qui est attribuée à certains personnels travaillant en zone urbaine sensible permet de fidéliser des agents sur le quartier les plus difficiles.

    Les deux objectifs étaient 1° que les forces de la DPP soient plus accessibles pour les parisiens et plus présentes sur le terrain et 2° qu'elles aient recours à davantage de verbalisation, bien sûr en complémentarité avec la police. Un indice est révélateur : il y a eu autant de PV pour les 6 premiers mois de 2013 que pour toute l'année 2012, dont beaucoup concernent l'insalubrité et les terrasses et étalages. Pour vous donner une idée, depuis le début de la ZSP sur le quartier de la Goutte d'Or, les agents ont dressé 353 PV sur terrasses et étalages (une soixantaine pour le seul mois de mai) et 762 PV pour insalubrité, dont 580 pour épanchement d'urine ! On expérimente aussi les urinoirs de rue, à la demande des habitants.

    3455439914.jpgNous avons marqué une certaine distance avec cette « bonne idée » car certains urinoirs sont situés en plein vent, au beau milieu du passage des piétons, et sont peu propices à provoquer des épanchements, justement... Nous avions écrit sur les premiers apparus à l'été 2010 près de la rotonde de La Villette. 

    Les aménagements de voirie sont importants aussi pour améliorer la situation : par exemple, l'élargissement de l'allée centrale du marché de La Chapelle (sous le viaduc du métro) semble donner satisfaction. Elle permet de limiter l'occupation par les volants (petits marchands sans autorisation) et facilite le passage de la clientèle. Pour info, la sécurisation du marché par les ISVP —inspecteurs de sécurité de la ville de Paris— a déjà demandé 495 heures de présence depuis octobre 2012.) De même, la présence de CRS est dissuasive et a toute sa place dans le dispositif en attendant les groupes renforcés. Nous aurons des policiers fidélisés à partir de janvier 2014 avec un gros effort sur les sorties d'école confiées aux gardiens de la paix (2500 policiers supplémentaires sur le national, en priorité sur les ZSP.) L'arrondissement devrait en bénéficier.

    Les ISVP font aussi respecter les autorisations de terrasses et étalages, ils n'hésitent pas à verbaliser en cas de récidive de certains commerçants : le PV peut être requalifié et atteindre 1500 euros sur décision du tribunal !

    Nous évoquons le haut du Magenta qui sur ce plan n'est pas exemplaire. Myriam El Khomri note qu'une intervention peut être demandée. Elle nous fait remarquer aussi que le magazine A Paris consacre un article ce mois-ci aux inspecteurs de la DPP. 

    • Plusieurs fois nous avons eu des échanges au sujet des adolescents originaires d'Europe de l'Est que nous croisons dans les transports en commun, notamment sur la ligne 2, mais aussi près des distributeurs de billets. Ils sont parfois très insistants voire inquiétants pour les touristes, dont la presse dit que certains, notamment les Asiatiques, commencent à craindre les conditions de sécurité à Paris. Quelles mesures peuvent-elles être prises ? Que comptez-vous faire ? Sachant que souvent ils sont mineurs et qu'ils sont sous l'emprise d'adultes organisés...

    paris,myriam-el-khomri,barbès,zsp,sécurité,vol-à-la-tir,dpp,hamidovicOn dit souvent que ces adolescents sont originaires de Roumanie mais ils viennent aussi de Bosnie et des autres pays de l'Est. L'Etat est compétent sur ces jeunes au titre de la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ) et l'hébergement d'urgence.

    On veut travailler sur 4 axes : le démantèlement des réseaux de traite, une aide à l'enfance adaptée avec protection des mineurs, la recherche des familles, et la création de centres avec un placement transfrontalier quand la famille est au pays.

