Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Dernière minute : ce soir à 18heures centre Clignancourt

    Il est vrai que nous nous y prenons un peu tard, mais l'annonce en vaut la peine. 

    Il s'agit d'un spectacle de qualité qui mérite toute votre attention. 

    article-1071854-0288EDB400000578-538_468x553.jpg

    Hélène Berr a 21 ans lorsqu'elle commence à écrire son journal. L'année 1942 et les lois antijuives de Vichy vont faire lentement basculer sa vie. Déportée à Bergen-Belsen, elle n'en reviendra pas.

    Adaptée du journal d'Hélène Berre, Pierre Tré-Hardy propose une pièce intitulée "Ceci est mon journal", qu'interprète Guila Clara Kessous, artiste de l'UNESCO pour la Paix. Avec Mina Hillman, Salomon Belasiak, Michèle Temine et Christian Macairet. 

    Le spectacle est donné au Centre Clignancourt, Amphithéâtre Hélène Berr, 2 rue Francis de Croisset, dans le 18e arrondissement (tout près de la Porte de Clignancourt). 

    La nièce d'Hélène Berr, Mariette Job, répondra aux questions du public à l'issue de la représentation. 

    ENTREE LIBRE -- Il est conseillé de réserver au 01 40 46 33 72 ou auprès du service culture de l'Université Paris-Sorbonne agenda-culturel@paris-sorbonne.fr

    C'est ce soir à 18 heures. Et pour ne pas vous perdre (cliquez sur le + du plan pour zoomer) :



    View Larger Map

  • Université populaire du 18e

    paris,université-populaire,18e,femmes,parité

    Une conférence débat avec Josyane Savigneau, journaliste au Monde, et Mariette Sineau, directrice de recherche au CNRS (portrait ci-dessous emprunté au site de Sciences Po). 

    equipe_image_sineau_websmall.jpg&f=jpgMariette Sineau, docteur en science politique, est directrice de recherche CNRS au CEVIPOF, Centre de recherches politiques de Sciences Po. Son domaine de spécialité porte sur genre et politique, genre et citoyenneté. Ses travaux de recherche s’attachent à analyser le rapport différent que hommes et femmes entretiennent à la politique et au pouvoir, et les modalités d’accès spécifiques des femmes à la citoyenneté. Elle a travaillé sur le vote et les comportements politiques selon le genre, sur les femmes et les hommes politiques, la parité en politique. Certains de ses travaux sont aussi consacrés aux politiques de modes de garde des jeunes enfants. Ses recherches actuelles portent sur l’articulation entre patrimoine et politique, ainsi que sur la confiance politique.

    Elle a publié en 2011 :

    Femmes et pouvoir sous la Ve République. De l’exclusion à l’entrée dans la course présidentielle,

    Presses de Sciences Po, 2011.

    et Serge Marti, ancien directeur du Monde de l'économie, président de l'Association des journalistes économistes et financiers.

  • Chateau rouge : on consulte, on "concerte"

    Les usagers de la station de métro Château rouge réclamaient depuis longtemps une modernisation de leur station de métro, une sécurisation de l'accès, et même une étude de faisabiilté d'un second accès. La ligne 4 est très fréquentée, le quartier est très peuplé, et bien que les stations sur cette même ligne ne soient guère éloignées (au sud, Barbès-Rochechouart, et connexion avec la L2, au nord, Marcadet-Poissonniers et connexion avec la L12), la foule est intense aux heures de pointe (6 800 000 passagers par an, d'après les statistiques fournies par la RATP). Parmi les 301 stations parisiennes, elle occupe le rang 45. Il est donc souvent difficile de se frayer un chemin. On n'ose pas imaginer les conséquences si un mouvement de foule un peu brutal créait une panique. 

    Des études avaient déjà été menées par la RATP. Puis, plus tard, les stations de la ligne 4 ont été rénovées une à une sur une dizaine d'années. Mais Château rouge n'a jamais obtenu sa seconde sortie. 

