Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Salle de conso : pour répondre à l'inquiétude des habitants des rues Guy Patin et Ambroise Paré

Une grande banderole barre désormais le balcon du 2e étage de l'immeuble d'angle quand les rues Guy Patin et Ambroise Paré se rencontrent et frôlent le Magenta. Nous avons beaucoup écrit sur cette placette dans le passé : pour dénoncer le non-respect des automobilistes qui empruntaient sans vergogne ce passage étroit réservé aux seules ambulances pendant longtemps, mais aussi pour décrire la végétalisation modeste de cet espace initié par le conseil de quartier il y a deux ou trois ans déjà.

paris,scmr,prévention,réduction-des-risques,salle-de-consommation,salle-de-conso

Aujourd'hui c'est l'inquiétude qui semble dominer chez les habitants de ces deux rues résidentielles encadrant le sud et l'ouest de l'hôpital Lariboisière. Cela est dû au projet d'ouverture d'une salle de consommation à moindre risque (SCMR) qui devrait avoir lieu début 2016 au 9 rue Ambroise Paré, dans un bâtiment appartenant à l'APHP et intégré dans l'enceinte de l'hôpital. La direction de l'hôpital n'était pas favorable à cette intégration et ne l'a probablement acceptée que parce que le bâtiment s'ouvre sur la rue et non vers l'intérieur, ne partageant pas ainsi de parties communes avec d'autres services hospitaliers.

La recherche d'un lieu ad hoc a été longue, les pré-requis sont nombreux et les oppositions ne le sont pas moins.

La nécessité d'une salle de consommation à moindre risque dans le quartier remonte à plusieurs années. Les habitants demeurant entre la gare du Nord et la station de métro Barbès-Rochechouart connaissent la situation de la toxicomanie dans ce secteur, les plus anciens ont vu l'arrivée d'associations d'aides aux usagers de drogues et l'implantation de Caarud dans le 18e, notamment CT Coordination Toxicomanies et EGO Espoir Goutte d'Or.

Relire nos articles sur le sujet publiés depuis plusieurs années permet de comprendre que le choix de cette implantation ne tombe pas du ciel, et qu'il ne s'est pas fait "dans le dos" des habitants.

A défaut de concertation, il y a eu information et débats publics autour de la présence de la toxicomanie, notamment au sein des conseils de quartier, même si, de notre point de vue, cela n'a pas été à la hauteur de la demande des habitants.

Voici quelques liens qui pourront vous aider à suivre la lente évolution du dossier, d'abord dans notre blog :
- en octobre 2011, nous revenions sur le sujet de "l'errance entre les deux gares" traitée dans la réunion publique du conseil de quartier Lariboisière Saint-Vincent-de-Paul du printemps qui précédait, un euphémisme qui nommait sans le faire la présence de toxicomanes très précaires et justifiait aussi la participation d'un représentant d'un Caarud pour expliquer leur mission et le travail des équipes de rue. Lisez aussi dans cet article le témoignage d'une passante régulière qui décrit le lieu.
- lors de notre Assemblée générale de 2010 — et oui ! déjà 5 ans... — nous avions initié le partage de l'information sur les drogues, leur présence dans nos quartiers, leur traitement social, en invitant des experts de la mairie et des associations oeuvrant dans ce domaine. Puis les choses ont évolué et depuis le rapport de l'INSERM de l'été 2010, il est devenu évident que les salles de consommation pouvaient apporter une aide aux plus précaires des usagers de drogue, améliorer le travail sur la réduction des risques liés aux injections, et rendre possible un dialogue avec des personnes très précaires, isolées et parfois vieillissantes aussi. Lien permanent
- la Ville de Paris et le maire du 10e se sont intéressés à cette époque au projet de salle de consommation tel qu'il en existe dans d'autres pays voisins comme l'Allemagne, la Suisse, l'Espagne ou le Luxembourg pour ne citer que ceux-là. Nos articles sont nombreux sur ce sujet - voir ce lien - qui collecte nos parutions sur le thème.
- attardez-vous sur l'article de juin 2014 qui explique l'intérêt de l'enquête confiée à l'INSERM par la Mission interministérielle de lutte contre les drogues, afin de tester l'acceptabilité au coeur du quartier, c'est ici -> Lien permanent

La presse n'a pas été silencieuse non plus sur le sujet. Mentionnons le Journal du Dimanche sous la plume de Marie-Anne Kleider qui, en mars 2015, attendait que la loi autorise l'ouverture et n'hésitait pas à écrire que nous soutenions clairement le projet et aussi Politis, en février 2013, quand "Matignon a donné son feu vert". Ecoutez ce reportage diffusé le 17 décembre dernier sur Europe 1. Vous trouverez d'autres articles de presse parmi les nombreuses notes que nous avons consacré au sujet sur ce blog.

