Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

musique - Page 4

  • Les rencontres de la Goutte d'or

    Eloignons-nous de tout ce que nous avons entendu ces derniers temps à propos de la Goutte d'or ! Intéressons-nous à ce qui s'y passe en réalité.

    Quatre acteurs majeurs du quartier - le centre Fleury Goutte d'or Barbara, la salle Saint Bruno, la bibliothèque Goutte d'or et l'Institut des Cultures d'Islam.

    Et voici tout un programme musical baptisé Magic Barbès au centre Barbara - voilà le programme

    paris,goutte-d-or,musique,conférence,débats

     

  • Un nouveau musée dans le 9e

    paris,musique,phonogalerie,phonomuseaum

    Un nouveau musée a ouvert ses portes récemment près de chez nous ! Il s'agit du PHONO Museum situé au 53 boulevard de Rochechouart, juste devant La Cigale, à deux pas de Barbès.

    Au milieu du XIXe siècle, on a fixé les images avec des photos. Même si la chose était assez nouvelle, elle ne constituait pas une révolution culturelle puisque depuis toujours les dessins et les peintures ont fixé ce que nous voyons. Mais le son ? Ce que nous entendons ? Si les portraits de Louis XIV ou de Mozart voire les fresques préhistoriques sont bien parvenus jusqu'à nous, qu'en était-il des voix, des sons ? Aucun son jamais n'avait été enregistré jusqu'à la révolution technologique de la fin du XIXe siècle. C'est cette aventure du son enregistré que présente ce nouveau musée, toutes les évolutions technologiques du cylindre au fichier numérique en passant par les 78 tours et les disques vinyles.

    Le magazine Le Point y a consacré un article très complet avec vidéos qui vous présente le musée "La voix de son maître".

    TF1 lui a aussi consacré un reportage :

     

    Le musée organise aussi des concerts les premiers dimanches de chaque mois. Le 1er février, il nous propose un concert de musique savante du Proche Orient sous le titre "Hommage à la musique d'Alep". Deux musiciens jouent en alternance oud (genre de luth) et percussion.

    paris,musique,phonogalerie,phonomuseaum

    Cliquer sur la photo pour l'agrandir

    Info pratiques:

    53 boulevard de Rochechouart - 75009 Paris

    Métro : Pigalle ou Anvers

    Visite libre en individuel du jeudi au dimanche de 14h à 18h - prix 5€

    Visite guidée en groupe sur réservation à phonoplanete@gmail.com (minimum 5 personnes maximum 20) - 10€/personne

    Page Facebook : PHONO Museum Paris - La grande aventure du son enregistré

    Et pour le plaisir, une dernière vidéo qui fait bien comprendre les difficultés des débuts :

     

  • A propos d'Adolphe Sax

    Il se passe toujours un événement culturel dans le 9e. Tant de personnalités ont habité ce quartier traditionnellement tourné vers les arts que les commémorations sont nombreuses et toujours propices à faire venir presse et amateurs de ce genre de cérémonies.

    Récemment la nouvelle maire de cet arrondissement, Delphine Bürkli, a inauguré une plaque en mémoire d'Adolphe Sax. (voir le tweet du 22 novembre dernier ci-dessous) Où ? 50 rue Saint-Georges.

     

    Cliquez sur l'image pour voir ce Tweet via Twitter

     

    Sa manufacture d'instruments de musique, des saxophones, employa jusqu'à 200 personnes, souligne Le Parisien. Le génial inventeur déménagea beaucoup également. C'est ce que nous écrit une des auteures du guide de l'ex-quartier du 9e Trudaine Rochechouart récemment rebaptisé Anvers - Montholon et paru en 2007 dans le cadre des activités des conseils de quartier, Trudaine Rochechouart dans tous ses éclats. On peut lire dans ce guide qu'Adlophe Sax avait ses ateliers rue Lallier, au 6 précisément (voir page 110 de ce guide). Alors qui se trompe ?

