Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Enfin un reportage qui présente bien les choses !

Mixité sociale, gentrification, trafics, image médiatique du quartier...... que n'a t-on pas entendu lors de l'ouverture de la brasserie Barbès il y a un peu plus d'un an ? Pas mal d'articles parus dans la presse à cette occasion étaient assez superficiels, reprenant les idées main stream comme on dit chez les branchés, à savoir en gros des idées préconçues.

Notre association a été approchée il y a quelque temps par un étudiant en journalisme à l'université Paris 8  qui souhaitait traiter ces sujets. Le résultat est excellent et à découvrir dans cette vidéo Brasser Barbès, la gentrification en trompe l'oeil qui a le grand mérite de regarder les choses d'un peu plus haut que ce qui est généralement fait.

 

Commentaires

  • Bonjour,
    Je trouve ce documentaire un peu réducteur ! Taxer de fantasmes les vendeurs de cigarettes de contrebande, les dealeurs et les marchés de la misère c'est à se demander si vous habitez bien à Barbès !
    Les vendeurs de cigarettes toujours aussi nombreux tous les jours accrochés aux grilles du métro, les dealeurs qui commercent sous nos fenêtres avec les bagarres de gangs parfois violentes comme il y a 2 jours, les marchés de la misère avec toutes les hardes et déchets laissés sur les trottoirs et nous laissent l'impression mercredi et samedi de vivre au milieu des déchets ! Je m'arrête là pour ne reprendre que les exemples de "fantasmes" évoqués par le documentariste !
    Pourquoi n'évoquez vous pas tous ces aspects négatifs qui réellement rebutent les gens susceptibles de s'installer dans le quartier ?
    Bonne journée

  • @ Palma Serac : bien sûr il serait complètement idiot de nier la réalité, c'est a dire les trafics en tout genre. Les fantasmes sont plus liés aux questions d'insécurité, comme si au fond Barbès et la Goutte d'Or étaient à l'image des "no go zones" présentées par la chaîne de TV américaine Fox News il y a quelques mois. L'objet du reportage est plus une approche sociologique du quartier suite à l'installation de la brasserie notamment. En ce sens, il est assez réussi selon nous.

  • Merci pour ce festival de lieux communs bien-pensants. C'est affligeant.

    Alors les bobos n'auraient pas le droit de faire partie de la mixité ? C'est ça ? Ils défigurent le quartier ? Il faut contrôler cette arrivée d'indésirables, ne pas se laisser envahir par ces hardes qui sont une insulte à la bien-pensance en vigueur en France depuis si longtemps que c'est maintenant dans l'ADN.

    A ma connaissance, il n'y a qu'en France que les termes bobo et gentrification sont péjoratifs. et qu'on les dégomme de la sorte. Les Français ont toujours besoin d'un ennemi. Ils ont besoin d'être divisés pour exister.

    Est-ce un délit (un pêché d'orgueil peut-être ?) que d'appartenir à la petite et moyenne bourgeoisie plutôt que d'être un prolo qui galère ? Est-un privilège pour une famille avec de jeunes enfants de s'installer à la Goutte d'Or parce-qu'ils n'ont pas les moyens de s'installer ailleurs ? Ouh la la ! C'est mal ! ça veut dire qu'ils sont riches, enfin un peu plus que ceux qui les détestent et les envient, donc ils ont quelque chose à se reprocher, bref ce sont des salauds qui aiment le théâtre, l'art, les voyages, les commerces de qualité plutôt que les boui-bouis et les rangs de magasins de téléphonie et de chaussures à 1 euro (Oh ! mais c'est tellement exotiiiique), la nourriture de qualité plutôt que les shish kebabs.

    — Quoi, tu n'achètes que du bio ?? Tu ... Tu lis des livres ??!!! Mais t'es complètement gentrifié mon vieux. Il va falloir te réhabiliter. On va appeler le comité de rééducation, tu as besoin d'aide.

    Et le pauvre bobo de culpabiliser.

