Web
Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

exposition - Page 2

  • Exposition de peintures et de collages à l'Espace Canopy 18e

    L'Espace Canopy, galerie d'art et association culturelle au cœur du quartier La Chapelle expose les peintures de Foupier, avec une série "Pas de quartier à La Chapelle !" Il s'agit de peintures et de collages. Pierre Fouillet signe sous le nom de Foupier ses oeuvres de peintre et d'observateur du quartier où il vit : La Chapelle. Son regard irraisonnable et passionné sur ce lieu est empreint d'émotion et de subjectivité. Pas de quartier à La Chapelle, c'est un grand carrefour entre deux gares, ouvert sur le monde entre tradition et modernité, entre sacré et païen. Pas d'ennui à La Chapelle ! 

    paris, paris 18e, exposition,

    Après sa BD "iMagic Magid, La Sardine du Cannibale" (@Sarbacane Edition) retraçant le parcours émouvant de Magic Bâ et son combat de sans-papiers, c'est une autre façette de son travail à découvrir.

     
    Une exposition qui commence avec un vernissage vendredi soir à 19h et qui se poursuivra jusqu’au 28 juin (15h-20h) à l'ESPACE CANOPY, 19 rue Pajol.
     
     
  • Le Street Art gagne du terrain dans le nord du 10e

    "Art Liberté - du Mur de Berlin au Street Art" voilà ce que proposera très bientôt la Gare de l'Est pour plusieurs semaines d'exposition.

    La rue d'Alsace est aussi concernée, la preuve en photos avec des artistes en plein travail.

    IMG_0032.JPG

    paris, rue d'alsace, street art

    rue d'alsace, gare de l'est, street art

    N'hésitez pas à jeter un œil également en descendant l'escalier de la rue d'Alsace.

    gare de l'est, rue d'alsace, street art

    Le Street Art, que nous défendons dans le cadre de la Promenade Urbaine de Barbès à Stalingrad, arrive doucement dans le nord de l'arrondissement. Encore un effort pour arriver jusqu'au boulevard de la Chapelle !

     

  • Cherchez l’erreur à l’ICI

    « Ce que j’aime beaucoup dans cette exposition, c’est qu’elle est parfaitement accessible au plus grand public, car elle montre comment la guerre s’immisce dans la vie quotidienne », commente Younes Rezzouki, chargé de la médiation à l’Institut des Cultures d’Islam (ICI). Accessible, cette exposition est aussi très efficace, car les œuvres retenues composent un ensemble d’une très grande cohérence et sont toutes d’une grande beauté plastique.

     

    Grenade ou grenade

    Image 3.jpg

    Shadi Ghadirian, Nil, Nil

    Image.jpg

    Shadi Ghadirian, Nil, Nil

     

    Sur cette photo de l’Iranienne Shadi Ghadirian au léché pictural, l’aspirateur est rangé dans une besace militaire ; une grenade trouve sa place dans une corbeille de fruits. Un couple, mis en scène par une de ses compatriotes, Gohar Dashti, convole en justes noces, accroche le linge à sécher ou se lève le matin sur fond de soldats courant l’arme au poing ou d’hélicoptères de combat. L’Egyptienne Nermine Hammam introduit, quant à elle, des photos d’actualité – ou des clichés pris par elle – dans des tableaux orientalistes ou des paysages de cartes postales.

    Image 6.jpg

    Gohar Dashti, Today life and war

    Image 4.jpg

    Nermine Hammam, Wateco-An Akmee's admirers

     

    Dans ses autoportraits soigneusement mis en scène, Raeda Saadeh témoigne de manière souvent ironique de la difficulté d’être palestinienne – une valise à la main, un pied dans un bloc de ciment, aussi prête qu’incapable de partir. « Quant à la Jordanienne Tanya Habjouqa, elle a été bien accueillie en Palestine, car elle ne cherchait pas à montrer les habituelles images de violence mais s’intéressait aux loisirs des habitants de Gaza et Cisjordanie », explique Younes. Elle a ainsi produit une série au titre explicite, Occupied pleasures.