    Depuis l'automne 2010, cinq réseaux ont été démantelés. Rappelez vous du réseau Fehmi Hamidovic dont la presse s'est fait l'écho en mars à l'occasion de l'ouverture du procès. Quand il est tombé, on a constaté 50% de baisse des vols à la tire ! Il avait des jeunes filles un peu partout dans un réseau ramifié spectaculaire, de l'Italie à l'Espagne. En réalité, je déplore que la traite des enfants semble peu considérée par l'Europe et trop peu sanctionnée pénalement, car Hamidovic avait déjà été jugé et incarcéré en Autriche. Trop peu ! Les réseaux sont extrêmement bien organisés. Ils connaissent parfaitement les dispositifs juridiques européens et s'adaptent rapidement, voire se reforment avec un autre membre de la famille. Une fois qu'on a interpellé les chefs de réseaux, si les jeunes filles sont majeures, elles vont à Madrid où la loi tolère la prostitution. Quant aux mineurs, ils ne restent pas sans « tuteurs » bien longtemps, ils retournent vers leur bourreau ! Dans de rares cas, si l'on réussit à les convaincre de sortir de cette vie de délinquance, ils sont conduits dans des centres éducatifs, des internats, mais ils fuguent très vite. Notre aide à l'enfance est mal adaptée en France pour les enfants victimes de ces réseaux.

    Il faut savoir que la moitié des mineurs incarcérés à Paris sont originaires des pays de l'Est.

    On cherche donc à créer un endroit sécurisé, parallèlement il faut retrouver les familles, puis tenter un retour au pays d'origine. Une autre piste que nous explorons est le placement transfrontalier, c'est à dire à proximité de leur famille d'origine et par conséquent de leur pays d'origine.

    En juin, 20 policiers roumains viennent donner un coup de main à Paris, ce n'est pas la première fois : ils permettent notamment de faciliter l'identification des réseaux.

    Dans le cadre d’une actualisation du Contrat de Sécurité Parisien, le 2 juillet prochain, nous établissons avec le Préfet de Police et le Procureur de la République une fiche action spécifique du Contrat de Sécurité sur ces mineurs victimes de réseaux et autres actes de délinquance 

    • Début juin, le 6 précisément, une opération de police de grande envergure a eu lieu dans la Goutte d'Or, partie sud, la plus proche de Barbès. Nous avons eu des échos divers de la part de nos adhérents. Certains se sont étonnés de la manière, d'autres ont considéré qu'elle s'apparentait plus à une démonstration de force qu'à une opération vraiment efficace. Car la présence de cars de CRS à côté de certains trafics qui se déroulent tout près continue de surprendre. Qu'en pensez-vous ? Quel était le but ? Pouvez-vous donner un premier bilan de cette opération ?

    paris,myriam-el-khomri,barbès,zsp,sécurité,vol-à-la-tir,dpp,hamidovicL'opération du 6 juin s'est faite avec accord du parquet et sur 3 axes : le recel, les cambriolages et le contrôle d'établissements.

    Il a duré une petite heure entre 15h et 16h car il fallait que tout soit terminé avant la sortie des écoles. C'était un engagement très ferme.

    A ce sujet, Myriam El Khomri nous a transmis le courrier du Préfet de police, Bernard Boucault, envoyé à La Ligue des Droits de l'Homme, qui l'avait interpellé. L'association s'était en effet inquiétée du déroulement de cette opération policière. Nous reprenons ici une large partie de ses propos.

    « l'ensemble des personnes contrôlées l'ont été sur la base d'une réquisition du procureur de la République et ont immédiatement disposé de l'ensemble des droits et des possibilités de recours prévus par le législateur.

    Sur le fond, je souhaite vous indiquer que les contrôles réalisés le jeudi 6 juin l'ont été dans un triple objectif.

    En premier lieu, les services de police ont acquis la conviction qu'un certain nombre de cambrioleurs d'habitude, particulièrement actifs sur ce secteur de l'arrondissement, étaient susceptibles de se trouver dans le quartier ce jour-là.

    Le renforcement des opérations de contrôle trouve toute sa place dans le cadre de la mise en oeuvre énergique du plan de lutte contre cette forme de délinquance mis en oeuvre à l'échelle de l'agglomération parisienne.

    En second lieu, cette opération visait à lutter contre un certain nombre de receleurs spécialisés dans la revente immédiate d'objets provenant précisément de cambriolages ou de vols avec violence, ainsi que les constatations policières l'ont établis.

    Enfin, le contrôle simultané de plusieurs établissements, commerces et débits de boissons, qui constitue l'une des priorités des services de la préfecture de police dans le cadre de la ZSP, a constitué le dernier volet de l'opération...

    Deux établissements ont été fermés et deux autres devraient l'être prochainement...

