Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Marché Barbès : une situation qui n'est plus tolérable !

Cf. Article dans Le Parisien : " Le marché de Barbès est devenu « ingérable » "

 

Rappelez-vous. On s'était un peu fâché début novembre devant l'absence de réponse de la mairie du 18e au sujet de la placette Charbonnière et surtout du marché Barbès. Voir ici notre article du 3 novembre 2015 (et dans les commentaires la réponse du maire Eric Lejoindre). Nous l'avions ensuite rencontré en présence de Rémi Féraud, maire du 10e, pour échanger sur ces problématiques.

Afaf Gabelotaud, adjointe chargée du commerce dans le 18e, s'était engagée à nous recevoir. Ce fut chose faite le 22 janvier dernier. Au fil de l'entretien, nous avons compris pourquoi ce rendez-vous avait tant tardé. Et le dépit de l'élue face à une gestion déficiente et manifestement opaque était perceptible.

Retour sur 2015  

Dans le cadre du projet de Promenade Urbaine (PU), il nous paraissait évident qu'une réflexion devait être menée sur le marché. Pourquoi ? Parce que le marché dysfonctionne et nous le répétons depuis des années dans le blog et à chaque réunion quand l'occasion s'en présente : l'état sanitaire n'est pas satisfaisant ; l'état de l'espace voué au marché n'est pas propre à l'arrivée des marchands, déchets, dépôts variés, odeurs d'urine, etc. ; il n'est pas propre non plus après le marché et le passage des agents de la Propreté de Paris (DPE), palettes et cageots restant sur le sol voire dans les rues adjacentes ; présence de marchés illicites lors du marché, aux abords, autour de la station, dans les rues adjacentes, et après le marché au gré des mouvements de la police ; salissures nombreuses après le départ de ces marchés illicites ; pas de verbalisation des marchands qui ne respectent pas le règlement ; stationnement des camions sur les trottoirs avec dommages aux séparateurs des pistes cyclables ; entrave au cheminement piéton ; livraisons nocturnes non permises ; stationnement anarchique des clients en voiture, en 2e file, non verbalisé ; débords de certains stands ne respectant pas les limites du marché ; etc, etc.... Oui, la liste est longue !

20160203_004853 - Version 2.jpg
Promenade sous le viaduc entre les palettes de fruits et légumes autour de minuit

Jusque là, les réunions d'échange avec l'Atelier parisien d'urbanisme (Apur) et la Direction de la Voirie et des Déplacements (DVD) n'avaient intéressé que le tronçon compris entre la rue de Tombouctou et la station Stalingrad. Le tronçon précédent... compliqué, nous disait-on.

A notre demande, l'association avait été reçue à la Direction de la Prévention et de la Protection (DPP) à l'hôtel de ville, en présence de deux responsables de la Direction du développement économique, de l'emploi et de l'enseignement supérieur (DDEEES) en juillet de l'année dernière. Nous souhaitions notamment une réduction du nombre de stands pour éviter les camions sur le trottoir le long de l'hôpital, une gestion moins anarchique de l'ensemble, pour faire court. Nous apprenions alors qu'un nouveau cahier des charges venait d'être rédigé dans le cadre d'un appel d'offre pour la désignation de nouveaux délégataires (dont on nous disait en passant qu'ils ne se bousculaient pas pour postuler). On en prenait pour 4 ans, le temps de la délégation ! Autant dire que notre idée d'espace convivial au centre du marché, un aménagement proposé dans le cadre du budget participatif 2015, ne pouvait être mis en place ! Pas même discuté ou analysé...

On nous confirmait aussi qu'il n'y avait quasiment aucune verbalisation des commerçants malgré les nombreuses infractions à la législation. Sans parler des ventes à la sauvette dans l'allée centrale gérée tant bien que mal par des agents de la DPP (aux dires des clients du marché, plutôt mal que bien). Heureusement, ce jour-là, c'était l'été, il y avait un beau soleil...

Ces informations n'avaient pas fait l'objet d'un article à l'époque. Nous attendions d'en savoir un peu plus et espérions naïvement que la situation évoluerait dans le bon sens.

