Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Locaux commerciaux mal-en-point : une situation qui s’éternise

Il y a quelques années, le haut de la rue de Rochechouart a accueilli des arbres, tout jeunes, au nombre de quatre, sur le côté des numéros impairs, après l’élargissement du trottoir. L’opération avait eu lieu en deux temps : la rue de Rochechouart avait déjà bénéficié d’un aménagement de chaussée, appelé requalification, jusqu’au niveau de la rue Thimonnier, face au magasin Carrefour. Il convenait de réaliser la partie non encore aménagée et de se conformer aux conseils des Architectes des Bâtiments de France (ABF) qui prônent un certain respect des perspectives, et surtout veillent à que rien ne nuise à la beauté des monuments historiques ou classés quand on s’en approche. C’est ce que l’on appelle les espaces protégés. Ici, a priori, rien de tel à l’horizon, sauf peut-être le Sacré-Coeur au débouché de la rue. 

rue de rochechouart

Ci-dessus la largeur initiale de la rue, avec deux côtés en stationnement et deux voies de circulation.

Enregistrer

 
Ci-dessous une seule voie de circulation et des arbres sur des trottoirs élargis.Rochechouart 2012.jpg
Les trottoirs de la rue furent donc élargis, dans la continuité du bas de la rue, en supprimant un côté de stationnement, en en créant de nouveaux en lincoln (espace inséré sur le trottoir pour une ou deux voitures), parfois, ou des aires de livraison. Puis les quatre arbres entre l’avenue Trudaine et le boulevard de Rochechouart furent plantés, avec une petite inauguration en présence de quelques élus armés de pelle. 

Traversons la rue. Sur le trottoir des numéros pairs, deux boutiques n’en finissent pas de se détériorer depuis de longues années, accueillant des affichages sauvages, pour l’une d'elles. Elles encadrent le portail du n° 90, un immeuble de 4 étages construit en 1838, d’après une agence immobilière en ligne, et comprenant 59 lots. 


paris,9e,rue-de-rochechouart,commerce,chez-camelle



En mai 2008 (ci-dessus avec portail bleu azur) — et nous remercions les archives de Google street view qui gardent en stock les images des rues à travers les âges —, les rideaux de fer étaient déjà baissés et aucune activité ne semblait animer les locaux commerciaux. Chez Camille, un bar, fermé depuis bien longtemps, avait gardé un cachet des années d’après-guerre, qui se fait rare dans le Paris actuel, mais qui plaît, voir par exemple, Chez Juliette ou le Mansart. Son rideau est désormais tagué, et le local continue à se dégrader. Comme son pendant, de l’autre côté du portail. 
 

90 Roch' jan 2017.jpg
Ci-dessus en janvier 2017.  Et ci-dessous le bar Chez Camille, retrouvé sur le net, alors ouvert,
mais ce cliché n’est pas daté.

Chez Camille 2.jpg

On est pourtant là dans un immeuble acquis par la Ville de Paris au début des années 2010. Des travaux importants ont été faits en 2012 pour réhabiliter les logements. Alors pourquoi ces locaux sont-ils laissés à l’abandon total donnant une image peu engageante et dégradée du quartier ?
 

paris,9e,rue-de-rochechouart,commerce,chez-camelle

Le chantier de l'immeuble 90 rue de Rochechouart en mai 2012.
 
Une vue aérienne de cet immeuble et de sa cour intérieure, très  étroite et profonde, bordée de logements; une particularité du quartier, qui existe aussi dans certains immeubles donnant sur le faubourg Poissonnière. 

Capture d’écran 2017-02-16 à 12.02.03.jpg

Enregistrer

Écrire un commentaire

Optionnel