    L'opération a donné lieu à des suites judiciaires, 16 personnes étant placées en garde à vue pour des infractions autres que celles relatives au droit au séjour, notamment pour des faits de recel, de port d'arme prohibé ou en raison de l'existence de fiches de recherche.

    Il est exact que certaines personnes ont vu leur situation administrative contrôlée et ont pu être conduites, en raison d'une infraction à la législation sur le séjour, dans un centre de rétention, d'où elles ont pu faire valoir leurs droits.

    Ces opérations de contrôle, organisées ponctuellement et à bon escient ont vocation à venir en appui du travail de fond des fonctionnaires de police locaux... »

     

    Myriam El Khomri nous a enfin informés de sa visite à Genève, accompagnée notamment du commissaire du 10e, Gilbert Grinstein, pour rencontrer les responsables de Quai 9 (présents lors de la réunion publique sur la Salle de consommation à moindre risque, le 11 juin à la mairie du 10e – voir notre article).


  • Pré-municipales 2014 : situation dans le 9e

    paris,9e,municipales,jacques-bravo,pauline-véron,laurent-chabas,nkm,delphine-burkli,jonathan-sorel,nadia-preteL'actuelle majorité du conseil d'arrondissement dans le 9e, emmenée par Jacques Bravo, son maire, est composée de 11 conseillers dont 8 appartenant au parti socialiste (PS), un à Europe Ecologie Les Verts (EELV), un apparenté communiste et un au Parti Radical de Gauche. L'opposition, quant à elle, est représentée par trois conseillers : deux Union pour un mouvement populaire (UMP) et un centriste.

    Rappelons que le 9e arrondissement envoie 4 conseillers au Conseil de Paris : aujourd’hui 3 conseillers PS et un conseiller UMP. A noter que le 9e n'est pas concerné par les changements de répartition du nombre de conseillers.

    Comment se présentent les élections à ce jour ?

    Au cours de la campagne des élections municipales de 2008, l'actuel maire du 9e a clairement signifié qu'il ne se représenterait pas. Dans une déclaration faite il y a quelques mois déjà il a indiqué que Pauline Véron, sa seconde adjointe, et également conseillère de Paris, a sa préférence pour être tête de liste dans le cadre des municipales de 2014. Par ailleurs, l'actuel premier adjoint, Laurent Chabas, qui n'est pas conseiller de Paris, semble avoir manifesté son souhait pour être en position éligible au Conseil de Paris l'année prochaine. Nul doute que Claire Morel, fortement impliquée dans l'arrondissement, actuellement conseillère de Paris et ancienne candidate à la législature dans la 1ère circonscription de Paris, devrait être, elle aussi, en bonne position sur la liste. Espérons que le Parti Socialiste ne renouvellera pas son coup médiatique comme en 2008 avec la candidature surprise de Philippe Torreton. Pour le reste, on en saura davantage au mois d'octobre quand la section locale du PS se sera déterminée.

    Côté UMP, la rumeur semble compliquer un peu les choses. En effet, certains affirment que Nathalie Kosciusko-Morizet (NKM) candidate désignée lors de la primaire UMP à la mairie de Paris, aurait fait établir des sondages qui lui donneraient de meilleures chances dans le 9e que dans le 12e et le 14e. NKM sera-t-elle candidate dans le 9e ? Si oui, quelle sera la place réservée à Delphine Bürkli, actuelle conseillère de Paris élue dans le 9e et fort présente dans cet arrondissement. Par ailleurs, gageons que l'UMP, très active dans l'arrondissement auprès des conseils de quartiers et des associations, renouvellera en profondeur le liste de ses candidats.

    Les écologistes, quant à eux, ont récemment désigné leurs têtes de liste, à savoir Jonathan Sorel, actuel co-secrétaire du groupe local des écologistes dans le 9e ainsi que Nadia Prête, également co-secrétaire et ancienne conseillère d'arrondissement du 9e dans la mandature 2001-2008.

    Enfin, il est fort probable que le Front National (FN) et le Front de Gauche (FG) aient chacun leur candidat.

    Pour mémoire, l'actuelle majorité a été élue au second tour des municipales de 2008 avec plus de 63% des suffrages et François Hollande, dans l'arrondissement, a fait plus de 54% des voix au second tour de la Présidentielle en 2012. 