    — Non pas ça ! Je le jure ! je ne le ferai plus, j'irai faire mes courses à Lidl, je boirai ma bière au Café Royal, je n'irai jamais à la brasserie Barbès, j'achèterai les vêtements de mes enfants au marché de la misère (Oh ! mais c'est tellement exotiiiique — NDLR), ma femme fera son shopping chez Tati plutôt que dans le Marais et j'achèterai mes chaussures chez Kata ! J'avoue, j'ai pêché par orgueil !! Je me repens. Désormais, je préfèrerai la médiocrité à la qualité, la laideur à la beauté, les rues sales aux rues propres, j'achèterai mes clopes aux vendeurs à la sauvette et mes cacahuètes ... aux vendeurs à la sauvette aussi, mais je vous en supplie, ne me prenez pas mon logement social à la Goutte d'Or !

    Les Français n'aiment décidément pas l'argent, enfin, celui des autres, et leurs dirigeants ne sont toujours pas guéris du paternalisme (version locale du colonialisme) car ils aiment nous tendre la piécette, une petite alloc par là, une autre par ici.

    — Non non, ne me remerciez pas mon bon monsieur, c'est mon devoir de citoyen, d'élus de la République.

    Ah ! Que cela est bon pour leur égo d'avoir le sentiment de faire le bien à nous autres, administrés (brebis égarées ?) qu'ils se plaisent à traiter en subordonnés. Serions-nous des pupilles sous tutelle ? Les évènements actuels le confirment plus que jamais, car il est mal vu de sortir du rang, alors se rebeller ... pfff! . Et le Bobo, ce Pharisien, il prétend s'affranchir de tout ça. On ne pourra même pas lui reprocher de creuser le trou de la Sécu, vu qu'il ne reçoit pas l'aumône. Et oui ! la schizophrénie n'est jamais loin en France.

    J'ai beaucoup aimé l'expression utilisée par l'un des intervenants : "des ouvriers qui ont réussi". Donc un ouvrier est un loser par définition sauf s'il réussit à s'installer dans un quartier pourri, mais dignement, i.e à la sueur de son front, un quartier qui se détériore, mais qui est laissé au bon vouloir d'élus qui ne sont pas à la hauteur, qui gèrent le quartier avec mollesse, sans ambition et sans imagination. Ah ! Le paternalisme des bien-pensants ...

    Bravo aussi pour ce commentaire du même intervenant : "On voit les blancs revenir" ! Au secours !!! Ah ! Ah ! Mais c'est à se taper le cul par terre !!

    @ AB à propos des soi-disant fantasmes sur l'insécurité. Euh ... Il n'y a pas une ZSP dans le coin ? Le 18e n'est-il pas l'arrondissement le plus fliqué de Paris ? Celui sur lequel la police peut intervenir en 10 minutes maxi où qu'elle se trouve. Je tiens la 2e info des policiers qui m'ont ramené chez moi le soir ou je me suis fait agressé dans la rue.

  • Unie idee au passage : pourquoi n'encourage t on pas davantage l'accession sociale à la propriété?

  • @Xavier M: +1. Bravo et merci pour cet avis !

  • Monsieur Bourge,
    Êtes-vous à ce point déconnecté de la réalité ?
    "Image préfabriquée", "fantasme" et "soi-disant" avant chaque mot qui caractérise, pour le moins, le quartier.
    Peut-être vous complaisez-vous à vivre dans un quartier on ne peut plus sale, surchargé de vendeurs à la sauvette, de trafiquants, et de drogués, où les femmes peinent à fréquenter les bars du coin tellement elles n'y semblent pas les bienvenues au milieu des attroupements d'hommes, et où elles se font régulièrement importuner en rentrant chez elles entre les vendeurs de cigarettes et les grouoeszde mecs qui passent leurs journées à "tenir les murs"? Si c'est le cas, eh bien effectivement, nous n'avons pas la même vision d'évolution du quartier. Et quand on voit les politiques dirent qu'avec 30% de hlm on ne peut pas non plus rêver d'un avenir tout rose, eh bien il y a de quoi s'inquiéter pour bcp d'adresse du 18e où Mme la maire, dans un grand élan de générosité mais surtout bien loin de chez elle, a eu la grande idée de préempter nombre d'immeubles pour faire du logement social.

