Web
Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

théatre

  • Et si on allait faire un tour rue Léon ?

    Au fil des années, la rue Léon est en train de devenir une artère centrale pour sortir dans le 18e. Et l’ouverture imminente du 360 Music Factory, un lieu de création musicale qui réunit des studios d’enregistrement, une salle de concert, des bureaux administratifs et même un restaurant (nous avions présenté le projet sur ce blog en 2015), en fera le dernier arrivé d’une longue liste.  Car les lieux pour se divertir et se cultiver, ou simplement pour prendre un verre, ne manquent pas dans cette rue étroite qui commence au square Léon pour finir quatre-cents cinquante mètres plus loin rue Ordener. Petit tour d’horizon des enseignes "où l'on sort" dans la rue Léon :

    IMG_6642.jpg

     

    Le 360 Music Factory - 32 rue Myrha / 8 rue Léon : Nouvelle salle de concert consacrée aux musiques du monde. Ce lieu réunit des acteurs de la production musicale et offre un service de restauration en rez-de-chaussée (rue Myrha).

    thumb_IMG_6935_1024.jpg

    L'Embuscade - 9 rue Léon : Petit bar restaurant de quartier fréquenté essentiellement par une clientèle d'habitués.

    rue-leon,18e,bar,spectacle,théâtre,café

    Les Trois Frères14 rue Léon : Le bar restaurant "historique" de la rue Léon, où les habitants du coin viennent se mélanger. Une ambiance conviviale et des petits prix.

    thumb_IMG_6938_1024.jpg

    La Table Ouverte - 19 rue Léon : Le café de l’Institut des Cultures d’Islam vous propose une cuisine du monde le midi, à des tous petits prix, et un salon de thé. La cour intérieure est une véritable oasis à découvrir.

    thumb_IMG_6942_1024.jpg

    L’Olympic café20 rue Léon (angle rue de Laghouat) : un bar au pied d’un bel immeuble art-déco, qui propose aussi des brunch le dimanche, de nombreux concerts dans la salle du sous-sol.

    thumb_IMG_6941_1024.jpg

    L’Omadis - 43 rue Doudeauville / 29 rue Léon : Bar à l’ambiance sympathique et à la clientèle éclectique, des concerts se jouent dans la petite arrière-salle.

    thumb_IMG_6945_1024.jpg

    Le Lavoir Moderne Parisien (LMP) - 35 rue Léon : célèbre salle de spectacle, une programmation riche et diversifiée. À noter : des tarifs réduits pour les habitants du 18e arrondissement.

    thumb_IMG_6948_1024.jpg

    Le bar des Amis32 rue Léon : un tout petit café qui fait face au LMP avec une clientèle d'habitués.

    thumb_IMG_6947_1024.jpg

    Le 34 - 34 rue Léon (angle rue d’Oran) : Un piano bar au joli décor cosy, des concerts y sont régulièrement proposés.

    thumb_IMG_6952_1024.jpg

    Le Barbès Comedy Club – 39 rue Léon (angle rue d’Oran) : un tout nouveau café théâtre dédié au one(wo)man show, sous la houlette de Shirley Soignon. Une adresse à retenir !

    IMG_6135.jpg

    Le Garage Mu - 12 rue d'Oran / 45 rue Léon : Certainement la plus méconnue des adresses citées. Une salle de création, de répétition et parfois de concert dans cet ancien garage, comme son nom l'indique.

    thumb_IMG_6954_1024.jpg

    Chez Léon  - 23 rue Marcadet / 50 rue Léon : restaurant et bar à tapas, une ambiance chaleureuse et sympathique pour se retrouver entre amis.

    thumb_IMG_6956_1024.jpg

  • "La Mouche" aux Bouffes du Nord

    Les Bouffes du Nord mettent à l'affiche "La mouche", une pièce librement inspirée de la nouvelle de George Langelaan. L'adaptation et la mise en scène sont de Valérie Lesort et Christian Hecq, que l'on retrouve sur scène avec Christine Murillo et Stephan Wojtowicz.

    "Dans les années 60, au cœur d’un village, Robert vit avec sa maman Odette. La relation mère-fils est inquiétante et désopilante à la fois, un clin d’oeil à l’épisode « La soucoupe et le perroquet » de l’émission Strip-tease.

