Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le tabac de Barbès

    Pourquoi les cigarettes de Barbès sont-elles beaucoup plus dangereuses que les cigarettes du buraliste ?

    cigarette chez le buraliste.jpgDifférence entre contrebande et contrefaçon

    La contrebande de cigarettes a toujours existé, mais jusque-là il s’agissait de vrai tabac. Elle consistait à faire passer les cartouches d’un pays où les taxes sur le tabac sont moins élevées vers un autre à l’imposition plus sévère. Tous les frontaliers de la Belgique ou de l’Espagne connaissent cela, sans qu’on les soupçonne ici d’être des contrebandiers… Mais les contrôles se sont durcis, sont devenus plus efficaces et la filière criminelle a dû trouver d’autres provenances pour perdurer. On entre dans le domaine de la contrefaçon.

    Différence de fabrication

    Le tabac est un végétal sensible qui demande à être protégé contre les nombreux insectes qui l’attaquent pendant sa croissance. L’emploi de pesticides est incontournable. Le tabac doit donc être nettoyé soigneusement par les fabricants de tabac, avant que ne soient produites les cigarettes. A défaut, il transmet par ses fibres des substances toxiques. Or, les trafiquants visent une rentabilité maximale et ne s’encombrent pas de scrupules sanitaires. Ils livrent des cigarettes qui sont en moyenne de 8 à 11 fois plus toxiques, plus carcinogènes, que les cigarettes du buraliste, qui ne sont déjà pas recommandées… Qu’y trouve-t-on ? Des métaux lourds, notamment du cadmium, 5 fois plus, du plomb, 6 fois plus, 3 fois plus d’arsenic, 160% de plus de goudrons que la norme, 80% de plus de nicotine et 133% de plus de monoxyde de carbone.

    Différence dans les risques encourus

    Pourquoi sommes-nous confrontés à une augmentation si rapide de la contrefaçon ? Le crime organisé a vite compris que la contrefaçon était moins risquée pour lui que le narcotrafic. En effet, la contrefaçon relève du droit de la propriété intellectuelle et industrielle, et à ce titre, les peines encourues sont bien moindres. Ces trafics touchent malgré tout au pénal et sont donc définis comme des crimes de contrefaçon, parce qu’ils mettent en jeu la santé des consommateurs et débouchent sur un problème de santé publique. Au même titre que les médicaments frelatés vendus en ligne ou les huiles de tournesol, importées en grande quantité d’Ukraine, il y a quelques années.

    Risque pour la politique anti-tabac

    photos --- cigarettes-hausse de prix 2000-2009.jpgLa politique antitabac du gouvernement, qui consiste à augmenter le prix du paquet progressivement, est battue en brèche par les importations de cigarettes frelatées que l’on trouve assez facilement dans nos villes. Il est évident que comme au temps de la prohibition aux Etats-Unis dans les années 1930, il y aura toujours des filières mafieuses pour profiter du différentiel de prix et proposer le produit prohibé, ou presque, au pied de l’immeuble du consommateur accro, et même lui proposer sur Internet dans des conditions d’échanges floues.

    Les dernières hausses : 6% en août 2007 + 6% nov 2009 + 6% prévus en nov 2010

    Perspective

    Si la solution ne réside pas dans le prix — on voit bien qu’il conforte les trafics et les fait prospérer — il faut tout miser sur l’aspect santé publique et contrôle accentué des filières. Il se trouve que les fabricants sont connus, les usines aussi, souvent, et que nos rapports commerciaux avec la Chine devraient tendre vers une normalisation et une reconnaissance réciproque. Ce n’est pas pour demain, ni juste après-demain, mais c’est le sens de l’histoire. Peut-on compter sur une aide de la Chine pour qu’elle sanctionne ses usines de produits contrefaits et dangereux ? Les containers en provenance de Chine font l’objet de soins particuliers de la part des douanes, mais ils sont si nombreux…Toutefois, ces contrôles ciblés à l’égard du made in China poussent les fabricants à faire transiter leur marchandise contrefaite via le Vietnam. Est-ce un signe qu’ils se méfient plus qu’avant ? Et dans ce cas, à quand des accords avec le Vietnam ? Il semble bien qu’on ne soit pas sorti de l’auberge tout de suite.

    Nota : Un carcinogène est un agent capable de provoquer le cancer. On dit plus facilement cancérigène dans le langage courant.

    Livre : Pierre Delval, Le marché mondial du faux, Crimes et contrefaçons, Éditeur : CNRS éditions, Parution : 14 mai 2010 - Pierre Delval est criminologue et conseiller pour la lutte contre la contrefaçon auprès de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe et expert auprès des Nations unies.

