Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Toujours des vendeurs à la sauvette dans l'enceinte de la station Barbès

Nous rendons compte régulièrement du dispositif que met en place la Préfecture de Police dans une zone maintenant élargie, qui s’étend du boulevard Barbès à la place de La Chapelle, en passant par la Goutte d’Or et la gare du Nord. Une vaste zone qui cumule des dysfonctionnements et des occupations illicites variées. Nous ne revenons pas en détail sur l’état des lieux.

Malgré une présence policière accrue que nous ne remettons pas en cause, nous avons été étonnés de revoir l’espace de la station de métro Barbès-Rochechouart intégralement occupée par des vendeurs à la sauvette, récemment. A plusieurs reprises. Le phénomène était devenu moins courant et nous l’avons signalé à notre interlocuteur habituel, le commissaire divisionnaire Rigon. 

Il déplore et reconnaît que la chose se produit hélas ! encore. Pourtant les relations semblent étroites avec ses collègues de la Brigade des réseaux ferrés (BRF) et les représentants de la RATP. La coordination entre ces deux instances va être encore renforcée pour garantir une présence vraiment constante au moins les deux jours de marché, les mercredis et samedis. Il veut constituer deux équipes de policiers de la BRF/RATP, l’une dédiée aux interpellations, l’autre davantage à l’îlotage préventif, complétée d'une coordination avec une équipe du GPSR (Groupe de protection et de sécurisation des réseaux). Dans ce cadre, des actions de verbalisations et de saisies vont être menées par les agents de la RATP, qui en ont la compétence dans leurs emprises. 

Nous avons appris également qu’une réflexion a été lancée sur la gestion des flux de passagers au niveau de la station, entrées et sorties, de façon à éviter au maximum les embolies à certains endroits, comme devant le kiosque ou à la sortie Patin, et à retrouver une circulation des personnes plus équilibrée. Le commissaire compte bien obtenir le déplacement du kiosque à journaux un peu à droite de son emplacement actuel, afin de libérer de l’espace devant les escaliers. L’idée n’est pas nouvelle mais n’a pas encore aboutie. Toutes ces décisions apporteront-elles une amélioration sensible, nous le souhaitons.

paris,paris18e,ratp,barbès

Depuis une quinzaine de jours, la Ratp a semble-t-il décidé de fermer la sortie Guy Patin les jours de marché entre 9h et 17h, ce qui est inacceptable.

Nous reparlerons de ces problèmes avec le commissaire lors de la prochaine réunion de notre comité ZSP élargie du 9 avril, en livrant nos observations de terrain comme d’habitude.

Commentaires

  • Merci pour votre persévérance sur ce dossier.

    "Depuis une quinzaine de jours, la Ratp a semble-t-il décidé de fermer la sortie Guy Patin les jours de marché entre 9h et 17h, ce qui est inacceptable."
    Effectivement ce serait scandaleux: si la RATP n'est pas en mesure d'assurer la sécurité dans ses stations, ce ne sont pas aux usagers de Barbès-Rochechouart d'en subir les frais.
    Il faut déjà rappeler que la sortie poussettes/fauteuils roulants côté Guy Patin est déjà fermée depuis deux ans, et que lorsqu'on s'en plaint à la RATP leur seule réponse est que cela "permet de bloquer les resquilleurs qui laissaient ouvert le portique" - il suffit de rester quelques minutes à la sortie rue Guy Patin pour voir que les portillons automatiques sont allégrement maintenus ouverts, pour le passage des resquilleurs donc, mais pas des poussettes ou fauteuils roulants (qui doivent donc passer par l'entrée Barbès, et donc monter les volées de marches successives, alors que côté Guy Patin des ascenseurs et escalators leur auraient permis d'accéder aux quai de la ligne 2 sans effort..). Plus ironique encore: quand on regarde les "peignes" de la sortie à l'angle Chapelle-Barbès, dont plusieurs barreaux ont été sciés pour pouvoir passer à travers, et dont les tourniquets qui ont été forcés fonctionnent de toute façon dans les deux sens.

    Bref, si un usager à mobilité réduite veut rentrer ou sortir à Barbès, il devra prendre les escaliers... sans que cela empêche en rien les resquilleurs d'entrer dans la station.

