Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • S'exprimer

    Vous l’avez bien compris, un blog est aussi un lieu d’expression. Le blog des habitants du 9ème, Paris Neuvième, est le votre. Il n’y a aucune démagogie dans cette ambition. Il peut devenir, parmi d’autres et si vous le souhaitez, un lieu de dialogue entre les habitants de l’arrondissement et ceux qui aujourd’hui l’administrent ou ceux qui sont candidats à l’administrer, en dehors des circuits traditionnels. Point de censure, point d’intérêts à défendre, une espèce de liberté. Notre démocratie pourrait beaucoup y gagner.

     

    Paris Neuvième a rendez vous avec Jacques Bravo, notre Maire, le jeudi 2 février. Plutôt que de vous livrer cette interview sans consultation préalable, il serait intéressant que vous nous fassiez parvenir vos questions. Cela n’a pas comme objectif de régler les problèmes particuliers de chacun mais de parler de politique dans le bon sens du terme, la vie de la cité, les thèmes ne manquent pas.

     

    Alors, pourquoi ne pas tenter d’engager ce dialogue ? A vos claviers.

     

    Merci de faire parvenir vos questions soit :

    - par le biais d’un commentaire à cet article

    - par le biais d’un mail

     

    Merci d’avance.

  • Conseil d’arrondissement

    Lundi dernier s’est tenu un rapide Conseil d’arrondissement. A cette occasion, le Maire a présenté le nouveau Secrétaire Général de la Mairie.

     

     

     

    A retenir de ce Conseil :

    - une subvention de 18 700€ pour le Sporting Club du 9ème basé rue Lamartine (5 activités : tennis, volley, natation, golf et musculation) et qui a plus de 100 adhérents ;

    - le communication annuelle concernant les travaux de la Commission d’attribution de logements sociaux : 41 logements ont été attribués en 2005, du studio (5) au F6 (1) en passant par des F2 (13), des F3 (14), des F4 (5) et de F5 (3) ;

    - accord du Conseil pour le projet mobilien de la ligne de bus 26 – voir ci-dessous.

  • Projet mobilien de la ligne 26

    Le Plan de Déplacements Urbains adopté en 2001 et qui concerne l’ensemble de la Région Ile de France prévoit une réduction de 3% de la circulation automobile, 5% à Paris. Cette réduction du trafic voitures passe nécessairement par un réaménagement des transports en commun et la Mairie a développé avec la RATP le projet mobilien qui concerne 17 lignes de bus dans Paris.

     

    Il s’agit, en bref, d’améliorer le service en le maintenant 7 jours sur 7 dans des créneaux horaires élargis, d’assurer la régularité des passages, de réduire le temps moyen des parcours de 20%, de faciliter l’accès aux bus pour les personnes handicapées et d’informer mieux les utilisateurs par la pose de panneaux à chaque arrêt (projet SIEL).

     

    Pour notre arrondissement, la ligne 26 (Gare Saint Lazare – Cours de Vincennes) est concernée. Le projet de réaménagement de cette ligne est maintenant arrêté dans ses grandes lignes et a fait l’objet d’une délibération au cours du dernier Conseil d’arrondissement.

    medium_ligne_26.jpg

    La ligne 26 traverse le 9ème de la Gare Saint Lazare au boulevard de Magenta. Le projet prévoit les dispositions suivantes :

    - rue Saint Lazare : création d’un couloir pour la circulation des bus dans les deux sens alors qu’aujourd’hui le trajet de la ligne se scinde en deux à proximité de la gare via les rues de Londres et d’Amsterdam ;

    - restructuration de la circulation devant l’église de la Trinité par création de 4 petits îlots induisant l’élargissement des trottoirs à la sortie du métro Trinité et côté Sud de la place ;

    - création d’un couloir côté Nord de la rue de Châteaudun pour une circulation des bus dans les deux sens ;

    - même configuration rue La Fayette jusqu’au boulevard de Magenta, induisant un élargissement du trottoir devant le square Montholon. Une attention particulière sera portée aux conditions de circulation rue La Fayette pour éviter un engorgement par la réunion du trafic de cette rue avec la rue de Châteaudun avant le carrefour Cadet.

     

    Au cours du Conseil d’arrondissement du lundi 23, l’opposition UMP a fait remarquer que si elle partageait le principe même de l’amélioration des conditions de transport sur cette ligne 26, il lui semblait que la méthode utilisée n’était pas la bonne car aucune étude d’évaluation préalable n’a été menée ce qui fait que personne n’est en mesure aujourd’hui de dire si tous ces travaux vont réellement apporter une amélioration du service. A cet égard, il est juste de faire remarquer que si la ligne 38 qui bénéficie déjà des dispositions mobilien a vu une nette amélioration des conditions de circulation des bus et notamment une réduction sensible des temps de parcours, certaines études semblent indiquer néanmoins une baisse de fréquentation sur cette même ligne, ce qui semble paradoxal. A confimer.

