Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bar

  • The Walrus : 34ter rue de Dunkerque

    paris,rue-de-dunkerque,the-Walrus
    Photo : Lise Thély-Muller

    Vous n'avez pas pu passer devant cette nouvelle boutique de la rue de Dunkerque sans que votre regard ne soit attiré par le damier du bar... N'est-ce pas ? Vous passez l'air de rien, sans intention particulière et soudain... Qu'est-ce que c'est que ce drôle de truc noir et blanc qui fuit et s'enfonce vers l'intérieur du magasin ? Bar... comptoir... mais oui, on aperçoit déjà le col des deux robinets de la bière pression.

    Entrons !

    paris,rue-de-dunkerque,the-Walrus

    Le cadre est original. Singulier. Deux cabines rouge pétant hébergent chacune un petit écran et une paire d'écouteurs qui nous rappellent les dispositifs permettant d'apprécier les derniers vinyles sortis, très en vogue chez les disquaires d'antan : une époque un peu désuète d'avant la MP3 !

    paris,rue-de-dunkerque,the-Walrus
    Photos : Thomas Bobrowski / Julie David

    Devant le bar, des tables qui invitent à consommer, mais pas que... car la boutique est profonde — 100 m2 — et des présentoirs longent les murs, bondés de 33 tours, et même de CD... Julie, c'est le nom de l'hôtesse, nous dit qu'il y a environ entre 5000 et 7000 références. Pas mal.

    paris,rue-de-dunkerque,the-Walrus
    Photos : Thomas Bobrowski / Julie David

    — Quel genre de musique ?

    — Pop, Rock indépendant, post rock, Psyché Rock, Krautrock. Country/Folk/Blues. Musiques expérimentales, électroniques et avant-gardistes. Une offre à la fois pointue et « grand public ».
    — Ah, oui, quand même....

    On boit un coup alors ?

    Un regard sur la carte : On se désaltère avec une sélection de softs décalés et alternatifs, Club mate 5€, Fritz Kola 4€50, Apfleschorle 4€50, Limo’ artisanale Myrtille ou Figue 3€30…

    On trinque (avec modération of course !) à la Grolsch (3€ le demi, 5€ la pinte) ou à la Brooklin Ipa (4,50€ le demi, 8€ la pinte). Mais aussi du vin, whisky, vodka… etc.

    Julie nous explique qu'elle veut offrir davantage que des supports de musique et des rafraîchissements; elle veut développer un concept de plus grande convivialité, celui-là même qui manque quand on choisit tout seul devant son écran telle musique ou tel concert enregistré. Les clients demandent de nouveau à vivre une expérience d'achat avec un interlocuteur attentif à leur souhait, à leur quête, car ici on a aussi affaire à des amateurs. L'ambiance est renforcée par de l'événementiel régulier et varié, showcases, conférences et rencontres artistes, mais aussi des invités en dehors de la sphère musical qui pourront montrer leurs créations.

    Il ne nous reste plus qu'à vous donner les jours d'ouverture et les horaires :

     Mardi-jeudi : 9h - 21h

    Vendredi : 9h - 22h

    Samedi : 10h - 22h

    Dimanche : 14h - 19h

     

    PS : The Walrus est bien sûr un clin d'oeil à la chanson des Beatles de 1967. Voir et entendre ici une version enregistrée à Berlin en 2002 par Oasis. Nous, on aime bien. Et là la tentative d'explication sur l'écriture de ce drôle texte sur le Morse par John Lennon. 

     

  • Le Tout-Monde hier au soir

    Nous avions bien noté la brève parue dans le 18e du mois — voir ci-dessous — mais sans avoir testé, nous ne voulions donc pas en parler. Maintenant c'est fait !

    1512094_478928225560518_873035295_o.jpg

    "MOF" vous parle de la genèse, nous vous parlons des lieux une fois visités.  

    Lors de l'inauguration (il y a un peu plus d'une semaine) il y avait tellement de monde que la chronique aurait été difficile et faite de clichés largement trop éculés, du style « immense succès » « clientèle débordant du petit local récemment réaménagé avec goût » «le patron bien connu dans le quartier était félicité par tous » etc, etc. Il n'empêche que tout cela est vrai. Mais une deuxième visite s'imposait pour vérifier primo le succès, secundo la présence du « patron », tertio la qualité du service, entre autres.

    Hier soir, malgré une petite pluie fine, le pavé luisant, les habitants pressés, tout ce qui donne à la Goutte d'Or un vague aspect des arrière-cours londoniennes, nous y voilà. 4, rue Affre : petite rue en deux parties coupées par l'esplanade de l'église Saint-Bernard. Le bistrot est situé dans la partie sud, la plus proche de la rue de la Goutte d'Or. Le Tout-Monde s'est installé il y a une semaine dans un ancien café restaurant, le Xango, malheureusement fermé depuis le 31 mars 2013, comme on l'apprend sur leur page Facebook, pour des raisons que nous ne connaissons pas en détail. Nous nous souvenons en revanche que, certains soirs, une grande marmite occupait l'une des tables et qu' on y distribuait des bolées de couscous gratuitement... le quartier était déjà au rendez-vous. La musique aussi. 

    Pour ceux qui connaissaient le Xango, disons que le local n'a pas beaucoup changé. Certes, il n'a pas été possible de pousser les murs, mais les tables étant assez serrées, comme dans tout troquet parisien, on doit bien pouvoir y loger une trentaine de convives assis et une vingtaine entre le zinc et deux tables rondes avec tabourets hauts. Le serveur s'agite et ne sait plus où donner de la tête. Il traduit le menu en anglais à un client accoudé au bar, il plie en quatre un carton pour caler un pied de notre table, et pose à côté de nous deux assiettes des excellentes rillettes que lui confectionne son boucher du marché d'Aligre ! "Ah, ces rillettes ! je les adore, moi, qui suis pourtant de la Sarthe !" On a adoré aussi. De même que les filets de harengs avec ses pommes de terre tièdes.

    La carte est sommaire, en dehors des entrées et des grignotages, le choix est limité au confit de canard et au bourguignon, mais les produits sont de qualité. Chacun peut y trouver son bonheur. Et puis, "on débute" dira plusieurs fois le serveur, "il y a encore mille choses auxquelles nous devons penser !" 

    Hier soir, mardi donc, pas un jour de sortie traditionnelle.... la salle du Tout-Monde était bien pleine : à notre droite une table d'anglophones, à notre gauche des habitantes du quartier, avec lesquelles nous n'avons pas tardé à discuter avec animation. Michel, alias Don Doudine, est venu voir comment tournait son affaire. Souriant derrière ses lunettes rondes, il serre des mains, embrasse les uns et les unes... On imagine qu'il se réjouit du succès de l'aventure.

    Une bonne soirée à deux pas de chez soi.