Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sciences-po

  • Action Barbès : un nom connu au-delà du quartier...

    En toute modestie, nous devons reconnaitre qu'Action Barbès est très souvent sollicitée. Il ne se passe guère de semaine (mis à part pendant l'été et encore) sans que des journalistes ou des étudiants (ENA, Sciences PO, écoles de commerce, étudiants en sociologie...) ne nous sollicitent pour un entretien ou une interview.

    Ah, j'en entends déjà certains dire qu'on cherche à mettre en avant une notoriété flatteuse. Et bien pour une fois, nous nous sommes dits qu'on pouvait l'écrire. Bien sûr, tout cela est aussi fonction de l'actualité. Avec l'ouverture de la salle de consommation à moindre risque, avant et après, un intérêt et une curiosité pour notre position jusqu'en Belgique,  avec le projet de Promenade Urbaine qui a aussi traversé l'Atlantique et qui nous a permis de rencontrer des architectes de New-York et de Chicago (voir article d'octobre 2014), sur la "gentrification" du quartier notamment au moment de l'ouverture de la brasserie Barbès...

    Nous essayons autant que faire se peut de répondre favorablement à tous et notamment de rencontrer les étudiants qui ont souvent besoin d'informations pour leur travail et croyez-nous, tout cela est chronophage.

    Alors, voilà c'était la minute d'autosatisfaction de l'équipe d'Action Barbès. Allez, promis, il n'y en aura pas d'autre!

  • La controverse du Louxor suite

    Camera Egyptica web.jpgLe blog d’Action Barbès vous a informés fin février de l’intérêt porté par des étudiants de l’Institut de Sciences Politiques de Paris (Sciences Po) à la controverse née du projet de réhabilitation du Louxor tel que lancé par la mairie de Paris.

    A peine trois mois après avoir rencontré tous les acteurs de cette controverse, nos étudiants ont publié le résultat de leurs travaux par le biais d’un site web « Louxor, palais du cinéma ».

    Tant sur la forme que sur le fond, le travail est remarquable. On en n’attend pas moins d’étudiants censés faire partie de l’élite et sans doute appelés à de hautes responsabilités. Mais disons le tout net, il est quand même rassurant de constater que dans notre monde où tout va souvent trop vite et où les avis sont parfois trop abruptement exprimés et souvent mal étayés, quelques-uns prennent le temps de mener une réflexion approfondie sur nos modes de fonctionnement,  car c’est bien de cela dont il s’agit en réalité.

    Bien sûr, de petites erreurs se sont glissées dans ce travail. Inutile d’insister sur des détails qui ne changent rien au fond de la question.

    Le projet Louxor continue mais une phase essentielle s’est terminée avec le début des travaux. Même si le combat d’Action Barbès pour sauvegarder le Louxor dans son état originel a été perdu, celui-ci a quand même permis de dégager une idée force : l’incompréhension voire la méconnaissance de certains du mot patrimoine. Au mieux, le terme fait l’objet d’une interprétation à géométrie variable en fonction des intérêts du moment. Les récentes polémiques à propos des serres d’Auteuil ou de l’hôtel de la Marine place de la Concorde nous le montrent clairement.

    Lisez attentivement le site « Louxor, palais du cinéma ». Tout y est traité avec honnêteté et talent.