     

    Les lignes 27, 38 et 91 ont déjà fait l’objet de réaménagements dans le cadre du projet mobilien. A en croire le planning de la RATP, les travaux de la ligne 26 seraient terminés fin 2006.

    medium_mobilienbig.jpg

    Aménagement de type mobilien sur la ligne 38

     

  • La mixité sociale

    Samedi dernier s’est tenu à l’auditorium de l’Hôtel de Ville un séminaire organisé par l’Observatoire Parisien de la Démocratie Locale et qui avait pour thème "La mixité sociale est elle une utopie ?", sous titre "le peule de Paris XIXème – XXème siècles". Nous vous en avions donné le programme.

    Dans sa présentation introductive, le programme indiquait plus précisément la question : la mixité sociale est un idéal affiché, depuis plusieurs années, par divers partenaires de la ville. Ne serait-ce pas toujours un mythe ?

    Francine Mercier, ethnologue de formation et pianiste de profession, a introduit le débat par un rappel utile du sens des mots. Que signifient aujourd’hui les mots population, habitant, peuple ? Quel sens ont-ils eu au cours des temps ? Il est clair que les termes « population parisienne » et « peuple de Paris » n’ont pas exactement le même sens. Le mot peuple lui-même a pris au cours du temps une signification particulière et un sens politique certain. La Révolution française a été un tournant à cet égard et que penser des expressions « le petit peuple » ou bien « fille du peuple ». Les mots ne sont pas indifférents.

    Michel Pinçon, sociologue au CNRS nous a rapidement brossé un tableau de Paris tel qu’il est aujourd’hui, ses repères spatiaux et ses enjeux sociaux. Paris reste aujourd’hui une capitale de petite taille (87km²) comparée à Londres (350km²) ou Moscou (900km²). La population (un peu plus de 2 millions d’habitants) ne représente qu’une faible partie de la population totale de l’agglomération (11 millions d’habitants) mais sa petite taille fait de la ville une des plus dense en habitants au km². Paris souffre d’être enserré dans une ceinture physique qui empêche son extension comme le périphérique mais aussi les grandes infrastructures comme le parc des expositions de la porte de Versailles par exemple. Il y a une espèce de discontinuité entre la ville et les communes voisines. Dans sa sociologie, il convient aussi de noter sa répartition hétérogène d’un point de vue social, chacun connaissant la différence de composition entre la population résidant à l’Ouest et celle résidant à l’Est.

    Alain Faure, historien à l’Université de Nanterre, nous a parlé du mélange des classes sociales dans le Paris des 18ème au 20ème siècle, en considérant ce mélange au niveau des immeubles et des rues d’une part, des quartiers d’autre part. Au cliché d’immeubles présentant une sédimentation verticale des couches sociales, boutiquiers au rez-de-chaussée, bourgeois au premier, domestiques et ouvriers dans les étages supérieurs, il oppose la notion de répartition par immeuble dans chaque rue. L’évolution des quartiers elle-même est intéressante à regarder. Notre 9ème en est un bel exemple avec successivement la création du quartier de la Chaussée d’Antin et ses riches hôtels particuliers dans la seconde moitié du 18ème siècle et les lotissements par construction des immeubles de rapport de la Nouvelle Athènes au milieu du 19ème siècle.

    Monique Pinçon-Charlot, sociologue au CNRS, s’est elle attachée à montrer la pérennité du comportement des classes aisées au cours des temps. Libre de son choix de résidence par le simple fait d’avoir hérité d’un patrimoine familial, cette catégorie particulière de la population parisienne se regroupe dans ce qu’il est convenu d’appeler les "beaux quartiers", et fonctionne en cercle fermé. Le titre de son intervention est à lui seul le résumé de son intervention : l’entre soi de la bourgeoisie, une forme de Conseil de quartier.

    Saïd Bouzini, Président de l’association Générique, a traité la question du point de vue des étrangers venus s’installer à Paris pour reconnaître que la mixité sociale n’était pas un problème spécifique aux étrangers mais devait bien se placer au niveau "universel" dans un cadre social.

    L’assistance, très studieuse, a bien sûr pu intervenir et retenons de ses interventions deux observations majeures sous forme de questions.