    Ne ratez pas l'occasion d'exprimer votre avis ce soir à 19 heures, dans la salle des fêtes de la mairie du 18e. 

    DU 22 février au 30 mars, un dossier de présentation du projet ainsi qu'un registre pour consigner vos observations seront à disposition à la mairie. Pour les adeptes de l'internet : vous pourrez également faire part de votre opinion et de vos remarques à l'adresse suivante :

     projet.chateaurouge@ratp.fr

     

    paris,RATP,métro,chateau-rouge

  • Une première étude sur les biffins

    C'est à la demande de la Région Ile de France que la Mipes* a réalisé une étude sur la localisation des lieux de vente des biffins et sur leurs conditions de vie. Etude dont les observations ont eu lieu pendant 5 mois entre juillet et novembre 2011. Nous savons dans notre quartier que la situation a évolué rapidement et que les résultats de l'étude en question sont forcément en décalage. Mais il en est ainsi de toutes les études de terrain.

    Une importante cartographie illustre les propos des chercheurs. Pas inintéressant donc.

    Dans le préambule, on rappelle la finalité du dispositif : « mieux connaître cette population, afin de faire émerger des préconisations pour une meilleure intégration et une meilleure reconnaissance sociale de la population des biffins ».

    Il s'agit justement des biffins et pas des vendeurs à la sauvette. Cependant ces deux groupes coexistent sur les mêmes lieux de vente. Ils sont donc comptabilisés dans l'étude.

    Dans Paris, les 11e, 14e, 17e, 18e et 20e arrondissements sont concernés par cette activité et représentent 27,5% des lieux de vente de la région. Fin 2011, on chiffrait à 5% leur présence près du marché Barbès (86 vendeurs identifiés pour 3 passages consécutifs). Un chiffre qui serait évidemment plus important aujourd'hui.

    On peut lire : « Le site de Barbès présente une population mixte de biffins et de vendeurs à la sauvette, très mobile et réactive, les jours de marché forain. Ils font l'objet de poursuites policières régulières, plus particulièrement depuis le mois d'octobre 2011. Le marché est fréquenté par une population populaire et en partie issue de l'immigration, mais aussi par des clients de passage à la station de métro très fréquentée qui se situe à proximité. De surcroît, le marché légal de Barbès apporte un supplément de passage opportun. »

    Sur les vendeurs et les produits vendus, quelques précisions chiffrées :

    - Plus d'1/3 de femmes

    - Présence significative de jeunes

    - Part de vente de vêtements usagers de 40%, et près de 30% d'aliments périssables .

    Sans oublier les vendeurs de cigarettes …

    paris,rue-ambroise-paré,vendeurs-sauvette
    Angle des rues Ambroise-Paré et Guy-Patin, derrière l'hôpital Lariboisière.

    Nous avons extrait de cette étude la définition du biffin, un groupe de personnes qui a toujours existé dans les périodes de crise et de grande misère, particulièrement. Au 19e s., Montmartre avait un quartier appélé le maquis connu pour ses masures et ses petites gens, dont beaucoup de biffins de l'époque.

    "Comme les brocanteurs, les biffins sont autant des récupérateurs-vendeurs que des revendeurs. Ils passent une partie de leur activité à dénicher des objets qu’ils remettront en vente sur les mêmes marchés. Nous pourrions alors définir le biffin comme une personne en situation de faibles ressources assumant une gestion de l’incertitude en ayant comme activité complémentaire ou principale le recyclage d’objets et matériaux usuels usagés et abandonnés. Il propose à la vente des objets présentés à terre, exposés sur une bâche. "

    *MIPES : mission d'information sur la pauvreté et l'exclusion sociale en Ile-de-France

  • Combien de temps encore va-t-on chauffer les rues ?

    On peut lire dans le Affiches Parisiennes, la traduction très laconique de la décision de justice récente (24 janvier) sur les terrasses chauffées suivie de la réaction du Maire de Paris : 

    La Ville de Paris a annoncé qu'elle allait faire appel d'un jugement du Tribunal administratif ayant annulé sa décision d'interdire le chauffage au gaz des terrasses de café.

