Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Des projets de construction auprès de l'église Saint-Bernard

Nous avions rencontré en octobre dernier l'association Cavé Goutte d'Or au sujet de l'extension de l'école Saint-Bernard.

État des lieux par un de nos adhérents

L’école primaire Saint-Bernard Sainte-Marie de La Chapelle est située au milieu de la Goutte d’Or, à l’angle des rues Saint-Bruno et Pierre l’Ermite, le long de l’église Saint-Bernard. Ce petit établissement privé, très apprécié par les habitants du quartier, appartient au diocèse de Paris. L’association qui le gère souhaite agrandir et moderniser ses locaux en construisant un bâtiment dans la cour, face à la salle Saint-Bruno (ancienne chapelle construite en 1880).

école.jpg

Le premier permis de construire, en 2011, a été rejeté par le maire de Paris, au motif que « par son aspect, le projet serait de nature à porter atteinte au caractère et à l’intérêt des lieux avoisinants ainsi qu’à la conservation des perspectives monumentales, notamment aux abords de l’église Saint Bernard ». L’association gestionnaire de l’école, l’OGEC, a déposé une nouvelle demande, avec un projet architectural très légèrement modifié (changement des ouvertures en façade).

Entretemps, fin 2012, l’église Saint-Bernard a été classée monument historique, ce qui implique une protection de ses abords. Estimant que le projet ne respectait pas les règlements d’urbanisme, une association locale, Cavé Goutte d’Or, a engagé une procédure. L’OGEC a retiré sa demande de permis, puis l’a redéposé, et a pris un nouvel avocat « de poids », le cabinet de l’ancienne ministre Corinne Lepage... Ce volet judiciaire est toujours en cours.

paris,18e,église-saint-bernard,école-saint-bernard,architecture,

Visuel cabinet d’architecture Alter Ego

 paris,18e,église-saint-bernard,école-saint-bernard,architecture,

Etat actuel, photo Bruno Hermet

 

paris,18e,église-saint-bernard,école-saint-bernard,architecture,

Visuel cabinet d’architecture Alter Ego (détail)

http://www.stbernardstemarie.fr/travaux-site-saint-bernard/

Peu avant Noël, l’OGEC a annoncé que les travaux allaient commencer. Elle assume ainsi le risque de voir le chantier être paralysé si le permis est annulé par le tribunal administratif, mais elle considère qu’il y a urgence. En particulier, ses locaux, qui continuent à accueillir les élèves, ne seraient plus aux normes anti-incendie.

Par-delà cette bataille juridique, on ne peut qu’être inquiet pour l’avenir. Le visuel du cabinet d’architecture, théoriquement flatteur, n’augure rien de bien joli... Le projet ne se distingue ni par sa beauté, ni par son originalité, et encore moins par son insertion dans le tissu urbain existant. C’est plutôt une sorte de boite sans âme, plantée au beau milieu d’un paysage jusqu’ici préservé. De plus, ce qui est curieusement peu visible sur les visuels de l’architecte, l’extension doit compter un étage de plus que le bâtiment actuel (qui a un toit plat) et que la salle Saint-Bruno, ce qui augmentera la visibilité de l’ajout et son aspect hétérogène par rapport au bâti existant.

paris,18e,église-saint-bernard,école-saint-bernard,architecture,

Les abords de l’église Saint-Bernard et la rue Pierre l’Ermite demeurent une sorte de havre plein de charme, c’est le dernier coin de la Goutte d’Or qui ait gardé son cachet. En conseil d’arrondissement, le maire Daniel Vaillant s’était d’ailleurs déclaré « consterné » par ce projet qui allait « enlaidir le secteur ».

Si personne ne conteste à l’école Saint-Bernard le droit d’agrandir ses locaux, chacun espère que cela ne se fera pas au détriment de l’équilibre esthétique et de la qualité de vie dans ce quartier.

paris,18e,église-saint-bernard,école-saint-bernard,architecture,

Vue actuelle de l’église depuis la rue Pierre l’Ermite (l’école et sa cour sont à gauche)

Photo Bruno Hermet

 

Commentaires

  • Cet article est bien décevant. J'ai au premier abord le sentiment qu'on s'attaque à cette école car elle est catholique. D'autre part, je trouve le projet non seulement réussi, mais j'aimerais bien voir de tels bâtiments sur les friches qui vérolent notre quartier et dont vous ne parlez guère. Enfin, je crois qu'il y a des choses plus primordiales dans le quartier comme le respect des lois républicaines vers la rue Dejean... mais ça... ça ce n'est pas s'attaquer aux cathos donc j'imagine que ce n'est pas intéressant !