    Contrairement à d’autres métropoles, Paris ne s’est pas agrandi de manière concentrique mais s’est transformé en démolissant et reconstruisant sur de l’existant, s’est transformé sur lui-même. Résultat de son histoire, on peut néanmoins se poser la question du pourquoi ?

    La mixité sociale, pourquoi la mixité sociale ? Est elle quelque chose de vraiment recherché ? Est elle naturelle ? Chaque classe sociale a d’évidence le souci de se protéger et ses membres à rester entre eux. Est elle un concept ? difficile à mettre en place ? Est elle une nécessité pour une ville dont la vie dépend de sa diversité et ne la faisant pas, Paris n’est il pas menacé de nécrose ?

    Toutes de très bon niveau, les interventions ont apporté beaucoup d’informations. On a beaucoup parlé de classes sociales pour constater qu’il est aussi assez difficile d’en parler dans un environnement socio-économique très différent de celui du passé. Les questions de la « boboïsation » de Paris, de l’attrait pour les vieilles pierres de la part d’une catégorie de population au profil encore flou, de la possible transformation de notre capitale en ville musée, etc. … restent cruciales pour l’avenir.

    A noter qu’organisée par l’Observatoire de la Démocratie Locale, cette réunion n'a pas abordé le sujet des moyens démocratiques pour réaliser cette mixité sociale que beaucoup appellent de leurs vœux.

  • Le Club des Entrepreneurs du 9ème

    Notre arrondissement est riche en sièges sociaux de très grandes entreprises comme BNP Parisbas boulevard des Italiens ou bien Areva rue Le Peltier, sans oublier bien sûr les compagnies d’assurances.

    Mais le tissu économique du 9ème n’est pas entièrement fait de ces grosses structures et de nombreuses PME voire de TPE (Très Petites Entreprises) y sont très actives.

     

    Reflet de ce dynamisme, Le Club des Entrepreneurs du 9ème (LCE9). Se voulant une structure locale, il regroupe les "entrepreneurs" de toutes natures travaillant et vivant dans le 9ème. Original dans son existence – il est le premier Club de ce type à Paris – il est pour ses membres un lieu d’échanges, de coordination et de soutien à l’activité économique.

     

    L’initiative, soutenue par la Mairie de l’arrondissement, fait déjà l’objet d’une certaine notoriété comme l’attestent les différents articles que le Parisien lui a consacré (10 Octobre 2005, 9 Janvier 2006), tout comme Courrier Cadres ou la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris.

     

    Soucieux de garder le contact avec la vie du quartier, LCE9 a même décerné fin 2005 un prix à un artiste du 9ème après un concours auquel de nombreux concurents ont participé.

     

    Une fois par mois, des petits déjeuners sont organisés autour de différents thèmes au Café de la Paix, des dîners informels se tiennent aussi régulièrement et des groupes sont formés pour travailler sur des thèmes spécifiques. Ce mois ci, par exemple, c’est le développement du commerce extérieur qui sera d’actualité en étroite collaboration avec la Ministre du Commerce Extérieur.

     

    Encore une preuve du dynamisme de notre 9ème !

     

    Le Club des Entrepreneurs du 9ème

    16, rue de Châteaudun

    Contact : Info@lce9.com

    Site web

  • Autour du Père Tanguy

    medium_pere_tanguy.jpg

    En 1887-88, Vincent Van Gogh a peint ce portrait du Père Tanguy (Musée Rodin, Paris). Installée en 1867 au 14 de la rue Clauzel, bien nichée au cœur de notre arrondissement, "sa boutique était tout à fait minuscule et sa vitrine si petite qu’on ne pouvait y montrer qu’un tableau à la fois" raconte Sacha Guitry dans Portraits et Anecdotes d’après un témoignage de Monet.

    Car le Père Tanguy était marchand de couleurs. Boutique ouverte rue Clauzel, il allait vendre ses toiles, couleurs et pinceaux à Argenteuil, Barbizon, la Grande Jatte …. Il fréquenta les plus grands peintres de cette époque et se lia un temps d’amitié avec Van Gogh, échangeant son matériel contre des toiles.

     

    C’est pour approfondir la connaissance de ce personnage hors du commun que l’association Autour du Père Tanguy vient de voir le jour dans notre 9ème. Sous la responsabilité de l’historien Bernard Vassor, elle a pour buts également de le faire mieux connaître en organisant expositions et conférences et de publier à son sujet. Mais aussi "faire revivre les acteurs, artistes peintres, poètes écrivains, musiciens, critiques d'Art, tout ce qui faisait la vie de la rue Clauzel et du village de Montmartre, Renoir, Pissarro Monet, Gauguin, Toulouse-Lautrec, Degas, Manet, Denis et Emile Bernard." D’éminents spécialistes se sont associés au projet.

