Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vins

  • Les vins de l'Elysée à Drouot

    Après tous les problèmes de sécurité qui nous ont beaucoup occupés ces jours-ci, soyons plus léger ! Buvons un verre aux quelques rayons de soleil que nous espérons tous.

    Ce n'est pas une incitation à la boisson, à l'alcoolisme, mais l'information nous a paru insolite. Elle est parue dans le Parisien fin avril. La presse avait beaucoup jasé sur le goût de Jacques Chirac pour la bière plutôt que le vin, pourtant on lui doit la rénovation de la cave de l'Elysée et même sa climatisation, en 1995, mais il n'avait pas pensé à vendre purement et simplement une partie de son contenu. C'est ce qui s'annonce ces jours-ci.
     
    On trouve tous les AOC dans la sélection de vins proposés aux enchères les 30 et 31 mai à l'Hôtel Drouot (9e ardt): les Bordeaux et les Bourgogne, les vins des Pays de Loire, de la vallée du Rhône, d’Alsace, du Sud-Ouest et de Champagne. Chacun pourra y trouver un vin à son goût, si toutefois les enchères ne s'envolent pas trop. Certaines mises à prix sont modestes : les plus basses commencent à 10 euros. Certains crus plus recherchés, en revanche, sont estimés à 2200 euros, comme ces bouteilles de Pétrus 1990. Chère la goutte !! d'autant qu'elles peuvent encore atteindre des sommets plus élevés. 

    images?q=tbn:ANd9GcQVRXMBlHBl7O9IrW72U1gd9xV8LMDGb3w_jl6nS9RbcE5IsY5tlQ

    Un précédent : En 2006, le maire de Paris avait mis en vente 5000 bouteilles de la cave de l’Hôtel de Ville qui s’étaient vendues à prix d’or, dont un romanée-conti 1986 parti à 5000 €.
     
     
  • Don Doudine a déménagé

    paris, 18e, rue-myrha, caviste, don-doudine, Don Doudine a déménagé il y a quelques semaines. Nous n’avons pas eu l’occasion encore de saluer le caviste depuis son transfert de la rue Myrha numéro 38 à.... la rue Myrha, numéro 16. Avec un bon diable, le transport des bouteilles a du s’avérer assez facile, un bon diable et des bons bras.

    Le charme de la boutique qu’on aimait n’est pas tout à fait au rendez-vous. Ici  tout est net et clean, structure de la vitrine en aluminium, façade moderne, en briques toutefois qui donnent plus de relief que le béton ordinaire. Il nous faudra retourner aux heures d’ouverture, après 16 heures, donc, pour prendre la mesure du changement et demander au propriétaire comment il se sent dans ce nouvel espace. A découvrir de toute façon.

    Dans l'ancienne boutique, nous avions remarqué les très beaux bijoux, création et fabrication originales, qui étaient présentés non loin des caisses de vin. Tout cela faisait bon ménage. Pourvu qu'ils y soient encore.

    paris, 18e, caviste, don doudine, boutique, rue-mirha