Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

police-judiciaire

  • Annonce spéciale pour amateurs de polars....

    1913 - 2013 : centenaire de la PJ !

    L'événement sera fêté par une exposition qui se tiendra
    du 9 novembre au 8 décembre 2013 

    Champ de Mars, Place Joffre (devant l’Ecole Militaire), Paris 7e

    Tous les jours de 10h à 19h
    Nocturnes les vendredis et samedis jusqu’à 22h00

    paris,PJ,police

    Une scénographie immersive de plus de 2 000 m2 invitera le public à partager la passion qui anime quotidiennement les policiers du 36, quai des Orfèvres depuis 100 ans ! 

    De LANDRU à Guy GEORGES c’est tout un siècle d’affaires célèbres, de grands policiers, d’innovations technologiques au service des citoyens qui ponctueront un espace dédié à l’histoire de la PJ et des Parisiens 

    Le public découvrira une organisation hors norme et les missions singulières de chacun de ses services, de la pugnace brigade criminelle à la discrète brigade financière, de la célèbre « Mondaine » à la mythique brigade antigang et de tous les services qui luttent, parfois dans l'ombre, contre la criminalité organisée parisienne. 

    Analyses ADN, recherche d’empreintes, étude de photographies anthropométriques… 

    Les visiteurs pourront faire « parler » une scène de crime grâce à des animations interactives simulant les techniques de l’enquête. 

    L’événement sera aussi l’occasion de rencontres avec les professionnels de la PJ et des personnalités passionnées et passionnantes qui partageront leur expérience via un programme de conférences à consulter sur le site internet de l'exposition www.100anspjparis.com. L'exposition est présentée en français et en anglais. 

     Première conférence annoncée

    Samedi 9 novembre 2013  ///  de 14h00 à 14h30

    CONFERENCE    La Crim'
    100 ans de la Police Judiciaire de Paris
    En savoir +

  • Et les salons de massage avec les beaux jours, qu'en est-il?

    Question un peu coquine ? Pas franchement, non. Il nous a toujours semblé que l'apparition, ou la floraison récente de tous ces salons de massage dans quelques rues du 9e et du 10e, pour ne parler que ce celles-là, parce qu'elles sont dans des quartiers que nous connaissons bien, n'avait rien d'un renouveau des arts du bien-être et du délassement par des mains expertes. Encore que... il y a délassement et délassement et plusieurs façons d'y accéder.

    Nous avons noté que quelques unes de ces officines discrètes avaient baissé le rideau, notamment rue Condorcet. Sans vouloir montrer du doigt les soins relaxants, ni stigmatiser un besoin contemporain de souffler un peu entre deux rendez-vous... nous avions néanmoins eu quelques doutes sur la concentration locale des salons de massage, à prédominance asiatique, si cette tradition s'enracine en Asie, dans  notre quartier depuis plusieurs années. Un récent flash de la préfecture de police nous donne en partie raison.

    PP flash du 11 mai 2012 à 13hPréfecture de police

    Quand les massages dérapent, la police intervient…

    Les policiers du service départemental de police judiciaire du 92 (SDPJ) ont mis au jour les pratiques peu ordinaires qui avaient cours dans un salon de massage à Boulogne-Billancourt (92).
    De nombreuses surveillances menées par les policiers du SDPJ ont permis d’obtenir le témoignage de cinq « clients » qui ont reconnu avoir bénéficié de prestations sexuelles tarifées de deux masseuses de cet établissement.
    Le 9 mai, la gérante, âgée de 44 ans a été interpellée dans son salon pour proxénétisme aggravé ; 500 euros ont été saisis.
    Lors de la perquisition de son domicile, les enquêteurs ont découvert 16 000 euros ainsi que de nombreux titres de propriété asiatiques ; le groupe d’intervention régional des Hauts-de-Seine (GIR 92) a été co-saisi de l’enquête patrimoniale.

    Ce n'est pas vraiment notre pudibonderie qui nous fait  relater cette info, mais plutôt le souci de faire entrer l'impôt dans les caisses de l'état - là il y a manifestement des revenus non déclarés- et le respect de la personne humaine, car nous doutons que les masseuses employées dans ces salons aient toujours le choix du type de prestation dont leur client va pouvoir jouir.