Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

impôts

  • Toute comparaison n'est pas interdite...

    Nous sommes entrés très sérieusement en campagne, personne ne peut désormais l'ignorer. Toutefois, sur ce blog, nous nous efforçons de ne pas traiter sous l'angle politique les problèmes et les événements que nous relatons. C'est pourquoi nous prenons de la distance et avons choisi de vous proposer une vidéo  - qui a eu un succès non négligeable, quelque 275 000 personnes l'ont déjà vue - qui traite de la crise, celle dont on nous parle dans les médias, avec la dette, les taxes, les impôts supplémentaires, les fuites fiscales, la répartition inégale de la pression fiscale, la redistribution défaillante des richesses grâce à l'impôt, etc.
    Nous avons aussi choisi l'exotisme. Mais pas les Seychelles, non, la Belgique. Ainsi nous sommes à l'étranger : nous respectons donc une certaine distance avec les faits et les habitudes françaises. Pourtant, chacun pourra repérer des coutumes qui ne sont pas totalement étrangères aux Français. Les astuces légales pour échapper à l'impôt, les "niches" fiscales dont le nombre n'a cessé de croître au fil du temps, les grands du CAC 40 qui échappent à l'impôt sur les sociétés malgré des profits impressionnants (à l'heure de l'essence chère, se souvenir de Total et de son PDG, Christophe de Margerie, qui a finalement annoncé qu'il renoncerait au bénéfice mondial consolidé... à la suite de l'annonce dans la presse l'année dernière que son groupe ne payait pas d'impôt sur les sociétés en France.)

    La vidéo dure 15 minutes, elle est en français et en flamand, sous-titré, - toujours pour l'exotisme - elle met en scène des journalistes, des professeurs d'université, un fonctionnaire du ministère des finances belge qui enquête... Elle est réalisée dans le cadre d'une campagne de sensibilisation en faveur d'une plus juste fiscalité et s'intitule dans le texte "De Fortuinjagers", un clin d'oeil au "Ghostbusters" des années 1980.  
    Elle a été diffusée sur le blog de Paul Jorion en novembre dernier.
    Ne cherchez pas un rapport direct avec Barbès, ou alors peut-être une façon différence de s'interroger sur les misères qui s'invitent dans nos rues, sur nos marchés, dans nos transports en commun.

  • Chiffres mis en perspective

    paris,impôts,revenus,grands-patrons,dépense,santé,h1n1,vaccins,conflits-d-intérêtsEntre deux cents et trois cents millions d'euros. C'est ce que les grosses fortunes françaises annonçaient à grand renfort de communication il y a peu dans les pages du Nouvel Obs. Quelques "grands patrons" et "riches héritières" revendiquent la possibilité de participer à l'effort des Français en payant davantage d'impôts.

    Dans un premier temps, on se dit : Que voilà de braves gens ! Spontanément ouvrir sa bourse. C'est un beau geste. La première déclaration entendue faisait état de quelque 30 000 contribuables concernés par le "beau geste" et le volume ainsi collecté s'éleverait à environ 300 millions. Hum, même quand on est moyen en calcul mental, on a vite fait de comprendre qu'en moyenne, chacun aura contribué au relèvement des finances de l'état à hauteur de 10 000 euros... Pas de quoi aller manger à la soupe populaire pour des contribuables comme le patron de Total, Christophe de Margerie, un parmi d'autres pris au hasard, qui a engrangé plus de 3 millions en 2009 et 4,6 millions d'euros en 2010. Il n'est pas le mieux payé, puisque les medias le placent "seulement" au  13e rang. (le gagnant est.... Jean-Paul Agon, PDG de l'Oréal, qui a dépassé les dix millions d'euros de revenus.)

    L'étalement de ces chiffres, en dehors de nous révolter par leur disproportion, n'apporte pas grand'chose. En revanche, les rapprocher de certaines dépenses récentes de l'Etat leur donne du sens. Revenons sur les dépenses de santé de 2009-2010 liées au traitement préventif de la grippe H1N1... Un bref communiqué de l'AFP nous les remettait récemment en mémoire en évoquant l'incinération auquel se livre l'Allemagne :

    "L'Allemagne incinère ses stocks de vaccin H1N1
        L'Allemagne va incinérer 16 millions de doses inutilisées de vaccin contre la grippe A (H1N1), ont annoncé, mercredi 17 août, les autorités régionales de Saxe-Anhalt, qui gèrent les stocks pour le compte de tout le pays. L'Allemagne s'est retrouvée avec 28 millions de doses, pour un coût de 230 millions d'euros, alors que moins de 10 % de la population a accepté de se faire vacciner au moment de l'épidémie de 2009. - (AFP.)

    paris,impôts,revenus,grands-patrons,dépense,santé,h1n1,vaccins,conflits-d-intérêtsEt en France, à combien s'est élevée la facture ? Les 94 millions de vaccins, plus les Tamiflu, les masques, les gels.... Le Professeur Bernard Debré la chiffrait à plus d'un milliard et demi sur TF1 le 4 janvier 2010. Le caractère anxiogène de la pandémie n'expliquait peut-être pas tout. Mais laissons les commissions chargées de dénouer les conflits d'intérêts travailler.

    Maintenant repensez au beau geste des grands patrons... dont certains, peut-être, sont liés à l'industrie pharmaceutique.

    Note : les revenus rapportés ici ont été lus dans le journal du net et confirmé dans le JDD et Le Monde pour l'année 2009, et dans l'Expansion pour 2010.