Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

abolition-de-l-esclavage

  • Abolition de l'esclavage: commémoration dans le 10e et le 18e

    Cette année encore, on commémorera l'abolition de l'esclavage dans de nombreux lieux.

    Dans le 10e

    Mardi 12 mai à 19h à la mairie, avec une  projection du documentaire de Nic Young et Joe Kennedy " Les révoltés du Meermin" suivi d'un débat avec Thomas Vernet, historien.

    "Le 18 février 1766, les captifs malgaches du navire négrier néerlandais le Meermin se révoltent et prennent le contrôle du vaisseau"

    Dans le 18e

    Également le 12mai, à 18h, projection du film " Gros sur mon coeur" et débat (avec la réalisatrice Chloé Glotin et l'historien Pap Ndiaye) et d'un court-métrage de Marie Vanaret " Trick Baby".

     

    paris, 18e, abolition esclavage, commémoration, histoire

    Attention le rdv n'est pas à la mairie du 18e mais à l'Auberge de jeunesse Y.Robert - Halle Pajol 20 esplanade N. Sarraute.


    Réservation auprès de la mairie du 18
    e - 01 53 41 17 82

    oOo

     

    En cette journée de commémoration, n'oublions pas les phrases magnifiques d'Aimé Césaire.

    Le plus beau texte d’Aimé Césaire n’est pas un poème mais son introduction intitulée Victor Schoelcher et l’abolition de l’esclavage aux textes du même Schoelcher traitant de l’esclavage et de la colonisation. Et Césaire n’y fait pas dans la demi-mesure.

    Qu’on en juge :

    « On aurait peine à imaginer ce qu’a pu être pour les Nègres des Antilles la terrible époque qui va du 17ème siècle au 19ème …….. Que l’on se représente Auschwitz et Dachau, Ravensbrück et Mauthausen, mais le tout à l’échelle immense – celle des siècles, celle des continents - l’Amérique transformée en  "univers concentrationnaire" ….

    L’admirable est que le Nègre ait tenu.

    Beaucoup mouraient. Les autres tenaient.

    Comment ?

    Par la bonté nègre qui fait que l’un fortifia l’autre.

    Par l’imagination nègre qui toujours leur présenta, à portée de main, la liberté.

    Par l’amour de la vie, et l’humour nègre qui les rendit supérieurs à leur condition et toujours juges de leurs maîtres »

     
    Lire le texte complet dans :

    Victor Schoelcher - Esclavage et colonisation

    Introduction par Aimé Césaire

    Les sources du débat

    PUF – 15€