    Données de référence Insee  Consommation de tabac : la baisse s'est accentuée depuis 2003 - Danielle Besson, division Synthèses des biens et services, Insee, Déc. 2006.


     

  • Action Barbès soigne votre coeur

    Déjà la semaine dernière nous postions une brève sur les gestes qui peuvent sauver en cas d’arrêt cardiaque. Il faut croire qu’ACTION BARBES est attentive au cœur de ses adhérents et de ses lecteurs … Cette fois, c’est le 18e arrondissement qui propose le mardi 28 septembre à 18h30, une conférence du Professeur Cohen-Solal, chef du service de cardiologie à l’hôpital Lariboisière, dans la salle des fêtes de la mairie du 18e.

    Comment préserver son cœur ?

    Une question pertinente, sachant qu’en France, 50 000 personnes décèdent d’un arrêt cardiaque, souvent lié à un trouble du rythme cardiaque. Et peu survivent à cet épisode sans séquelle neurologique grave.

    PHOTOS - cardiologie dans le 18e conf.jpgLes facteurs de risque, les facteurs aggravants, la maladie coronaire (rétrécissement d’une ou plusieurs artères du cœur sous l’action des dépôts graisseux de cholestérol) sont autant de sujets qui seront abordés.

     

  • Terrasses ouvertes et chauffage dispendieux

    Enfin une annonce de bon sens dans le difficile dossier des terrasses de cafés et restaurants. Au moins une….

    Ces jours-ci on a pu lire dans la presse (AFP, Libé, RMC.fr et 20 Minutes)  que la ville a l’intention d’interdire le chauffage au gaz en terrasse. Pourquoi, d’ailleurs, n’interdire que le gaz et non pas le principe de chauffer la rue ? En ces temps d’économie d’énergie, quelque soit sa provenance, il est bon de l’utiliser avec parcimonie. Or, comme le dit la Mairie de Paris, « Chauffer les petits oiseaux l’hiver n’est pas très utile. »

    Cette mesure s’inscrit dans le cadre d’un toilettage du règlement parisien des terrasses et étalages implantés sur le domaine public. Il date des années 1990 avec quelques modifications à la marge.

    P1030192 Polaires à Kreuzberg Berlin.JPG

     

    Les Berlinois, pas riches, mais pleins d’idées, proposent des plaids en polaire aux clients assis en terrasse. Et, croyez-le ou non, les couvertures restent sur le dossier des chaises, même après le départ des clients !

    Berlin Kreuzberg, Oppeiner Str. 19/09/2010

     

     

    De nombreuses associations parisiennes, réunies sous le label « Réseau Vivre Paris ! » cumulent leur énergie depuis plusieurs mois pour pousser l’Hôtel de Ville non seulement à les entendre quand elles affirment que les terrasses envahissent l’espace public parisien, et qu’elles génèrent des nuisances sonores qu’il est maintenant difficile de nier, mais aussi pour collaborer largement à la rédaction du nouveau règlement. Elles ont proposé un projet à la Ville et l’ont présenté tout récemment devant une salle pleine de Parisiens, très intéressés par la question.

    Ici on assiste à une lutte entre fêtards noctambules et riverains excédés de devoir attendre les premières heures de l’aube pour tenter d’ouvrir une fenêtre quand on a le malheur de les avoir au-dessus d’un café avec terrasses, ou même sans terrasse, comme certaines illustrations parues dans la presse et sur les blogs le démontrent. Ce n’est pas un conflit entre jeunes et vieux comme certains articles avaient tendance à le faire croire. Ce serait plutôt « couche tard » contre « lève tôt », or chacun ne choisit pas ses horaires de travail. Le phénomène n’est pas que parisien, même si, ici, la densité des immeubles exacerbe un peu plus les tensions.

    Les habitants proches d’une boîte de nuit ont toujours pesté contre les sorties tardives et bruyantes, c’était une heure difficile à passer. Là, on a plutôt à faire à une nouvelle habitude, celle de discuter en terrasse jusque tard dans la nuit, sans se soucier des voisins. Ajoutez à cela l'effet "interdiction de fumer à l'intérieur.".. Et les terrasses gagnent du terrain… Aucune autorité ne réussit à les endiguer. Il est vrai qu’il y a du chiffre d’affaires à réaliser sur le domaine public, car il n’est pas cher au mètre carré en regard du prix de la location d’un local fermé dans un quartier branché. Les protestations des riverains ne pèsent pas lourd dans la balance, les amendes de 35 euros non plus…

    Nous suivons le dossier grâce au très bon, très précis, travail de fond du Réseau Vivre Paris ! Dans notre quartier, ce ne sont pas tant les terrasses qui grignotent l'espace public que les étalages. Certes ils font moins de bruit... Mais qu'en est-il du respect des personnes à mobilité réduite ? Nous demandons le respect du schéma directeur d'accessibilité à la voirie voté en 2002. Simplement.