Les associations actives dans le champ des drogues ont aussi mis la main à la pâte, déclinant chacune leurs connaissances du sujet :
- Elisabeth Avril, directrice de Gaïa Paris, en 2012, dépeignait la situation et expliquait ce qu'est une salle de consommation à moindre risque dans la revue SWAPS.
- en 2013, alors qu'on croyait proche l'ouverture de la SCMR, le site de la Fédération Addiction reprenait nos interviews du maire du 10e et de Gaïa sur le choix fait à l'époque (39 bd de la Chapelle) et abandonné depuis lors.

Les débats organisés par des acteurs majeurs du secteur, par exemple le CRIPS en juin 2014, où nous intervenons pour porter notre vision de la situation - écoutez notre intervention ici - mais aussi sur des sites aussi improbables pour nous, petite association de quartier, que Turbulences de Marnes-la-Vallée soutenu par le Centre LGBT de Paris ÎdF...

Tous ces liens sont là de nouveau pour vous aider à comprendre l'intérêt de cette salle de consommation, son intérêt humanitaire pour les usagers de drogues.  Aussi pour réaliser que son implantation n'est pas le fruit du hasard mais d'un besoin clairement identifié et localisé. Une salle d'injection surveillée, c'est renouer un dialogue avec les usagers de drogues tout en réduisant les risques liés à leurs pratiques. C'est aussi comprendre son intérêt pour la société et les habitants proches qui depuis des années les côtoient dans le quartier et souffrent des inconvénients découlant de leur présence, abandon de seringues, scènes d'injection à ciel ouvert et précipitées faute de lieu adéquat, marché illégal à proximité ou intrusion dans les halls d'immeuble...

La loi Santé qui vient d'être votée au Parlement va fournir un cadre juridique permettant l'ouverture de SCMR en France. Outre Paris, Strasbourg vient également de décider d'en ouvrir une - voir ici.

Pour Action Barbès, il est assez clair que l'implantation d'une salle d'injection supervisée dans le quartier est un élément qui peut permettre une amélioration de la vie quotidienne des habitants : moins voire plus de seringues dans la rue, moins voire plus de scènes de shoot en plein air, .... Nous ne sommes pas non plus insensibles à l'accompagnement qui sera proposé aux usagers de drogue qui sont souvent des personnes fragilisées. Les résultats positifs incontestables des expériences menées dans les pays voisins renforcent ce point de vue. Les craintes, voire les peurs, de certains sont compréhensibles. Il faut les écouter mais il faut aussi que la raison l'emporte sur les fantasmes. A cet égard, on peut quand même regretter que la mairie de Paris en coordination avec l'INSERM n'ait pas mis en place dans la durée un dispositif spécial d'information et de concertation qui aurait sans doute pu éviter la montée de ces peurs et donc la confrontation brutale à laquelle nous faisons face aujourd'hui.

 

Commentaires

  • Merci pour cette mise en perspective mais c'est n'importe quoi. Arrêtez ces posts moralisateurs.
    Je pense que, pour encourager, le quartier il faudrait créer une pépinière d'entreprises dans le quartier à trés fort taux de chômage. Regardez Saint Pancras à Londres, c'est beaucoup plus dynamique.
    Les habitants ont raison.
    Deux avantages à cette installation d'activités autour de la Gare du Nord:
    - cela attirerait les investisseurs de Londres, et Amsterdam, en bien meilleure santé financière que nous, on se demande pourquoi,
    - cela réduirait singulièrement le taux de chômage du quartier (beaucoup de gens se droiguent car ils sont au chômage).
    Le vote des régionales (je n'ai pas voté FN) s'explique car trop d'élus ne s'intéressent pas à réduire courageusement la misère. Eux ne la connaissent pas: j'ai récemment vu un ancien élu du 18ieme dans sa voiture de fonction (qui paye?) avec toute sa famille. Quand Eric Lejoindre : où est -il à part à Montmartre ? Quelle est sa vision de développement économique ? (on attend?). Je pense que les auteurs du blog ont également envie de tirer le quertier vers le haut, tout comme les habitants qu'il faut arrêter de mépriser, ils expriment juste du bon sens.