    La cinquantaine, dégarni, bedonnant, Robert passe le plus clair de son temps enfermé dans le garage où il tente de mettre au point la machine à téléporter. On assiste au quotidien de ce drôle de couple, ponctué par des expériences de téléportations plus ou moins réussies.

    Comme dans le film de Cronenberg, tiré lui-même de la nouvelle de George Langelaan, Robert va tenter de se téléporter, mais une mouche s’est glissée dans la machine, et l’apprenti scientifique va peu à peu se transformer en insecte géant. Ses transformations physiques et mentales ne seront pas sans rappeler celles de Gregor dans La Métamorphose de Kafka. Robert va se déshumaniser peu à peu pour devenir une bête capable de grimper au mur, poussée par une recherche insatiable de nourriture.

    Travail corporel, effets spéciaux, esthétique du temps des prémices de l’informatique, La Mouche est un laboratoire d’expérimentations scéniques et visuelles, un extraordinaire terrain de jeu."

    Valérie Lesort et Christian Hecq

    174860-_mg_2399_bd.jpg

    C'est où ?

    Théâtre des Bouffes du Nord, 37 bis boulevard de la Chapelle, Paris 10e

    C'est quand ?

    Du 8 janvier au 1er février 2020 (réservations)

  • "Monstruation", une pièce pour dénoncer les violences faites aux femmes

    La LMP met à l'affiche "Monstruation", un texte coup de poing sur la violence conjugale, écrit et mis en scène par Claire Bosse-Platière, avec Paul Delbreil, Elisa Habibi et Laurette Tessier sur scène.

    Monstruation est une pièce qui raconte la lente transformation en monstres, d’un homme, d’une femme et de son amie.

    Ces trois personnages deviennent les figures de nos tragédies contemporaines. Ils donnent voix à l’indicible, tentent de comprendre l’incompréhensible, de regarder en face l’insoutenable.

    « J’ai toujours voulu faire bien, m’aimer. M’aimer je n’ai jamais su faire »

    Texte et mise en scène Claire Bosse-Platière
    Avec Paul Delbreil, Elisa Habibi et Laurette Tessier
    Scénographie et costumes Charlotte Villermet
    Musique live Victor Pavel
    Avec le soutien de l’École Supérieure d’Art Dramatique de Paris

    lmp,théâtre,18e

    C'est où ?

    Lavoir Moderne Parisien (LMP), 35 rue Léon, Paris 18e

    C'est quand ?

    Du mercredi 18 au dimanche 22 décembre 2019, à 19 h (dimanche, matinée à 15 h)

  • "Ecchymoses invisibles", du théâtre pour dénoncer les violences faites aux femmes

    En prolongement de la Journée Internationale de lutte contre les violences faites aux femmes (25 novembre), la mairie du 18e propose, ce vendredi 29 novembre, une pièce de théâtre : "Ecchymoses invisibles".

    "Un huis-clos conjugal déroutant, sans compromis ni tabou


    Face à la brutalité de Michel, Corinne a érigé des remparts de silence. Mais ce soir elle n’a d’autre choix que de se confronter au monstre de colère qui habite son mari.

    Fuir une relation toxique, après vingt-quatre ans de vie commune, représente un véritable saut dans le vide. Et ça, Corinne ne le sait que trop bien. Séducteur en apparence, destructeur en réalité, Michel son mari, a fait d’elle une femme mutique aux multiples blessures.

    Passionné d’aviation, Michel a invité pour la soirée son collègue afin de lui montrer ses nouvelles maquettes. Corinne, en charge de préparer l’apéritif dînatoire, n’a finalement pas pu s’acquitter de cette tâche et redoute la colère de celui-ci.

    Victime de la dureté des mots et des gestes de Michel, elle cherche ce soir une issue à cette violence. Que peut-elle faire face à la personnalité perverse de son mari ? Parler ? Se taire ? Rester ? Fuir ?"

    L'entrée est libre et gratuite.

    journée-mondiale-lutte-violence-faites-aux-femmes,18e,théâtre

    C'est où ?

    Mairie du 18e, 1 place Jules Joffrin

    C'est quand ?

