Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

assemblée-nationale

  • Quand Vaillant et Valls échangent sur la sécurité

    C'était avant les vacances de l'Assemblée Nationale. Sur la toile et au cours de nos lectures d'été, nous avons croisé cet échange entre Daniel Vaillant, député maire du 18e arrondissement, et Manuel Valls, ministre de l'Intérieur, après sa visite à Lyon en mai, avec la Garde des Sceaux, pour présenter un premier bilan des 64 zones de sécurité prioritaires d'alors. On y parle donc de sécurité et des ZSP sur lesquelles nous vous avons beaucoup écrit dans ce blog. Celle de Barbès Château-rouge fêtera son premier anniversaire à l'automne. Régulièrement, la Préfecture de police publie des résultats en matière d'interpellations, de procès verbaux ou de fermetures administratives d'établissement en délicatesse avec la loi. Nous vous transmettrons ici les résultats du prochain bilan qui sera porté à notre connaissance.

    Là, en l'occurrence, Manuel Valls énonçait, assez fort, les principes qui en sont l'armature, et notamment le retour à la présence des policiers sur le terrain, dans les zones les plus sensibles.

    Mise à jour à 11h30 --> L'Assemblée Nationale nous fait des misères ! La vidéo que nous vous proposions vient de se voir supprimer son statut "public" : elle est retirée de la toile. Nous avons fait une demande en bonne et due forme pour que son utilisation nous soit accordée. Nous vous proposerons cette vidéo une autre fois. 

    Nouvelle mise à jour à 12h : L'assemblée nationale est très rapide dans ses réponses, et nous a adressé un lien qui permet de visualiser et même d'enregistrer la partie qui nous intéresse de la séance des questions au gouvernement du 14 mai. Nous avions choisi cet extrait parce que le ministre de l'Intérieur revient sur les ZSP et en prévoit de nouvelles à partir de septembre. Nous suivons leur évolution de près, ainsi que les bilans qui en sont faits. Pour mémoire, nous participons aux réunions de bilan dans le 18e.


    Et ça marche !! 

    D'après Le Monde du 13 maiHAUSSE D'EFFECTIFS

    Dans un contexte budgétaire tendu, la pression est forte pour l'intérieur, qui rappelle régulièrement les réductions d'effectifs sous la présidence Sarkozy auxquelles la gauche a dit mettre fin en promettant 500 créations d'emploi parmi les forces de l'ordre tous les ans. Le ministre devait ainsi annoncer à Lyon que près de 2 500 policiers sortiraient fin 2013 des écoles contre 500 il y a un an. Et plusieurs ZSP devraient voir leurs effectifs renforcés au 1er septembre, selon le directeur général de la police nationale (DGPN) Claude Baland.

  • Le non-cumul des mandats accumule les craintes et les oppositions


    L'un des députés de notre périmètre de prédilection, Christophe Caresche, est un défenseur pugnace de la loi promise par le président de la République sur le non cumul des mandats.

    Ses derniers articles (son blog est en lien sur la marge de gauche) traitent du sujet, avec des arguments que nous reprenons ici et qui ont achevé de nous convaincre, s'il en était besoin, tout comme l'article paru mardi 12 dans le Monde sous la plume d'Hélène Bekmezian, lui aussi très inspiré des propos du député.

    3291532.jpg

    Voici quelques extraits significatifs de sa position :

    « Rien ne fait obstacle, selon moi, à la mise en œuvre de la réforme sur le non-cumul des mandats dès 2014 pour les élections municipales. Il est vrai que dans cette hypothèse les députés élus en 2012 seront condamnés à rester à l’Assemblée nationale jusqu’à la fin de la mandature. Il y a des situations moins enviables… »

    Christophe Caresche était sur France bleue le 23 janvier, où il déclarait : « Chacun doit prendre puis respecter ses engagements : les élus qui se sont faits élire sur cet engagement de campagne doivent le respecter. Mais certains défendent leur intérêt corporatiste plutôt que la bonne santé de la démocratie française. »

    Outre les faiblesses humaines, évoquées ci-dessus, qui empêchent de renoncer à un mandat et aux avantages qui l'accompagnent, il y a le risque politique d'une série d'élections partielles, aux résultats aléatoires, si de nombreux députés ou sénateurs devaient opter pour la fonction de maire. Le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, l'a évoqué et justifie par là le report à 2017. Christophe Caresche n'accepte pas l'argument. « Une solution était déjà dans le rapport Jospin sur les institutions » : l'extension de la suppléance automatique des députés. Pour l'instant elle n'est effective qu'en cas de décès ou de nomination à un ministère. Étendons-la au cas du parlementaire qui choisit la fonction de maire en priorité. Et nul besoin de recourir à une réforme de la constitution, seulement à une loi organique

    « Le vote d'une telle loi ne nécessite pas de réunir une majorité de trois cinquièmes, ni même de recueillir l'accord du Sénat, poursuit C. Caresche sur son blog. Il convient seulement qu'en dernière lecture la loi organique soit votée par la majorité des membres de l'Assemblée nationale et non pas uniquement par la majorité des votants. La gauche dispose de cette majorité. »

    Nous ajouterons : un peu de courage, Messieurs les parlementaires ! (Pour une fois nous ne lésinerons pas sur le « messieurs » car vous y êtes largement majoritaires "en nombre et en genre".)

    Mise à jour à 15h - Ne ratez pas cet article du Parisien sur les "Rois du cumul" ici : certains ne le disent pas mais ils disposent sans doute de plusieurs vies pour assumer tous les postes qu'ils briguent et toutes les tâches qu'ils acceptent....