  • Bonjour,
    Les revendications du collectif ne sont pas sur la nécessité d'une salle de shoot dans la quartier mais principalement sur sa localisation. Il existe des zones d'implantation au sein de Lariboisiere et hors zone résidentielle.
    Le 39 bd de la Chapelle était inadapté car trop proche d'immeuble d'habitation, la localisation actuelle également.
    La mairie consulte les autres parties prenantes (hôpital, association GAIA, SNCF) mais pas les habitants qui seront les premiers bénéficiaires ou les premières victimes ....
    Cordialement,

  • [Commentaire posté sur le post Facebook d'Action Barbès : https://www.facebook.com/LesAmisDActionBarbes/posts/937509926304893]

    Les inquiétudes ? Bien oui et elles sont nombreuses ! Encore une fois la rue Guy Patin et la rue Ambroise Pare sont prises en tenaille ! Entre les divers marchés illégaux à Barbès et le Zonards de la Gare du Nord, voilà qu'on va nous implanter une salle de shoot ! Attirant encore plus de problèmes !

    Question, une fois que ces personnes se seront administré leurs doses et qu'ils seront défoncés, ils vont aller ou ? Ah bien il resteront zoner encore plus dans nos deux rues avec toutes les nuisances qui s'y rattachent ! Bravo ! Bravo ! L'intention de cette salle est louable certes mais ne l'implantez pas en pleine zone résidentielle ! Plus à l'écart entre les bâtiments SNCF et le côté est de Lariboisière aurait été peut être plus judicieux !

    Les élus se plantent encore une fois et n'oubliez pas que les votes pour les prochaines élections seront sûrement la sanction qui leur pend au nez !

  • C'est sur que quand il s'agit de médiatiser la fameuse "démocratie participative" pour faire choisir au habitants s'ils veulent installer un banc ou des jeux de marelles dans les rues il y a du monde, mais dès qu'il s'agit de vrais problèmes de sécurité, de vie sociale ou d'aménagement qui nous concernent, là bizarrement les politiques ne nous demandent plus notre avis...

  • "La première salle de shoot ouvrira-t-elle ?" : pour réécouter l'émission "Un jour en France" du lundi 21 décembre par Bruno Duvic sur France Inter, avec Rémi Féraud, maire du 10e, Philippe Goujon, maire du 15e et député de Paris et l'intervention téléphonique en direct de Roland Ries, maire de Strasbourg

    http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=1189907

  • J'avoue qu'en tant qu'habitant de la rue Guy Patin j'ai du mal à modérer ma colère.
    Les promesses électorales du maire du 10ème pour notre quartier incluaient :
    - Une amélioration du nettoyage autour du marché
    - Une lutte contre le marché des pauvres et les vendeurs autour du métro
    - Une végétalisation de la rue Ambroise Paré

    Aujourd'hui qu'avons nous?
    Les rues autour du marché sont sales comme jamais, le marché des pauvres est revenu, mais en revanche aucun problème pour acheter tout et n'importe quoi à la sortie du métro.
    Quand à la végétalisation de la rue Ambroise Paré...

    Donc je remercie vivement notre élu du dixième qui a manifestement décidé de concentrer encore plus les problèmes dans notre quartier tout en choisissant l'abandon complet des services publiques de sécurité et de nettoyage.
    Peut être pourrions nous lui proposer d'autres idées pour rendre le quartier plus désagréable.

    Je n'ai rien contre la salle de shoot, je pense que c'est une bonne chose, mais je m'interroge sur la pertinence de sa localisation au milieu d'habitations, et regrette que la mairie ne propose rien en contrepartie, au moins une sécurité et une propreté de base dans nos rues.
    Je n'ai pas l'impression que les abords des autres gares parisiennes soient aussi peu investis par la mairie. La gare du Nord est une infrastructure majeure, qui nécessite une présence publique importante...tout comme le marché de Barbès qui n'est pas un simple marché de quartier.

    Un habitant excédé

Les commentaires sont fermés.