    Le maire de Paris, Bertrand Delanoë, avait signé en mai 2011 un arrêté interdisant pour des raisons écologiques ce type de chauffage. Le Comité français du butane et propane (CFBP) a demandé l'annulation de l'arrêté en novembre 2011. Le Tribunal administratif a rendu son jugement le 24 janvier. Selon un communiqué du CFBP, "l'interdiction décidée par la mairie de Paris reposait essentiellement sur des impératifs de développement durable considérant de façon arbitraire qu'un chauffage électrique est sur ce plan meilleur qu'un chauffage au gaz".

    Mais "après examen du dossier et notamment d'une étude de l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), le tribunal a considéré ne pas disposer d'élément permettant de justifier un traitement différencié entre les dispositifs de chauffage au gaz et à l'électricité", poursuit le comité.

    Considérer plus respectueux de l'environnement un chauffage des terrasses (qui devraient être ouvertes) à l'énergie électrique plutôt qu'au gaz nous avait paru en 2011 extravagant. On avait bien voulu comprendre que le maire de Paris laissait le temps aux cafetiers de se retourner et d'amortir leurs achats de chaufferettes en tout genre. Cette fois, c'est la justice qui s'en mêle : elle confirme que gaz ou électricité, c'est kifkif, du pareil au même, et qu'en conséquence l'arrêté d'interdiction n'est pas valable. Le tribunal ne fait pas la différence. Il annule purement et simplement la mesure d'interdiction. Il aurait pu faire mieux et conseiller l'utilisation de petites couvertures en laine polaire fabriquée à partir de matériaux de récupération. A nos yeux, la réponse appropriée de la Mairie de Paris, si elle voulait vraiment protéger l'environnement, initier des économies d'énergie, etc, comme elle le clame souvent, ce serait d'interdire tous types de chauffage en terrasse. Point barre. 

  • Barbès café au Cabaret Sauvage

    Du Samedi 23 Février 2013 au Vendredi 15 Mars 2013 

    Le spectacle musical BARBES CAFE revient du 23 février au 15 mars 2013 au Cabaret Sauvage !

    Après leur tournée, toute la troupe du Barbès Café vous attend sous le chapiteau du Cabaret Sauvage en février et mars 2013 dans une version actualisée !

    Barbès Café, est un spectacle musical imaginé et créé par Meziane Azaïche, il donne à voir, en plusieurs tableaux, comme autant d’époques, l’histoire de l’immigration maghrébine en France. Des origines, marquées par le blues de l’exil chanté dans les bars de Barbès, à aujourd’hui, où le leg des anciens est défendu par une nouvelle génération d’artistes comme faisant partie du patrimoine musical français.

    « Algérie, mon beau pays, je t'aimerai jusqu'à la mort ». Entrecoupés de courtes transitions, les morceaux se succèdent alors a un rythme entrainant, entre hip-hop, slam et musique orientale (avec même une reprise d'Edith Piaf). Musiciens et danseuse reconstituent l'ambiance d'un cabaret d'immigrés, avec une touche de modernité (…) - Louis Fravot - Le parisien

    Vu sur le net chez tourisme93.com

    Cabaret Sauvage
    59 boulevard Mac Donald 
    75019 PARIS
    Tarif de base - Adulte plein tarif : 24 €

     

  • Breaking the taboo : la guerre contre la drogue est un échec

    Breaking the Taboo est le premier documentaire de Sundog Pictures. Il présente les interview d'anciens présidents des Etats-Unis, dont Bill Clinton et Jimmy Carter, qui admettent que leurs politiques contre la drogue n'étaient pas bonnes.

    Le film est commenté par Morgan Freeman qui lui prête sa voix, et la campagne autour de "Briser le tabou" est en ligne sur YouTube promue par des personnalités publiques américaines comme Richard Branson, Kate Winslet et Dizzie Rascal.