    "Personne ne se trompe, tout simplement parce que Sax a vécu et travaillé au cours de sa vie parisienne à plusieurs endroits entre les 9e et 10e arrondissements nous dit cette rédactrice. Dans la mesure où il s'est implanté également au 6 rue Lallier, et que notre guide Trudaine/Rochechouart s'arrête quasiment à cet endroit, il était judicieux d'effleurer Sax et Berlioz. Sax s'est installé également au 26 rue de Rocroy, au 39 rue de Dunkerque, puis au 56 rue Laffitte, au 11 rue Viollet Le Duc... pour finir rue Frochot"*.

    Et voilà un petit texte pour dire que c'est ce cher Berlioz qui, consacrant à Sax un article élogieux dans le Journal des Débats en 1842, l'incite à se fixer à Paris l'’année suivante, rue Neuve-Saint-Georges. 

     

    "Le Saxophon, ainsi appelé du nom de l’inventeur est un instrument de cuivre assez semblable à l’ophicléïde par sa forme, et armé de dix-neuf clefs. Il se joue non pas avec une embouchure, comme les autres instrumens de cuivre, mais avec un bec semblable à celui de la clarinette-basse. Le Saxophon serait ainsi le chef d’une nouvelle famille, celle des instrumens de cuivre à anche. Son étendue est de trois octaves, en partant du si bémol grave au-dessous des portées (clef de fa) ; son doigté est à peu près le même que celui de la flûte ou de la deuxième partie de la clarinette. Quant à la sonorité, elle est de telle nature que je ne connais pas un instrument grave actuellement en usage qui puisse, sous ce rapport, lui être comparé. C’est plein, moelleux, vibrant, d’une force énorme, et susceptible d’être adouci. C’est fort supérieur, à mon sens, aux notes graves des ophicléïdes pour la justesse, pour la fixité du son dont le caractère d’ailleurs est tout à fait neuf et ne ressemble à aucun des timbres qu’on entend dans l’orchestre actuel, si ce n’est un peu à celui du mi et du fa grave de la clarinette-basse. Grâce à l’anche dont il est pourvu, le Saxophon peut enfler et diminuer le son ; il produit, dans le haut, des notes d’une vibration pénétrante qui pourraient même être heureusement appliquées à l’expression mélodique. Sans doute il ne sera jamais propre aux traits rapides, aux arpéges compliqués ; mais les instrumens graves ne sont point destinés aux évolutions légères ; il faut donc au lieu de s’en plaindre, se réjouir de l’impossibilité où l’on sera d’abuser du Saxophon et de détruire son majestueux caractère en lui donnant des futilités musicales à exécuter. 

    Les compositeurs devront beaucoup à M. Sax, quand ses nouveaux instrumens seront devenus d’un usage général. Qu’il persévère ; les encouragemens des amis de l’art ne lui manqueront pas".

     

    Nota : pas de coquilles dans cette citation, mais l'usage d'alors voulait qu'on écrivit instrument et encouragement sans T, comme on peut le vérifier dans le Manuel de l'orthographiste... de 1833. Voir ci-dessous
     

    o-o-o-o-o-o-o-o-o-o

     * source : Adolphe Sax : 1814-1894 : sa vie, son oeuvre et ses instruments de musique ; 284 pages ; éditions de l'Université de Bruxelles, 1980

     

  • Festival de chorales dans le 10e

    Dix jours de chanson dans le 10e à partir d'aujourd'hui, avec le Festival "10 de Choeurs". Un grand rendez-vous pour les amateurs de chant choral.

    Ce sera l'occasion de rencontrer chefs, chanteurs et chanteuses. Des lieux très divers ont été choisis: églises, chapelles, salle des fêtes de la mairie du 10e, scène du canal de l'espace Jemmapes, auditorium du Conservatoire.

    festival,musique,chorales,10-de-choeurs

    C'est ce que propose l'association CRL10 (programme détaillé en cliquant sur le lien).

