Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

numérique

  • Un article qui plaide pour la création d'un lieu convivial à Barbès

    Encore récemment nous évoquions l'offre nouvelle d'écrans de cinéma dans le Nord-Est parisien, imminente comme l'Etoile-Lilas (voir l'article du Parisien du 26 septembre 2012) et encore un peu lointaine, mais néanmoins confirmée, porte d'Aubervilliers, à la Cité des Sciences et de l'Industrie ou dans la zone Claude Bernard avec le multiplexe UGC (voir notre article du 17 septembre 2012).

    La lecture du Parisien est recommandée aux responsables de la mairie du 18e qui militent avec nous pour la réouverture d'une belle brasserie à Barbès. Elle devrait les conforter en effet dans leurs efforts à convaincre les propriétaires des parcelles actuellement à l'abandon. On peut lire dans la description du futur cinéma que le cabinet d'architectes Hardel et Le Bihan a prévu « sur le parvis, au rez-de-chaussée, deux restaurants – une brasserie et un japonnais » Et encore « La terrasse, couverte et chauffée l'hiver, protégée l'été, accueillera une autre restaurant, géré directement par l'Etoile. »

    C'est le bon sens même ! Que ce soit les jeunes ou les moins jeunes qui fréquentent les salles de cinéma, ils ont souvent envie de prolonger la soirée en mangeant un morceau ou en buvant un verre au lieu de se quitter sur le parvis, sèchement. Or, pour l'instant à Barbès..... nous ne voyons pas bien le lieu qui réponde à cette envie.

    Pour le reste, ces nouvelles salles disposeront de toutes les avancées technologiques qui ont fourni des arguments aux promoteurs du projet Louxor, à savoir :  « Toutes les salles sont équipées d’installations technologiques dernier cri » (ce qui était le nec plus ultra de la modernité il y a 5 ou 6 ans est devenu la norme), « et adaptées aux personnes mal-entendantes », « l'une des salles permettra aussi l'organisation de concerts et de spectacles vivants. »

    N'était-ce pas ce que mettait en avant la Mission Cinéma lors des présentations du projet et dans sa newsletter, en ligne ici

    Extrait de la Newsletter d'avril 2012:Le Louxor accessible à toutes les personnes handicapées

    Conformément à la législation, le Louxor sera entièrement accessible aux personnes en situation de handicaps : personnes à mobilité réduite (PMR) mais aussi sourds et malentendants et mal-voyants.

    En effet, jusqu'à présent deux types de handicaps ne trouvaient pas de réponse appropriée dans les salles de cinéma :

    - Les sourds et malentendants qui ne peuvent voir que des films sous-titrés. Or le sous-titrage des films en 35mm suppose l'installation d'un projecteur ad hoc. Le producteur doit aussi avoir réalisé les sous-titrages en amont. Avec l'équipement numérique, il n'est plus nécessaire de disposer de matériels spécifiques, l'exploitant pourra ainsi proposer des films sous-titrés.

    - Les mal voyants. Pour être accessibles, les films doivent être "audio-décrits" (bande son qui « raconte » ce qui se passe à l'image), et la salle de cinéma doit être équipée de boucles magnétiques ou infrarouges diffusant la bande son vers des casques. Avec le numérique, le recours à l'audio-description devient beaucoup plus simple à condition toutefois que les producteurs la réalisent en amont.

    La révolution numérique permettra désormais aux personnes en situation de handicap d'aller au cinéma plus régulièrement.

    Nous concluons que pour faire la différence et faire venir les spectateurs à Barbès, il faut trouver autre chose... Comme par exemple un café chaleureux et convivial qui éclaire agréablement la « zone » et fasse oublier son image de carrefour de tous les trafics ! 

    Observation : l'expo photo sur les palissades du chantier-Louxor a été changée tout récemment. A rgarder de près. Ce sont les ouvriers qui "s'affichent" !! Nous sommes impatients de voir leur travail.... 

  • des vidéos..... interactives pour un dimanche gris

    Ce dimanche s'annonce beaucoup moins ensoleillé que ces derniers jours. Pourquoi dans ces conditions ne pas jeter un coup d'oeil sur ce site ? 

    Je ne sais pas vous… mais moi, j’aime les courts métrages, les vidéos un peu dérangées, pour ne pas dire déjantées. Si vous partagez ce goût, je vais vous tendre une perche, un lien plutôt, vers un site qui en propose une certaine quantité, en toute hétérogénéité, et offre de surcroît l’interactivité. Vous pourrez suggérer des mots qui définissent un thème après que le logiciel a reconnu ce dont il s’agit… à tâtons. Vous visionnez une courte vidéo, une minute tout au plus. Puis des chiffres sont proposés, assez hétéroclites également. Un exemple ? La valeur du marché de la pizza surgelée (en millions… en millions de quoi, on ne nous le dit pas. Disons de dollars.) Et là, on comprend que la France n’est pas les States. Si en France le chiffre annoncé est de 107 millions de “?”, aux USA, il est de 6 480 millions de “?”. On aurait aimé avoir une idée des sources. Pas grave.

    Laissez-vous guider au gré des mots et des suggestions que génére le site. C'est LÀ.

    paris, gaité-lyrique,code-barre

    Code barre : un voyage interactif bizarre, au gré des mots d'objet de la vie quotidienne qui vous viennent à l'esprit. Il sera repris à la Gaïté Lyrique, espace des cultures numériques parisien. --> La Gaîté lyrique, 3 bis, rue Papin, Paris-3e. Mo Réaumur-Sébastopol. Du mardi au samedi de 14 h à 20 h et le dimanche de 14 h à 18 h. Jusqu'au 10 novembre. Entrée libre.

    Ce que dit Le Monde pour vous donner une idée plus précise de la chose....

    Le principe de ce webdocumentaire est de faire de l'internaute un acteur, plus qu'un simple spectateur. En lisant le code-barres d'un objet avec votre smartphone (après avoir téléchargé l'application « Code-barre » sur iTunes Store) ou avec webcam connectée au site Internet Codebarre.tv, vous déclenchez un film d'une minute en lien avec l'objet en question. En soixante secondes, clés, Post-it, machine à laver, chaussure, préservatif, cafetière, pince à épiler, cigarette, voiture, biscuit, rouge à lèvres... tout y passe. Des vidéos d'artistes à partager, que les internautes peuvent enrichir, soit en postant sur un blog dédié un texte et une photo de leur totem, soit en scannant de nouveaux objets qui iront enrichir la base de données du projet Code barre. Une manière inédite d'accéder à des créations multimédias grâce aux technologies modernes.

    Quand on préfère la simplicité, les vidéos sont très accessibles sur l'écran d'un ordinateur, il n'est pas vraiment nécessaire de charger une application sur iTunes.