    Quant aux vendeurs à la sauvette les jours de marché, on se demande ce qu'il se passera le jour où surviendra un mouvement de foule, pour quelque raison que ce soit. Mais il faut croire que pour la RATP, les usagers de Barbès n'ont pas les mêmes droits que ceux des autres stations.

  • Merci,
    Je ne trouve pas ça inacceptable vu que c'est la portée entrée de tous les biffins...je préfère celà à l'impossibilité de circuler sous le métro les mercredis et samedi.

  • Bonjour,
    Merci pour votre compte-rendu et votre persévérance sur le sujet. Vous avez tout mon soutien. Habitant à deux pas de la station, je ne peux que confirmer le retour d'un certain laisser-aller depuis plusieurs semaines concernant l'occupation de la station et de ses environs par des vendeurs à la sauvette, et ce, particulièrement durant les jours de marché, le mercredi et le samedi. Une occupation trop souvent tolérée par les forces de l'ordre, lorsqu'elles sont présentes... J'ai ainsi pu assister plusieurs fois à des scènes cocasses de ventes à la sauvette organisée "au cul" de véhicules utilisés par des ASVP et même de camions de CRS garées au niveau de la placette Charbonnière. Les CRS en question étaient visiblement trop occupés ce jour-là à regarder la fin des JO de Pyeongchang sur leur smartphone (anecdote véritable)...
    De manière plus générale, et sans vouloir tomber dans une critique simpliste du travail compliqué des forces de l'ordre dans ce quartier, je pense que l'un des axes de travail pour les pouvoirs publics pourrait véritablement être de veiller à ce que leurs personnels fassent plus sérieusement leur travail - quitte à ce qu'ils soient moins présents sur le terrain. Leur présence actuelle, régulière mais trop souvent fantomatique, coûte malheureusement très chère à la collectivité et ne résoudra rien.
    Cordialement

  • Bonjour, je suis tout à fait d'accord avec Guillaume et Scarron, à 2 reprises j'ai voulu sortir jour de marché par la sortie Guy Patin, j'ai dû faire demi-tour car il était impossible de circuler, l'espace entièrement occupé par les biffins. En plus si vous prenez l'escalator, en haut de celui-ci vous devez subir les distributeurs de tracts de plus en plus nombreux.
    J'ai vu les CRS au niveau de la brasserie, discuter et rire alors qu'à 2 mètres les trafics en tout genre
    continuaient.

  • Tout à fait d'accord. Et dire que certains disent par aveuglement que la situation s'améliore avec tous les moyens policiers mis en place... Bien sûr que non, elle s'empire!!!!! C'est hallucinant cette dégradation palpable de mois en mois.

  • Et dans le même temps on lit dans le Parisien que les brigades de douanes font des descentes sur les vendeurs a la sauvette... mais qu'ils ne récoltent presque rien! C'est la chianli!

  • Jeudi 5 avril, 19.30. Nous allions au centre FGO-Barbara voir/écouter les 2 concerts du soir organisés dans le cadre du festival Magic-Barbès "Les Utopies".
    Devant l'entrée "Patin" et remontant le long du boulevard de la Chapelle jusqu'aux tourniquets, un marché de la misère obstruait encore tout le trottoir.
    Donc ces ventes à la sauvette sévissent aussi en dehors des mercredis et samedis, jours de marché.

  • Un article du Parisien, paru ce vendredi 06 avril, fournit la réponse à une question régulièrement posée dans les commentaires, concernant le bilan des actions menées par les forces de l'ordre dans nos quartiers. En effet, le nombre important d'amendes infligées nous est régulièrement reporté. Ce à quoi les lecteurs du blogs répondent en se demandant si c'est d'une réelle efficacité et si les contraventions sont bel et bien suivies d'effet...

    La réponse nous est donnée par l'un des agents des douanes cité dans cet article :
    « Ils ne nous voient pas comme des policiers. Et puis il sait qu’il ne paiera pas son PV, décrypte lucidement Julien. Il n’a pas d’argent (...) »

    Bref, il y a encore beaucoup de travail à faire et de temps à attendre avant d'espérer une réelle amélioration...


    http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-la-douane-saisit-19-kg-de-cigarettes-a-barbes-06-04-2018-7650672.php

Écrire un commentaire

Optionnel