  • Les élus de quartier - 2 -

    Nous continuons notre série d'interviews des élus de quartier par le Président du groupe PCF et du Parti de Gauche au Conseil de Paris, Ian Brossat. Il est aussi élu du 18e, et particulièrement sensible aux problèmes de logement. Il a répondu très rapidement à nos questions et a même accepté de boire un verre pour une séance photo. Nous le remercions vivement. (Crédit Photo @FRemongin )


    paris,politique,municipales,ian-brossat,pc,rémi-féraud,smcr

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    - On vous a vu récemment Place de la Bastille, avec beaucoup de monde, fêter le vote de la loi du mariage pour tous. Vous avez milité en sa faveur, on n'y revient pas, mais on est aussi très satisfait de cette avancée de l'égalité des droits pour tous. Toutefois, pendant les mois qui ont conduit à ce vote, on a assisté à des actions et des prises de positions violentes. Et mercredi soir dernier, l'agression mortelle de l'étudiant Clément Méric, pour des raisons d'ordre politique a profondément choqué.

    J'ai été, comme beaucoup, profondément accablé par la mort de Clément. D'abord, parce que j'ai des amis qui ont milité avec lui et me racontaient hier les discussions passionnées qu'ils avaient ensemble. Et puis surtout, il ne faut pas perdre de vue qu'il s'agit d'un crime politique. Il avait 19 ans, il se battait pour ses idées, il avait des convictions et des espoirs plein la tête. Et c'est pour cela qu'il a été tué. C'est pour cette raison justement que ce meurtre appelle une réaction politique. Il faut toujours se rappeler que l'extrême-droite, c'est le sang, c'est la haine. L'extrême-droite ne doit pas être banalisée. Elle doit être combattue pied à pied. 

    - Le droit à se loger est une autre priorité qui vous tient à cœur, surtout se loger correctement à des prix accessibles. Or, dans Paris ce droit a décliné ces dernières années. On est arrivé à une crise du logement comme dans les années 1950. Dans la seconde mandature de Bertrand Delanoë, pourtant, 40 000 logements sociaux ont été construits, qui malgré tout ne suffisent pas.

    Le 18e dont vous êtes un élu atteindra bientôt les 25% de logements sociaux, on approche là d'un seuil qui limite aussi la mixité sociale. Nous connaissons bien la Goutte d'Or où certains coins sont exclusivement constitués de logements sociaux.

    Cette mixité sociale qui vous est chère est souhaitable, mais acquérir des immeubles dans les quartiers du centre ou de l'ouest coûte un maximum... Comment faire ? Ne serait-il pas temps d'associer plus étroitement Paris à ses couronnes de banlieues, d'effacer les frontières définitivement (périphérique, administrations différentes) ?

    Comment voyez-vous la situation dans la prochaine mandature sachant que le foncier est rare et cher à Paris ? Préconiseriez-vous d'autres moyens d'action ?

    Comment se loger ? Pourrons-nous continuer de vivre ici au vu de l’évolution des prix de l’immobilier ? Voilà des questions que se posent aujourd’hui des milliers d’habitants. Et pour cause : en 5 ans, le prix de vente au mètre carré, dans le 18e, a augmenté de 32%. Cette évolution est devenue totalement délirante. Et c’est une majorité d’habitants qui en souffre : ceux qui sont mal logés, ceux qui paient des loyers exorbitants, ceux qui sont propriétaires et voudraient acheter plus grand lorsqu’un enfant naît mais ne peuvent pas le faire parce que les prix sont trop élevés. Tout cela engendre beaucoup de souffrances, beaucoup de colère.

    Je propose de faire de cette question l’enjeu numéro un. Baisser le prix de l’immobilier, ce doit être notre priorité absolue. Pour cela, je préconise deux pistes. D’abord, poursuivre l’effort en faveur du logement social. Il faut tendre vers 30% de logements sociaux à Paris, à horizon 2030. C’est le cas à Amsterdam qui n’est pas un enfer urbain. Mais attention : il faut impérativement veiller à mieux répartir le logement social, notamment dans notre arrondissement. Nous ne le faisons pas suffisamment aujourd’hui. Un exemple : depuis 2008, 2135 logements sociaux ont été créés dans le 18e. Seuls 10% d’entre eux sont situés à Montmartre et presque 50% à la Chapelle ou à la Goutte d’Or. Cela ne peut pas continuer comme ça. L’effort de production de logements sociaux doit être davantage concentré sur l’ouest du 18e.