     

     

    "Parmi les buts de l'association, la préparation de l'année Cézanne (le seul endroit où l'on pouvait voire ses toiles étaient le 14 puis le 9 rue Clauzel.) Un timbre va être émis à cette occasion. Des universités du monde entier sont en attente de cet évènement. Des articles dans la Revue Naturaliste, la Revue de la Société d'Etudes romantiques et dixneuvièmistes etc. ... " précise Bernard Vassor à Paris Neuvième.

     

    "Pendant des années, raconte Emile Bernard, on allait chez Tanguy comme au musée pour voir les quelques études de l'artiste inconnu Paul Cézanne. Il était alors une des rares personnes à croire en son talent. Les membres de l'Institut, les critiques influents et les critiques réformateurs visitaient ce modeste magasin, devenu à son insu la fable de Paris et la conversation des ateliers."

     

    Souhaitons longue vie et succès à cette nouvelle association.

     

    Si vous souhaitez adhérer : contact : Bernard Vassor

  • Mixité sociale

    Les récents événements du mois de Novembre 2005 ont mis en lumière, hélas tristement, le problème de la mixité sociale. Il n'est sans doute pas inutile de regarder cette question avec calme et d'abord de tirer de l'Histoire tous les enseignements necessaires pour se faire une opinion.

    L'Observatoire Parisien de la Démocratie Locale est un organisme mis en place par l'actuelle équipe municipale à Paris mais jouit néanmoins d'une certaine indépendance par rapport à celle-ci. Ses études sont interessantes et il organise un séminaire dont le sujet concerne notre actualité :

    Le peuple de Paris XIXème - XXème siècles

    La mixité sociale est elle une utopie ?

    Samedi 21 janvier 2006 (9 h 00 - 13 h 00) à Hôtel de Ville
    Salle de l’Auditorium (Entrée par le 3 rue Lobau)

    Inscription préalable obligatoire auprès de la Mission Démocratie Locale avant le 19 janvier

    Télécharger la plaquette de présentation du séminaire

     

    Nota : Paris Neuvième a trouvé cette information sur le blog de quartier "Le quartier Bel Air Sud" (12ème arrondissement) qui est de grande qualité.

  • Un peu d'Histoire

    Terres d'écrivains nous apporte en Janvier son lot d'articles historiques toujours très interessants. Ce mois-ci, notre arrondissement est particulièrement à l'honneur grâce à l'infatigable travail de Bernard Vassor.

     

    Chez Dinauchau, le "restaurateur des lettres"

    Café de la barrière de Clichy

    L'oratoire ésotérique de l'avenue Trudaine

    La brasserie des Martyrs

     

    N'oubliez pas que vous pouvez retrouver l'ensemble des articles parlant de notre arrondissement dans la rubrique "recherche" de ce très beau site web qui a eu la bonne idée d'ouvrir une rubrique spéciale "dans le 9ème". Comme dit la pub, "nous le valons bien" !

  • Le Plan de Déplacements de Paris

    La discussion sur le Plan de Déplacements de Paris, le fameux PDP, est ouverte. Pour notre malheur, reconnaissons qu'elle est handicapée par deux contraintes qui polluent grandement la sérennité et la qualité du débat. D'abord les enjeux purement politiques et ses évidentes arrière pensées. Ensuite l'éternel et passionnel combat que se livrent piétons et automobilistes dans la capitale. On peut le regretter mais c'est ainsi. Cela ne doit pas empêcher les "bons" citoyens que nous sommes de participer à cette discussion. Paris Neuvième vous propose quelques liens pour compléter votre information, si nécessaire.

    Il y a bien sûr l'incontournable site Débat sur le Plan de Déplacements de Paris mis en place par la Mairie et sur lequel vous pourrez répondre au questionnaire. Sur ce même site, vous trouverez les diffférents compte rendus des réunions qui se sont tenues cet automne dans les différents arrondissements, dont celle du mois d'octobre dans notre 9ème.

    On ne peut pas traiter la question des déplacements sans aborder celle de la polution et vous pourrez lire sur le blog ParisZine du 11ème arrondissement une serie de quatre articles interessants :

    1. un vrai problème,

    2. Responsabilités partagées,

    3. Vive le système D,

    4. Vive le vélo.

    Vous pouvez aussi regarder comment la question est abordée dans le 14ème arrondissement par Paris14.info en une série de trois articles : le "PDP" de Denis Baupin, notre destin en question - 1/3 - 2/3 - 3/3, articles qui vous fourniront également beaucoup d'autres liens.

