Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Château Rouge, ça bouge...

Le 11 janvier dernier, se tenait à l'Institut des Cultures d'Islam rue Léon une réunion organisée à l'initiative de l'Hôtel de ville sur les problématiques rencontrées sur le secteur Dejean-Château Rouge. Cette rencontre, qui fait suite à celle de décembre dernier en présence d’Anne Hidalgo,  a réuni des représentants du cabinet de la maire de Paris, Michel Neyreneuf et Sandrine Mees (conseillers du 18e), les services de la ville (Direction de la Prévention, de la Sécurité et de la Protection -DPSP-, Services de propreté et de la voirie, Équipe de Développement Local), l'agence Ville Ouverte, des représentants associatifs (La Vie Dejean, Action Barbès) et quelques habitants.

Dans un premier temps, la parole a été donnée aux représentants de l'Hôtel de ville pour présenter la méthode et le calendrier de l'opération de reconquête de l'espace public sur le secteur Dejean-Château Rouge. L'idée est faire travailler assez rapidement et de concert l'ensemble des services de la ville concernés, en concertation avec les commerçants, les associations et les habitants du secteur. La mise en œuvre de cette approche participative est pilotée par une agence de concertation « Ville Ouverte » (ville-ouverte.com) avec l'appui de l'Équipe de Développement Local (EDL). Pour sa part, L’EDL mène des rencontres avec les commerçants ; une première rencontre a eu lieu le 14 décembre dernier mais pour un secteur limité à la rue Dejean pour l’instant. Des groupes thématiques doivent se mettre en place avec les associations et habitants pour faire émerger des propositions. L’ensemble de ces groupes et les commerçants vont se rencontrer le 6 février prochain pour faire remonter les premières actions /aménagements à mener. Une nouvelle réunion avec Anne Hidalgo est prévue mi-février. L'Hôtel de ville souligne que, dès à présent, un effort est mené par la DPSP notamment avec l’arrivée des nouveaux effectifs. Des aménagements seront assez vite entrepris, par exemple avec l'implantation de bacs végétalisés et il est proposé que ces plantations soient aménagées avec la participation des habitants. Nous avons souligné qu'il faut veiller à ce que l’entretien et le nettoyage soient réguliers pour ne pas donner un sentiment d’abandon, et l’expérience montre que s’il est nécessaire que l’entretien soit régulier pour que cela fonctionne, on ne peut pas se reposer uniquement sur les particuliers pour l'assurer.

Dans un second temps, la parole a été donnée aux associations et habitants pour une série de remarques et de questions. Les premières remarques ont d'emblée pointé la sous représentation des associations et des habitants (seulement 7 personnes sur la trentaine présente à la réunion), il est répondu que la rapidité d'organisation de cette réunion n'a pas permis de faire venir plus de personnes mais que Ville Ouverte va élargir la base d'habitants consultés, notamment par une présence sur l’espace public pour prendre des contacts directement avec les riverains. Les habitants et commerçants du secteur intéressés à participer à cette concertation sont invités à prendre contact avec l'agence Ville Ouverte en envoyant un mail à cette adresse : tousmobilises@chateaurouge.info

paris 18e,paris,commerces,chateau rouge,ventes-à-la-sauvette,propreté

Les habitants ont dit leur lassitude de voir défiler les expérimentations et les interventions de la ville depuis des années sans qu’une amélioration se fasse réellement sentir. Beaucoup de remarques ont porté sur les difficultés de la vie au quotidien pour les habitants de ce secteur. Il a été soulevé la question des commerçants dont la plupart de la clientèle vient de l'extérieur du quartier et du peu d'intérêt qu'ils portent à la qualité de vie du quartier ; des riverains ont évoqué la complicité active de certains commerçants avec les vendeurs à la sauvette ; beaucoup se demandent comment travailler avec eux. Il a été également rappelé que lors de la dernière tentative de réaménagement de la rue Dejean, les commerçants avaient fait preuve d’une opposition farouche à tout changement, défendant leur pré carré.

Du côté sécurité, il a été demandé que le champ d'action de la Direction de la Prévention, de la Sécurité et de la Protection (DPSP) soit plus étendu dans le temps, le soir et le week-end en particulier. La DPSP et la préfecture travailleront en ce sens et de concert a répondu la ville. Plusieurs habitants s'inquiètent du développement de la prostitution de rue, de jour comme de nuit, qui entraîne beaucoup d’intrusions et d'effractions dans les immeubles et les parkings. Ils ont rappelé qu’il faut agir avant tout sur les réseaux qui organisent cette activité et "tiennent" les rues. Plus généralement, les habitants ont donc demandé de faire appliquer la loi, plutôt que de chercher de nouvelles méthodes. Une demande entendue par les élus : "il est important et nécessaire de faire respecter la loi mais il faut aussi agir sur d’autres leviers pour faire perdre les vieilles habitudes".