Le point sur la situation actuelle   

Côté entretien du lieu, nous n'avons pas manqué de signaler les palettes qui trainent régulièrement après le marché, et parfois dans les rues avoisinantes, les bannes en plastique que l'on retrouve adossées à l'un ou l'autre des piliers du métro. Pourtant de la responsabilité du gestionnaire... Ou non ? Ce sont bien ses services qui les mettent en place les veilles de marché et les reprennent ensuite.

Toutefois, la discussion a surtout porté sur la complexité de fonctionnement de ces marchés et plus particulièrement de celui-ci.

Le nouveau cahier des charges a été établi peu après les élections municipales. Dans ce cadre, les mairies d'arrondissement sont consultées mais la décision est prise par les services de l'Hôtel de Ville. Pourquoi cette fois une communication si difficile ? Pendant huit mois, le poste de la Direction des marchés n'a pas été pourvu ! Forcément, communiquer devenait mission impossible. On peut déplorer aussi que les services n'optent pas pour davantage de concertation en amont avec notamment les conseils de quartier ou associations, a minima, pour recueillir des informations qui pourraient s'avérer précieuses. Démocratie participative ignorée ? Elle existe pourtant, nous l'avons rencontrée lors de nos réunions avec l'Apur. Alors, est-ce une question de Services ? Oui chez les uns, et non chez les autres ? Ce serait donc plutôt une question de personnes....

Que fait le nouveau gestionnaire ? — nous apprenons que l'ancien (le groupe Dadoun) a été reconduit... Étonnement. C'est lui qui est chargé de recruter les placiers — ici aussi le même que précédemment est reconduit... Stupéfaction — et sa mission s'étend au choix des commerçants. A ce stade, nous n'avons plus beaucoup d'illusions sur une évolution positive. Le processus est celui-ci : le gestionnaire gère et verse une redevance à la Ville qui ne garde que l'abonnement et le désabonnement des commerçants sans les avoir choisis. En clair, la Ville donne le macaron : elle valide un choix fait par un autre, sans maitriser aucun critère de sélection.

On comprend bien que les dysfonctionnements résultent d'une mauvaise gestion. Volontaire ou pas. On peut s'interroger.

20160203_005642_2.jpg
Des palettes fraîchement déchargées derrière des bannes du marché destinées à couvrir les stands...

 

Il règne sur ces marchés une forme d'opacité, situation probablement pas unique dans la capitale, et peut-être même ailleurs qu'à Paris. On apprend au cours de la conversation que le placier reçoit un smic comme salaire. Peut-on raisonnablement penser qu'un placier, qui doit être là dès 5h du matin jusqu'au moins 14h30, dans des conditions parfois difficiles, accepte d'être payé au smic ? Pourtant, beaucoup sont là depuis de nombreuses années. Là encore, on s'interroge.

Des questions légitimes 

Plus la rencontre se prolonge, plus nous apprenons de détails sur l'organisation du marché, et plus le nombre de questions qui nous viennent à l'esprit s'accroit :

Pourquoi est-il impossible de verbaliser les commerçants qui n'appliquent pas la législation malgré les signalements du délégataire ?

Pourquoi est-il impossible de réduire le nombre de stands ?

Pourquoi certains camions non autorisés — car trop gros tonnage — continuent-ils allègrement à être tolérés ?

Pourquoi les camions qui stationnent sur le trottoir et la piste cyclable ne font-ils pas l'objet de procès verbaux ?

Pourquoi des caristes répartissent-ils en toute tranquillité un nombre important de palettes déchargées de camions de plus de 20 tonnes en pleine nuit (23h30 – 1h du matin environ), prenant les bannes des stands pour occulter et protéger la marchandise d'éventuels vols (de leur propre aveu) ?

Pourquoi la ville a-t-elle laissé la situation se dégrader ainsi à Barbès ???

20160203_005332.jpg

Les transpalettes fonctionnent en toute tranquillité.

