Web
Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

musée

  • Du cimetière au Musée... toujours à Montmartre

    Aujourd'hui, nous laissons la parole à une de nos plus fidèle adhérente et non moins fidèle lectrice du blog, pour un petit tour à Montmartre :

     

    Lectrice attentive du blog, il me semblait judicieux de ne pas rater cette opportunité, mise en avant par l'article du 1er novembre, de visiter le tout petit cimetière de l'église Saint-Pierre de Montmartre, dit cimetière du calvaire.

    Cimetière de Saint-Pierre .jpg

    Bravant la pluie de l'après midi, mais néanmoins pour éviter d'être dégoulinants d'eau avant la visite, nous nous proposions de prendre le funiculaire au pied des jardins du Sacré-Coeur. Aïe ! Paris et ses touristes.... que rien ne détourne d'arpenter les rues du vieux Montmartre, et à l'occasion d'expérimenter les joies du funiculaire. Chacun sait ici qu'on monte à environ vingt personnes dans la cabine. Or, elles étaient au bas mot une bonne centaine sous leur parapluie à attendre le monte-charge de la Régie. Après tout, une visite à un cimetière qui ne se montre à tous qu'un jour sur 365, ça se mérite. Allez, gravissons les marches avec entrain.

    Une petite pluie, bien pénétrante ici, n'arrête pas le pèlerin, dit le dicton. Nous montions donc par les côtés du jardin, là où les marches sont plus longues mais tout aussi épuisantes (!), puis nous contournions à la fois la basilique, le petit train de Montmartre, les groupes de touristes, les "tresseurs de bracelets" et les marchands du temple... La rue du Chevalier de la Barre était complètement envahie, on y peinait à circuler. Idem pour le rue du Mont-Cenis qui débouche sur le parvis bien modeste de Saint-Pierre. Et là, déception égale à celle qui nous avait saisis à l'entrée du funiculaire : entre les grilles qui séparent la rue de l'église et la belle porte en bronze du sculpteur italien Tommaso Gismondi, une foule mouillée attendait patiemment pour entrer dans le minuscule cimetière du Calvaire. Une pancarte disait "Journée du Patrimoine".... Nous attendrons l'an prochain pour voir ce patrimoine et ces tombes anciennes dont les plus récentes ont plus d'un siècle. Affaire à suivre donc.

    La porte en bronze du cimetière du calvaire.jpg

    Il était un peu plus de 16 heures et les cloches de la basilique, la Savoyarde peut-être),nous avaient presque rompu les tympans quand nos pas, quelques pas de plus à vrai dire, nous amenèrent dans la rue Cortot, au 12 exactement, devant la petite rampe où se trouve l'entrée du Musée de Montmartre. Il ne bénéficie pas de la même visibilité et le flot des visiteurs y était beaucoup plus modeste. Mieux pour nous, mais dommage pour le Musée. Et également pour les touristes qui se privent d'un moment de pure grâce, de calme et de tranquillité. Comme ils avaient bon goût les artistes qui s'installèrent là au début du siècle dernier ! On peut y voir l'atelier de Suzanne Valadon, bien conservé dans son jus, d'autres y résidèrent aussi, dont Auguste Renoir, Maurice Utrillo et André Utter, et d'autres encore. L'exposition temporaire actuelle leur rend hommage, et à tous ceux qui à la même époque avaient élu domicile dans ce vieux Montmartre. Son titre ? Artistes à Montmartre, lieux et ateliers mythiques. On pourra aussi — quand il pleuvra moins — chercher tous les ateliers qui figurent sur le plan remis gracieusement dans le musée.

    affiche-40x60.jpeg

    ateliers d'artistes à MOntmartre.jpeg

    Le Montmartre juste après la Commune de Paris était certes meurtri par les barricades et les représailles qui suivirent, mais n'avait rien de commun avec son allure actuelle, à la fois bohème et riche. Riche, il n'est qu'à jeter un regard sur les devantures des agences immobilières pour s'en convaincre. La colline était alors parsemée de parcelles non bâties, de zones en friches et du fameux Maquis, où des petites gens, ouvriers, artisans, les petits métiers de l'époque trouvaient à se loger, voire à bricoler eux-mêmes une bicoque en planches.