    Image 1.jpg
    Raedah Saadeh, Penelope-Fairy Tales series

    Image 2.jpg

     Tanya Habjouqa, Occupied pleasures

     

    100 % féminin

    Au total, ces six femmes proposent une série de décalages féconds dans les scènes de la vie de tous les jours. Si bien que « la banalité du quotidien devient une forme de résistance face à la destruction », écrit Michket Krifa, commissaire de l’exposition : « Comment résister sinon en considérant que la vie continue et que finalement c’est la guerre qui est une anomalie, un intrus ? »

    Cette exposition 100 % féminine s’accompagne d’une programmation qui l’est tout autant, avec des conférences, des lectures, des rencontres, des projections et des performances. Dans ce cadre, l’émouvant film syrien Eau argentée, de Wiam Simav Bedirxan et Ossama Mohammed sera projeté au Louxor jeudi 12 février à 20 heures. Le 10 février, c’est aux résistantes de la guerre d’indépendance algérienne qu’il sera rendu hommage à travers le documentaire 10949 femmes de Nassima Guessoum, à l’ICI.

     

    ICI - 56 rue Stephenson et 19 rue Léon

    Jusqu’au 19 avril

    Visite commentée prévue les samedis 14 février, 14 mars et 11 avril à 15 heures.

    Toutes infos sur le site de l’Institut : www.ici.paris.fr

     

  • Demain : signature du livre de l'Expo 14

    Dans le cadre des événements qui ont rythmé la semaine de rentrée au titre du Centenaire de la Grande Guerre dans le 10e, nous avons évoqué la très belle exposition de photographies "14, Visages et Vestiges de la Grande Guerre" présentée à la Gare de l'Est jusqu'à la fin novembre.

    Demain, mercredi 24 septembre, à partir de 18h30, vous aurez l'occasion de rencontrer les deux principaux acteurs de cette "Expo 14", dans le cadre d'une conférence-débat et d'une exposition multimédia: le photographe Didier Pazery et l'historien Jean-Pierre Verney signeront le bel ouvrage qui présente les images de l'exposition et que nous vous avions également recommandé.

    Cette rencontre et signature se dérouleront à la librairie photographique "Le 29" situé au 29 rue des Récollets, le long du jardin Villemin.  

    exposition,exposition-photos,centenaire-1914-1918,grande-guerre,guerre-14-18,gare-de-l-est,didier-pazery

     Cliquez sur la photo pour agrandir l'invitation

  • Excentric City à la Goutte d'Or

    !cid_A6B9CE62-CF37-48A9-A6FE-4B16EC73CD33@cable_rcn.jpg

    Béatrice Coron raconte des histoires en papier découpé. Elle vit aux Etats-Unis, où elle est très connue, ses oeuvres ayant entre autres décoré le métro de New-York. Sa conférence devant le prestigieux auditoire de Ted est devenue "culte" et a été visionnée plus de 800 000 fois sur le Net. Elle a choisi un éditeur français, les Grandes personnes, pour publier son premier livre grand public : Excentric City.

    EXCENTRICITY CV.jpg



    Ce livre sera présenté en avant-première Chez les libraires associés, qui consacrent une exposition à Béatrice Coron : Excentricités, du 19 septembre au 15 novembre.

    Vernissage le jeudi 18 à 18h30 en présence de l'artiste, et avec une performance de la compagnie Gazelle.

    paris,culture,exposition,vernissage,béatrice-coron

  • Exposition sur la Libération de Paris

    Nous avons relayé à plusieurs reprises les événements - expositions, colloques - autour de la célébration du centenaire de la Première Guerre Mondiale qui ont eu lieu dans le 10e arrondissement. Cette année 2014 est également le 70e anniversaire de la Libération de Paris. Une exposition y est consacrée à l'Hôtel de Ville. Il vous reste encore un peu de temps pour en profiter d'ici le 27 septembre, dernier jour prévu. Les visiteurs sont encore nombreux, beaucoup de touristes, mais pas d'attente pour entrer. Pour les plus jeunes qu'il faut parfois motiver... un jeu avec des questions est disponible à l'entrée.

    paris,libération-de-paris,exposition,exposition-photos

    Nombreuses photographies mais aussi documents, journaux, extraits radiophoniques, films d'archives.

    Si vous manquez de temps (ou de courage), vous pouvez visionner de nombreuses photos sur le quotidien des parisiens pendant l'occupation.

     

  • L'expo "14: Visages et vestiges de la Grande Guerre"

    exposition-photos,centenaire-1914-1918,grande-guerre,guerre-14-18,gare-de-l-est,didier-pazery

    Nous avons déjà évoqué quelques événements, qui se déroulent actuellement dans le 10e avec le label de la Mission du centenaire de la Première Guerre Mondiale: le colloque "Gares en Guerre 1914-1918", le parcours "1914-2014, du pain et des liens" sur le parvis de la Gare de l'Est et enfin l'exposition "Le 10e dans la Guerre" (que vous pourrez voir en Mairie du 10e jusqu'au 24 septembre).