    Vendredi 29 novembre 2019, à 20 h

  • Théâtre dans le 18e !

    On peut considérer qu’on reste dans la proximité culturelle quand on peut se rendre au théâtre à pied. De Barbès, c’est notre cas, car le théâtre des Béliers parisiens est situé 14 rue Sainte-Isaure, à 100 mètres de la mairie du 18e. Habitants du quartier Barbès, nous sommes souvent intéressés au devenir de notre hôpital local, Lariboisière, les travaux, les accès, les urgences…. et… et… quel rapport avec le théâtre des Béliers ? La pièce qu’on y donne ces jours-ci ! Les 1001 vies des Urgences ! Un texte de Baptiste Beaulieu sur une mise en scène d’Arthur Jugnot.

    À la première lecture, le titre peut ne pas attirer. Hum… Ce serait trop dommage de ne pas passer outre. Ce seul en scène d’Axel Auriant mérite votre attention et votre visite. Il est sur scène depuis le 12 septembre, la salle est pleine, et les applaudissements nourris à chaque représentation.

    Pour ne pas paraphraser le site du théâtre, collons ici le court résumé qui s’y affiche : "Lorsqu'un jeune interne en médecine se prend d'affection pour la patiente de la chambre 7, il décide de commencer une course folle contre la montre ; il va lui raconter, avec humour et sensibilité, des histoires de son quotidien dans le milieu hospitalier pour la maintenir en vie jusqu'à ce que son fils, bloqué à l'étranger, puisse arriver... Truffé d'anecdotes inédites et bien réelles, le spectacle peint avec humour, les infirmières au grand cœur, les internes gaffeurs et les incroyables rencontres avec les patients. Il passe l'hôpital au scanner et nous livre un bloc d’humanité."

    Nous soulignons pour notre part humour et sensibilité, beaucoup d’humanité, nécessaire pour ne pas céder le terrain à la haute technicité qui domine trop souvent les relations médicales. Ici on parle d’humain à humain, avec leurs forces et leurs faiblesses. Et on rit de leurs maladresses, de leur obsessions, on admire leur énergie. Un coup de chapeau enthousiaste au jeune comédien qui, seul en scène, sans effets spéciaux, donne vie à sa patiente, une vie certes précaire, mais bien présente.

    Ne pas arriver au dernier moment car le placement est libre, les meilleures places sont pour les premiers arrivés! Des tarifs préférentiels aux habitants du 18e et aux jeunes. Profitez-en !

    théatre,18e,beliers

    C'est Où ?

    Théâtre des béliers, 14 rue Sainte-Isaure, Paris 18e

    C'est quand ?

    À partir du 12 septembre 2019, du mercredi au samedi à 21 h, le dimanche à 15 h

  • "Ma Comédie Française" au LMP

    Le Lavoir Moderne Parisien propose actuellement "Ma Comédie Française", un spectacle écrit et interprété par Jean-Marie Galey, mis en scène par Teresa Ovidio (son de Thomas Gauder). La pièce est à l'affiche jusqu'au 22 septembre prochain et convient à un jeune public (à partir de 12 ans).

    "J’ai vécu au sein de la Comédie française une aventure artistique haute en couleurs, fertile en rebondissements violents, soldée par un procès retentissant qui mit en lumière les abus et incompétences de la vénérable maison dans le domaine du droit du travail.

    Teresa Ovidio et moi-même présentons une machine à décerveler où défile une galerie de personnages qui firent le sel de mon séjour au Français.

    Si l’on peut trouver dans la forme une vague parenté avec Philippe Caubère – je pencherais plutôt vers Dario Fo – il s’agit d’une introspection au plus profond de ce que mon expérience a pu m’apporter sur la place réservée à l’humain au sein de l’Institution. Entendons par là les institutions quelles qu’elles soient : couple, famille, entreprise… En prenant le parti de l’humour, nous tenons à le préciser !"

    Jean-Marie Galey

     

    unnamed.png

     

    C'est où ?

    Le Lavoir Moderne Parisien (LMP), 35 rue Léon, Paris 18e

    C'est quand ?