 

Chacun se fera son idée. Mais personne ne nous empêchera de penser que le marché est source de pratiques pas très orthodoxes.

Prochaine étape : une réunion avec Action Barbès, les élus concernés, la DDEEES, la Police et le délégataire annoncée par Afaf Gabelotaud.

Cependant, comme il apparait que les décisions appartiennent à l'Hôtel de Ville, nous avons demandé un rendez-vous à Olivia Polski à qui nous avions déjà envoyé nos observations l'an dernier. Pas de réponse à ce jour malgré notre relance.

Le marché Barbès intéresse-t-il l'Hôtel de Ville ? Sera-t-il vraiment possible de voir le projet de promenade urbaine aboutir si le tronçon Barbès-Tombouctou n'est pas sérieusement traité ? Y aurait-il quelque part un blocage qui expliquerait le silence persistant de l’Hôtel de Ville sur le sujet ?
 

Commentaires

  • Des questions d'autant plus légitimes que plusieurs parisiens se sont exprimés dans le cadre du budget participatif sur le devenir du sous-viaduc de la ligne 2.
    A noter par exemple, une proposition d'y aménager des halles pour accueillir un marché plus propre, plus sécurisé et plus encadré :
    https://budgetparticipatif.paris.fr/bp/jsp/site/Portal.jsp?page=idee&campagne=C&idee=117

    Proposition qui figure dans le top-10 des plus appréciées par les parisiens (sur plus de 3000 idées déposées) et qui a même fait l'objet d'un article la semaine dernière par Le Parisien :
    http://www.leparisien.fr/espace-premium/paris-75/des-halles-couvertes-sous-le-metro-aerien-barbes-19-02-2016-5558917.php

    Alors puisque nous semblons être nombreux à ressentir ce ras-le-bol, que pouvons-nous faire, nous habitants du quartier, pour revendiquer notre insatisfaction vis-à-vis de la situation actuelle, exprimer nos souhaits pour améliorer ce quartier et soutenir votre démarche (concernant cet article sur le marché, ou plus largement sur le projet de promenade urbaine) ?
    Faut-il lancer une pétition ?
    Ou faut-il se résoudre à déménager et abandonner ce quartier, comme le font nos élus?

  • Excellente préfiguration de ce qui se passera à l'ouverture de la salle de shoot MAIS cette fois-ci avec votre soutien ! Vous devriez y réfléchir......

  • J'abonde dans le sens du message ci-dessus : notre rue Ambroise Paré et tout le quartier est impacté par ce que vous décrivez très justement dans votre article... comme par l'insécurité et l'insalubrité.

    "Pourquoi la ville a-t-elle laissé la situation se dégrader ainsi à Barbès ???", vous étonnez-vous... seulement pour le marché ?

    Je me permets de reprendre votre surprise pour ce qui est du trafic continu de médicaments contre lequel rien n'est prévu quand ouvrira (peut-être) la salle de consommation à moindre risque.
    Pour en avoir discuté avec les toxicomanes ces jours-ci encore, eux-mêmes nous disent clairement que le trafic y sera encore plus abondant - "évidemment".

    Mais tout à fait d'accord avec vous sur l'état intolérable autour du marché... aussi.
    Bonne semaine à vous, malgré tout.

  • Plusieurs commentaires également à la suite du post Facebook de cet article :

    https://www.facebook.com/LesAmisDActionBarbes/posts/970585836330635

  • Aujourd'hui, à 15h20, nous avons reçu ce tweet de la Mairie du 18e, nous annonçant l'organisation d'un RV prochainement :

    https://twitter.com/mairie18paris/status/702498321953394690

  • Suite à cet article, Le Parisien est revenu sur ces débordements du marché alimentaire Barbès, à la Une de son édition de Paris du vendredi 4 mars :

    http://actionbarbes.blogspirit.com/archive/2016/03/04/dans-le-parisien-le-marche-ingerable-de-barbes-3067882.html

    https://www.facebook.com/LesAmisDActionBarbes/posts/977081139014438

    https://twitter.com/ActionBarbes/status/705761142048739328

Les commentaires sont fermés.