Michel Neyreneuf est intervenu pour demander que l’on précise le secteur concerné et a proposé un élargissement du périmètre qui pourrait descendre jusqu'à la rue Marcadet.

Des habitants ont également proposé que soient menées des actions positives afin de montrer ce qui va bien dans le quartier ; les habitants veulent aussi une meilleure image de leur quartier.

La position d'Action Barbès

Nous avons rappelé que le secteur de Château Rouge est un centre d’attractivité commerciale à vocation régionale mais totalement sous-dimensionné pour absorber une partie de l'activité commerciale qui s'y développe, celle du commerce de gros et demi-gros. Les locaux sont souvent trop petits pour l’activité de gros et demi-gros qu’ils abritent et les rues saturées de véhicules de clients, notamment le week-end. Le projet du "Marché des Cinq continents" étant tombé dans l’oubli, cette activité ne sera pas déplacée et il faut donc aborder l’amélioration du cadre de vie du quartier en intégrant cette problématique. Si le commerce est libre, il faut aussi savoir le réguler et en l'occurrence ne pas favoriser ici le développement du commerce de gros. Restreindre l’accès automobile qui participe aux nuisances subies (stationnement anarchique, en double-file ou sur les passages piétons, pour chargement…) est une piste à renforcer sachant que le quartier est très bien desservi par les transports en commun. Au-delà du bien être des riverains, c’est aussi un pas vers le respect des accords de Paris sur le climat. Et un autre pas dans ceux d’Anne Hidalgo pour améliorer l’air que respirent les Parisiens. Il faut aussi être ferme avec les commerçants quant à l’usage qu’ils font de l’espace public : des containers de poubelle et des palettes de produits sont entreposés à longueur de journée sur les trottoirs considérés comme des annexes de boutiques trop étroites. L’idée de mettre à disposition des compacteurs de cartons pour les professionnels, idée qui a été évoquée lors de la première réunion, nous semble contre-productive. En effet,  si un commerçant veut établir une activité de gros, il est dans son bon droit, mais c’est à lui seul de veiller à trouver un local adéquat avec un local poubelles suffisant et correspondant aux besoins de son activité, et non à la ville de pallier ces manques. Il ne s'agit évidemment pas de transformer Château Rouge, de changer son identité à laquelle les habitants sont très attachés, mais de pouvoir y vivre et y circuler comme dans n'importe quel autre quartier de Paris.

Commentaires

  • Bonjour
    Et merci à vous pour ces informations. Nous suivrons avec intérêt les décisions prises. N'existe -t-il pas dans la loi un article qui stipule que les commerçants sont responsables des abords immédiats de leurs commerces? Pourquoi tolère-t-on dans ce quartier que les commerces empiètent sur les trottoirs, y déposent des palettes et des cartons, fassent tomber des vitrines ...si déjà les commerçants respectaient la loi on n'aurait pas une telle impression d'anarchie. Quand on pense qu'aux Abbesses les restaurants se font verbaliser dès que leurs terrasses empietent trop sur les trottoirs...On n'est pas tous soumis aux mêmes règles visiblement.
    Bonne journée

  • paroles...paroles...paroles...
    Une réunion de plus?
    mais enfin, de qui se moque-t-on?
    Tout ceci prouve, une fois de plus, que le secteur Château-Rouge est abandonné par les pouvoirs publics.
    Point barre.
    Quant à "l'identité du quartier auquel les habitants sont très attachés"????
    Explication?
    Quand nous sommes arrivés dans ce quartier, il y a quelques années, il était bien différent, mixte, certes, mais sans tout ce qui rend la vie au quotidien parfois difficilement supportable aujourdhui, prostitution, drogue, saleté etc...
    Sans volonté politique, inexistante aujourd'hui - oui, j'insiste, rien ne changera

  • plutôt que de longues discussions,on préférerait que nos élus plantent des arbres et aident à faire pousser les entreprises, y compris culturelles, sociales et solidaires pour faire baisser la pauvreté.
    deux associations qui mériteraient d'être défendues
    https://www.facebook.com/La-vie-dejean-1421750958067319/
    et cela pour l'avenir
    http://www.liberation.fr/debats/2017/02/13/pour-un-nouveau-grand-parc-urbain-dans-le-nord-de-paris_1547601