    Deuxième axe de bataille pour lutter contre la spéculation immobilière : agir sur le parc privé. Il faut faire la chasse aux logements vides en augmentant très sensiblement la  taxe sur les logements vacants. Je propose aussi la mise en place de « loyers plafonds ». Dans chaque quartier, un loyer maximum serait fixé. Un propriétaire qui dépasserait le plafond se mettrait hors-la-loi.

    - Un autre thème que vous abordez fréquemment : les services publics. Vous avez critiqué le souhait du maire de Paris de ne pas accroître le nombre des fonctionnaires de la Ville. Or en période de réduction budgétaire... Mais, par ailleurs, de nombreux équipements municipaux ont été construits depuis 12 ans et leur gestion au quotidien crée des tensions. Que faut-il faire à vos yeux pour en sortir ?

    Vous avez raison. La question des services publics est pour moi essentielle. Le service public, c’est tout ce qu’on a quand on n’est propriétaire de rien. C’est le patrimoine de ceux qui n’ont pas d’autre patrimoine. C’est donc vital, a fortiori en période de crise. Cette question n’est pas séparable d’ailleurs de la question du logement. Quand on fait du logement social, on doit aussi penser aux équipements qu’on installe pour permettre à la population d’avoir accès aux droits fondamentaux. Il faut des écoles, des crèches en nombre suffisant. Malgré l’effort produit depuis 2001, trop de parents se voient refuser l’accès à une place en structure collective pour leur enfant. Évidemment, tout cela a un coût. Je l’assume. Et cela suppose effectivement d’augmenter le nombre de personnels de la Ville de Paris. Pas par dogmatisme. Mais par pragmatisme. Ouvrons les yeux. Depuis 2008, le Maire de Paris a décidé de stabiliser les effectifs de fonctionnaires. Dans le même temps, beaucoup de nouvelles structures publiques ont ouvert. Autrement dit, on fait davantage avec autant de postes. Résultat : la qualité d’accueil du public se dégrade, de même que les conditions de travail des personnels. Si nous voulons sortir de cette spirale, il faut avoir le courage d’assumer de nouvelles embauches. Pour ma part, j’assume. Cela a un coût, évidemment. Et pour financer ces nouvelles dépenses, il faudrait que notre municipalité mène un vrai bras-de-fer avec le gouvernement qui, au nom de l’austérité, baisse les dotations aux collectivités territoriales. L’austérité ou le service public, il faut choisir.

    - Pour se rapprocher de notre quartier, nous aimerions vous interroger sur la culture...  Récemment notre quartier a eu la joie d'assister à l'ouverture du Louxor, qui dresse désormais ses quatre mâts devant le viaduc du métro aérien. Nous avons aussi le centre Barbara à deux pas de là, et en face la bibliothèque de la Goutte d'Or qui vient d'être rouverte, enfin.

    Vous êtes professeur agrégé de Lettres modernes et vous enseignez à Sarcelles. Comment voyez-vous cette offre culturelle dans le quartier ? Est-elle en mesure de faciliter l'accès des jeunes populations à des activités culturelles ou, plutôt, de modifier la sociologie du quartier ? Dans la presse, on a évoqué une gentrification de cette zone dite populaire. Qu'en pensez-vous ?

    Tout le monde devrait se réjouir de l’élargissement de l’offre culturelle. Je suis très heureux du succès considérable rencontré par le Louxor. On comptabilise en moyenne 1000 entrées par jour. C’est énorme. J’étais frappé, lors de l’inauguration, de voir à quel point ce nouvel équipement fait la fierté des habitants de notre quartier.

    Un regret, cependant : alors que les structures municipales (Centre Barbara, Louxor) se portent bien, les espaces culturels indépendants, portés par des associations, sont pour une bonne part en très grande difficulté. C’est leur existence même qui est menacée. Je pense au Lavoir Moderne Parisien ou à l’Echomusée qui se bat pour son existence. La Ville de Paris ne fait pas suffisamment, loin de là, pour le développement de ces structures. Or le développement culturel de notre quartier passe par une complémentarité accrue entre équipements municipaux et structures associatives.

