Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • les radars en ville : s'ils aident à diminuer le nombre d'accidents...

    Nous essaierons d'écrire "positif" pour ces derniers jours qui nous séparent d'une nouvelle année. Voici aujourd'hui de bonnes statistiques qui concernent la circulation à Paris et plus précisément l'accidentologie.  On pourrait regretter la présence de radars en général. Comme par exemple, sur certaines voies à grandes vitesses, autoroutes notamment, quand ils sont placés juste à quelques centaines de mètres d'un panneau qui limite la vitesse à 110 sans que les motifs soient très évidents. Combien de fois n'est-on pas tombé dans le panneau (et donc l'amende et le retrait de points) pour un 115 ou 120 !

    En ville, cela semble différent, car toutes les voies sont limitées à 50 km/heure. Les radars vont donc plutôt pénaliser les franchissements de feu rouge, ou la circulation en voie de bus. Au niveau de la vitesse, ce sont les automobilistes qui circulent trop vite sur les boulevards périphériques qui sont visés. Notamment la nuit. Et là, on ne peut qu'approuver. 

    Voici les informations que nous avons lues sur les bulletins de la Préfecture de Police. De bonne source, donc !

    Sur les 11 premiers mois de l’année 2012, tous les indicateurs de l’accidentologie routière s’améliorent à Paris :

    • 13 vies épargnées (34 tués fin novembre contre 48 l’an dernier à la même époque) ;
    • 192 accidents en moins (6406 contre 6598 sur les 11 premiers mois de 2011, soit une baisse de 2,9 %) ;
    • 286 blessés en moins (7302 fin novembre 2012 contre 7588 l’an dernier sur les 11 premiers mois, soit une diminution de 3,8%).

    Afin de pérenniser et d’accroître encore cette tendance favorable, la préfecture de police poursuit avec résolution son action équilibrée, fondée à la fois sur l’organisation de nombreux contrôles routiers pour réprimer les mauvais comportements routiers mais également sur des opérations de prévention, de plus en plus ciblées sur les comportements accidentogènes et les usagers les plus vulnérables.

    Afin de favoriser le respect par tous du code de la route, la préfecture de police s’appuiera également prochainement sur de nouveaux moyens de contrôle automatisés :

    • 5 nouveaux radars-vitesse seront mis en service d’ici à début 2013 (voir annexe 1). Ils viendront s’ajouter aux 15 actuellement positionnés dans Paris et sur le boulevard périphérique. Leur mise en service a démarré avec l’entrée en vigueur d’un nouveau radar Cours de Vincennes mercredi dernier (20ème) et s’échelonnera jusqu’au début de l’année 2013 ;

    images?q=tbn:ANd9GcS4zqQE-BOioXsDTd9sCbj0w53iqBO3uYIcyneG-qjxtbOgh9DK4Q
    Un radar bien connu dans le quartier : celui de la rue de Maubeuge, peu après la rue Condorcet.

    • 11 nouveaux radars-feu-rouge seront également déployés d’ici le début de l’année prochaine, en fonction du résultat des tests de validation en cours (voir annexe 2). Il doit être précisé que Paris ne comptait à ce jour qu’un seul radar feu rouge, situé quai de Gesvres (4e), alors même que plus de 690 sont déployés sur le reste du territoire national.

    Le choix des sites d’implantation de ces moyens de contrôle automatisés découle directement d’une analyse de l’accidentologie de ces dernières années. Le seul objectif de ces équipements est de sauver des vies et de faire diminuer, encore, le nombre de blessés dans la capitale.

    Consultez les nouvelles implantations de radars-vitesse et de radars-feu rouge


     

  • Des factures de cantine par e-mail

    Une bonne nouvelle pour les parents du 18e arrondissement dont les enfants prennent leur déjeuner à l'école :

    La Caisse des écoles se modernise !

     

    A partir de janvier 2013, la caisse des écoles du 18e a la possibilité de vous envoyer les factures de cantine par e-mail.  

    Si vous souhaitez bénéficier de ce service gratuit proposé par la Caisse des écoles, adressez vos coordonnées : nom et prénom du responsable légal des enfants fréquentant la restauration scolaire à l’adresse cde18@cde18.org

    (Dur de parler cantine scolaire au lendemain d'un réveillon, n'est ce pas ??? Cela rend un peu nauséeux... )

  • Relâche

    Vous, je ne sais pas. Mais moi, je me repose...

