Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Conseil de Paris

  • Conseil de Paris

    C’est à minuit largement passé hier que le Conseil de Paris a voté les délibérations relatives au principe et aux modalités d’attribution des marchés en ce qui concerne la collecte des déchets dans la capitale, délibérations accompagnées de nombreux amendements et Vœux.

    Le débat a été extrêmement sérieux, avec un auditoire à la fois nombreux et attentif, mais, hélas, en l’absence de Bertrand Delanoë ! Considérant l’importance du sujet, l’opposition a eu beau jeu de se plaindre du peu de considération portée par le maire au Conseil et à cette délibération en particulier.

    François Dagnaud (PS), adjoint à la propreté, a rappelé ses priorités :

    • le nettoyage des rues,
    • le transfert des compétences en ce domaine aux maires d’arrondissement.

    Il considère en effet qu’il faut disjoindre la collecte des déchets et le nettoyage des rues.

    Les arguments de uns et des autres sont connus. Ce qui a été dit au cours du dernier Conseil d’arrondissement du 9e en est une bonne illustration pour ce qui touche à la majorité municipale, Verts et Communistes restant contre. L’opposition a demandé une suspension de séance avant le vote pour arrêter définitivement sa position après les réponses faites par François Dagnaud. L’UMP s’est déclarée peu convaincue par les arguments de l’adjoint au maire, prenant les nombreux amendements et Vœux annexés au texte original comme une reculade de l’exécutif. L’opposition s’interroge sur la réalité des moyens supplémentaires qui seront alloués au nettoyage tout comme sur la réalité des pouvoirs transférés aux maires d’arrondissement en la matière. Les Verts ayant demandé un scrutin public, on connaitra sous peu la nature du vote de chaque participant et le résultat est le suivant :

    154 votants

    73 pour

    21 contre

    59 abstentions

    1 ne prend pas part au vote

    Comme toujours dans ce genre de débat, on a avancé des arguments de façon péremptoire, sans bien convaincre en vérité. Qui croire de ceux qui affirment qu’il n’y a pas de différence entre la collecte en régie et celle faite par le privé contre ceux qui affirment que la collecte privée est antiéconomique, antisociale et anti-écologique ? Qui croire entre ceux qui affirment que confier la responsabilité du nettoyage aux maires d’arrondissement brisera l’homogénéité de traitement pour la ville dans sa globalité et ceux qui affirment que se rapprocher du terrain ne peut qu’être bénéfique à l’efficacité ? Qui croire entre ceux qui affirment que les 250 personnes concernées par le redéploiement des forces seront en fait limitées à 120 de ceux qui pensent que cet apport en personnels va améliorer la situation dans tout Paris ?

    Ce que l’on ne comprend pas bien, par contre, c’est pourquoi ce débat a lieu maintenant dans la précipitation ? Rappelons que l’ensemble des marchés liés à cette collecte des déchets représentent environ 100 millions d’€, les plus importants au total en montant passés par la Ville. Tout le monde savait que ces marchés venaient à expiration en 2009.

    Les déchets de huit arrondissements continueront donc à être collectés par le privé. Le 2e passe en régie municipale. Le 9e et le 16e restent dans l’expectative et verront leur sort réglé suite aux négociations tripartites mairie de Paris, mairie d’arrondissement, syndicats. Résultat fin décembre 2008.

    3060eb3752d52f1f4c7ccf50b0a5f9e4.jpg

     

  • Conseil de Paris

    medium_ecusson.jpgNous avions le son, nous avons désormais l'image ! Pour ce premier Conseil de Paris de l'année, l'Hôtel de Ville a inauguré la retransmission vidéo des séances et la chose est acquise pour l'avenir.

    Sur la forme, disons que cette retransmission est plutôt bien faite avec, sur votre écran, à gauche la séance elle même et à droite l'ordre du jour avec les liens nécessaires renvoyant au document concernant les délibérations. Il semble que la retransmission soit optimisée en utilisant Windows Media Player version 10 au lieu de la version 9 comme indiqué. Son et images sont de très bonne qualité, 5 caméras couvrent l'ensemble de la salle et on sent encore une certaine inexpérience de la part du réalisateur, mais c'est sans importance.

    Sur le fond, la retransmission des images modifie complètement la perception que le commun des citoyens parisiens pouvait avoir de ces séances. Comme beaucoup d'assemblées de ce type, le Conseil de Paris souffre d'absentéisme, d'indiscipline et de bavardages annexes. C'est un simple constat. Les images permettent aussi de mieux voir combien les positions des uns et des autres sont stéréotypées, combien beaucoup d'intervenants de dernière minute connaissent mal le sujet qu'ils abordent et combien certains ténors jouent plus à faire du cinéma qu'à répondre au fond aux interpellations. Pour jouer au petit jeu des bons et mauvais points en ce domaine, disons que 3 ténors sont vraiment spécialistes de la prise de parole pour ne rien dire : Claude Goasguen (UMP), Didier Bariani (UDF) et Bertrand Delanoë (PS). A l'inverse, on est content d'entendre des Conseillers traiter sérieusement certains sujets comme Mme Auquier (UMP) s'agissant de la petite enfance ou encore Mme Dubarry (Le Verts).

    Pour cette première en matière audiovisuelle, le Conseil de Paris s'est aussi offert une première en matière de procédure. En effet, le groupe UMP a demandé un vote secret pour la délibération du projet du stade Jean Bouin, afin de masquer ses divisions internes disent certains, afin de mettre en évidence les différences PS/Les verts au sein de la majorité disent les autres. Bref, 1h30 pour faire le scrutin et on découvre que le Conseil de Paris n'est pas équipé en boitiers électroniques de vote. Ou comment être moderne et archaïque en même temps !