  • Studio 360° va s’installer à la Goutte d’Or

    Sudio 360.JPGAu coin des rues Léon et Myrha se trouve aujourd’hui un petit espace que les habitants se sont appropriés pour en faire un jeu de boules. Il y avait là, dans le temps, un café restaurant et même une mercerie. Il nous reste en mémoire la photo du petit immeuble avant sa démolition avec Monsieur Chat de Thomas Vuile, qui dominait alors la situation. (voir ici sur notre blog en 2011).

    L’endroit, à un pâté de maisons du square Léon et à quelques courtes encablures de l’église Saint Bernard, est au cœur de la Goutte d’Or. La parcelle ne fait l’objet d’aucune recommandation particulière dans le Plan Local d’Urbanisme (PLU) de la ville de Paris, si ce n’est une "incitation a la mixité habitat-emploi".

    Chargée de l'aménagement de tout ce quartier et particulièrement de l'éradication de l'habitat insalubre, depuis presque 20 ans, la Semavip s'est vu confiée le sort de la parcelle début 2011 et la mise en place d'un appel d'offre afin de désigner  un "groupement  d'opérateurs gestionnaires chargé de concevoir, réaliser et gérer un centre culturel privé". N’ayant reçu qu’une proposition solide — deux autres mal abouties ne sont pas vraiment entrées en compétition —, c’est celle-ci-qui a été adoptée par la SEMAVIP et qui a fait l’objet d’une présentation mardi 19 novembre au centre Barbara. Action Barbès y assistait.

    Lire la suite

  • Le programme des concerts de Notre Dame de Lorette

    Mardis Musicaux

    Notre-Dame-de-Lorette

    paris,9e,culture,musique,concerts,orgue,notre-dame-de-lorette

    A l’église Notre-Dame-de-Lorette chaque mardi de 13h15 à 13h45, en dehors des vacances scolaires, un ou une organiste interprète le programme de son choix. Cette pause musicale est ouverte à tous. Une présentation permet de restituer les œuvres et les compositeurs dans leur contexte historique et religieux.


    Mardi 12 novembre 2013

    Marie-José Robert, orgue ; Murielle Chevalier, chant.

    Musiques baroques des XVIIe et XVIIIe siècles.

    Œuvres de Jean-François Dandrieu, Dietrich Buxtehude, Giulio Caccini, Domenico Zipoli.

     

    Mardi 19 novembre 2013

    Alexandre Lobanov, Murielle Chevalier, chant.

    Oeuvres de Jean-Jacques Beauvarlet-Charpentier, Magnificat; César Franck,extraits de l'Organiste.

     

    Mardi 26 novembre 2013

    Valentine Perrain, violoncelle.

    Johann-Sebastian Bach, Deuxième Suite pour Violoncelle Solo.

     

    Mardi 3 décembre 2013

    Béatrice Boyer, orgue.

    Œuvres de Louis Couperin, Claude Balbastre, Théodore Dubois, Domenico Zipoli,

    Marcel Dupré, Josef von Rheinberger,J. Montber.

     

    Mardi 10 décembre 2013

    Pierre-Yves Le Strat, orgue.

    Œuvres de Louis Vierne, Dietrich Buxtehude, Valéry Aubertin.

     

    Mardi 17 décembre 2013

    Mathilde et Marie Solin, orgue.

    
Noëls populaires.

  • Concert a cappella ce soir dans la salle Rossini

    image?resource_type=searchasso_image&id=5247Le Choeur François Vercken, sous la direction de Hélène Courtois, offre un concert à tous ses amis mélomanes ce soir à la mairie du 9e arrondissement (6,rue Drouot), dans la salle Rossini, à 20 h 30 :

     

    La nature et les saisons


    Au programme :  Clément Janequin (1485-1558), Guillaume Costeley (1530-1606), Felix Mendelssohn (1809-1847), Camlille Saint-Saëns (1835-1921), Anton Dvorak (1841-1904), Claude Debussy (1862-1918), Francis Poulenc (1899-1963)...


    L'entrée est gratuite, dans la limite des places disponibles.