  • Cet article a le mérite de traduire la triste réalité de ce quartier aux mains d'architectes peu scrupuleux qui s'essayent dont il ne reste malheureusement que les gâchis de la rue de la goutte d'or et bientôt de la rue Myrha...
    Les pouvoirs politiques ne connaissent pas la notion de réhabilitation, cela appartient aux arrondissements riches, les pauvres eux, n'ont que les miettes...
    Quand à l'école catholique, on peut s'interroger sur sa gestion et le risque qu'elle fait courir aux enfants depuis des années. Au lieu de financer les honoraires sûrement exorbitants du cabinet de l'ancienne ministre Corinne LEPAGE, ne pourrait-elle pas s'allouer les services d'un architecte capable de mettre en valeur ce bâtiment classé qu'est notre belle église saint Bernard????

  • (Vous ne répondez cependant pas aux questions concernant les friches ou la vente à la sauvette/le traffic dans le quartier, j'imagine que c'est plus facile de s'attaquer à une école catholique.)

  • Vos propos démontrent une chose: vous ne seriez pas si virulent avec une école publique.
    Que proposez vous alors? On fait fermer l'école et on renvoie les femmes à la maison pour garder les enfants?

  • Les architectes du quartier sont des mécréants au goût de chiotte, sans aucun talent. Des ignares qui n'ont même pas pris la peine de s'imprégner de ce qui reste de l'authenticité du quartier. Qui ne semblent même pas dérangés quand des habitants écrivent "dégueu" sur les panneaux annonçant les constructions, avec d'éloquents "dessins". Des ignares qui se contentent de venir faire leur petit caca de béton carré, fenêtres carrées et toits plats, avec un peu de couleurs criardes pour "justifier" leur travail, cacas qui vont rester là 300 ans, à nous pourrir la vie et la vue.
    Messieurs les architectes, lerci d'aller (faire) chier ailleurs.

  • Ce projet reflète une tendance qui se généralise dans tout le secteur de la Goutte d'Or.
    Ce quartier possède une richesse architecturale qu'il est important de ne pas nier, entre autres cette église Saint-Bernard (classée monument historique) et ses abords, mais il y a aussi des petits immeubles de 2 étages, à taille humaine, qui font l'âme de certaines rues, d'anciennes boutiques d'artisans aux façades Art déco... Malheureusement, ce patrimoine, au lieu d'être entretenu et pris en considération, est fréquemment nié, voire détruit. Il est allègrement détérioré par des constructions qui s'insèrent douloureusement dans le tissu qui l'entoure.

  • Malheureusement Cécile, vous vous trompez : vous interprétez maladroitement cette article. Action Barbès évoque cette situation du fait des travaux sans autorisation en bonne et due forme, et non pas en raison de la nature de l'institution qui se permet d'effectuer de tels travaux sans permis validé et en voulant mettre la Ville et les autorités compétentes devant le fait accompli.

    Si vous lisez régulièrement ce blog (on pourrait malheureusement en douter à la lecture de vos remarques et de vos questions), vous savez que nous évoquons régulièrement les ventes à la sauvette et autres sujets épineux sur ce blog, et que nous mettons la Ville face à ses responsabilités dans de nombreux articles.

    Non, nous ne nous attaquons pas à l'école Saint-Bernard du fait de son caractère "privée catholique".

    Bien à vous,

    Frédéric Rémongin
    Vice-Président d'Action Barbès

  • Le rapprochement avec les friches, les situations scandaleuses auxquelles nous sommes confrontés quotidiennement, etc., me paraît assez justifié.

    Certains semblent penser : "Après tout, puisque c'est le 'grand n'importe quoi' dans ce quartier, pourquoi, moi, je devrais me gêner ?". Pourquoi je ne mettrai pas mes déchets n'importe où, pourquoi je respecterai les autres, pourquoi je ne suivrai pas mon caprice ?

