Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vivre à Paris

paris,plu,commerce-de-proximité,logementDepuis plusieurs années, Paris est la ville la plus visitée au monde ! Objet d'une polémique au cours des dernières élections municipales, cette information est confirmée par le rapport publié par l'Office de tourisme de Paris : près de 30  millions de visiteurs à Paris intra-muros en 2013. Il est clair que cette affluence a un impact sur la vie quotidienne des Parisiens. Pour ceux qui aiment les chiffres, cela représente en moyenne 82 000 visiteurs par jour soit 3,5% de la population qui est d'environ 2,3 millions d'habitants. C'est considérable. Nos arrondissements et principalement le 9e et le 18e sont touchés par ce phénomène avec les Grands Magasins et Montmartre par exemple, mais aussi le 10e où se trouvent les deux gares Nord et Est. L'économie de la ville s'en ressent. A certains égards, l'impact est positif, pas de doutes, mais cette formidable quantité de visiteurs a aussi des effets pervers sur la vie des Parisiens (pour plus d'informations, se reporter au document Le tourisme à Paris, chiffres clé publié par l'office du tourisme - édition 2014 pour les chiffres 2013)

D'abord sur le logement, .....

.... sur l'immobilier. Dire que se loger à Paris est devenu une vraie galère est une banalité mais aussi hélas, une réalité. Le prix de l'immobilier a atteint des sommets (presque 9000€/m2 dans le 9e, 7500€ dans le 10e et le 18e environ) ce qui ne manque pas d'avoir un impact, évidemment, sur le prix des loyers. Les effets pervers sont de deux ordres.

D'abord, la pierre est vue comme un investissement sérieux dans la période de crise économique et financière que nous connaissons, ce qui fait monter les prix. Ensuite, cette montée des prix fait que certains investisseurs cherchent à maximiser leur investissement non pas en louant sur le long terme leurs biens mais en pratiquant les locations temporaires aux tarifs plus élevés. Ce phénomène s'est considérablement développé dans Paris et dans nos quartiers plus particulièrement. Il suffit de taper locations temporaires sur un moteur de recherche bien connu pour voir le nombre d'agences proposant des services de cet ordre. Autant de logements en moins pour les candidats à vivre à Paris. Notons aussi que cela change grandement la vie au quotidien pour les habitants d'un immeuble. D'habitants stables pouvant avoir liés des relations de bon voisinage voire d'entraide, on passe parfois à des immeubles dans lesquels les résidents "tournent", transformant parfois le hall d'entrée en hall d'hôtel. La Ville de Paris a vu le problème, tout occupée qu'elle est à chercher et créer des logements. Elle a pris des dispositions très contraignantes à ce propos comme l'indique une page dédiée au sujet sur le site paris.fr. Sans compter que ces locations temporaires font concurrence (déloyale ?) aux hôtels, très nombreux dans la capitale.

paris,plu,commerce-de-proximité,logementLe second effet pervers de cette affluence de touristes sur la vie des Parisiens touche aux commerces. Certes les habitudes des consommateurs ont évolué avec le temps. On ne fait plus ses courses aujourd'hui comme on les faisait encore dans les années 60 voire 70. Mais la modification de la nature des commerces est bien sous l'influence du tourisme. Il suffit de se promener à Montmartre pour en être sûr mais beaucoup de rues de nos quartiers n'échappent pas au phénomène comme la rue des Abbesses dans le 18e ou la rue des Martyrs dans le 9e. Combien de commerces de bouche disparus pour laisser la place à ceux qui vendent vêtements, gadgets, souvenirs. Il n'y a guère que les boulangeries qui ont résisté ! Certes, là aussi la mairie de Paris a vu le problème. Des dispositions pour protéger les commerces de proximité sont contenues dans le Plan Local d'Urbanisme (PLU) pour certaines rues. Le nombre de ces rues devrait d'ailleurs augmenter à l'occasion de la révision du PLU en cours (voir notre article du 18 janvier). Certes la mairie de Paris a crée la SEMAEST, société d'économie mixte qui permet de préempter les murs d'un commerce lorsque ceux-ci sont à vendre et mis en place Vital'Quartier. Certes encore la récente loi dite Pinel va permettre à une société d'économie mixte de préempter le bail commercial d'un commerce mais il n'en reste pas moins que les résultats ne sont pas à la hauteur de ce que nous pourrions attendre et que le tissu des commerces de proximité, c'est à dire des commerces de bouche, se défait petit à petit. Pour ceux qui connaissent bien la rue des Martyrs, la chose est évidente. Sans remonter aux années 70 où il y avait encore des petites remorques, des marchands des quatre saisons, dans la rue comme on peut encore le voir rue Lepic, la nature des commerces a profondément changé. Beaucoup de coiffeurs, d'opticiens, de marchands de chocolat ou bien d'alimentation de luxe (saumon, caviar, jambons d'Espagne, ...) tout ce qui ne constitue pas, reconnaissons le, le quotidien de tout le monde. Sans parler des salons de massages qui ont proliférer surtout dans le 9e et le 10e (voir notre article du 20 janvier) et sans oublier la pléthore de petits restaurants souvent pour un repas rapide.

Une vive polémique a lieu en ce moment à propos des projets architecturaux de la Samaritaine dans le 1er et de la tour Triangle dans le 15e. Les défenseurs de ces projets prônent ce qu'ils nomment des gestes architecturaux pour faire en sorte que Paris ne devienne pas une ville musée. C'est là leur principal argument. Mais la ville n'est-elle pas d'abord faite de ses habitants. La vive démographie française fait que Paris a vu le nombre de ses habitants augmenter ces dernières années. Mais à continuer à rendre la vie quotidienne des Parisiens plus difficile par manque de logements accessibles ou de commerces de proximité, c'est ainsi que la capitale deviendra musée.

 

Commentaires

  • Ce que vous dites est vrai, mais ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Je connais dans le haut Montmartre des dizaines d'appartements mis en location (courte durée) sur des sites américains, russes ou chinois ; la transaction se fait en dollars via une société basée à l'étranger, ce qui fait que le fisc français ne peut rien voir, à moins de placer un "agent d'étage" dans chaque immeuble comme dans le Moscou des années soixante !
    Deuxième effet kiss cool de ce qui précède : ces "nouveaux habitants" ne font pas marcher le commerce de proximité, hormis McDo bien sûr...

Les commentaires sont fermés.