    En vous rendant à la Gare de l'Est, notamment dans le cadre de l'événement se déroulant sur le parvis, vous pourrez également découvrir l'exposition "14, Visages et Vestiges de la Grande Guerre" rendant hommage aux millions de soldats qui ont transité pour aller combattre. 

    Nous avions déjà, mais trop rapidement, mentionné cette exposition au début d'un de nos articles en mars dernier. Nous revenons plus en détail sur cette très originale présentation de 80 photographies grands formats, à la Gare de l'Est, à l'intérieur des différents halls et sur les grilles du Parvis, depuis fin juin et jusqu'au 30 novembre 2014.

    exposition,exposition-photos,centenaire-1914-1918,grande-guerre,guerre-14-18,gare-de-l-est,didier-pazery

    © Expo 14 / Didier Pazery

    Cette "Expo 14" est une installation spectaculaire de photographies uniques réalisées par Didier Pazery: des portraits des derniers survivants, réalisés entre 1996 et 2007 (avant la disparition du dernier des Poilus: Lazare Ponticelli, en 2008), des paysages sur les champs de batailles de l'ancienne ligne de front (traversant l'Est de la France), des natures mortes d'objets (masque à gaz, projectiles, casque respiratoire, matraques etc.) appartenant à la collection de l'historien Jean-Pierre Verney cédée au Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux (ouvert le 11 novembre 2011 et désormais incontournable pour comprendre la Première Guerre mondiale).

    Avant que vous ne découvriez vous-même cette exposition dans le lieu emblématique de la Gare de l'Est, voici quelques impressions en vidéo : 


     

    L'Expo 14 a aussi son site internet, que vous pouvez découvrir en cliquant ici. Elle sera également présentée à Altkirch (située sur l'ancien front de 14-18, dans le Haut-Rhin, en Alsace) du 10 octobre au 14 novembre 2014.

     

    exposition-photos,centenaire-1914-1918,grande-guerre,guerre-14-18,gare-de-l-est,didier-pazeryPour retrouver ces photos, nous vous recommandons ce très beau livre de l'Expo 14, qui associe ces portraits des ultimes témoins de la Grande Guerre et les récits de ces survivants, aux photos d'objets sélectionnés du Musée de Meaux et de paysages de l'ancien front:

    "14, Visages et vestiges de la Grande Guerre"

    de Didier Pazery, aux éditions Michalon.

    Vous pouvez rechercher ce bel ouvrage, dans une librairie proche de chez vous, avec l'aide par exemple via le site parislibrairies.fr que nous avions déjà évoqué (cf. notre article "Des livres à portée de main").

    Nous avons ainsi déjà effectué la recherche des librairies où ce livre est actuellement disponible; pour les résultats, cliquez ici.

      

    exposition,exposition-photos,centenaire-1914-1918,grande-guerre,guerre-14-18,gare-de-l-est,didier-pazery

     

  • Parvis de la Gare de l'Est : "1914-2014, Du pain & des liens" !

    Outre le colloque "Gares en Guerre 1914-1918" et l'exposition "Le 10e dans la Guerre", un projet présentera, à partir de vendredi après-midi, d'une part, le rôle essentiel de la gare comme "sas" entre le front et l'Arrière et, d'autre part, la question de l'alimentation des soldats pendant la Grande Guerre.

    Cet événement "1914-2014, Du pain & des liens" vous sensibilisera au rôle de la nourriture durant la Première Guerre Mondiale, devenant un moment de partage et le symbole de la solidarité entre les permissionnaires et la population civile. Et c'est à la Gare de l'Est, carrefour entre les soldats mobilisés et leurs familles, que sont exprimées ces émotions, entre les départs, les retrouvailles et les peurs.

    h&v-du-10e,rails-et-histoire,ahicf,exposition,centenaire-1914-1918,grande-guerre,guerre-14-18,gare-de-l-est,école-boulle,délit-maille

    Cet événement se déroulera sur le parvis de la Gare de l'Est du vendredi 5 septembre à partir de 14h jusqu'au dimanche 7 septembre (chaque jour dès 9h), et se composera d'un parcours dans un univers sonore et participatif. Les visiteurs et les passants seront ainsi conviés à un univers sensoriel, inspiré par le travail d'Emmanuelle Cronier (Maître de conférence en histoire contemporaine à l'université Picardie-Jules Verne) avec une scénographie conçue par les étudiants de l'une des plus grandes écoles d'art et de design en Europe, l'Ecole Boulle.

    rails-et-histoire,ahicf,exposition,centenaire-1914-1918,grande-guerre,guerre-14-18,gare-de-l-est,école-boulle

     Cliquez sur l'affiche pour télécharger le programme détaillé.