  • Lâcher de confettis sur la façade de la Gare du Nord

    Nous l'avions annoncé vendredi pour que chacun puisse en profiter : une cérémonie inaugurative de la façade de la Gare du Nord a eu lieu le samedi 18 septembre. Malgré les invitations lancées par le conseil de quartier Lariboisière-Saint-Vincent-de-Paul, très peu de personnes s'étaient déplacées.

    Après un rappel historique de la construction de la gare, anciennement l'embarcadère de Belgique, a suivi une description détaillée de la façade, qui apparâit toute claire désormais sous le soleil de septembre. Nous y avons appris que 23 statues ont été érigées, dont 8 sur la façade principale, représentant les capitales européennes desservies : Bruxelles, Cologne, Francfort, Londres, Amsterdam, Vienne, Varsovie... La pierre utilisée provient des carrières de Saint Maximin dans l'Oise.

    De nombreuses reprises ont été nécessaires aux endroits abimés par les points de fixations de l'ancienne marquise. Les menuiseries très endommagées, voire parfois dangereuses, sont comme neuves. Il reste cependant les parties basses à changer.

    P1020492 RF web.JPGLa cérémonie s'est poursuivie par un coup de sifflet magistral du maire du 10e, Rémi Féraud, transformé pour l'occasion en chef de gare, déclenchant une pluie de confettis d'un bel effet sur fond de ciel bleu.

    P1020493 confettis web.JPG

  • Les gestes qui sauvent

    Dans le cadre de la Semaine du coeur,
    les 22 et 23 septembre 2010, de 13h à 16h
    à l'Hôpital LARIBOISIERE

    blog --- septembre 22 - les gestes qui sauvent.jpg
    Association de cardiologie Ile-de-France : plus d'info.

  • Les journées européennes du patrimoine

    Journees patrimoines 2010.jpgLes journées européennes du patrimoine se déroulent aujourd'hui et demain. C'est la 27ème édition. Toutes les infos sur le site du ministère de la Culture.

    Paris n'est pas en reste et le site de la Ville nous donne beaucoup d'informations sur le sujet. Cliquez ici.

    Si le 9ème arrondissement nous propose le très classique musée de la vie romantique toujours plaisant à visiter , le 10ème brille par son absence quoi que la visite de la gare du Nord et de sa façade restaurée ne manque pas d'intérêt (voir l'article d'hier sur ce blog) et le 18ème nous propose des visites qui sont très attirantes.

     

    Bonnes visites !

  • La gare du Nord : inauguration de la façade

    PICT0007 web.JPG

    Dans le cadre des journées européennes du patrimoine des 17 et 18 septembre 2010, la façade rénovée de la Gare du Nord sera le théatre d'un événement qui réunira la mairie du 10e et la SNCF, puisque  Rémi Féraud, maire du 10e, et Mme  Sophie Boissard,  Directrice Générale des Gares & connexions, se retrouveront dans la gare pour l'inauguration.

    Le rendez-vous est fixé à 16h15, dans le hall sous la verrière du petit parvis, le samedi 18 septembre.

    Une visite commentée de la façade aura lieu à partir de 16h30.

    Si vous aimez les gares, ces lieux de séparation mais aussi de départ vers l'aventure, et souvent l'oeuvre d'architectes renommés du XIXe siècle, surfez sur le site de Gares et connexions, qui offrent des renseignements détaillés sur les rénovations en cours dans d'autres gares, notamment la Gare de Lyon, voire dans d'autres villes (Strasbourg, Belfort).

    Voilà ce que nous dit en introduction l'excellent Dictionnaire des Monuments de Paris édité par les Editions Hervas à propos de la gare du Nord :

    "L'étroitesse de la perspective permettant de contempler l'imposante façade sur l'ancienne place de Roubaix, devenue place Naopléon III en 1987, est due à des modifications du plan de construction de cette gare qui remplace l'ancien embarcadère de Belgique construit par Léonce Reynaud en 1846 et qui s'était révélé insuffisant dès 1854."

    On trouvera l'historique complet de la gare du Nord sur le site Wikipédia. Pour être complet, Stéphanie Sauget a publié en 2009 un passionnant A la recherche des pas perdus, une histoire des gares parisiennes chez Tallandier (25€ hélas!).