  • Joyeux Noël

    La rédaction cherchait une idée pour faire léger avant le réveillon de Noël; certes, le but est de vous souhaiter tout le bonheur possible en cette période de fêtes familiales, mais parfois c'est aussi sans famille, ou même sans réveillon... sujet délicat pour un message qu'on ne veut ni triste, ni dramatique.

    Eurekâ ! On a trouvé une astuce et un bon plan pour vous permettre de construire des petits sapins originaux, lumineux et pas chers. (Merci au passage à Aurélien et au blod Gizmodo.fr, un repère de geeks, où il écrivait en 2009 sur les sapins en carton)

     

    "C’est le jour ou jamais de vous occuper du sapin de Noël ! Si les marchands de sapin n’ont plus que les petits conifères auxquels il ne reste pratiquement plus d’épines à vous proposer ou si vous ne souhaitez pas participer à la déforestation des forêts nordiques du Père Noël, nous avons la solution. Il vous suffit pour cela de télécharger le fichier PDF, de l’imprimer sur du carton, de ressortir vos ciseaux de l’école primaire, de découper en suivant les traits, de plier sur les pointillés, de mettre du ruban adhésif sur les bords et enfin de placer, ici et là, des LEDs. Et ce que vous obtiendrez ressemblera plus ou moins à la photo ci-dessous. A votre tour de jouer !"

    300x199x500x_papercraft_xmas_tree-300x199.jpg.pagespeed.ic.F0_FPTZZWZ.jpg

  • Pour se distraire un peu... avec humour en attendant la fin du monde

     En musique et sans paroles...     paris,files,indécision,attente

    Cliquez sur l'image ci-dessus.

  • Renouveler vos pièces d'identité à l'antenne de police sur rdv

    Mode d’emploi : prise de rendez-vous

    Depuis le 3 décembre, les demandes de cartes nationales d’identité et de passeports se font uniquement sur rendez-vous. Il est bon de le savoir car vous présenter spontanément à l'antenne de police de votre arrondissement ne serait pas la solution. 

    Voir la vidéo

    La prise de rendez-vous est nationale et se fait sur le serveur de la préfecture : lien. Un message de confirmation de la date que vous avez choisie en fonction de vos disponibilités et des heures d'ouverure du bureau vous est adressé très rapidement. 

    Sachez, car je sens que vous vous inquiétez pour les personnes qui ne sont pas connectées à l'internet, qu'il existe des bornes dans les antennes de police. La prise de rendez-vous est également possible par téléphone au 01 58 80 80 80.

    Une fois enregistrée votre demande, visés les documents qu'il vous faut fournir, le délai varie entre dix jours et deux semaines, selon les statistiques. Pourtant, n'attendez pas benoîtement qu'on vous signale par message électronique que votre passeport ou votre carte d'identité est à disposition. Non, réagissez au terme des deux semaines et présentez-vous avec votre reçu au guichet de l'antenne de police. Parfois, le message de mise à disposition ne part pas spontanément. (Croyez-moi, c'est une expérience vécue.)

    Et bon voyage, si vous avez un projet en tête. 

  • Conseil de quartier et ZSP à la Goutte d'Or

     Hier soir, le nouveau commissaire divisionnaire du 18e, Nelson Bouard, tenait le haut de l'affiche. En place depuis peu dans le quartier, il a su expliquer aux nombreux habitants qui étaient présents à l'école de la rue Budin, de surcroît avec force détails, le dispositif novateur : une zone de sécurité prioritaire, la fameuse ZSP. Nous vous en avons beaucoup parlé ici depuis qu'elle a été officiellement présentée en septembre, puis un peu plus tard à la mairie du 18e aux acteurs de la vie locale, et enfin hier aux habitants de la Goutte d'Or, avec la présence de Myriam El-Khomri, adjointe au maire de Paris chagée de la sécurité et de la prévention, le vice-procureur Abdel Hakim Mahi et Dominique Lamy, élu du 18e président du conseil de quartier.

    Il ne faut pas croire que l'affaire est réglée parce que une demi-CRS par-ci et une demi-CRS par là patrouillent par groupes de trois hommes à longueur de temps. Toutefois accordons aux autorités, mairie et préfecture, que le dispositif est ambitieux, que les moyens en hommes sont là, que les méthodes ont été repensées, elles se veulent harmonisées, que la coordination est menée par le commissaire central du 18e, avec rigueur et volonté d'aboutir. On travaille dans le temps, avec du temps, des moyens et des objectifs. On nous a même parlé de vérifier régulièrement les résultats en face des objectifs visés. Il y aurait donc une exigence de résultats. Voilà qui est nouveau.