     

    Ouvert dès 14h vendredi 5 septembre, l’événement sera inauguré à 18h. A 19h, vous pourrez assister au concert de l'Orchestre d'harmonie du chemin de fer du Nord.

    h&v-du-10e,rails-et-histoire,ahicf,exposition,centenaire-1914-1918,grande-guerre,guerre-14-18,gare-de-l-est,école-boulle,délit-maille

     

    Plusieurs visites guidées (du parcours mais aussi de la Gare de l'Est, du quartier des 2 Gares) sont proposées pendant cette exposition. L'inscription pour ces visites (dans la limite des places disponibles) se fait en cliquant soit sur les liens dans le programme téléchargeable ci-dessus soit sur le site de "Rails et histoire" ici.

    Vous pourrez également y découvrir, en avant-première (avant son exposition au musée La Piscine de Roubaix) l'oeuvre "Wool War One" de la plasticienne Délit Maille, qui sera présente à la Gare de l'Est le dimanche 7 septembre à 15h pour présenter son projet (Délit Maille vous invite également à découvrir sur sa page Facebook les différents personnages de "Wool War One").

    h&v-du-10e,rails-et-histoire,ahicf,exposition,centenaire-1914-1918,grande-guerre,guerre-14-18,gare-de-l-est,école-boulle,délit-maille

     © Délit Maille

  • Exposition éphémère " Bring Back Our Girls" place de la République

    L'actualité internationale n'est pas réjouissante. Conflit israélo-palestinien - avec des dérapages et des violences lors des manifestations interdites que les habitants de Barbès n'ont pu manquer de voir le samedi 19 juillet -, situation explosive en Libye, situation instable en Ukraine... Pour autant, il ne faut pas oublier les 220 jeunes filles nigérianes séquestrées par des combattants islamistes de Boko Haram.  C'est l'objet de l'exposition éphémère "Bring Back Our Girls" qui est installée pour un mois place de la République, lieu symbolique bien choisi.

    exposition, femmes nigérianes, république, hidalgo

           Chaque silhouette comporte le prénom d'une jeune fille enlevée.

    exposition, république, nigérianes, hidalgo

    L'inauguration a eu lieu hier après-midi en présence notamment de Valérie Trierweiler, Anne Hidalgo, le maire du 10e, Rémi Féraud, et Jean-Luc Romero. Quelques associations féministes étaient présentes.

  • Théâtre : L'autre chemin des dames à la mairie du 10e

    paris,gare-de-l-est,guerre-14-18,exposition,théâtre,cie-ecart

    Cette année, de nombreuses manifestations, expositions, articles vont rappeler le centenaire de la Grande Guerre. Le photographe Didier Pazery s'est intéressé au travail de l'association La Main de Massige qui a retrouvé des vestiges de soldats de 14-18 en déblayant des tranchées sur ce plateau de la Marne. Ses photographies seront exposées à la gare de l'Est à Paris du 23 juin au 30 novembre, dans le cadre d' Expo 14, visages et vestiges de la Grande Guerre.

    En attendant l'exposition, dans le cadre de la Journée Internationale des Femmes, la compagnie Ecart Théâtre présentera un spectacle " L'autre chemin des dames - La vie à l'arrière de 1914 à 1918 " mercredi 5 mars à 19h à la mairie du 10e. ici le carton d'invitation.

    Inspiré du roman de Marcelle Capy " Des hommes passèrent ", et de documents d'époque, les acteurs raconteront la vie d'un village pendant la guerre. Une façon aussi de rendre hommage aux femmes qu'on a souvent oubliées.

     

    --> Un exemple de ce qu'écrivait cette femme féministe et engagée dans "Une voix de femme dans la mêlée" (Lu sur le site du Parti de Gauche - Midi Pyrénées).

