Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Entre Barbès et Chapelle

Certains ont chanté il y a bien longtemps « Entre Pigalle et Blanche » et nous, nous parcourons l'espace entre Barbès et Chapelle ! Moins chaud du point de vue des distractions nocturnes, mais néanmoins plein de surprises. Plus ou moins bonnes.

Prenons dans l'ordre :

20151023_165204_2.jpg

20151023_165336_2.jpg

. Nous avons regretté la détérioration du séparateur en granit sensé protéger la piste cyclable du boulevard de la Chapelle, le long de l'hôpital. Regretté et même fait part de nos regrets par écrit aux élus du 10e et du 18e, puisque c'est la Voirie du 18e qui est compétente sur ce tronçon. Or si les morceaux de granit sont toujours près du distributeur de seringues stériles, on s'aperçoit que sur plus de 20 mètres le séparateur a carrément disparu. Longue bande couverte de macadam tout neuf. Conclusion, les camions du marché auront tout loisir de se garer sur le trottoir ou à cheval sur la piste sans gêne. Une abdication de la Voirie ?

20151023_165527_2.jpg

. Rue de Maubeuge les autocars de tourisme ont vu le nombre des stationnements qui leur sont réservés augmenter de manière significative cet été. Dans le même temps bien sûr ce sont les riverains qui ont perdu des places de stationnement, et ne sont pas contents. Conclusion, venez en nombre, occupez l'espace public de façon massive et ostentatoire et vous aurez gain de cause. Ou plutôt quelques places de plus. Mais pas assez bien sûr pour ne pas occuper des deux côtés du pont Saint-Ange. Là encore un stationnement totalement illicite. Au niveau de la Ville, nous n'avons pas vu de mesures qui tendent à enrayer ce phénomène.

20151023_170126_2.jpg

. Arrivés square Jessaint nous constatons que des travaux sont en cours : confirmation sur un petit panneau accroché à une grille. Nous sommes attentifs aux informations en provenance de la mairie du 18e, et malgré cela si une information a été dispensée, elle nous a échappé. La concertation, elle, a été  inexistante. Nous avons vu que les plates bandes ont été débarrassées de tous les végétaux et la terre fraîchement retournée. Les troncs des arbres jeunes sont protégés contre des coups maladroits de l'engin de terrassement présent sur les lieux. Plus de détails quand nous en aurons appris plus sur le but de ces travaux.

20151023_170132_2.jpg

. Nous savons par des vidéos vues sur le net que des rats pullulent dans ce square et qu'à plusieurs reprises le Smash, qui nous avait confirmé leur présence, l'a fait fermer pour tenter différentes solutions afin de les éliminer. On a accusé la présence des migrants et les restes d'alimentation quand ils consommaient sur place leurs repas. Les migrants sont partis depuis juin mais des personnes à la sensibilité excessive continuent à nourrir les pigeons sur la passerelle entre le boulevard et la rue de Jessaint. Les quantités de pain, de riz, de semoule, de pommes... stagnent là et constituent des aliments de choix pour les rats. Que faire ?

20151023_170245_2.jpg

. De retour sur le terre-plein, nous croisons l'armoire électrique face au centre Barbara, et à notre grand regret nous la retrouvons béante, montrant ses entrailles électriques à tous les passants. C'est un point qui titille notre curiosité. Pourquoi malgré les réparations, le renforcement de la serrure (dont nous avons parlé ici même), ses portes sont toujours ouvertes ? Qui peut avoir intérêt à les ouvrir ? Ou qui ne fait pas son travail en ne les fermant pas après utilisation ? Mystère.

20151023_170835_2.jpg

. Sous le viaduc les toiles et les tréteaux du marché attendent les commerçants du samedi matin. Rien à signaler, sinon des odeurs d'urine à chaque pilier.... Nous souhaitons qu'une vraie réunion entre les acteurs locaux et les responsables municipaux de la gestion des marchés ait lieu, sous la présidence des élus. Nous le réclamons depuis six mois au moins, et rien ne bouge. On nous dira bientôt que les délégations de service public ont été reconduites et qu'il est difficile de trouver des sociétés qui veuillent s'en charger. Ce n'est pas faute d'avoir proposer des projets, des modifications, des solutions, à travers l'opération des budgets participatifs au printemps. Toujours retoqués sur  avis consultatif de tel ou tel service de la ville qui pourtant n'est pas là pour avoir une voix prédominante. Où se situe l'élu dans ce cas face au technicien ? Ne se rend-il pas un peu trop rapidement aux raisons d'un certain immobilisme... 
 
 

Commentaires

  • Merci pour votre investissement et vos efforts pour améliorer ce quartier, qui se dégrade de jour en jour et qui est vraiment la honte de Paris, à seulement quelques encablures de la réputée butte Montmartre et de la première gare d'Europe...

    Et pour compléter ce triste tableau, vous auriez pu également poursuivre votre promenade sous le viaduc par la "pittoresque" placette Charbonnière en fin d'après-midi, à l'heure où chaque jour des dizaines d'individus envahissent littéralement le quartier pour mener leurs trafics sans être inquiétés le moins du monde (ou très rarement)...

  • @Frypounet : oui, l'auteur de l'article aurait pu.... il connaît bien la placette... Quant à faire des photos sur place entre 18h et 20h, je vous laisse le faire pour nous, car je doute que ce soit du goût de tout le monde...
    On vous promet un article sur la placette bientôt.
    Tout n'est pas triste, néanmoins, les travaux dans le square de Jessaint, s'ils n'ont pas été très "médiatisés" sont quand même une bonne chose, et un investissement pour redonner de l'éclat à ce jardinet, très charmant au demeurant; et nécessaire au quartier.

  • Ces lieux sous le métro sont une chance, un espace "libre" où l'on pourrait mettre en place de nombreux projets : associatifs, sportifs, de création, de boutiques, de circulations "vélos"/piétons, de verdure (dans des quartiers qui en ont bien besoin)...

  • Totalement d'accord avec Fabien: bien sûr qu'il faut de l'activité commerciale, industrielle (fablab...), intellectuelle (architecte, éducation informatique en ligne y compris par le privé..), agricole (verdure, jardins partagés...).

    Tant qu'on ne comprendra pas que ce dont souffre notre quartier c'est d'un chômage endémique, ce qui entraine une très grande pauvreté, vous aurez beau faire passer 3000 camions poubelles, 2000 policiers, rien ne changera. Les gens veulent s'émanciper en travaillant, ce n'est pas sale. Cela est souvent intéressant et ils peuvent en être fier.

    Il faut d'abord créer de la richesse avant de la redistribuer. C'est ce que demandent les habitants, et non des discours idéologiques (de droite comme de gauche) des hommes politiques qui mériteraient d'anticiper le futur plutôt que de faire peur en regardant dans le rétroviseur.

Les commentaires sont fermés.