Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un pavage original chez Elogie-Siemp

Depuis très longtemps, nous regrettions nos grilles d'arbres en fonte, rondes ou pas, celles qui cernaient le pied des arbres du boulevard de Magenta par exemple avant que ceux-ci ne se transforment en pataugeoires les jours de pluie, et en chausse-trappes les autres jours. Où finissaient-elles ?

Nous avons une piste !

blog photo.jpg

Et oui, elles se substituent à un pavage pour recouvrir la cour du nouvel immeuble du bailleur social Elogie-Siemp, inauguré récemment et comprenant 34 logements, au 151 rue du Faubourg-Poissonnière. L'histoire ne dit pas encore comment sera coupée l'herbe qui pousse au centre de ces grilles, ni si elles seront facilement nettoyées. Le site du bailleur social ajoute qu'il s'agit là d'un don de la Ville de Paris :

Le bardage en inox à « joints debout », pour une isolation thermique extérieure, a transformé la cour trop sombre en une cour lumineuse, où des grilles d'arbres, offertes par la Ville de Paris, composent le dallage, dans la logique de réemploi des matériaux.


Si la Ville souhaite le réemploi de ses matériaux délaissés, nous pouvons lui suggérer de remettre des grilles aux pieds des arbres. Ce n'est pas original, mais esthétiquement ça se tient. Surtout que bientôt les mégots ne seront  plus un problème — on leur reprochait de souiller les grilles, difficiles à nettoyer ensuite... La presse nous dit sans cesse que les agents de la Ville verbalisent à tour de bras les mauvais citoyens qui jettent filtres et restes de tabac sans respect pour l'espace public.

Ainsi on pouvait lire dans Sud Ouest en février 2018, que l’équipe municipale de la capitale a décidé de prendre l’affaire des mégots à bras-le-corps et d’appliquer le décret qui s'y réfère (article R 633–6 du code pénal). Récemment, France Bleu confirmait aussi que, en 2017, 21 000 procès-verbaux avaient été dressés contre des fumeurs peu soucieux de l’environnement, soit une augmentation de 1 200% par rapport à 2016  ! 

Depuis janvier 2017, la brigade de la mairie de Paris chargée de traquer les petites incivilités du quotidien, comme les jets de mégots sur les trottoirs ou le fait d'uriner sur la voie publique, a dressé près de 61 500 procès-verbaux dans la capitale. Soit deux fois plus que l'année précédente sur la même période, révélait Le Parisien.

Dans le détail, la hausse la plus forte des verbalisations concerne les jets de mégots, qui ont bondi de 723%. Ce taux de progression ne représente toutefois que 10 000 fumeurs rappelés à l'ordre. On est bien loin des millions de mégots qui jonchent le sol de la capitale. Chaque année, la mairie ramasse 350 tonnes de mégots, selon ses estimations. Depuis mars 2015, l'amende pour les resquilleurs se chiffre à 68 €. (d'après l'AFP le 3 octobre 2017)

On a aussi entendu parler ces jours-ci d'une taxe mégots, mais elle n'est pas encore sûre, ni proposée, ni votée. 

Commentaires

  • Cette histoire de grilles est aussi édifiante qu'hallucinante... Merci pour l'info !

Écrire un commentaire

Optionnel