    Une gare. Un train de blessés stationne sur la voie et c’est au long du quai le va et vient des éclopés.

    Corps amaigris sous les capotes déteintes et fripées, képis aux visières tordues, visages hâves aux pommettes brûlées de fièvre, barbes incultes, yeux d’angoisse.

    Celui-ci porte son bras en écharpe ; celui-là traîne la jambe et s’appuie sur un bâton comme un vieillard ; cet autre a le front bandé.

    Dans un wagon, on en aperçoit un à demi-couché, le torse presque nu, emmailloté de bandelettes comme une momie.

    Voici un fantassin dont la figure se crispe, un turco qui pour fez un turban de linges, un artilleur qui brandit un bras dont la main est partie.

    Ce sont ces mêmes hommes qui passèrent aux jours de la mobilisation dans ces trains aux portières fleuries de branches, d’où montait une tempête de rires et de chants.

    Ils reviennent voûtés et vieillis, graves, muets. Ils ont vu ce qu’était la guerre. Ils ne la chantent plus.

    MARCELLE CAPY  Une voix de femme dans la mêlée

  • A la découverte des BOERS pour leurs 75 ans!

    La ballade urbaine à laquelle nous vous convions étant déjà complète, nous vous proposons de partir ce week-end à la découverte des « Boers », appelation qui désigne l'unité de la Préfecture de Police de Paris en charge du contrôle des taxis et des transports de personnes .

    Ce mot « Boers », d'origine russe, provient de la déformation de l'argot français « bourres » que certains « Russes blancs » émigrés en France et devenus cochers employaient pour désigner les policiers. Ce terme fut adopté par cette "police des taxis" lors de sa création en 1938.

    La Préfecture de Police a mis en ligne une vidéo présentant son activité Taxi, que vous pouvez visionner en cliquant ici.      

    A l'occasion des 75 ans des Boers, se tient ce week-end la 1ère exposition (entrée libre et gratuite) retraçant leur histoire sur l'Ile de la Cité au coeur de Paris: d'une part une exposition de véhicules taxis de toutes les époques (dont un exemplaire des taxis de la Marne, un vélo-taxi et une Renault 4 CV "Pie") en dehors des murs de la préfecture de police place Louis Lépine et, d'autre part une exposition photographique dans la salle des 167 policiers morts pour la Libération de Paris, 3 rue de Lutèce.

    N'hésitez pas car cette exposition est unique et éphémère (jusqu'à dimanche seulement)!

    taxis,police,boers,circulation,vtc,transport-de-personnes

    Cliquez ici pour télécharger la plaquette de l'exposition!

  • Annonce spéciale pour amateurs de polars....

    1913 - 2013 : centenaire de la PJ !

    L'événement sera fêté par une exposition qui se tiendra
    du 9 novembre au 8 décembre 2013 

    Champ de Mars, Place Joffre (devant l’Ecole Militaire), Paris 7e

    Tous les jours de 10h à 19h
    Nocturnes les vendredis et samedis jusqu’à 22h00

    paris,PJ,police

    Une scénographie immersive de plus de 2 000 m2 invitera le public à partager la passion qui anime quotidiennement les policiers du 36, quai des Orfèvres depuis 100 ans ! 

    De LANDRU à Guy GEORGES c’est tout un siècle d’affaires célèbres, de grands policiers, d’innovations technologiques au service des citoyens qui ponctueront un espace dédié à l’histoire de la PJ et des Parisiens 

    Le public découvrira une organisation hors norme et les missions singulières de chacun de ses services, de la pugnace brigade criminelle à la discrète brigade financière, de la célèbre « Mondaine » à la mythique brigade antigang et de tous les services qui luttent, parfois dans l'ombre, contre la criminalité organisée parisienne. 

    Analyses ADN, recherche d’empreintes, étude de photographies anthropométriques… 

    Les visiteurs pourront faire « parler » une scène de crime grâce à des animations interactives simulant les techniques de l’enquête. 

    L’événement sera aussi l’occasion de rencontres avec les professionnels de la PJ et des personnalités passionnées et passionnantes qui partageront leur expérience via un programme de conférences à consulter sur le site internet de l'exposition www.100anspjparis.com. L'exposition est présentée en français et en anglais. 

     Première conférence annoncée

    Samedi 9 novembre 2013  ///  de 14h00 à 14h30

    CONFERENCE    La Crim'
    100 ans de la Police Judiciaire de Paris
    En savoir +