    Jusqu'au 22 septembre 2019, du mardi au samedi à 19 h et dimanche à 15 h

  • Les Naufragés aux Bouffes du Nord

    Les Bouffes du Nord mettent à l'affiche du 12 septembre au 2 octobre Les Naufragés, une pièce tirée du roman Les naufragés, Avec les clochards de Paris de Patrick Declerck, mise en scène par Emmanuel Meirieu, avec François Cottrelle et Stéphane Balmino.

    "Patrick Declerck a suivi pendant plus de quinze ans les clochards de Paris. Psychanalyste, il ouvre au Centre d'Accueil et de Soins Hospitalier de Nanterre la première consultation d'écoute destinée aux SDF. De cette expérience, il tirera son livre Les Naufragés.

    "C'est l’odeur dont je me souviendrais le plus longtemps, écrit-il, une odeur âcre, écoeurante, qui vous prend à la gorge, imprègne vos vêtements, une odeur d'aisselles et d’entrejambes, de pieds purulents qui ont pas été déchaussés depuis des semaines. J'ai suivi les clochards de Paris dans la rue, dans le métro, les centres d'hébergement, à l'hôpital. J'ai aidé à les soigner, je pense en avoir soulagé plusieurs, je sais n'en avoir guéri aucun. Je les ai haïs la plupart du temps. Ils puent la crasse et le mauvais vin, ils puent la haine, la rancœur, l'envie. Ils se volent entre eux, ils terrorisent les plus faibles, ils violent leurs femmes. Mais il n'y a pas eu que la haine. C'est pour ça que je suis resté longtemps à les regarder, à les écouter. C'est pour ça que maintenant que je les ai quittés, il y a des soirs où ils me manquent un peu. Les souvenirs se bousculent, les morts et les vivants, les morts vivants, tous ceux que j’ai croisés, le temps d’un mot, d’un pansement, d’un comprimé, d'un repas chaud."

    Je veux vous donner à écouter le témoignage de cet homme parti vivre avec les naufragés, les misérables, et continuer à raconter au théâtre les histoires oubliées de ceux qui ne sont rien."

    Emmanuel Meirieu

    unnamed-1.jpg

     

    C'est où ?

    Théâtre des Bouffes du Nord, 37 bis boulevard de La Chapelle, Paris 10e

    C'est quand ?

    Du 12 septembre au 2 octobre 2019, du mardi au samedi à 19 h

  • Théâtre : "Glissement de terrain" à La Reine Blanche

    Le théâtre La Reine Blanche met à l'affiche une pièce d'Hélène François : "Glissement de terrain". Cette pièce se jouera les 9 et 10 juillet, avec Ophélie Legris, Andréa Brusque, Ivan Cori et Nicolas Perrochet sur scène.

      "Quand on veut on peut, sagesse populaire

    Pour répondre à un besoin vital d’espace, Florence, issue de la classe moyenne dans une ville devenue trop chère, prend la tangente et part vivre à la campagne. Avec Ivan, son petit ami, elle achète un terrain brut et isolé pour y bâtir leur maison. Malgré des différends avec la mairie, un terrain hostile, un compagnon immature, une situation financière fragile, une mère bornée, une meilleure amie perfide, des cataclysmes météorologiques, Florence s’obstinera."

    20180819_130018.dpi-300-680x510.jpg

    C'est où ?

    La Reine Blanche,  2 bis passage Ruelle, Paris 18e

    C'est quand ?

    9 et 10 juillet 2019, à 20 h

  • Théâtre : "Beaux présents dorés, ou Le voyage dans l'alphabet extraordinaire de Jude Call Mirann"

    Le Lavoir Moderne Parisien met à l'affiche "Beaux présents dorés, ou Le voyage dans l'alphabet extraordinaire de Jude Call Mirann" de Julien Marcland.

    Cette pièce est écrite, mise en scène et interprétée par Julien Marcland, assisté de Gabriel Perez et Lorenzo Charroy ; les lumières sont dues à Eugénie Bousquet et les décors et la scénographie à Jean-Baptiste Manessier, assisté de Eric Jolivet.

    Que nous sont les mots ?
    Ont-ils sur nous un pouvoir ? A-t-on vraiment besoin de 26 lettres ?
    Qui est ce Jude Call Mirann ?