    - Enfin, nous aimerions connaître votre position sur l'expérimentation des salles de consommation à moindre risque. Le maire du 10e a validé le projet mais cherche encore un lieu où l'implanter(1). Les protestations des riverains vont bon train entre la Gare du Nord et l'hôpital Lariboisière. Toutefois, parmi les habitants se trouvent également des personnes favorables. Que pourriez-vous dire aux autres pour les convaincre ?

    Cette installation fait suite à un vote du Conseil de Paris, et Rémi Féraud a effectivement proposé que cette salle ouvre dans le 10e arrondissement. A mes yeux, l’installation de cette salle doit s’inscrire dans un cadre plus large de lutte contre les ravages de la toxicomanie. Il ne faut pas perdre de vue cette dimension-là. Face aux trafics, face à ceux qui s’enrichissent grâce à la drogue, il faut être intraitable. Quant à l’occupation des halls d’immeuble, bien souvent liée aux trafics, je pense qu’elle doit faire l’objet d’un traitement spécifique : évidemment, l’intervention policière, mais aussi l’intervention des habitants eux-mêmes. A Saint-Ouen, dans certains quartiers, pour résister aux dealers, les habitants, les amicales de locataires, aidés par les élus, organisent des rondes régulières pour ne pas laisser le terrain aux trafiquants. C’est une initiative dont nous pourrions nous inspirer ici.

     (1) Depuis notre entrevue avec Ian Brossat, un accord est intervenu entre la Mairie de Paris et la SNCF pour implanter la salle de consommation au 39 bd de La Chapelle. Il s'agit d'un espace accessible par une rampe qui descend du pont situé au-dessus des voies de la gare du Nord. Donc pas de bas d'immeuble comme s'y était engagé Rémi Féraud, le maire du 10e, pour tranquilliser l'opposition des riverains de l'hôpital Lariboisière. 

  • Les élus de quartier - 1 -

    La campagne municipale de 2014 est entrée en scène ces dernières semaines, avec notamment la formule de primaires de l'UMP,  puis le lancement de sa campagne au Bataclan par Anne Hidalgo et les récentes déclarations de candidatures dans les autres partis politiques. 

    Il se trouve que parmi les candidats à la mairie de Paris, certains sont aussi des élus de proximité pour nous. Les deux premiers élus qui ont accepté de répondre à nos questions sont Pierre-Yves Bournazel (UMP) et Ian Brossat (PC), tous deux élus du 18e arrondissement. 

    Nous commencerons par Pierre-Yves Bournazel qui devait affronter hier dès 8 heures du matin les autres candidats UMP dans les urnes électroniques. On a appris que la procédure serait poursuivie jusqu'au 3 juin, 19 heures, pour donner la possibilité aux militants et sympathisants de faire leur choix plus aisément (18 000 inscrits le 30 au soir). Lire l'article du Monde du 31 mai sur le sujet : cliquez ici

    Nous n'avons pas voulu entrer dans la problématique de la compétition interne à l'UMP mais plutôt sonder les idées du jeune élu du 18e par rapport à notre quartier. Voici nos questions et ses réponses. 

    _/_/_/

    paris,municipales,pierre-yves-bournazel,ump,barbès,élections

    (Crédit photo Alain Guizard)


    - Vous vous présentez aux primaires de l'UMP pour les municipales de 2014 à Paris. Les inscriptions à Paris se terminent le 3 juin. Comment interprétez-vous le peu d'engouement des Parisiens pour participer ?

    C'est la première fois que les Parisiens sont sollicités pour choisir un candidat en utilisant cette procédure. J'aurais préféré la formule plus simple du papier. Elle n'a pas été retenue. Je le regrette mais c'est ainsi. Pour ma part, je fais une campagne de proximité à l'écoute des habitants et porteur d'un projet concret et chiffré. 18 000 ou 20 000 votants, c'est toujours mieux que la cooptation.