  • @Désolée mais....
    Nous avons bien compris, nous, lecteurs réguliers de ce blog, que vous aimez la verdure sous toutes ces formes.... mais vous vous répétez au-delà du supportable. Vous tournez en boucle le plus souvent. Cet article de Libé de février 2017, ça y est, on l'a tous lu !
    Ne jouez pas les trolls avec tous ces pseudos plus ridicules les uns que les autres. Signez Gogreen une fois pour toute. C'est suffisamment anonyme.
    Et surtout pour faire bouger les choses, et réaliser tout ce que vous préconisez dans vos commentaires, parfois simplistes quand même (!), des arbres, des asso solidaires, des plates bandes ici et là, de la recup' et autres actions bénévoles, et bien, allez-y. On ne vous retient pas. Vous nous expliquerez ensuite tout ce que vous avez réussi. Et on écoutera avec admiration.

  • La grande classe cette réponse.

  • on voit qu'on aime bien le débat d'idées ici.. :-) Honnêtement nous avons assez d'amis, et n'avons pas besoin d'admiration. Par contre vous, acceptez un peu la critique. Qui justement porte sur le manque d'esprit critique d'Action Barbes vis à vis des pouvoirs publics.
    Comme le dit Haha, oui, les habitants ont envie que les pouvoirs publics distribuent au mieux l'argent qu'on leur a confié. Et ne nous envoient pas des prospectus qui ont coûté cher à imprimer, et qui polluent (désolée:-) ou nous ressortent des discours langue de bois comme celui que vous avez relaté. Au fond je ne suis même pas vexée que vous me trouviez ridicule. Je trouve dommage, comme Haha, que vous n'écoutiez pas davantage les habitant-e-s.

    Enfin, si cette tribune de février 2017, vous l'avez lu, vous n'en avez jamais parlé dans un seul article, c'est dommage. Sur ce, bonne soirée, je continue à croire, qu'à Action Barbes il y a des opinions différentes, dont certaines, veulent un quartier vert, en forme économiquement et regardant vers l'avenir. Bonne soirée et merci, votre message nous a redonné la patate !

  • Je suis effaré de lire que "Le projet du 'Marché des Cinq continents' étant tombé dans l’oubli, cette activité ne sera pas déplacée "... je croyais qu'il y a avait une decision politique claire de déménager ce marché. Pourriez vous nous donner plus d'explications sur les raisons de cet abandon?
    Quand a "changer son identité à laquelle les habitants sont très attachés"... je voudrais bien connaitre de quelle identité il s'agit. Pour ce que je vois a chaque fois que je me promène dans ce quartier aux heures d'affluences, c'est le souk! comme le suggère @haha Je doute que ce soit cette identité que ses habitants cherchent a conserver...

  • J'habite la Goutte d'Or depuis bien longtemps ce quartier avec les mêmes problèmes, trafics en tous genres. Mercredi dernier il était impossible de circuler dans l'enceinte du métro, envahie par les vendeurs à la sauvette. Une honte, la police que fait elle, comment peut-on tolérer une telle situation? La rue fait la loi.Je suis sceptique, rien ne changera sans une volonté politique de changer ce quartier, faire le "ménage". Je suis entièrement d'accord avec haha.

  • concernant l'abandon du marché des 5 continents: apparemment le projet était prévu sur une parcelle qui a finalement été choisie pour construction d'un équipement sportif en vue des JO 2024..

  • A suivre
    https://www.change.org/p/anne-hidalgo-une-solution-durable-pour-la-sécurité-et-la-salubrité-du-quartier-goutte-d-or-la-chapelle-413a65e3-ec38-4c02-8076-d5b0147ce867

  • Quelles que soient les decisions et les strategies mises en place pour assainir ce quartier, je suis d'accord avec Michel Neyreneuf. Il faut étendre cette stratégie jusqu'à la rue Marcadet. J'irai meme plus loin: jusqu'à la rue Ordener et le rond-point Ornano.

  • C’est quoi au juste la stratégie? Ce que nous observons au quotidien, c’est le collectivisme: on achète des immeubles vétustes et on les transforme en logements sociaux. Je pense que nous devrions privilégier l’acces Social à la propriété et utiliser l’argent public pour former aux métiers de demain (numerique, agriculture urbaine, blockchain..). Même les jeunes des cités du 18ème et du 19eme en seraient plus heureux et en sortiraient gagnant. Mais la stratégie est elle vraiment de sortir les gens de la misère?

Écrire un commentaire

Optionnel