Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

film

  • Violences faites aux femmes : mobilisation des mairies des 10e et 18e

    Dans le cadre de la journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, la mairie du 18e propose cette année projections, débats, exposition, échanges et informations. Ce sera du 24 novembre au 9 décembre.

    Attention plusieurs sites seront investis pour l'occasion : la mairie bien sûr mais aussi le Louxor ou encore l’auberge de jeunesse Pajol.

    Le harcèlement, sujet que nous avons plusieurs fois évoqué dans l'actualité barbésienne, sera illustré par l'excellent film Les femmes du bus 678 réalisé par Mohamed Diab.

    violence, femmes, 18ème

    Si vous êtes intéressé, n'oubliez pas de vous inscrire. Pour le programme complet et les inscriptions, c'est ici.

    Comme dans le 18e, c'est dans le cadre de la journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes que la mairie du 10e propose une exposition photographique de Catherine Cabrol intitulée "Blessures de femmes" du 25 au 28 novembre.

    paris,violences-faites-aux-femmes,prévention,projection,film,les-femmes-du-bus-678,mohamed-diab

    Cliquer sur la photo pour télécharger le flyer

    Vous pouvez assister au vernissage de l'exposition le 25 novembre à 19h en présence de Rémi Féraud, maire du 10e, d'Olga Trostiansky chargée de l'égalité femmes / hommes et de la photographe.

  • La Cour de Babel est au Louxor

    LA+COUR+DE+BABEL.JPGVoici une courte annonce que nous relayons pour le Louxor — devenu votre cinéma de quartier, nous n'en doutons pas — en effet, le film de Julie Bertucelli est actuellement à l'affiche depuis le 12 mars et dans 153 cinémas, à en croire le site d'Allociné... Or, ce jeudi 20 mars, à la séance de 20h15, vous aurez le plaisir de rencontrer Mme Cervoni, l’enseignante de la classe d’accueil du collège de La Grange Aux Belles, 10e, filmée dans ce beau documentaire de Julie Bertuccelli « La Cour de Babel ». A ne pas rater donc.

  • Ce soir à l'IMA : débat et projection du film "le silence du fleuve"

    Dans le cadre des Jeudis de l'Institut du Monde Arabe  et à l’occasion de la parution de la bande dessinée Octobre Noir (éditions Adlibris), l’IMA organise une soirée constituée d’un débat puis de la projection du film de Mehdi Lallaoui : Le Silence du fleuve

    salle du haut conseil - 18h30

    Institut du Monde Arabe

    img_nl_jeudima_oct61_0.jpgOCTOBRE 61 POUR MÉMOIRE

    Au cours des mois précédant la manifestation du 17 octobre 1961, 22 policiers sont tombés en France métropolitaine sous les balles des commandos du FLN (Front de Libération Nationale). A la demande des syndicats de police, un couvre-feu concernant les travailleurs algériens est alors instauré par le préfet de police de Paris Maurice Papon.
    Pour protester contre ce couvre-feu discriminatoire, la Fédération de France du FLN appelle les Algériens de la région parisienne à manifester pacifiquement, avec femmes et enfants, le 17 octobre, à 20h30, sur les Champs-Élysées.
    Le général de Gaulle, président de la République, donne carte blanche à Maurice Papon pour interdire et disperser la manifestation perçue comme une pression sur les négociateurs français et indépendantistes algériens qui traitent, à Evian, du futur statut de l’Algérie. Les forces de l'ordre affrontent les manifestants et en arrêtent de nombreux qu’elles embarquent en différents lieux … On ne sait toujours pas aujourd’hui le nombre des morts. On compte entre 100 et 200 disparus et 2300 blessés suite à cette manifestation.

    Avec : Didier Daeninck, écrivain ; Mako (Lionel Makowski), illustrateur de bandes dessinées ; Benjamin Stora, historien et universitaire ; Mehdi Lallaoui, réalisateur et écrivain ; Samia Messaoudi, militante associative et fondatrice de l’association « Au Nom de la Mémoire » ; Jean Daniel, écrivain et journaliste ; Aïssa Dérrouaz, responsable des éditions AdLibris ; M’hamed Kaki, responsable associatif.

    Voir également sur le site de Mediapart, en clair, le film et en association avec Au nom de la mémoire, des textes d'écrivains réunis dans le livre 17 octobre, 17 écrivains se souviennent.

  • Jazz color à la Goutte d'Or

    jammin.jpgUn rendez vous à ne pas manquer pour une plongée dans l'histoire du jazz !

    Voyage sonore et projection de film, soirée animée par Claude Louis

    à l'espace culturel SARAABA,

    19 rue de la Goutte d'Or, dans le 18e,
    ce soir, à partir de 20 heures.


    Entrée libre et conso obligatoire.

  • Film et pique-nique au square Juliette-Dodu

    Nous ne résistons pas au plaisir de vous transmettre une invitation de l'association Ensemble nous sommes le 10e pour ce soir même, vendredi 17 juin, à partir de 20 heures, dans le square Juliette-Dodu. Venez avec votre panier de pique-nique, un peu plus que votre propre consommation, et vous pourrez ainsi partager avec les autres pique-niqueurs. C'est le même principe que dans les repas de quartier. Sauf qu'ici, vous avez en prime une projection de film. Quel film ? Un film d'animation qui réjouira tous les âges.

     Mary et Max est un film du réalisateur australien Adam Elliot, sorti en 2009.

    19157079.jpgL'amitié entre une petite fille grassouillette de 8 ans et un homme de 44 ans, obèse, atteint de la maladie d'Asperger. Tous deux vivent respectivement à Melbourne et New York.

    Le site d'Allociné propose une interview* du réalisateur qui donne des détails sur sa conception du cinéma, comme moyen de distraction, certes, mais il exprime sa volonté de ne pas faire perdre une heure et demie aux spectateurs qui lui font un don de temps et d'argent en venant voir son oeuvre. Il souhaite faire rire ou pleurer les spectateurs, tout comme il tente de leur enseigner quelque chose. Ici il s'agit d'un vieil homme touché par la maladie d'Asperger. C'est tragi-comique. Tout en tendresse et en subtilité. Comme le dit l'auteur, l'animation, ce n'est pas que Disney, Pixar, ou Dreamworks, des images jolies et colorées, des personnages sortis de nulle part, lui, souhaite leur donner de l'épaisseur, les raccrocher à la réalité.

    * Désolée pour la pub infernale sur le site d'Allociné, on ne peut plus y couper... Pour les habitués qui ne reculent davant rien, trouvez ci-dessous la bande annonce du film, primé à Annecy, entre autres.