  • La Petite Istanbul en fête samedi prochain

    acort_la_petite_istanbul_en_fete_20_avril_2013_2.jpg?w=645&h=910

     

    Pour toute information complémentaire : 

    L’Assemblée Citoyenne des Originaires de Turquie – l’ACORT 
    Tél. : 01 42 01 12 60
    acort@acort.org

  • Paris en chansons, même de loin

    Une proposition pour vous, surtout si vous êtes loin et que la nostalgie de Panam vous saisit… oui, oui, ça arrive aux meilleurs !

    Branchez votre ordinateur sur ce lien (www.chansons.paris.fr)  paris-en-chansons

    Un petit widget s’enregistre automatiquement pour vous permettre d’entendre Deezer avec lequel la Mairie s’est associée pour cette diffusion originale.

    Le site vous propose une carte de Paris grâce à un patchwork d’affiches anciennes et de photos. Mon clic sur le 9e a fait apparaître alors une autre carte avec un choix large de chansons filtrées par arrondissement, décennie et interprète : de quoi trouver la chanson qui est la vôtre et qui va combler votre manque… de Paris !

    « La banlieue était leur vrai domaine….
    Ils buvaient aussi dans les guinguettes….
    ce vin blanc qui fait tourner les têtes…  
    Ce doux refrain de nos faubourgs parle si gentiment d’amour…. »
    Ca vous parle peut-être ??

    Je n’ai pas tout compris aux indications sur l’utilisation interactive du site, tel qu’il est expliqué. Il m’a paru plus simple de laisser glisser le curseur sur les points bleus de la carte et de cliquer dessus quand la chanson proposée me tente. A vous de jouer ! et d’écouter.

    220px-Adrien_Barrère44.jpgUne curiosité par Mayol datant de 1916 : Ell’ prend l’boulevard Magenta. "Elle" ne va pas monter jusqu’à Barbès, mais les aventures du monsieur restent d’actualité dans bien des rues encore aujourd'hui. Malheureusement...

    Ell’ prend l’boulevard Magenta Jusqu’au coin de la rue La Fayette….
    Elle suit la rue La Fayette jusqu’au coin de la rue de la rue Chauchat…
    Elle enfile la rue Chauchat et devant le 23 elle s’arrête…

    Bravo pour ces recherches de vieilles chansons, et de plus récentes, souvent moins connues, comme Place Clichy par Julien Clerc ou Faubourg Saint-Martin par Montand.

    PS : Peut-être faudra-t-il que vous vous inscriviez sur Deezer, pour écouter les morceaux choisis. Faites le, c’est sans risque et l’écoute est gratuite. Y compris les autres fichiers du site qui n’ont rien à voir avec la Mairie de Paris.

    Lien deezer : http://www.deezer.com/fr/features/

    Aimerez-vous Barbès de F.F.F. ? Pas sûr... c'est funky.
      Nouveau pélerinage, amis touristes, visitez mon village 
      Barbès me monte à la tête, Barbès me monte à la tête

    Ou encore une trace de la réputation décidément bien ancrée du quartier dans ces quelques rimes du Gars de Rochechouart, chantées par Annie Fratellini : 

    il est né dans un quartier tocard
    mal famé près d'Barbès Rochechouart
    ses parents etaient pas bien méchants
    mais z'avaient pas d'argent

  • Le Choeur Vercken au lycée Jacques-Decour

    pairs,cheour-Vercken,lycée-jacques-decour,musique,

    La chapelle du Lycée Jacques-Decour accueillera une nouvelle fois le choeur François Vercken le mardi 3 avril, à 20h30.

    Pour ceux qui ne connaissent pas encore le lieu, sachez que l'entrée se fait par l'avenue Trudaine au 12, que l'on contourne la cour d'honneur qui mérite un regard appuyé - car on ne la soupçonne pas aussi jolie, aussi élégante de l'extérieur - puis, tout au bout des arcades, on débouche sur une seconde cour, nettement plus stricte, limitée par la façade de la Chapelle. A dire vrai, chapelle et théâtre font façade commune, l'un étant au rez de chaussée et l'autre au premier étage.

    Pour tout savoir sur le programme, cliquez ici

    image.jpg