Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

médiakiosk

  • Un espoir pour les kiosquiers ?

    Il y a peu nous avions présenté ici la famille Lebcher, père et fils, dans leur kiosque au pied de l'escalier de la station de métro Barbès-Rochechouart. C'était l'occasion aussi de décrire les difficultés qu'ils partagent avec l'ensemble des kiosquiers parisiens, à savoir des horaires très étendus, 12 heures d'ouverture, un travail de titan pour des revenus modestes en regard de l'effort fourni. Aucune indépendance dans le choix des titres de presse à présenter et un dialogue impossible avec les messageries. Sans parler de la concurrence importante des gratuits et de la presse accessible par le net. Malgré les 150 ans des kiosques parisiens, fêtés l'année dernière, le ras le bol est complet et l'avenir est loin d'être assuré.

    Une pétition a été lancée en avril pour interpeller la maire de Paris au lendemain de son élection : « Au secours Madame la Maire, votre kiosquier se meurt » (voir le texte ici)

    Hier au Conseil de Paris, en soirée, sont arrivés deux vœux (30 et 31), l'un de l'UDI, Eric Hélard, l'autre de Danielle Simonnet*, non inscrite, pour réclamer une attention particulière à la situation dramatique des kiosquiers. « Les kiosques sont en danger » a martelé M. Hélard, juste avant que Mme Simonnet ne qualifie les recettes des kiosquiers de « rémunérations misérables pour des horaires impossibles ». Elle ne croit pas non plus que la délégation de service public mise en place par la Ville, Mediakiosk, parvienne à faire des miracles. Son action ne semble pas prendre le bon chemin, selon les kiosquiers, qui lui reprochent de vouloir maintenir les kiosques — et les recettes publicitaires que génèrent les surfaces dédiées — sans se préoccuper de la survie de ceux qui les tiennent. Le dialogue que Mediakiosk devait favoriser avec les messageries n'est pas entamé, contrairement aux promesses initiales. Elles imposent des titres en quantité sans rapport avec les possibilités de vente, se plaignent les kiosquiers, et en exigent le règlement sans délai.

    Image 4.jpg

    L'exécutif parisien, en la personne de Olivia Polski, adjointe chargée du commerce et de l'artisanat, avait bien reçu le message ! A la réception de la pétition et sans plus attendre, elle a invité une délégation et a proposé d'organiser une table ronde pour mettre les problèmes sur le tapis, observer les conditions actuelles et étudier toutes les solutions possibles. Ce vœu de l'exécutif sur l'organisation d'une table ronde a été adopté à l'unanimité après retrait des deux présentés précédemment. Il nous reste à espérer que les messageries Presstalis et MLP, changeront leurs manières, et que les kiosquiers seront vigilants sur les offres qui leur seront faites au cours de cette table ronde. 

     

    * Danielle Simonnet est secrétaire nationale du Parti de Gauche mais non inscrite (NI) au Conseil de Paris, en ayant décliné l'offre de Nicolas Bonnet de rejoindre le groupe des élus communistes.

     

    PS : Pour suivre la deuxième journée de débat en direct au Conseil de Paris, cliquez ici.

  • Réouverture du kiosque de l'avenue Trudaine

     

    Deux informations, l'une locale, l'autre parisienne, concernent les kiosques à journaux.

    Depuis quelques jours, le kiosque de l'avenue Trudaine, fermé pendant 7 années, accueille à nouveau les lecteurs de la presse quotidienne et hebdomadaire. Le nouveau kiosquier a apprécié notre souci de lui souhaiter la bienvenue dans le quartier. Le kiosque n'a pas été modernisé, c'est celui que nous avons toujours connu. Il semble que pour l'hiver, il sera équipé d'un dispositif de chauffage. Mais, pour le moment, la préoccupation est plutôt liée à la ventilation...

    PHOTOS --- kiosque de l'avenue Trudaine.JPG

    Parallèlement le conseil de Paris, lors de ses dernières séances des 5 et 6 juillet, a voté une nouvelle convention de délégation de service public (DSP) pour la gestion de l'activité de kiosquier à Paris.

    Les conseillers de Paris en ont approuvé l'attribution à la société MédiaKiosk en y incluant de nouveaux tarifs de redevance d'occupation du domaine public, revus à la baisse, pour donner de meilleures chances d'une activité pérenne à cette profession de kiosquiers.

    (Voir les détails de la situation dans la délibération 2010 DF 56 : cliquez ici)

    La clientèle du quartier se réjouira de cette réouverture, après la disparition dans la décennie de plusieurs point presse (rue de Rochechouart entre Dunkerque et Delta, rue du faubourg Poissonnière, au 169, où régnait notre charmante marchande de journaux, Mme di Stefano, et plus bas côté 10e, vers le 134, une librairie marchand de journaux assez éphémère, enfin à l'angle des rues de Maubeuge et de Belzunce, l'antre de M. Houist, désormais parti vers une retraite heureuse). Le nouveau kiosquier devrait retrouver un chiffre d'affaires honorable, même si depuis la fermeture de ce kiosque, les habitudes ont changé; nous pensons notamment au recours à internet pour lire les nouvelles, tous les quotidiens alimentant plus ou moins bien un site d'informations en ligne.

    PHOTOS - 167 fg presse web.jpgPHOTOS - Fg Poissonnière Point presse di Stefano web.JPGPHOTOS - Librairie Houist.JPGPHOTOS - librairie BL web.JPG