    Selon la bande annonce :

    "La guerre contre la drogue fait rage depuis 40 ans. Plus d'un milliard de dollars ont été dépensés, des millions d'individus mis en prison, et on ne compte plus les milliers de morts. Le marché illégal de la drogue représente entre 330 et 400 milliards de Dollars, les drogues sont de moins en moins chères, et plus répandues que jamais, enfin dans un nombre toujours croissant de pays les cartels de la drogue sont la plus grosse menace à la sécurité nationale. Pourtant nos gouvernements continuent sans en tenir compte. 

    La vidéo a été reprise par des quotidiens en ligne comme The Telegraph à qui nous avons emprunté la présentation en la traduisant, ou encore The Washington Times qui relatait aussi l'intervention de Bill Clinton le 7 décembre dernier. Le texte est bien sûr en anglais et nous n'avons pas trouvé une version avec sous-titres. Notre association est toujours très sensible aux actions qui concernent la lutte contre la drogue, et nous soutenons celles qui ne confondent pas les trafiquants et les usagers, les uns profitant des autres et de leurs addictions. Cette vidéo serait-elle un premier pas vers des méthodes différentes de lutte ? Finie la tolérance zéro qui n'a pas empêché l'explosion de la consommation aux États-Unis et l'enrichissement sans limite des cartels... ? Finie cette politique du tout répressif qui a rempli les prisons de milliers d'américains ? Mais parallèlement l'économie de la drogue profite à beaucoup de monde.. alors espérons que ce ne sont pas des voeux pieux d'anciens présidents fatigués. 

    La récente décision de notre ministre de la santé, Marisol Touraine, qui va permettre d'expérimenter enfin une salle de consommation à moindre risque, s'inscrit dans cette approche plus préventive que répressive. C'est un petit pas modeste. Devant le ratage des politiques précédentes, il faut faire des efforts pour trouver d'autres solutions, tout en sachant qu'on n'éradique pas les addictions, aux drogues dures, douces, légales ou non. En revanche, limiter les dégâts devrait être un objectif de tous les gouvernements et des "hommes de bonne volonté".

  • Pollution parisienne : un seuil est franchi

    Le chiffre qui déclenche l'alarme : 144. 

    144 jours de dépassement du seuil d’alerte d’émissions nocives de particules, en 2012, aux abords du périphérique Ouest, selon les données. C’est le secteur le plus exposé de la capitale ! Suivent les secteurs des Champs-Elysées (78 jours de dépassement), le XIVe arrondissement (77 jours), le boulevard Haussmann (62 jours), le IVe arrondissement (30 jours), et le XVIIIe arrondissement, avec 28 jours « seulement » de dépassement du seuil d’alerte fixé à 50 µg/m³ de particules. Sachant que la limite annuelle européenne est de 35 jours de dépassement, la capitale explose les compteurs européens en matière de pollution quotidienne !
     
     Deux articles parus dans Le Parisien le 14 février illustrent le propos :
    Les médecins qui tirent la sonnette d'alarme estiment à 3000 le nombre des décès supplémentaires dus à la pollution dans les grandes villes de France. Lors de la présentation d'un plan anti-pollution par Bertrand Delanoë, on lisait un chiffre bien plus inquiétant à l'automne dernier sur le site de RFI : 43000 ! On en fait moins de cas que des morts de la route. Pourquoi ? Ce sont des morts discrètes. Espérons que cette alerte ne retombe pas dans l'oubli à la première pluie. En effet, une rapide recherche permet de voir que chaque année, on lit dans la presse les mêmes articles qui pointent les mauvais résultats de la France. Un  exemple : cet article du Figaro de mars 2012 qui déjà était cencé nous alarmer...
    Le médecin généraliste du 9e, interviewé par le Parisien, souligne que la pollution cause certes des maladies respiratoires, asthmes, trachéites, rhinopharyngites, mais elle est sans doute responsable également de l'état de fatigue dont souffrent souvent les Parisiens, le stress, un état général médiocre... Dans ces conditions, rien de plus normal que d'attendre avec impatience le prochain week end prolongé, ou la petite semaine de vacances qui fait tellement de bien ! 
     
