Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dernière réunion 2017 pour l'opération Barbès-Chapelle Respire

La dernière rencontre avec J. Rigon, chef de district au commissariat du 20e, s'était tenue le 13 novembre (voir notre article du 22 novembre). Puis, nous avions participé à la réunion sécurité en mairie du 18e en présence du préfet le 18 décembre. Le 20, il s'agissait de faire un dernier point avant 2018 avec les associations Action Barbès, Sos La Chapelle, Demain La Chapelle, La Vie Dejean et le collectif du boulevard Barbès.

Une ZSP Goutte d'or-Château rouge élargie

Déjà évoqué par le préfet, J. Rigon confirme bien le nouveau périmètre de la ZSP, " le bassin " pour reprendre ses termes. Elle ne s'arrête plus aux portes du 10e mais inclut désormais les abords de l'hôpital Lariboisière avec des dispositifs additionnels. On est dans une approche cohérente du bassin et c'est une première. Les forces mobiles sont désormais déployées également sur les rues Paré et Saint-Vincent de Paul avec pour mission de patrouiller. Pour la Brigade de sécurité territoriale (BST), 14 agents sont en voie de recrutement pour aider les 25 existants.

Quelles actions récentes ?

En ce qui concerne le phénomène de prostitution dans le quartier Château-rouge-Marcadet, J. Rigon s'est déplacé de nuit pour observer la situation. Une première opération de contrôles a eu lieu fin décembre, d'autres devraient suivre. Pour le marché Barbès, il n'y a plus de livraisons nocturnes mais la vigilance est maintenue avec une menace de destruction des marchandises si elles devaient réapparaitre avant 4h du matin et ce en accord avec la ville de Paris. La pression sur les vendeurs de cigarettes continue voire s'amplifie avec des actions également fin décembre.

Pour les Autolib, 25 stations très dégradées sur les 10e, 18e et 19e ont été vidées afin de procéder au nettoyage des véhicules et certaines d'entre elles sont déjà réouvertes. La préfecture a procédé à 163 arrestations dont 40% de déféréments au parquet. Les véhicules étaient squattés à quasi part égale par des mineurs (53%) et des sans domicile fixe. Ces opérations sont menées en accord avec la direction d'Autolib et en collaboration avec son personnel. Des actions communes donc, pas si courantes.

Indépendamment de l'adresse mail dédiée à la nouvelle brigade contre les sauvettes dans le 18e, deux adresses (une pour le 10e et une pour le 18e) ont été activées pour permettre aux habitants d'envoyer un signalement de problème récurrent. Attention, elles ne servent pas aux actions urgentes où le 17 reste le seul moyen de communiquer. Nous la transmettrons à celles et ceux qui le souhaitent.

Commentaires

  • Bonjour,
    Je vous remercie pour ce compte rendu et vous prie de me communiquer les deux adresses mail évoquées dans votre article.
    Cordialement
    Mireille QUEHEN

  • Bonjour,
    tout comme l'auteure du message précédent, je vous remercie et souhaite obtenir l'adresse dédiée aux problèmes dans le 18e.
    Bonne journée

  • Bonjour,
    Je souhaiterais obtenir l'adresse dédiée à la brigade contre les sauvettes dans le 18e, et celle activée pour le 18e, permettant aux habitants d'envoyer un signalement de problème récurrent.
    Merci par avance

  • Bonjour, intéressée également pour me communiquer les 2 adresses ainsi que celle pour les fauvettes.
    Cordialement

  • Bonjour,
    Merci beaucoup pour ce récapitulatif.
    Je souhaite également obtenir l'adresse mail de signalement de problèmes récurrents dans le 18e.
    D'avance merci
    Audrey

  • Bravo! Enfin nous commençons a voir un peu de lumière au bout du tunnel. Mais encore faut-il que cette action perdure. Non seulement elle doit continuer, mais s'amplifier pour réduire toutes les formes de délinquance et d'incivilité. Il faut résoudre le problème a sa source: l'immigration illégale incontrôlée de mineurs et d'autres personnes, le trafic de papiers et de drogue, etc.
    Enfin, il faut aussi que cette stratégie s'accompagne d'une politique d'information , de communication et d'education pour les nouveaux arrivants dans nos quartiers. Ils viennent tous d'horizons différents, de cultures différentes et de niveau d'education différents. Il faut clairement promouvoir une campagne publique d'education contre les incivilités. Promouvoir le 'vivre ensemble' ce n'est pas accepter tous les débordements et toutes les differences. C'est donner des règles de comportement que tous le monde doit respecter pour une integration harmonieuse dans la société française.

  • Bonjour,
    avez vous eu des nouvelles concernant la mise en place ou non d'une police du quotidien dans notre quartier?
    Merci Bien.

Écrire un commentaire

Optionnel