Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

virgin

  • Virgin Barbès devient Joseph Gibert de Barbès

    Et pourquoi pas à Barbès ? 

    Gibert Jeune et Gibert Joseph sont déjà sortis du quartier latin dans le passé.

    GIBERT%2BJEUNE%2B-%2BLibrairie%2B%25C2%25ABGrands%2BBoulevards%25C2%25BBGilbert Jeune n'est-il pas déjà dans le 3e, au 15 boulevard Saint-Denis, dans un immeuble de plusieurs étages où il arrive qu'on se perde un peu dans le parcours avant d'arriver aux livres scolaires d'occasion tant il est sinueux.

    Et Gibert Joseph est installé au 21 Rue Marie-Andrée Lagroua Weil-Halle, dans le 13e, tout près de l'université Paris Diderot. 

    Mais Joseph Gibert n'est pas Gibert Jeune ! Le plus jeune des deux frères, Régis, avait conservé la librairie historique ouverte par son père en 1886 boulevard Saint-Michel, et dirigée conjointement avec son frère pendant presque quinze ans. Puis, Joseph, le fils aîné créait sa propre affaire en 1929 au 30 boulevard Saint-Michel. 

    C'est sans doute une aventure risquée de s'implanter dans le 18e après les déboires de Virgin, mais la présence de nombreux équipements municipaux destinés à l'hébergement des étudiants, celle des annexes de la Sorbonne et de Paris Diderot, enfin l'ouverture prochaine de l'université Condorcet sont des circonstances favorables. Le "père Gibert" avait bien profité, lui, de l'école rendue gratuite et obligatoire par Jules Ferry... 

    paris,barbès,gibert,virgin,librairie

    Gibert Joseph dispose aussi d'un site web http://www.gibertjoseph.com qui, d'après les spécialistes économistes, aurait cruellement fait défaut à l'activité de Virgin, qui n'avait pas misé assez sur le développement de la vente en ligne. 

    Alors, pourquoi pas à Barbès ! Ca, c'est justement ce qu'on entendait sur France Bleue, repris par Métro, la semaine dernière et par Livre Hebdo il y a quelques jours. Contrairement à ce que nous avions lu, il semble que Rougié & Plé ne soit pas associé. Ce spécialiste de la fourniture des métiers d'art avait répondu, avec quelques autres, à l'appel à candidature lancé par la Mairie de Paris, qui avait exigé que le propriétaire des locaux Paris Habitat choisisse une enseigne culturelle. Les informations sont donc réjouissantes, et d'après celles venues directement de la mairie, nous devions pourvoir choisir nos cadeaux de Noël, au moins les livres et les agendas, chez Gibert plutôt que chez Amazon.com dès le mois de décembre. Attendons toutefois le communiqué de presse promis par la Ville.

  • Des nouvelles de Virgin boulevard Barbès (18e)

    Comme le Parisien hier et aujourd'hui et Télérama cette semaine, nous avons reçu l'information selon laquelle les disquaires s'installaient dans les vastes locaux laissés vacants par Virgin après les problèmes financiers dont la presse nous avait largement informés.

    Emballés par l'idée d'une implantation culturelle plutôt que par l'ouverture d'une énième enseigne de prêt-à-porter, nous nous sommes rapprochés immédiatement de notre élue référente en matière de commerce dans le secteur. 

    Pour mémoire :

    - On apprend le prochain dépôt de bilan de Virgin Champs-Elysées le 7 janvier 2013 en CE extraordinaire (dans L'Entreprise-Express

    Après une longue descente aux enfers, résumée ici dans un article des Echos de juin:

    • Début 2012: La direction annonce la fermeture des magasins de Metz et de Toulouse, après Saint-Denis, Mérignac et le Carrousel du Louvre (Paris).
    • 24 mai: Départ du président du directoire de Virgin Megastore, Jean-Louis Raynard, remplacé par Christine Mondollot.
    • 28 juin: Annonce d'un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE).
    • 19 décembre: Projet de résiliation amiable du bail du magasin des Champs-Elysées.
    • 7 janvier 2013: La direction annonce la cessation de paiements de l'entreprise.
    • 9 janvier: Dépôt de bilan.

    On a parfois l'impression que le Virgin de Barbès a fait partie des dommages collatéraux. Il n'en est rien. Le coût des loyers pour les locaux des Champs-Elysées mis en avant pour expliquer les problèmes financiers de l'enseigne n'est pas la seule cause du marasme. Les autres enseignes de vente physique de musique et accessoires sont dans la même galère (FNAC entre autres, que Kering, ex-PPR, cherche à vendre depuis quelques années et a finalement décidé de mettre en bourse). On peut résumer  leur perte de chiffre d'affaires par un virage manqué dans le numérique.