    Où sont restées coincées les Zapa à Paris

    Avec cent quatre-vingt trois «Zapa» (Zone d'action prioritaire pour la qualité de l'air), le dispositif est déjà opérationnel dans différentes capitales européennes : Prague, Londres, Stockholm, Milan... Avec des résultats réels mais qui restent limités sur la qualité de l'air : de 1% à 4% d’émissions polluantes en moins, compte tenu de la multitude des sources d'émission en zone urbaine. 

    Il n'empêche que la France reste la mauvaise élève et continue de dépasser les seuils de pollution. Elle n'a toujours pas appliqué la directive européenne sur le sujet et va se voir appliquer des sanctions. Pour les éviter le gouvernement a préparé 38 mesures pour limiter la pollution de l'air (lire le Figaro du 7 février ou Actu-environnement du 7 aussi) , et notamment pour limiter la circulation des véhicules les plus polluants, souvent les plus anciens. Passée l'annonce, on ne sait pas bien si les mesures présentées seront appliquées ou non... 

    Une petite visite sur le site de l'Agence parisienne du climat ? c'est là APC.

  • Ce soir tirage au sort de la nouvelle équipe

    Pas de nouveau joueur acheté à prix d'or au Paris-Saint-Germain, non ! Vous n'y êtes pas. Il s'agit de la nouvelle équipe du conseil de quartier Goutte d'Or Chateau rouge qui ce soir sera tirée au sort parmi toutes les candidatures déposées en mairie.

    affich CQ GOCR 2.jpg

    L'équipe d'animation, c'est sa nouvelle appellation ! Qu'est-ce au juste ?

    C'est un petit groupe de conseillers de quartier motivés et disponibles qui assure le fonctionnement quotidien (ordre du jour des réunions, lien avec la mairie...).

    Elle est composée de 15 personnes (habitants et associations pour une durée de 2 ans, et un élu référent)

    Jeudi 21 février

    19 heures

    Institut des cultures d'Islam

    19, rue Léon, Paris 18e

  • Absinthe toujours...

    Il est des articles qui suscitent l'intérêt des lecteurs et poursuivent leur bonhomme de chemin au gré des commentaires et même du partage de connaissances nouvelles. Ainsi avions-nous reçu les références d'une enquête sur l'alcoolisme dans le quartier de la Goutte d'Or par les frères Bonneff (1913), puis découvert une vidéo suisse sur l'interdiction de l'absinthe dans le Val-de-Travers, en 1910, et maintenant une lectrice nous adresse une affiche qui relate cette mesure radicale et regrettée, si l'on ré-écoute les habitants du canton de Neufchâtel.

    Nous remercions Nicole Jacques-Lefèvre qui nous autorise la reproduction de cette affiche extraite de sa collection personnelle.

    paris,absinthe,suisse

    Pour en découvrir le détail, cliquez ici ou sur l'image.

    En France, l'absinthe fut interdite le 16 mars 1915, puis cette interdiction fut levée en 2011, sous réserve du respect de la réglementation (tolérance de 35mg/l de thuyone). Si vous vous intéressez à l'histoire à rebondissements de l'absinthe, rendez-vous sur le site de l'Heure Verte. On y trouve une multitude d'informations et d'illustrations, notamment une série de cullières à absinthe. Egalement une réponse intéressante à la question "pourquoi l'absinthe a-t-elle été interdite ?" Entre les ligues de moralité, les syndicats viticoles et les véritables défenseurs de la santé publique (l'alcoolisme faisait des ravages à la fin du XIXe s.), il est vrai que l'absinthe avait de nombreux ennemis. 

    cuiller-coquille35-01-s.jpgImage empruntée au site de l'Heure verte. Cuillère originale en forme de coquille Saint-Jacques, également désignée sous le nom de grille à absinthe.