    "Le produit type du travail de l’auteur : son anagramme. Julien Marcland fait partie de ces créateurs de mots, de langues, de la trempe d’un Pérec ou d’un Novarina. Tout y passe, des lipogrammes à la kabbale en passant par Fibonacci, Euclide, le nombre d’or, divine proportion… car les lettres, c’est aussi les nombres.

    Comment faire mots et phrases avec les lettres d’un simple nom, répétées à l’envi ? Julien Marcland traque dans les mots et les noms, les « belles absentes », avec humour parfois : dans Emmanuel Macron, par exemple le mot « poésie est absent », les lettres nécessaires pour écrire ce mot sont absentes.

    Alchimiste du Verbe, Géotrouvetout génial, il manipule un bric à brac parfaitement calculé, un masque de vache, un lapin qui change de couleur, une casserole où mijote une mystérieuse mixture dont il s’enduit le visage. Il soigne son œuvre au noir. Partout des mots, qui se disent, s’écrivent, s’éclairent jusqu’à l’envol final de ce poète qu’on pourrait dire baroque, fou ou génial, ce qui, dans son cas, est un pléonasme. Performance d’écriture, de diction, de mémoire, de culture aussi, avec des références dont certaines sans doute nous échappent alors que nous croyons en découvrir d’autres auxquelles (qui sait ?) il n’a peut-être pas pensé comme cet « acceptons ensemble de perdre connaissance » qui a un fort accent claudélien (Ysé dit à Mésa…). Tout enchante dans ce foisonnement qui jamais n’agace, jamais n’ennuie."

    Evelyne Sellés-Fischer

    BEAUX-PRESENTS-VISUEL-NU.jpg

    C'est où ?

    Lavoir Moderne Parisien, 35 rue Léon, Paris 18e

    C'est quand ?

    Du 3 au 5 juillet 2019, à 19 h

  • "Poète brasseur" à l'affiche du LMP

    Du 1er au 12 mai, le Lavoir Moderne Parisien (LMP) met à l'affiche "Poète brasseur", un spectacle écrit et mis en scène par Emmanuel Vilsaint, produit par l’Acte Essentiel avec le soutien de Maecenae et FSDIE – Université Paris 8.

    "Trilogie d’une vie poussière
    Tandis qu’une Voix-Chanterelle raconte l’histoire d’un peuple meurtri, un poète trafiquant du temps se démultiplie : poète donneur, poète brasseur – la vie ça se brasse ! –, poète libre – liberté recouvrée pour avoir placé sa vie entre les mains d’une mystérieuse Ange-Douceur à qui il faut tout donner.
    Très vite, dans ce bric-à-brac poétique, surgit un "zobop" : nocturne utopie entre les mondes visibles et invisibles. Puis un appel à la liberté est lancé. Des rêves s’éveillent, s’évadent et perdurent.

    Plantant son décor dans la mythologie haïtienne, « Poète Brasseur » dresse un portrait de l’Homme-poète debout face à son propre destin et face à un destin collectif. Bien loin des stéréotypes injustement attribués, le poète est définitivement un Être-brasseur : il brasse les mots, les images, les actions et nous rapproche d’un chaos bouleversant toute réalité aliénante. Dans ce spectacle interdisciplinaire (poésie-théâtre-danse-chant-musique), la parole est une pensée agissante qui donne à voir sans tabou la complexité du monde moderne".

    Renseignement et réservation en ligne : cliquer ici.

    unnamed (1).png

    Visuel © Mario Benjamin

     

    C'est où ?

    Lavoir Moderne Parisien, 35 rue Léon, Paris 18e

    C'est quand ?

    Du 1er au 7 mai 2019

  • Au programme des Bouffes du Nord

    Le théâtre des Bouffes du Nord propose deux pièces dans les jours à venir : En Silence et La Collection.