    - Virgin a bradé ses stocks en mai (voir l'article du Nouvel Obs) dans un quasi pillage traumatisant pour les salariés.

    Les dernières informations : 

    Premier message du 15 octobre par Afaf Gabelotaud, Adjointe au Maire du 18°, en charge du commerce, de l'artisanat et du développement économique.

    "Nous avons lancé un appel à projet mené par Paris Habitat, le bailleur du local Virgin, afin de trouver un candidat à vocation culturel. Nous avons reçu des offres, nous devons poursuivre les consultations et rendre un avis assez rapidement, j'espère que nos efforts ainsi que la négociation permettrons d'installer très vite une belle enseigne dans le champ culturel et grand public. A noël on pourra s'y rendre et faire des cadeaux intelligents...normalement..."

    Second message de Mme Gabelotaud, le même jour, suite à notre enthousiasme :

    "Cette initiative est ponctuelle et dans le cadre du MaMA uniquement jusqu'à samedi soir, on a trouvé l'idée sympa et symbolique mais non ce n'est pas cela à terme, on en rediscutera lorsque nous aurons rencontré tous les candidats (il y a plusieurs porteurs de projets culture et quelques porteurs hors culture, nous avons donc le choix et de belles candidatures, c'est tout ce que je peux vous dire pour l'heure...patience)"

    Nous nous sommes donc résolus à suivre ces conseils de patience et à vous faire part de ces réponses officielles. En attendant la suite...

    lagardere_virgin_barbes.jpg

    Une des dernières photos du Virgin Barbès encore occupé par ses salariés. Empruntée au site de Rue89. A lire l'ensemble de l'article avec de nombreux témoignages.

  • Virgin Barbès, une belle aventure qui se termine

    On pouvait lire dans Le Monde du 17 mai :

    La société d'arts créatifs Rougier et Plé, principal candidat à la reprise des magasins Virgin Megastore, en redressement judiciaire, a retiré son offre.

    Vendredi 17 mai, l'intersyndicale (CFTC, CFE-CGC, CGT, FO et SUD) a indiqué dans un communiqué que "Rougier et Plé ne présentera pas d'offre de reprise pour Virgin, laissant sur le carreau les onze magasins sur lesquels il s'était positionné", soit 285 salariés sur les 960 employés par Virgin Megastore.

    "VIRGIN EST MORT"


    Nous ne savons plus si le magasin du boulevard Barbès faisait partie des onze magasins sélectionnés par Rougier & Plé, mais maintenant cela ne fait plus aucune différence. Il n'y a plus de repreneur de la licence : ils étaient les seuls à vouloir conserver l'activité telle qu'elle était, mais ils n'ont pas pu faire aboutir la négociation avec les propriétaires bailleurs des murs. Ils abandonnent. C'est le 23 mai que le tribunal de commerce devait examiner les offres alternatives, puis deux semaines plus tard, rendre sa décision. Il a donné un peu plus de temps aux éventuels repreneurs, mais ce nouveau délai est-il de nature à améliorer la situation ?


    Lors des réaménagements des boulevards autour du carrefour Barbès, au début des années 2000, les habitants avaient accueilli avec plaisir l'annonce de l'implantation de cette enseigne de biens culturels — pas uniquement d'ailleurs — elle signifiait que sa direction misait sur la reconquête d'un quartier jusque là majoritairement marqué par les boutiques de téléphones mobiles, repoussant dans les rues adjacentes les bazars traditionnels. Avaient suivi La Grande Récré, puis sur le boulevard de Rochechouart, Célio, et Darty, un peu plus loin. Des supermarchés aussi se sont implantés çà et là, avec une allure plus élégante (Franprix, Monop', Carrefour City ou Market), le tout tendant à modifier à la marge l'image de notre quartier. Vano a brûlé, exit les ventes discount, même Tati a rentré petit à petit ses bacs débordant de textiles divers. 