    11065303_948922278474625_5950673330577543424_n.jpg

    Le Second Empire, très favorable à la bourgeoisie et aux investisseurs avait chassé de nombreux parisiens des quartiers rénovés, beaucoup avaient trouvé à se loger sur ce versant de Montmartre, mais les promoteurs du début du siècle ont rapidement nettoyé le maquis et on a vu pousser en quelques années les beaux immeubles de l'avenue Junot, pour ne citer que ceux là, et de nombreux autres....

    Un petit air ancien de Vincent Scotto.... décrit bien la situation :

    Mais Montmartre semble disparaître 
    Car hélas de saison en saison 
    Des Abbesses à la Place du Tertre,
    On démolit nos vieilles maisons. 
    Sur les terrains vagues de la butte 
    De grandes banques naîtront bientôt, 
    Où ferez-vous alors vos culbutes,
    Vous, les pauvres gosses à Poulbot ? 
    En regrettant le temps jadis 
    Nous chant'rons songeant à Salis,
    Montmartre ton " De Profundis ! "

    Et chanté par Fréhel :

      

    C'est où ?

    Musée de Montmartre, 12 rue Cortot

    C'est quand ? 

    Du 5 octobre 2018 au 20 janvier 2019

  • Nuit des musées : une idée originale

    affiche.jpg10e Nuit des musées ce samedi 17 ! Nous avons une idée originale à vous proposer, notamment aux amateurs de romans policiers qui sont de plus en plus nombreux... Etes-vous du nombre ? 

    Si oui, pourquoi ne pas profiter de la réouverture du musée de la Préfecture de police ? Après plusieurs mois de fermeture pour des travaux de modernisation, il vient de rouvrir ses portes au public. Et samedi, vous y serez accueillis, exceptionnellement, de 19h à 23 h.

    Établi au 3e étage du commissariat central du 5e arrondissement, ce lieu d’exception, créé en 1909, apporte un riche témoignage de l’action de la préfecture de police au travers des siècles. Les grandes affaires criminelles, ainsi que l’histoire de la police parisienne, y sont retracées grâce aux nombreux documents, manuscrits, estampes, portraits et autres affiches…

    vehicule.jpgToute l’équipe sera mobilisée pour cette 10e nuit européenne des musées, afin de nous faire découvrir le nouveau parcours thématique,  et apporter un éclairage original sur l’histoire de la police du XVIIe siècle à nos jours. Les Experts n'ont plus qu'à bien se tenir pour rivaliser ! 
     
    Musée de la Préfecture de Police
    4 rue de la Montagne Saint-Geneviève, Paris 5e. 3e étage de l'hôtel de police.
    Tél.: 01 44 41 52 50
    Métro : Maubert-Mutualité
    Ouvert du lundi au vendredi de 9h30 à 17h. 
  • Des musées sur votre écran

    Connaissez-vous cette offre de Google ? Des visites en fauteuil.... 

    Vous avez la flemme de sortir, il pleut, le confort de votre canapé vous retient.... alors choisissez le musée ou le château que vous souhaitez visiter en cliquant sur l'onglet COLLECTIONS

    chantilly,Simonetta-VespucciNous avons choisi les trésors que recèle le Chateau de Chantilly. Rien de plus simple, cliquons sur CHATEAU DE CHANTILLY.

    Les oeuvres sont présentées une à une ou en diaporama, de nombreuses possibilités sont offertes qui vous permettront de les explorer en détail, un effet un zoom assez exceptionnel est à disposition, on peut les partager, etc... 

    ci-contre : Portrait de femme dit de Simonetta Vespucci, 1490, de Piero di Cosimo

    Sans compter que vous pouvez également vous entraîner à relire un peu d'anglais en ouvrant la rubrique DETAILS où les textes sont restés dans cette langue :

    "The Château de Chantilly is the product of numerous modifications carried out over the centuries by major architects working for illustrious owners. Several generations of princes made the Domain a bastion of aristocracy that was relatively independent of the monarchy, and therefore somewhat protected......"

    Si vous préférez revisiter des salles de musées français ou étrangers, repérez le nom du musée dans la liste, puis choisissez le petit personnage (Museum view) qui se promenera au gré des mouvements de votre souris.

    Le Museum of Modern Art à New York vous attend ici. Ou en direct... 

    Tout cela ne remplace par une visite sur les lieux, bien évidemment, mais pour une première approche ou une recherche, c'est quand même bien pratique.