    Vous  êtes aussi élu du 18e arrondissement et à ce titre, nous souhaitions vous interroger sur les mesures que vous préconiseriez si le choix des Parisiens se portait sur votre nom. Dans plusieurs domaines locaux : 

    - Tout récemment (le 22 mai), les buralistes se sont réunis devant la station de métro pour protester contre les ventes à la sauvette de cigarettes de contrebande et de contrefaçon. Comment jugez-vous leur manifestation ? Ne s'inscrit-elle pas dans la défense d'intérêts économiques privés (baisse des ventes constatées de 7% en Ile de France) plutôt que dans l'intérêt collectif de santé publique ? Le tabac nuit gravement à la santé....

    La lutte contre ce trafic est indispensable. J'ai à plusieurs reprises alerté les différents services pour qu'une action vigoureuse et sans relâche soit menée contre ce fléau. Je suis intervenu au conseil d'arrondissement et au conseil de Paris.  Je rappelle en outre que certains revendeurs sont victimes de réseaux qui gagnent des fortunes en les exploitant et en vendant des produits contrefaits ou détournés. Je souhaite par ailleurs favoriser de nouvelles activités dans le quartier pour dissuader ce trafic. La police nationale, quant à elle, a le devoir de remonter les filières et de démanteler les mafias. 

    - Ces ventes de cigarettes qui continuent jettent une ombre sur le dispositif ZSP, mis en place depuis octobre 2012, qui a pour objectif de faire cesser ces pratiques illégales, parmi d'autres. Que pensez-vous de l'action de la police et des partenaires qui collaborent à la ZSP ? Voyez-vous des points à améliorer, d'autres à abandonner ? 

    Je n'ai aucune critique à formuler contre les services et les agents qui font ce qu'ils peuvent avec les moyens à leur disposition. Ils obéissent à des directives et exécutent les ordres reçus. 

    En revanche cette ZSP repousse surtout les problèmes sur les quartiers voisins. C'est la raison pour laquelle on parle de quelques améliorations. Mais la délinquance s'est simplement déplacée. Les problèmes structurels (proxénétisme, drogue, vente illégale…) restent toujours aussi fréquents. En fait la solution est de repenser entièrement la politique de la ville en termes économiques, de commerce de proximité diversifié, de logements favorisant la diversité sociale. Je souhaite créer une police municipale à pied et à vélo 7 jours sur 7, 24 heures sur 24 à Paris en charge de la répression de la délinquance générale. À la police nationale de remonter les filières d'exploitation.

    - Barbès, c'est aussi l'ouverture récente du cinéma Le Louxor. Puis, bientôt, la création d'une brasserie en lieu et place des magasins Vano. Comment accueillez-vous ces modifications du carrefour ? Vont-elles changer l'environnement à vos yeux ?

    La rénovation du Louxor est une vraie réussite. J'ai milité pour ce projet et je suis heureux qu'il ait abouti. Je ne suis pas un homme sectaire. Ce que Monsieur Delanoë a fait de bien, je le garderai.

    L'ouverture d'un établissement de qualité (type brasserie) va améliorer encore l'image du quartier et ses habitants disposeront d'agréables lieux de convivialité pour un mieux vivre ensemble. Je soutiens aussi cette démarche utile pour le quartier.

    - Puisque nous en sommes au commerce : le sort de Virgin préoccupe les élus et les habitants du quartier. Au-delà du chômage qui guette nombre de salariés de Virgin, quel type de commerce pourra s'installer sur le Boulevard Barbès. Soutiendrez-vous l'arrivée d'une enseigne culturelle si elle se présente contre un énième marchand de textiles (prêt-à-porter ou non) ? 

    Vous avez raison de souligner que le sort de Virgin est préoccupant. La perte d'emploi est dramatique et nous avons besoin de commerces culturels. J'espère qu'une solution sera trouvée.

    Toute ouverture d'un établissement nouveau qui créera de l'emploi me convient. Mais à choisir je préfère un établissement à vocation culturelle qui puisse valoriser encore le quartier. Maire de Paris, je renforcerai la protection de ce quartier dans le Plan Local d'Urbanisme pour favoriser les commerces de bouche diversifiés et les commerces "culturels".

    Barbès doit être un quartier attractif, dans lequel les habitants sont fiers et heureux de vivre. Un quartier accueillant pour chacun.