    Les habitants ont semblé sceptiques mais, malgré tout, désireux de laisser du temps aux autorités pour faire leurs preuves. Il ressort comme toujours un fort attachement au quartier, et des regrets sur la dégradation de la situtation environnementale, nuisances sonores, malpropreté, débordements de toutes sortes, etc. mais chacun s'accorde pour dire que le quartier est toujours très vivant.

    Le commissaire a fait état d'une interpellation récente qui montre que l'action de la police porte ses fruits. Je vous retranscris l'information telle qu'elle est relatée sur le site de la Préfecture de Police :

    Lutte contre la contrefaçon1367656419.jpg

    Il s’agit de l’un des objectifs pour les policiers de la ZSP Barbès/Château rouge (18e). Dans ce cadre, le 13 décembre, la brigade des enquêtes d’initiative locale (BEI 18) a interpellé une ressortissante étrangère préalablement identifiée comme fournisseur des revendeurs de rues du quartier.

    Ont été saisies près de 1 392 contrefaçons dans ses entrepôts situés rue des Poissonniers : 217 montres, 109 ceintures, 42 sacs, 21 sacoches, 426 paires de lunettes, 348 casquettes, 89 foulards, 75 portefeuilles et 65 porte-monnaie.

    Le service de l’accueil et de l’investigation de proximité local (SAIP 18) a été chargé de la poursuite de l’enquête.

    A 21 heures passées, Dominique Lamy a clos la réunion en soulignant l'ambiance apaisée des échanges, sans se cacher les problèmes qui demandent des solutions vraies, et en rappelant aux oublieux tous les changements qu'a vécu le quartier, ces dernières années, balayant rapidement l'espace public, la disparition des immeubles insalubres, le relogement des familles dans le même quartier. On est sur la bonne voie, mais il reste beaucoup à faire, et comme l'a dit une habitante, il reste à bâtir un projet dans lequel les habitants pourront s'investir pour garder la singularité de leur quartier, divers et vivant.

  • Une nouvelle réunion plénière du Conseil de Quartier Goutte d'Or

    La sécurité et la tranquillité sont des sujets récurrents dans le 18e, et pas seulement dans cet arrondissement, nous l'avons expérimenté beaucoup ces dernières semaines.

    Après le compte rendu de mandat de Bertrand Delanoé l'année dernière sur ce thème, après le dispositif important de la ZSP présenté aux acteurs locaux en mairie le 14 novembre; après la visite du ministre de l'Intérieur Manuel Valls le 19 novembre... après, après....la semaine dernière dans le 10e - pour changer - le compte rendu de mandat de Bertrand Delanoë basé sur la prévention et la sécurité.  Qui osera encore dire que la Gauche ne se préoccupe pas des problèmes de sécurité ? Bien. On se retrouve cette fois entre habitants à débattre des problèmes que rencontre chacun. Vous souvenez-vous du conseil en séance publique de l'an passé, le 20 octobre 2011, dont nous avions rendu compte, un peu inquiets de l'ambiance qui y régnait.

    Un peu plus d'un an après ce conseil de quartier tendu, après un changement de gouvernement, après l'arrivée d'un autre ministre de l'Intérieur et d'un nouveau Préfet, nous sommes interessés par les échanges auxquels nous allons assister.

    On peut redouter que la situation n'ait pas eu le temps de se modifier beaucoup en si peu de temps et que les ententes des habitants, attentes très souvent légitimes, ne soient pas encore satisfaites. Nous ne manquerons pas de vous donner notre avis ici-même. Cela restera un avis. Le nôtre. Pour être mieux informés, pour donner votre opinion, n'hésitez pas à participer au conseil de quartier Goutte d'Or Chateau rouge. La salle est grande, le nombre de chaises aussi. Elle est même chauffée !

    Le Conseil de quartier public consacré à la Zone de Sécurité Prioritaire se tiendra le 

    Jeudi 20 décembre à 19h à l’école Pierre Budin

     

    paris,18e,goutte-d-or,sécurité,zone-sécurité-prioritaire


  • Etrange de construire un local polyvalent à peine 6 mois après l'ouverture

    Dans le square Alain Bashung, les maçons et les ouvriers sont de nouveau à l'oeuvre. Bétonnière et palissages ont repris du service. Dans le coin le plus à l'est manquait un petit bâtiment. Nous supputons... et nous nous étonnons aussi. Etrange de construire un petit local polyvalent (c'est l'affiche qui le dit) dans un coin du square à peine 6 mois après l'inauguration du square.

    paris,alain-bashung,square,rue-de-jessaint,

    Nous ne connaissons pas les tenants et les aboutissants de cette décision, ni les circonstances qui ont empêché la construction de l'édicule au moment de la création de cet espace vert. Toutefois, il nous semble que cela ressemble à un ratage. Le bureau d'études et de conception avait-il été bien renseigné sur les besoins ? 