     

     

  • DIX sur DIX et son pique-nique

    .inauguration_m.jpg

     

    Pique-nique, apéritif festif.... la démocratie locale du 10e arrondissement vous attend avec bonne humeur dans le square Villemin le dimanche 19 septembre 2010, sur le boulodrome, à partir de 12 heures.

    Ces libations ne devront pas cacher le vrai propos de cette manifestation qui reste la rencontre entre citoyens et associations de l'arrondissement. Pour trouver tous les détails de cet événement qui s'étale sur deux jours, le 18 et le 19 septembre, cliquez sur le lien.

    Action Barbès avait participé en 2009 à ces rencontres, sans en tirer toute la satisfaction espérée :

    - le temps incertain et même froid n'avait pas séduit les promeneurs du week end,

    - le village des associations confiné dans un coin du square a été jugé un peu trop éloigné des lieux de spectacles et d'animations, situés côté Récollets,

    - la durée de la manifestation, sur deux jours, a été considérée trop longue, sachant que les responsables associatifs consacrent déjà une grande partie de leurs loisirs aux activités de leur association.

    Il s'agissait d'une première, d'un coup d'essai. Nous avons quelque peu essuyé les plâtres. Souhaitons un bon forum aux associations présentes cette année.

  • La rentrée d'Action Barbès

    Le 11 septembre 2010 : un samedi radieux, ensoleillé, autour du square d'Anvers, sous les structures du marché local, laissées en place à dessein. Comme tous les ans, les associations du 9e se sont donné rendez-vous pour présenter leurs activités et rencontrer leurs fidèles adhérents et même en rencontrer de nouveaux.

    Un aperçu ci-dessous...


    Forum des associations du 9eme
    envoyé par ParisNeuvieme. - Regardez les dernières vidéos d'actu

    Le forum n'aurait pas été totalement un succès à nos yeux sans un petit moment de convivialité. En effet, vers midi, on a vu sortir des paniers une terrine de rillettes, de belles tranches de pain de campagne et deux petits conteneurs de vin, qui ont contribué à la bonne humeur des membres du bureau, qui tenaient le stand.

  • Le sous-sol du Louxor

    Sans doute est-ce parce que les implantations liées aux travaux du Louxor occupent un espace qui ne passe pas inaperçu près du carrefour Barbès que Le Parisien du 6 septembre consacre un nouvel article au sujet sous la plume d'Eric Le Mitouard.

    Nous ne reviendrons pas sur le flou qui a accompagné ce dossier depuis plusieurs années pour désigner comme une restauration ce qui en réalité ne sera d'une démolition reconstruction, certes partielle. Nous vous renvoyons pour cela à la lecture de la rubrique Louxor en marge de gauche.

    Non. Nous relevons simplement dans l'article les explications de Philippe Pumain, l'architecte désigné par la Ville de Paris, qui prévient que la consolidation de l'édifice fera appel au foncement de pieux de 20 mètres de profondeur. Pourquoi ?

    Les études préalables (géotechniques, notamment par sondage) faites sur le bâtiment ont laissé penser qu'il était préférable de retrouver le « bon sol » pour reporter les charges de la construction sur des terrains sains, or celui-ci est assez profond. En effet, nous sommes encore à cet endroit sur les pentes de la colline de Montmartre et son sous-sol est largement constitué de calcaire grossier et de gypse, comme beaucoup de zones du bassin parisien qui ont par ailleurs favorisé son développement, l'un ayant servi de pierre de construction, l'autre de plâtre. Une plaquette éditée par la Ville de Paris (Inspection générale des carrières) donne des informations précises sur le sous-sol parisien et les travaux préconisés pour conforter les parcelles.

    Lors d'une première rencontre, on nous avait d'abord annoncé quelque 60 mètres, puis 30 mètres, les chiffres entre temps se sont affinés, semble-t-il, puisque Philippe Pumain annonce aujourd'hui au journaliste 20 mètres. Souhaitons que ces consolidations de la parcelle du Louxor contribuent à conforter les parcelles mitoyennes aussi.

    viewmultimediadocument?multimediadocument-id=53475&role=2

    « Le gypse constitue l'un des minéraux les plus solubles dans l'eau. Suite à des infiltrations d'eaux (fuites de canalisation, infiltration d'eaux pluviales...), à une variation du niveau des nappes ou à des circulations d'eau souterraine dues notamment aux pompages, le gypse est susceptible de se dissoudre et de créer des cavités parfois très volumineuses. Ces cavités souterraines peuvent être à l'origine d'effondrements, parfois très importants. » (paris.fr)

    On comprend aisément qu’il faille prendre des précautions….