Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Diversité commerciale au conseil de quartier Goutte d'Or - Château Rouge

Le prochain Conseil de quartier Goutte d’Or - Château Rouge se tiendra :

Le Mercredi 30 Mars 2016

à 19h

à l’Ecole Pierre Budin

5 Rue Pierre Budin, 75018 Paris

Le thème qui sera abordé : « Pour la diversification des commerces dans le quartier : Agir individuellement et collectivement  »

paris,conseil-de-quartier,goutte-d-or,commerce,école-budin,paris-18e,château-rouge

Un sujet qui mobilisera très certainement les habitants, et plus particulièrement ceux du quartier du marché Dejean. Même si ce n'est pas le thème central du conseil de quartier, il faudra bien aborder les problèmes de réglementation et de propreté. Nous pensons notamment aux arcades de la Goutte d'or et à l'envahissement de l'espace public par le Leader Price (voir notre article).

Lors de ce conseil de quartier seront également portés au vote deux projets d’investissement soutenus par l’équipe d’animation du conseil de quartier :
- La végétalisation de la place entre les rues Goutte d’Or et Polonceau, projet proposé par une habitante
- la continuité de la végétalisation de la rue Maxime Lisbonne entreprise par la collectif du même nom.

Par ailleurs, au niveau de la composition de l'équipe d'animation du conseil de quartier ; 

Un tirage au sort permettra d’accueillir 1 femme, 1 homme et 2 associations au sein de l’équipe. Ils remplaceront des personnes démissionnaires. Si vous souhaitez vous engager au sein de votre conseil de quartier, n’hésitez pas à postuler en contactant le service Démocratie Locale par téléphone 01 53 41 17 88 ou par mail veronique.lecomte1@paris.fr !

 

Commentaires

  • Espérons que l'on encourage la création de vraies entreprises dans le quartier. Et que l'on encourage les entrepreneurs: ils créeront des emplois viables pour les gens du quartier. Ce serait super si la Goutte d'Or - et le quartier de la Chapelle, le Boulevard Ney, mais aussi Sarcelles, Bondy, Stains devenaient un hub numérique, d'entreprises dédiées au développement durable, ou encore de l'agriculture urbaine.
    Mais changeons de méthode: au lieu de tout subventionner, il faut que l'Etat - et la Mairie - abandonne du pouvoir et fasse confiance aux citoyens. L'idée est de créer de l'emploi viable local, et de faire baisser le taux de chômage sur place dramatiquement haut. Les enfants des quartiers populaires ont également droits à de vrais emplois, pas de faux emplois d'avenir, mal payés et dépendant uniquement des subsides publics. Etes-vous prêt, y compris à Action Barbès, à cette révolution de l'esprit, ou bien un entrepreneur doit-il, forcément être mal vu?

  • @Espoir, un instant.... : Action Barbès applaudit à deux mains à votre.... proposition. Mais, vous nous précisez quelle est justement votre proposition pour créer des emplois stables et bien payés pour les enfants de nos quartiers ?

  • @Espoir, un instant : C'est vrai, il faudrait être plus concret, plus "entreprenarial" quoi sans pour autant nous proposer des emplois à la Uber. Au fait, vous nous dites quelle est la rémunération moyenne d'un auto-entrepreneur et le taux de survie à 24 mois de ce type de projets

  • @Lise, merci pour votre réponse. J'ai cru que j'allais me prendre une volée de bois vert. Donc c'est gentil de me laisser une chance.

    Pour faire au plus simple, je milite pour un seul régime de cotisation public/privé (pas le RSI qui vole les artisans..., vous ne connaissez pas? Demandez autour de vous, c'est un vrai scandale), un seul régime de retraite , le chômage pour les entrepreneurs qui échouent (car pour une raison inexpliquée, ceux qui osent créer une entreprise et qui échouent, n'ont pas droit au chômage.) Et puis, des régles plus simples pour embaucher (cela devrait pouvoir être possible en un quart d'heure, le choc de simplification n'a toujours pas eu lieu). Il me semble qu'aucun, je dis bien aucun et c'est dommage homme politique des zones que je citais plus haut n'a jamais tenté de monter une entreprise, c'est dommage car il n'y a rien de plus beau. Enfin, être homme politique de droite ou de gauche, ne devrait pas être un métier, plutôt une vocation, quasiment bénévole. Cela empecherait de vouloir faire carrière en décourageant les apparatchik.

    @Didier. Je viens de parler à quelqu'un qui vient de s'installer dans le quartier de la Goutte d'Or. Son commerce de bouche marche plutôt bien. A chaque fois que j'y vais, il ya quatre ou cinq personnes qui attendent. Je lui ai demandé si cela marchait bien, s'il comptait embaucher. Il m'a dit qu'il ne pensait pas le faire, car les charges étaient trop élevées (dans le droit privé, lorsque vous payez quelqu'un 2500 euros, cela coûte 5000 euros au minimum à l'employeur privé, est ce normal?). Cet entrepreneur qui a mis du temps (il est quasiment tout le temps ouvert) et son argent dans le commerce n'est, à mon avis, pas à droite, encore moins à l'extrême droite, il ne s'intéresse pas à la politique traditionelle, il participe juste à la vie de quartier. Et bien voyez vous je trouve cela vraiment dommage que ce commerce installé rue Stephenson ne puisse pas embaucher un jeune dans un quartier qui compte 40% de chômage. Pas vous?

Les commentaires sont fermés.