Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Commerces à Barbès: des riverains excédés

Entre la brasserie Barbès et la rue des Poissonniers, rien ne va plus. On pourrait aisément pousser jusqu'à la rue Poulet, mais sur ce secteur, la situation problématique n'est malheureusement pas nouvelle. Nombre de nos adhérents habitant cette portion du boulevard nous ont alertés cet été tant la situation s'est dégradée. Forte occupation des trottoirs, étalages non autorisés, ventes de toute sorte, nuisances sonores dues aux vendeurs de téléphonie qui n'hésitent pas à utiliser des micros (c'est nouveau) et, cerise sur le gâteau, état des lieux déplorable le soir.  La situation se tend, c'est indéniable.

Afaf Gabelotaud, adjointe chargée du commerce dans le 18e, nous a reçus au début du mois.

Même si propreté, sécurité et espace public ne sont pas de son ressort, il était impossible de ne pas les évoquer tant ils sont liés.

 Téléphonie et mono activité

S'il y a autant de boutiques de téléphonie dans ce secteur, c'est qu'il y a des clients. Les vendeurs ont su s'adapter aux demandes des consommateurs qui viennent parfois de loin (le lieu est connu) pour trouver ce dont ils ont besoin et à un prix intéressant. On trouve notamment des offres de forfait pour tous pays. Et l'activité est rentable. Pour preuve, le montant démesuré des loyers : 700 à 800€ le m2!! Plus élevé que sur les Champs Elysées, c'est pour dire. Sur Paris, la valeur moyenne au m2 est de 400€ et de 300€ pour le seul 18e. Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Le moindre espace pour vendre est utilisé. Certains commerçants n'hésitent pas à louer un bout de trottoir à la journée (souvent pour des ventes de cartes prépayées), trottoir qui ne leur appartient pas évidemment. Et pour inverser la tendance, il faudrait disposer de murs à vendre, ce qui n'est pas le cas. La ville est donc dans l'impossibilité de faire évoluer la situation de mono activité dans ce secteur. Seule éclaircie possible au 8 boulevard Barbès. En effet, cet immeuble vient d'être acheté par la Société d'économie mixte de la ville de Paris (SIEMP) qui a déposé un permis de construire. Le local en rez-de-chaussée pourrait changer d'activité. Mais il faudra attendre deux ans au moins.

Occupation illégale de l'espace public

Bien que ce sujet ne soit pas de la responsabilité d'Afaf Gabelotaud, nous avons longuement échangé sur ce thème. Pour le contrôle des étalages, c'est à la Direction de la prévention, de la sécurité et de la protection (DPSP) d'agir donc de la responsabilité de la Ville. Pour tout ce qui est des sauvettes, et elles sont multiples, c'est à la Préfecture de police d'intervenir. Nous avons appris qu'un "Plan Sauvette" avait été mis en place pour Paris depuis 4 mois à la suite d'une visite du quartier par de hautes autorités qui ont alors pris la mesure de la situation. Nous ne vous en dirons guère plus mais sachez qu'un comité se réunit régulièrement à la préfecture avec un représentant du Parquet, de la Ville et le maire du 18e Eric Lejoindre. Et que des actions pourraient suivre... (nous pourrions écrire devraient). Le 18e est particulièrement touché par ce problème.

paris,paris 18e,espace public,mono-activité,ventes-à-la-sauvette

La toute récente mise en place de la fameuse Brigade des incivilités pourrait contribuer à améliorer la situation en intervenant sur l'espace public. 63 agents en plus sur l'arrondissement vont être affectés (ils sont actuellement environ 200) et ils pourront verbaliser. Pour l'ouverture de certains commerces le dimanche (on n'est pas dans une zone touristique), des vérifications seraient en cours.

paris,paris 18e,espace public,mono-activité,ventes-à-la-sauvette

Nous avons terminé l'entretien en évoquant quelques cas problématiques dans la Goutte d'or. Nos remarques ont été entendues. Le sujet est complexe mais sans attendre un changement spectaculaire du jour au lendemain, les habitants du quartier ont besoin d'un signe fort.

Une rencontre avec la commissaire adjointe du 18e a eu lieu récemment. Ces points ont été abordés. Ce sera pour un prochain article!

Commentaires

  • Bonjour,

    Une page Facebook sur le Boulevad Barbès invite les rivrains à poster des photos de ces nuisances afin de rassembler le plus de "preuves" possibles. Allez y jeter un coup d'oeil et liker la page ! Merci.

  • Quid des vendeurs à la sauvette du métro La Chapelle ?

  • Merci de ne pas oublier la place de La Chapelle qui rassemble tous les soirs une centaine de vendeurs en toute impunité. Cigarettes, chaussures, vêtements, accessoires audio... Le tout importé sans payer de TVA et impactant gravement le petit commerce local cher à notre maire. E. Lejoindre à bien alerté mais le préfet de police ne veut rien faire. Il faut sauver ce qui reste de l'image sociale de ce gouvernement de haut vol... Et puis de toute façon on peut faire avaler tout ce que l'on veut aux habitants du quartier et de l'arrondissement, la situation ne les gêne pas... Sachez que pendant ce temps des policiers font du zèle à Neuilly sur Seine pour contrôler les motos et automobilistes.
    Enfin heureusement, une grande consultation citoyenne à été lancée pour faire une promenade urbaine... On pourrait se demander ce que "les autorités" feraient sans les initiatives d'association telles qu'Action Barbès.

  • Cette situation est intenable. La place du métro La Chapelle sont envahis de commerçants qui ne paient pas de taxe. Si nos autorités, de droite ou de gauche, sont motivées par l'intérêt public, qu'elles multiplient les contrôles ! Enfin, une pépinière d'entreprises, privée ou publique, serait la bienvenue dans le quartier.

Écrire un commentaire

Optionnel