Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chauffage

  • Combien de temps encore va-t-on chauffer les rues ?

    On peut lire dans le Affiches Parisiennes, la traduction très laconique de la décision de justice récente (24 janvier) sur les terrasses chauffées suivie de la réaction du Maire de Paris : 

    La Ville de Paris a annoncé qu'elle allait faire appel d'un jugement du Tribunal administratif ayant annulé sa décision d'interdire le chauffage au gaz des terrasses de café.

    Le maire de Paris, Bertrand Delanoë, avait signé en mai 2011 un arrêté interdisant pour des raisons écologiques ce type de chauffage. Le Comité français du butane et propane (CFBP) a demandé l'annulation de l'arrêté en novembre 2011. Le Tribunal administratif a rendu son jugement le 24 janvier. Selon un communiqué du CFBP, "l'interdiction décidée par la mairie de Paris reposait essentiellement sur des impératifs de développement durable considérant de façon arbitraire qu'un chauffage électrique est sur ce plan meilleur qu'un chauffage au gaz".

    Mais "après examen du dossier et notamment d'une étude de l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), le tribunal a considéré ne pas disposer d'élément permettant de justifier un traitement différencié entre les dispositifs de chauffage au gaz et à l'électricité", poursuit le comité.

    Considérer plus respectueux de l'environnement un chauffage des terrasses (qui devraient être ouvertes) à l'énergie électrique plutôt qu'au gaz nous avait paru en 2011 extravagant. On avait bien voulu comprendre que le maire de Paris laissait le temps aux cafetiers de se retourner et d'amortir leurs achats de chaufferettes en tout genre. Cette fois, c'est la justice qui s'en mêle : elle confirme que gaz ou électricité, c'est kifkif, du pareil au même, et qu'en conséquence l'arrêté d'interdiction n'est pas valable. Le tribunal ne fait pas la différence. Il annule purement et simplement la mesure d'interdiction. Il aurait pu faire mieux et conseiller l'utilisation de petites couvertures en laine polaire fabriquée à partir de matériaux de récupération. A nos yeux, la réponse appropriée de la Mairie de Paris, si elle voulait vraiment protéger l'environnement, initier des économies d'énergie, etc, comme elle le clame souvent, ce serait d'interdire tous types de chauffage en terrasse. Point barre. 

  • L'hiver viendra....

    Sans lire dans la boule de cristal, il est à peu près sûr que les températures vont bientôt baisser. Dans deux semaines nous serons en hiver, et ce sera Noël. La partie inconnue est Noël au balcon ou Noël aux tisons ? Une vieille interrogation qui démontre que les Français ne frissonnaient pas toujours à la fin de l'année dans des températures négatives. Nous sommes un pays tempéré et les variations sont banales.

    Que cela ne nous empêche pas de prévoir. Et si possible de prévoir à la fois confort et économie. C'est ce que propose l'Agence Parisienne du Climat qui donne ses conseils pour être au chaud cet hiver sans faire grimper la facture.

    Chauffage : entre économies et besoin de chaleur

    A Paris, le chauffage représente 70% de la facture énergétique des logements, loin devant les usages électriques, l'eau chaude sanitaire et la cuisson.
    Il y a différentes solutions pour réduire votre facture mais aussi diminuer vos émissions de gaz à effet de serre et ainsi lutter contre le changement climatique.

    Que vous soyez au chauffage individuel ou collectif  il y a 3 niveaux d'action :

    1) AGIR sans rien dépenser : valable aussi pour les locataires!
    Les températures préconisées dans un appartement sont : 19° dans le salon, 16° dans les chambres et 22° dans la salle de bain.
    Chaque degré supplémentaire augmente votre facture de 7%, elle peut donc vite grimper !
    Il suffit d'avoir un thermomètre dans chaque pièce pour vérifier que vous ne dépassez pas les températures de consigne. Pensez aussi à baisser le chauffage lorsque vous vous absentez quelques heures.
    Il faut également veiller à ne rien installer devant les radiateurs et fermer les volets et/ou les rideaux dès que la nuit tombe afin de garder la chaleur dans votre logement.

    2) AGIR avec des petits investissements : valable aussi pour les locataires !
    De petits équipements peuvent améliorer votre confort en hiver, par exemple : installer des rideaux épais et des bas de porte qui empêcheront l'air froid de rentrer dans votre logement.
    Vous pouvez également mettre en place une régulation du chauffage avec des robinets thermostatiques sur les radiateurs et installer un thermostat d'ambiance programmable.
    Les installations de régulation permettent de faire des économies de 10 à 25% sur la facture de chauffage.

    3) AGIR sur la performance énergétique du logement
    L'amélioration de la performance énergétique du logement va du remplacement de fenêtres jusqu'à l'isolation thermique extérieure en passant par le remplacement de la chaudière et l'isolation intérieure en fonction des situations.
    A Paris où 98% des logements privés sont en copropriété, il est pertinent d'adopter une démarche globale de rénovation de la copropriété : cela démultiplie l'efficacité et les résultats et permet de mutualiser, et donc réduire les coûts dans une plus grande proportion que ne le ferait une action personnelle, au coup par coup, par appartement.

    Pour en savoir plus, contactez les Conseillers Info Energie Climat de l'Agence Parisienne du Climat ou visitez le site internet ci-dessous. Ils vous délivreront des conseils gratuits, indépendants et personnalisés pour rester au chaud cet hiver tout en maîtrisant votre budget chauffage !

    Contact : Info-conseil@apc-paris.com

    A L'Agence Parisienne du Climat :
    Pavillon du Lac, Parc de Bercy, 3 rue François Truffaut - 75012 Paris
    Du lundi au vendredi de 10h à 18h
    De préférence, prendre rendez-vous au : 01 58 51 90 20

    Source : http://www.apc-paris.com/