Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Conseil de la nuit: retour sur la dernière réunion

La 4e assemblée plénière du Conseil de la nuit s'est tenue le 16 décembre 2016 à l’Hôtel de Ville (pour en savoir davantage, vous pouvez relire nos articles sur les précédentes assemblées du 21 janvier 2015, du 28 octobre 2015 et également notre article du 19 juillet 2016).

A l'ordre du jour de cette assemblée présidée par Frédéric HOCQUART, conseiller de Paris délégué de la Nuit, un échange pour un projet de référentiel sur la prise en compte des usages nocturnes dans les projets d'aménagement urbain et un bilan des actions menées en 2016 sur la vie nocturne.

En introduction, Frédéric HOCQUART a fait un point sur certaines actions emblématiques menées dans le cadre du Conseil de la nuit :

  • l'installation d'un Comité des Noctambules, collège de 30 "usagers de la nuit" invités à prendre part aux discussions et aux groupes de travail liés à la politique nocturne de la ville. Le tirage au sort des 30 membres (15 hommes et 15 femmes) a été effectué le 2 novembre 2016 au REX CLUB parmi les 246 candidatures reçues.
  • l'élaboration d'un Manifeste parisien sur la vie nocturne 
  • l'élaboration de supports de communication (flyers, affiches, etc..) dédiés au conseil de la nuit.

paris,paris 18e,conseil de la nuit,nuisances-nocturnes

La réunion a ensuite été suivie d'un échange dans le but d'élaborer un référentiel qui permette la prise en compte des usages nocturnes dans les projets d'aménagement. Ce projet s’inscrit dans la continuité des réflexions menées sur la problématique du genre dans l’espace public, qui ont notamment abouti à l'élaboration d'un guide référentiel "Genre et Espace Public - les questions à se poser et les indicateurs pertinents à construire pour un environnement urbain égalitaire". Il s'articule autour de cinq thèmes: circuler; occuper l’espace; être présentes et visibles; se sentir en sécurité; participer.

Dans un 1er temps, une table ronde a réuni des représentants de la Ville de Paris engagés sur ces thématiques (M. CHOBLET de la mission PAVEX — Préfiguration, Aménagement, Valorisation et Expérimentation de l'Espace public —, chargé notamment du réaménagement de 7 places parisiennes et de de la Petite Ceinture et de Mme GUILLEMAUR du service égalité Homme Femme) et des sociologues (Marc ARMENGAUD, philosophe urbaniste et Florian GUERIN, sociologue urbain). Un temps a ensuite été laissé aux participants de l'assemblée plénière pour proposer des contributions sur les 4 thèmes suivants : circuler dans l'espace public, occuper l'espace public la nuit, se sentir en sécurité et participer à l'élaboration des aménagements. Plus tard, une restitution rapide par thème a conclu cet échange.

Une démarche intéressante et des interventions des participants de la table ronde de qualité. Toutefois, il n'est pas certain que le format retenu pour cet échange soit adapté à l’assemblée plénière du Conseil de la nuit. Un décalage certain est ainsi apparu avec les attentes de nombreux participants. Plusieurs représentants des organisations professionnelles ont ainsi fortement fait part de leur mécontentement, en soulignant les difficultés économiques très importantes actuellement rencontrées par les professionnels de la nuit (due notamment à la baisse importante du tourisme, suite aux attentats). Les professionnels, devant la crise sans précédent qu'ils indiquent subir, souhaitent engager des discussions et interpeller les candidats à l'élection présidentielle sur les actions prévues pour le monde de la nuit.

La réunion s'est ensuite achevée par un bilan des actions menées en 2016 sur la vie nocturne. Les principaux points à retenir :

  • Mise en place par Bruitparif de dispositifs de mesures des nuisances sonores (les "méduses" installées au niveau des façades, ce sont des capteurs de bruit, voir ci-dessous illustration Airparif)  sur 5 sites;

paris,paris 18e,conseil de la nuit,nuisances-nocturnes

  • Actions de promotion de la vie nocturne;
  • Création de la brigade de lutte contre les incivilités, qui aura notamment vocation à intervenir la nuit;
  • Mise en place de 2 commissions consultatives de régulation des débits de boisson dans le 10e et 11e arrondissements;
  • Travail avec la Préfecture de Police sur l'attribution des licences IV. La Préfecture de Paris déploie ainsi progressivement des arrêtés visant à interdire les transferts et les translations de licences IV dans certains secteurs qui connaissent déjà de nombreux troubles à l'ordre public.

Vous pouvez trouver la synthèse complète des actions concernant la vie nocturne menées en 2016 dans ce document de synthèse, et le bilan 2016 complet relatif aux actions concernant la politique de la nuit.

Commentaires

  • A quand des arbres boulevard Ney, rue Stephenson, ou encore Marx Dormoy, qui ressemble de plus en plus à une autoroute? Je pose cela au passage pour savoir si on doit déménager, mon fils asthmatique et moi.

    PS: je ne pense pas que c'est en interdisant la transmission de licence IV que l'on rendra le quartier plus paisible. Je pense que c'est en y encourageant la végétalisation et la création de jobs d'avenir.

  • A quand des arbres boulevard Ney, rue Stephenson, ou encore Marx Dormoy, qui ressemble de plus en plus à une autoroute? Je pose cela au passage pour savoir si on doit déménager, mon fils asthmatique et moi.

    PS: je ne pense pas que c'est en interdisant la transmission de licence IV que l'on rendra le quartier plus paisible. Je pense que c'est en y encourageant la végétalisation et la création de jobs d'avenir.

Écrire un commentaire

Optionnel