    La fermeture de Virgin a été évoqué par Daniel Vaillant, maire du 18e, en avril au cours du Comité de pilotage Barbès. Il était inquiet de la prochaine disparition de l'enseigne, mais espérait pouvoir peser sur la décision du propriétaire bailleur de l'immeuble situé à l'angle du bd Barbès et de la rue Christiani, un nom connu de tous dans le 18e : Paris Habitat. "On ne pourra pas aider les salariés de Virgin, mais on sera vigilant au type de commerce qui va s'installer là" avait-il déclaré. Le risque est sans doute que le groupe Vivarte (regroupement de plusieurs enseignes de chaussures et prêt à porter) ne jette son dévolu sur ce coin de rue prestigieux. Levez la tête et regardez la qualité du bâti, si vous trouvez ce qualificatif trop pompeux...  

  • 7e COPIL Barbès : le commerce

    Poursuivons l'examen des informations transmises lors du comité de pilotage Barbès du 11 avril dernier. (Lire les articles précédents ici et )

    Daniel Vaillant, le maire du 18e arrondissement, a confirmé les échanges fructueux avec le propriétaire de la parcelle située à l'angle des boulevards Barbès et de La Chapelle. Ce vieux monsieur, issu lui-même d'une famille auvergnate qui a prospéré dans les cafés parisiens, s'est engagé à reconstruire l'édifice détruit par un incendie en juin 2011, via l'indemnisation liée au sinistre, et à trouver un aménageur qui proposerait un établissement de qualité. Il semble que ce soit chose faite, et que la brasserie ouvre d'ici à la fin de l'année. Après démolition en début d'année, on peut maintenant observer les nouveaux murs, au moins le premier étage, derrière les palissades. 

    Nous avons lu dans la presse un article signalant la présence d'un café ouvert par les Frères Moussié, les futurs repreneurs à Barbès, qui nous semble de bon augure. A lire ici : Au comptoir du Parisien. (Le Parisien du 28 avril 2013)

    Une nouvelle moins souriante a été également confirmée : les difficultés de Virgin, non seulement sur les Champs Elysées, mais aussi boulevard Barbès. On avait espéré un temps que la fermeture du Virgin Megastore était largement due à la flambée les loyers sur la célèbre avenue (on a lu 6 millions d'euros de loyer par an pour le magasin Virgin). Mais le mal était plus profond, et bientôt une dizaine de magasins de Virgin ont été menacés de fermeture. Le dépôt de bilan a eu lieu début janvier 2013, suivi d'un redressement judiciaire décidé par le Tribunal de commerce de Paris avec une période d'observation de 4 mois, qui arrive à son terme. Des repreneurs se sont proposés, dont Rougier & Plé. Lire l'article du Parisien qui brosse le tableau des onze années de Virgin à Barbès. 

    Nous avons appris que les locaux occupés par Virgin Barbès sont la propriété d'un bailleur social, Paris Habitat, et qu'à ce titre, la ville pourra sans doute intervenir favorablement auprès dudit bailleur si le tribunal accorde du crédit à un repreneur. Daniel Vaillant a déclaré qu'il resterait très vigilant car Barbès n'a pas besoin d'un soldeur supplémentaire... Attendons le 23 mai prochain, date à laquelle le tribunal de commerce doit rendre sa décision après examen des offres. 

    Sur le 10e, le sujet commerce a été également évoqué : de façon moins dramatique mais tellement récurrente que Rémi Féraud a très fermement demandé à la DPP de verbaliser les commerçants dont les étals débordent sur l'espace piétons, dans le haut du boulevard de Magenta. Plusieurs fois, ils ont été avertis de leurs droits à occuper le trottoir et des limites à respecter. Malgré cela, ils contraignent les piétons à se déporter sur les pieds d'arbres, ou sur la piste cyclable. 

    Notre association a regretté que le périmètre de Vital-Quartier suive trop aveuglément les limites de l'arrondissement — en l'occurence du 10e dans le faubourg Poissonnière — laissant tout loisir aux entreprises de vente de vêtements de cérémonies de "coloniser le milieu", à savoir tous les locaux du faubourg situés entre la rue du Delta et la jonction avec Magenta, à l'exception du transporteur au 185 et du coiffeur au 183bis. A contrario, nous nous sommes félicités du rachat de plusieurs murs de boutique dans la rue de Dunkerque, dont ceux de la librairie NordEst. La Sémaest qui pilote ces opérations, s'est dotée d'une filiale foncière en coopération avec la Caisse des dépôts et consignations, qui permettra plus de liberté dans d'éventuelles acquisitions de cet ordre.

    viewmultimediadocument?multimediadocument-id=86275&role=2

    On voit clairement sur la carte ci-dessus le triangle de Vital Quartier
    "Entre les deux gares" situé au sud du bd de La Chapelle.