Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le point sur la propreté dans le 18e

La "Commission propreté"  s'est tenue à la mairie du 18e le 21 février dernier. Cette réunion, entre « spécialistes » (pas publique donc) fait régulièrement le point sur les problèmes de propreté, sur les efforts faits et les résultats atteints. Toutes ces choses ne correspondant pas toujours malheureusement.

Dans cette commission, présidée par Gilles Ménède, adjoint au Maire chargé de la propreté, en présence de Boccar Diallo du cabinet du Maire et de la responsable de la division territoriale de la Direction de la propreté et de l’environnement (DPE) Mélanie Jeannot, les représentants des conseils de quartier se réunissent ainsi pour rapporter les caractéristiques de leur quartier, signaler les points noirs, entendre ce qui a été fait, peut être fait…

Au programme des opérations de sensibilisation et de nettoiement accru — on avait cru comprendre il y a de cela quelques semaines, qu’on ne déploierait plus autant d’énergie sur ces actions… — sur des secteurs ciblés en 2017, dont une entre la Goutte d’Or et la place de la Chapelle, à la mi-avril. On devrait retrouver dans le périmètre traité les rues des Gardes, Myrha, Polonceau, Jessaint et même une partie de la rue Marx-Dormoy. Nous avons demandé d’y inclure le pourtour du square Jessaint et la rue de Tombouctou. Et d’avoir une rallonge pour les squares Léon, Saint-Bernard et Bashung, qui doivent bénéficier d’un traitement amélioré à cause de la présence des enfants. La demande n’est pas encore validée,  mais Gilles Ménède s’est engagé à faire son possible pour associer les « jardins et espaces verts » à l’opération. Ce sera une première pour une telle opération, donc attendons la confirmation.

Certains sont désormais très dubitatifs sur l’efficacité des actions de sensibilisation. On y perdrait du temps, de l’énergie et des moyens tant humains que financiers. Il faut pourtant bien montrer ce qu’il faut faire, verbaliser quand cela est nécessaire, et continuer dans le sens de l’éducation vers un respect de l’environnement. Sinon, on fait quoi ?

Nous avons aussi entendu parlé des bornes « Trilib ». Kesako? (voir article du Monde du 7 décembre 2016). Cinq d’entre elles sont implantées dans la Goutte d’Or. Il faut bien avouer que les premiers résultats sont mitigés. Le premier bilan de collecte est encourageant toutefois, même si la box destinée à collecter les cartons sert un peu de poubelle. Le carton ou les cartonnages sont-ils des concepts si difficiles à appréhender ? Nous posons la question. Sans doute, certains emplacements pourront être modifiés. On n’est un peu moins dans la catastrophe des tout débuts, ce qui prouvent que les habitants apprennent… et que le ramassage suit : il est effectué 4 fois par semaine (4 passages de camion à chaque fois, un par élément (verre, carton...), alors oui ça se remplit vite et beaucoup d'indélicats posent des encombrants ou des ordures ménagères autour, mais les trilib ne font que concentrer ces dépôts qui se faisaient ailleurs, ils n'en sont pas la cause. De plus, la mairie ne fait pas d’angélisme, elle constate que ce n'est pas parfait et qu'il faut effectuer des changements significatifs. Rappelons que cette opération est expérimentale est qu'elle est vouée à être perfectionner.

paris,paris 18e,dpe,tri sélectif

                                                                 Bornes Trilib rue Saint-Luc

paris,paris 18e,dpe,tri sélectif paris,paris 18e,dpe,tri sélectif

                                                                 Bornes Trilib rue Doudeauville


Des nouvelles colonnes de collecte du verre en vue : trois dans la Goutte d’Or. Une sur la placette Polonceau qui devrait être aménagée bientôt dans le cadre des budgets participatifs de 2016; cela ne nous a pas paru une bonne idée, la mairie était elle-même réservée sur cet emplacement, et nous avons suggéré qu’on la mette plutôt sur l’espace libre de la rue de Polonceau là où elle longe le square Léon. Cela devrait se faire si les conditions techniques sont remplies à cet endroit. Nous suivrons l’avancée de cette demande. Une deuxième est prévue à l’angle des rues des Poissonniers et Poulet, et la dernière au croisement des rues de Chartres et de la Charbonnière.

Avant la fin de la réunion, nous avons demandé que le conteneur pour la collecte de vêtements et textiles qui est placé contre la grille de l’église Saint-Bernard, soit déplacé tout en restant à proximité, afin de respecter ce monument historique. Il semble que la chose soit réalisable.

Commentaires

  • Bonjour - merci pour ces nouvelles et ce suivi de la propreté dans le quartier.

    Remontant un peu le Bd barbès depuis la staion de métro Barbès, j'ai remarqué ces derniers jours une nette amélioration de la propreté sur le trottoir, et la mise a disposition de poubelles permanentes.

    Je pense que cela est le resultat de des efforts entrepris sur cette zone.

    Cela fait plaisir, et je voulais le dire !

  • On n'ose à peine le proposer tant ce projet a jusqu'ici été ignoré, mais voilà, je m'en voudrais de ne pas vous avoir demandé clairement de vous pencher sur cette proposition judicieuse et intéressante pour les habitants du nord de Paris. Merci pour la qualité de notre blog. continuons à faire entendre notre voix (et nos poumons)

    https://budgetparticipatif.paris.fr/bp/jsp/site/Portal.jsp?page=idee&campagne=D&idee=1684&from_url=/bp/jsp/site/Portal.jsp?page=idee&campagne=D&idee=1684

    Savez vous pourquoi on construit autant à Paris, et pourquoi on ne travaille pas davantage avec les villes de banlieue pour rendre notre ville moins dense et plus respirable? (réfléchir à l'échelle du Grand Paris atténuerait en outre les différences de perception 93-Paris). Monsieur Lejoindre et Madame Pécresse, prenez donc un café pour en discuter. C'est dans l'intérêt de tous les Franciliens.

  • Je n'ai jamais vu encore les fameuses equipes de lutte contre les incivilités...

  • Bonjour,
    J'habite sur le boulevard et n'ai pas l'impression d'avoir déjà vu lesdites équipes ; mais peut-être les ai-je croisées sans y faire attention. En revanche hier encore j'ai vu une passante fouiller dans son sac à main et jeter un papier dont elle voulait apparemment se débarrasser dans la rue.
    Si le trottoir est moins sale il reste quand-meme une grande saleté. Et pourtant il est nettoyé tous les jours. Cependant il subsiste parfois des saletés meme après le passage des équipes ; je ne pense pas que le nettoyage soit scrupuleusement fait ...à la décharge des équipes ; cela doit être tellement décourageant de se remettre à la tâche tous les jours quand on voit le peu de considération que certains passants ont pour leurs efforts . Le problème touche visiblement toute la capitale à des degrés divers : j'ai lu récemment que Paris enregistrait une baisse de l'activité touristique en raison de plusieurs facteurs parmi lesquels sa réputation d'être une ville sale....

Écrire un commentaire

Optionnel