    Plus polémiques enfin, deux articles non moins interessants :

    - Un plan de déplacements qui fédère paru sur le blog de ParisXIV.com

    - Qui roule pour qui ? sur le blog les élucubrations du Baron Noir

    medium_embouteillage.jpg

    photo empruntée à nos amis de Paris14.in - merci

     

     

     

     

     

  • Paris Neuvième en 2006

    D’abord respecter les règles qui me paraissent indispensables à un blog citoyen vis-à-vis de ses lecteurs : transparence et vérité.

     

    En ce qui concerne la transparence, la chose est claire. Paris Neuvième est et restera indépendant, c'est-à-dire libre, car basé sur le bénévolat. Il est vrai que cette conception des choses semble dans le meilleur des cas naïve, dans le pire stupide. Dans les conditions actuelles, je reste persuadé que ce bénévolat demeure le garant d’une indépendance nécessaire à une expression pluraliste libre des divers intérêts dont on connaît, hélas, les capacités de manipulation. Point de paranoïa dans ce propos, point d’immodestie non plus, simplement l’espoir que les citoyens peuvent faire autrement. J’ai d’ailleurs la faiblesse de penser que cet avis est partagé par les lecteurs dont voici la fréquentation pour les 8 premiers mois d’existence de ce blog.

     

     

      Visiteurs uniques Total visites Pages lues
    avr-05 612 2 084 22 671
    mai-05 1 287 3 474 13 720
    juin-05 6 003 9 295 23 515
    juil-05 5 638 10 021 29 680
    août-05 3 443 5 704 14 777
    sept-05 5 785 10 261 37 656
    oct-05 6 215 11 038 38 199
    nov-05 6 421 10 971 35 561
    déc-05 5 473 8 556 22 332
    Total 40 877 71 404 238 111

     

     

     

    La vérité est aussi de dire que Paris Neuvième se trouve devant une alternative à la fois simple et cruciale.

    Hors quelques contributions ponctuelles en provenance de contacts dans notre arrondissement, je rédige ce blog seul depuis 8 mois. Cela m’a permis de connaître beaucoup de gens, d’apprendre énormément sur la vie de nos quartiers et de Paris en général, de nouer de nombreux contacts avec d’autres blogs de même nature, à Paris comme dans le reste de la France. Cela m’a permis aussi de vérifier que mon analyse personnelle concernant le fonctionnement de notre démocratie était fondée. Que beaucoup d’entre nous souhaitent, certes encore timidement, se réapproprier une vie politique locale par l’exercice d’une démocratie participative renforcé. Le blog citoyen en est un des outils par l’information qu’il diffuse, permettant à chacun de se faire sa propre opinion et d’agir en conséquence.

     

    Sans en exagérer l’importance, j’ajoute que ce blog sert de lien pour les habitants de notre arrondissement comme j’ai pu le constater ces dernières semaines.

     

    Voilà deux objectifs qu’il faut continuer à consolider et maintenir.

     

    Mais il faut que vous soyez conscients, Chers Lecteurs, que je ne pourrais pas les atteindre seul, et ce pour deux raisons.

    D’abord parce que chercher et rédiger des informations demande beaucoup de temps. Restant sur le modèle du bénévolat, chacun comprendra bien les problèmes que cela pose. Mes nouvelles obligations professionnelles me contraignent à consacrer moins de temps à ce blog. Inutile d’insister sur les conséquences.

    Ensuite, et sans doute le plus important, je suis persuadé que la richesse d’un projet comme celui là tient dans la diversité des informations et des opinions, c'est-à-dire à la pluralité des contributeurs. J’ai essayé moi-même d’introduire le plus de diversité possible dans les sujets mais dois aussi reconnaître que mes centres d’intérêt personnel ont beaucoup influencé les choix. De ce point de vue, la situation n’est donc pas satisfaisante.

     

    Je me permets de vous le redire de la manière la plus simple et la plus franche qui soit : ce blog de quartier est le votre. Mon souhait est qu’il devienne un projet collectif des habitants du 9ème arrondissement dans les limites de ce qui fonde la démarche : le respect, l’ouverture d’esprit, la responsabilité, la qualité de l’information. Vous l’avez vu fonctionner depuis 8 mois. Il vous faut maintenant vous l’approprier dans l’esprit que je viens de décrire. Cela me parait indispensable pour en assurer la pérennité.

     

    Didier