Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

rer

  • Toute l'Ile de France gratuitement le week end, mais...

    Le site de la Ville réserve parfois de bonnes nouvelles !

    Nous savions depuis toujours...(!) que les cartes réservées aux écoliers et étudiants, la carte Imagine'R, donnaient droit à la gratuité sur le réseau francilien les jours fériés et le week end. Mais il semble que cette offre s'étende à tous les porteurs d'un Pass Navigo depuis le 1er septembre. C'est ce qu'on appelle le dézonage, mesure qui a été entérinée par le conseil d'administarion du STIF le 11 juillet. Voici ce qu'on peut lire sur le site de la Mairie de Paris.

     

    Pass Navigo : l'Île-de-France s'offre à vous le week-end

     

    A compter de ce samedi 1er septembre, le pass Navigo sera en zone unique chaque week-end et tous les jours fériés. Aller partout en Île-de-France quel que soit son abonnement, c'est une petite révolution en marche et l'occasion rêvée de profiter de notre région.

     

    Train jouet

    Toutefois, certains déplorent la disparition des cartes Améthiste et Émeraude qui assuraient la gratuité des transports parisiens à certaines catégories d'usagers. Fini le coupon magnétique pour les personnes âgées ou handicapées. On rebat les cartes, avec un test sur Paris d'abord, à partir du 1er décembre, puis progressivement dans toute l'Île-de-France. Le Pass Navigo sera omniprésent. Une façon aussi de simplifier l'offre. Mais adieu la gratuité...

    Les tarifs sont déjà connus et consultables sur le site de la ville. On note toutefois un léger flou sur le tarif applicable aux personnes bénéficiaires de minima sociaux ou de la carte Paris Solidarité. La presse annonce 20 euros par an et Paris.fr la gratuité. Voici ce qu'on peut lire en bref : 

    Le Pass Navigo Émeraude-Améthyste couvre les zones 1 et 2 : il coûtera 20 euros par an pour les bénéficiaires de minima sociaux et 40 euros/an pour les usagers assujettis à un impôt inférieur ou égal à 2028 euros.

    Vous préférez un tableau ? C'est celui du site de la Ville, qui affiche clairement "gratuité".

    Bénéficiaires Navigo  Emeraude Améthyste
    zones 1-2

    Anciens combattants et veuf(ve)s de guerre âgé(e)s de  65 ans et plus

    Gratuité
    Bénéficiaires d’un minimum social et/ou de Paris Solidarité Gratuité
    Usagers justifiant d’un montant d’impôt inférieur ou égal à 2 028 € (2 287 € en cas de renouvellement) 40 €/an

    Le Pass Navigo Améthyste couvre les zones de 1 à 5  : il coûtera 159,89 euros pour les personnes soumises à un impôt inférieur à 992 euros, ainsi qu'aux anciens combattants et veufs-veuves de guerre ; il coûtera 240,64 euros pour les personnes soumises à un impôt inférieur à 2028 euros.

    Bénéficiaires Navigo  Améthyste
    zones 1-5
    Usagers justifiant d’un montant d’impôt inférieur ou égal à 992 € 159,89 €
    Usagers justifiant d’un montant d’impôt inférieur ou égal à 2 028 € (2 287 € en cas de renouvellement) 240,64 €

    Anciens combattants et veuf(ve)s de guerre âgé(e)s de  65 ans et plus

    159,89 €

    Une autre bonne nouvelle : ces 2 nouveaux Pass Navigo permettront de bénéficier de la gratuité ou de tarifs avantageux dans les musées, piscines, parcs et jardins municipaux.

  • CDG Express, le retour ?

    En lisant dans la presse il y a quelques jours que le projet de CGD Express, cette liaison entre Paris et son aéroport Charles de Gaulle, remontait à la surface, nous avons contacté un de nos adhérents, Jean-Louis Pierrel, qui avait suivi le projet au sein du Conseil de Quartier Lariboisière Saint-Vincent-de-Paul. Il a bien voulu nous livrer son avis, pour le blog de l'association. Le voici.

    Parlons du projet de liaison directe entre Paris et l'aéroport Charles de Gaulle.
    En effet, un premier projet s'est fracassé du fait de la crise, ou plutôt du fait de ses tares initiales : trop coûteux, un montage soit disant 100% privé, une étude de marché beaucoup trop optimiste, etc.

    cdg%20express%20petit.jpgMais voila, le diagnostic initial reste valable, la desserte de CDG stérilise trop de taxis, les transports en commun actuels sont insatisfaisants, bref l'une des principales portes d'entrée internationale de Paris est menacée de saturation, sans oublier les dizaines de milliers de salariés du site...
    Et puis, la RATP récupère les rames à un étage du RER A, progressivement remplacées par des rames à deux étages.
    Et, en partie suite au premier projet, la prise de conscience de la saturation de la ligne B a permis l'élaboration d'un plan d'amélioration, avec notamment une réorganisation des trafics et des voies.
    Et voila donc le gouvernement qui sort de son chapeau un nouveau projet de liaison directe entre la Gare du nord et Roissy.

    Alors, comment se faire une opinion ?

    - Le calendrier est un peu osé, puisque on nous parle d'une décision avant... mai 2012.
    - Les délais techniques semblent surprenants, mais le dossier technique du premier projet a défriché le terrain, surtout après la consultation publique qui avait réussi à l'améliorer (le fameux tracé "virgule")
    - De nouveau, est évoqué un financement 100% privé...avec la SNCF et la RATP, mais sans le STP (Syndicat des Transports Parisiens)
    - La gare du nord est déjà bien saturée...
    Bref, un peu baclé, pas très sérieux,

    APAPU233apercu.jpg
    Le passage de la porte de La Chapelle, proposé par l'APUR, atelier parisien d'urbanisme. En rouge, le tracé du CDG Express.


    Mais voila, la banlieue nord, les salariés, les précieux touristes (fortunés ou non), et les habitants des deux gares méritent de reprendre cette idée.
    Sur des bases un peu plus saines, rapidement mais sans préoccupation électorale trop évidente et surtout avec une véritable concertation.
    Le bon sens n'est pas l'exclusivité des "techniciens", ainsi d'autres options existent (branche du RER E par exemple) et des questions nécessitent des réponses.

    A nous tous de les poser, et d'apporter critiques et propositions !

    Qu'en pensez-vous ?

    Pour mémoire, le projet public-privé avait été chiffré par l'Etat et Vinci à quelque 640 millions d'euros avant son abandon (lu dans les Carnets du voyageur du Monde du 21 décembre 2011).