    On pourra d'abord voir ce week-end, samedi 2 et dimanche 3 mars, la pièce En Silence, adaptée de la nouvelle de Yasunari Kawabata, avec un livret d'Alexandre Desplat et Solrey, la composition et direction musicale est menée par Alexandre Desplat, sur une mise en scène de Solrey, avec Camille Poul (soprano), Mikhail Timoshenko (baryton-basse) et Sava Lolov (narrateur) sur les planches.

    bouffes-du-nord,10e,théâtre,culture

    "L’écrivain Ômiya Akifusa, paralysé, est privé de son langage, des signes et des mots. Comment un créateur peut-il encore vivre quand il est privé de son expression artistique ? Que deviennent son histoire, son passé, son présent et comment l’Autre invente-t-il son devenir ? Tissée de questions sur la création, la transmission, la mémoire, la perte, cette nouvelle métaphysique de Yasunari Kawabata oscille entre apparition et disparition et met en jeu l’alternance du réel à l’au-delà, de l’intérieur à l’en dehors, du silence à la musique."

     

    C'est où ?

    Théâtre des Bouffes du Nord, 37 bis boulevard de la Chapelle, Paris 10e

    C'est quand ?

    Samedi 3 et dimanche 4 mars 2019

     



    À partir du 7 mars et jusqu'au 23 mars, c'est La Collectionécrite par Harold Pinter (traduite par Olivier Cadiot), que Les Bouffes donneront à voir. Cette pièce est mise en scène par Ludovic Lagarde, et sur scène on retrouvera Mathieu Amalric, Valérie Dashwood, Micha Lescot et Laurent Poitrenaux.

    bouffes-du-nord,10e,théâtre,culture

    "La Collection est une pièce fascinante et sombre. Le texte distille le poison du mensonge. James veut savoir la vérité sur ce qui s’est réellement passé une nuit dans un hôtel de Leeds entre Stella, sa femme, et Bill. Bill vit chez Harry à Belgravia, un quartier huppé de Londres, Stella et James à Chelsea, le quartier des artistes. Quelle est la vraie nature du lien qui lie Harry et Bill ? Que cherche vraiment James ? Que désire Stella ? Quels réglages passionnels guident chacun de ces personnages entre fantasme et jalousie ? Pinter nous conduit sur de multiples pistes comme autant de départs de fictions... une collection."

     

    C'est où ?

    Théâtre des Bouffes du Nord, 37 bis boulevard de la Chapelle, Paris 10e

    C'est quand ?

    Du 7 au 23 mars 2019

     

  • Théâtre : Les Coulisses de l’Âme au LMP

    Du 20 au 24 février, le Lavoir Moderne Parisien (LMP) met à l'affiche la pièce Les Coulisses de l'Âme. Il s'agit d'une courte pièce peu connue, écrite par Nicolas Evreivnov au début du XXème siècle. La première mise en scène de la 2 Moi et Demi et Cie, en vous invitant à découvrir ce texte plein d’humour et de poésie, est l’occasion de s’aventurer dans ce qu’on pourrait appeler, tout simplement, une âme. L’occasion d’aller à la rencontre de ce qui s’y trouve et surtout de ceux qui s’y trouvent, de ceux qui l’habitent et de ceux qui la hantent.

    Cette pièce est une plongée au cœur de l’hésitation, du conflit intérieur d’un homme qui se débat contre lui-même, déchiré entre deux femmes : celle avec qui il a un enfant et celle qui l’enchante et le charme. Mais sont-elles réellement comme il les imagine ? Quelle image est vraie, et quel amour le plus fort ?
    Ainsi déchiré entre passion et raison, en suspension, cet homme étudié sous nos yeux est en proie à une véritable lutte intérieure. Son cœur à vif devient un chœur qui le regarde, ému et mû par l’action.
    Mais d’ailleurs, qui est cette ombre qui dort au fond de la scène ? Est-il celui qui subit ou qui orchestre la symphonie chaotique d’un homme désespéré ?

    Visuel-CDLA.png

    Visuel © Emma Karanov



    Un spectacle écrit par Nicolas Evreivnov
    Mise en scène Morgane Bonfini
    Interprètes Emma Karanov, Dimitri Bretheau, Arnaud Bocquet, Rémi Boissou, Esther Whahl, Lola Saint-Gilles, Morgane Bonfini, Hannah Maillard, Val Schoesetters, Tian Yuan Li et Romane Lecroq
    Création Lumière Ronan Huriez



    C'est Où ?

    Lavoir Moderne Parisien, 34 rue Léon, Paris 18e

    C'est quand ?

    Du 20 AU 24 février 2019 (du mercredi au samedi à 19h et le dimanche à 15h)