    Une autre question nous tourmente : pendant quelques jours la température a un peu chuté. Nous sommes en hiver. Rien de catastrophique, comme tous les ans, l'hiver, pas plus. Or, un panneau indique à l'entrée du square que l'aire de jeu est momentanément indisponible car le sol en est glissant et durci par le froid, et pourrait se révéler dangereux pour les enfants.... On croit rêver. Peut-on raisonnablement penser que dans les pays situés un tout petit peu plus au nord, les enfants sont privés de leurs aires de jeux habituelles sous prétexte qu'il fait froid ??? Si ce type de sol à base de matière souple ne résiste pas au froid, ou tout du moins durci au point d'être plus dangereux que la terre elle-même, et bien, qu'on n'en couvre pas ces terrains de jeux. Les genoux des enfants supporteront bien quelques couronnes de temps en temps. Vivire comporte quelques petits risques, jouer et courir aussi, à leur niveau.

    P1010889.jpg

  • Rosa rosa rosam rosea rosea... rosace !

    La gare de l'Est a bénéficié d'un lifting assez réussi. Ce n'est pas toujours le cas, et je ne parle pas des gares uniquement. Hier lundi, le point d'orgue de cette rénovation était mis sur la rosace de la cour d'Alsace (la plus à l'ouest, ou à gauche en regardant la façade).

    paris,gare-est,10e,rosace,sncf,stéphane-perraud,digitalarti.com

     

    paris,gare-est,10e,rosace,sncf,stéphane-perraud,digitalarti.comparis,gare-est,10e,rosace,sncf,stéphane-perraud,digitalarti.comLe directeur de la gare de l'Est, Hervé Charmont, présentait le travail de mise en valeur de la rosace d'Alsace, l'une des deux rosaces qui éclairent la façade. (Ci-contre conversant avec J.-P. Leroux)

    La gare de l'Est, initialement baptisée embarcadère de Strasbourg, a été ouverte en 1849 et inaugurée par le président Louis-Napoléon Bonaparte l'année d'après. La rénovation de la gare passait par une restauration complète de cette rosace, en fonte, dont chaque pièce a été nettoyée et protégée contre les attaques du temps. Son classement monument historique a exigé des efforts de conception pour monter le projet : en effet aucun percement, aucune colle ne sont autorisés ici. Ce sont donc des dispositifs qui tiennent par aimantation de chaque côté de la vitre; comme on le voit sur les photos ci-dessous.

    paris,gare-est,10e,rosace,sncf,stéphane-perraud,digitalarti.com

    paris,gare-est,10e,rosace,sncf,stéphane-perraud,digitalarti.com

    Il ne s'agit pas d'une illumination pérenne mais d'un événement qui ne durera que quelques mois, disons la période d'hiver et jusqu'aux beaux jours. Il consiste en une sorte de mise en lumière de la rosace par des points bleus qui reflètent par leur nombre les flux de voyageurs : les arrivées et les départs en temps réel, avec des chiffres communiqués par la SNCF. Plus le nombre de voyageurs est important dans l'enceinte de la gare et plus le nombre des points lumineux sera grand. L'artiste créateur, Stéphane Perraud, lui donne le nom de FLUX. Il cherche ainsi, a-t-il expliqué aux invités présents, à rendre plus concrets et palpables que sur des tableaux arides les flux et les mouvements de personnes.

    En 2008 il avait déjà été choisi pour mettre en lumière une oeuvre dynamique, comme celle-ci, sur l'église Saint-Germain l'Auxerrois où il s'agissait de lier la lumière à la démographie, on voyait ainsi se matérialiser et apparaître les naissances et les décès dans le monde.

    La gare de l'Est a un trafic dense : ce sont quelque 30 millions de voyageurs qui passent là chaque année

    paris,gare-est,10e,rosace,sncf,stéphane-perraud,digitalarti.com

    Nous sommes repartis sur la pointe des pieds pour ne pas déranger l'aimable conversation qu'entretenaient ces deux personnages de pierre, dominant la percée haussmannienne des boulevards de Strasbourg et Sébastopol. 

    paris,gare-est,10e,rosace,sncf,stéphane-perraud,digitalarti.com