  • C'est dommage de parler de l'avenir et du développement d'un quartier dans prononcer une seule fois le mot "digital" et "numérique".
    Dommage que nos élites ne s'intéressent pas davantage au numérique, alors que le monde entier (regardez le lien ci dessous sur l'Afrique) dynamise le monde entier.

    C'est dommage, car ils sont là les jobs du futur! Faites de la goutte d'or, un quartier d'entrepreneurs, dynamiques et généreux.

    https://www.kisskissbankbank.com/startup-lions?ref=recent

  • Bonjour,

    J'apprécie ce reportage, car je vis à Barbès et que j'aime y vivre. Je suis d'accord avec le commentaire sur l'image du quartier : oui, la Goutte d'or a, vu de loin, mauvaise presse. Et quand j'en parle à mes amis, peu sont emballés pour y venir. En revanche, il ne faut pas nier non plus la réalité.

    J'y vis depuis huit ans. Et depuis huit ans j'ai vu s'intensifier au pied de mon immeuble (en face de la station) les trafics de cigarettes et d'autres substances (que l'on obtient non pas sur le boulevard mais en s'enfonçant dans le quartier de la Goutte d'or). De même, depuis cinq ans, j'ai vu grossir le marché de la misère, avec selon les moments, l'envahissement des accès ou même de la station Barbès.

    De ce fait, utiliser le mot "fantasme" est malheureux, car c'est une réalité qui pourrit la vie des habitants (qu'ils louent ou qu'ils soient propriétaires). On ne peut réduire Barbès à cela.

    Ceci dit, ce qui est le plus frustrant dans le quartier est l'absence de "bar" où l'on se sente bien. La brasserie est relativement onéreuse, et on n'a toujours pas de point de repli pour aller boire un café et où le "bobo", que je suis et que j'assume être, a envie d'aller ou de rester pour y lire son journal.

    Autre remarque, et peut être l'objet d'un post à venir. Je reconnais les efforts de la mairie pour valoriser le quartier et ce qu'il y fait. A une limite prêt : l'école polyvalente en face du commissariat.

    Classée en REP + (le nec plus ultra des ZEP), elle n'arrive toujours pas à conserver une direction stable. Et pourquoi ? La difficulté du job (avec un public très mixte pris sur un périmètre hyper restreint) n'est pas le plus en cause aujourd'hui, mais c'est l'absence de logement associé à l'école pour le ou la directrice.

    L'actuel directeur, le troisième en quelques années, s'en va en juin et une nouvelle directrice arrive à la rentrée, mais pour combien de temps ? La polyvalente de la Goutte d'or est aujourd'hui l'une des cinq écoles sans logement associé de Paris. Cherchez l'erreur.

  • Encore un exercice de propagande gauchisante et du Politiquement Correct!
    Ou sont tous les loulous des gangs qui envahissent la station de metro devant la brasserie... curieusement on ne les voit pas dans cette video. Et pourtant ils etaient bien la hier soir, ou il fallait se frayer un passage au milieu des vendeurs de cigarettes, de telephones portables voles et d'autres traffics habituels de ce quartier.

    Heureusement qu'il ya a des gardien a l'entree de la brasserie! Ce serait le souk autrement. Cette brasserie offre un havre de paix et de securite dans un lieu hautement crimogene.
    Et tant mieux s'il y a une gentrification de la zone! il est grand temps.

    Le Boulevard Barbes est devenu dangereux. Une vieille dame me racontait s'etre fait attaquer par des romanis et forcee de donner sa carte de credit. J'ai moi-meme ete menace alors que je voulait aider une dame se faisant pressurer par les joueur de carte devant chez Tati. Personne ne semble vouloir se meler de ces traffics, meme les gardiens de Tati semblent faire partie du racket... Il faut que la population locale qui frequente cet endroit se rebelle et se defende... Il y en a assez des imams 'policiers de la mode' qui interpellent les femmes pour leur suggerer de porter le voile ou de se couvrir...

    Toute cette faune agit au vu et au de tout le monde, en plein jour, mais personne ne dit rien...Et la police brille par son absence...

Les commentaires sont fermés.