    Eh bien non, parce ça c'est le début de la fin.

    Nous ne devons pas céder. Nous ne devons pas admettre que ce quartier mérite moins de considération ou moins d'exigence que d'autres. Par exemple, ce n'est pas parce que la rue de la Goutte d'or a été massacrée par les pouvoirs publics qu'un propriétaire privé, quel qu'il soit, doit se croire autorisé à agir de la même manière. Particulièrement quand ce propriétaire joue un rôle éducatif et social éminent dans le quartier, et est supposé montrer le bon exemple plutôt que le mauvais.

  • Pour ma part, je trouve que les Mairies sont les premières responsables du fait que les choses n'avancent pas dans ce domaine. Aussi, ce sont les premières à faire construire des bâtiments bien plus immondes que celui qui est présenté ici.
    Je ne compte plus les horreurs construites pour réaliser des logements HLM et ILM dans notre arrondissement (ce que je ne critique pas), qui ne sont que des verrues esthétiques vis a vis des bâtiments anciens qui les entourent... Ce bâtiment en photo d'archi à le mérite d'essayer d'être un peu esthétique pour une fois...

  • Sérieusement , vous avez vu ce qu'on nous construit et ce qu'on nous a construit comme horreur dans ce quartier ?
    L'esprit de la goutte d'or ? Vous me faites rire !! J'habite la goutte d'or et celle ci a été massacrée par les pouvoirs publics ! La rue de la goutte d'or est un désastre architectural honteux et le reste suit !!
    Alors le projet d'extension de cette école de quartier qui fait ce qu'elle peut pour accueillir les enfants ..... Un permis de construire a été déposé et l'architecte de la ville à nouveau consulte ....

  • Dans Le Parisien, l'article "l'école Saint-Bernard prend le risque de lancer ses travaux"

    http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-l-ecole-saint-bernard-prend-le-risque-de-lancer-ses-travaux-13-01-2016-5447339.php

  • "Mais ce projet est une boîte sans âme plantée au beau milieu d’un paysage jusqu’ici préservé">> on en parle alors tant qu'on y est des horribles machins en bois qui attirent tous les chats errants au pied des arbres? ou du square devant l'église où les enfants ne peuvent pas aller tellement il est infâme? (allez, je ne parle même pas du square Alain Bashung...)

  • Mais enfin, Cécile,
    Comment pouvez-vous "comparer" une future merde architecturale qui va encore un peu plus saloper le quartier pour des cinquantaines d'années, et le travail, certes imparfait, effectué au pied des magnolias, pour ajouter un peu de verdure au quartier ! Des plantations qui, elles, peuvent se rayer d'un trait de plume.
    Par ailleurs, pour "Cécile RG", il n'y a rien d'antikato dans cette démarche de protection du site. C'est même pour protéger l'environnement … de l'église (catho) Saint Bernard !

  • Cécile est cette même Cécile RG... dernière remarque judicieuse de AM.

  • Je ne pense pas que l'église ni les fidèles vous demandent votre aide. Et d'ailleurs, vous voulez servir l'église? aidez plutôt à sa restauration intérieure alors plutôt que d'empêcher l'amélioration d'une école qui touche de très nombreux parents du quartier de toutes religions et de toutes classes sociales du quartier.

  • Mon identité n'a jamais été cachée ;) mon nom s'est juste inscrit automatiquement différemment je ne sais pas pour quelle raison. Je ne suis pas un troll (sinon j'aurais mis 2 adresses différentes et j'aurais caché mon identité). Je suis "juste" une maman qui a une enfant dans cette école (côté sainte Marie) et un enfant dans une crèche publique du secteur. Une maman qui vit tous les jours le merdier de la rue Dejean. Nous habitons le quartier depuis janvier 2015 et je note qu'il y a une très très grande dégradation de la vie ici depuis l'été. Je ne supporte plus de sortir mes enfants dans des squares sales, dans des rues pleines de crachats, de safous, de déchets, de me faire regarder de haut en bas quand je passe devant un barbu voire de me faire insulter (cela m'arrive toutes les semaines). Quand une association ou une école oeuvre pour l'amélioration du quartier (comme l'école) pour créer des bâtiments qui SONT esthétiques (moi sur les images je trouve ça plutôt pas mal), il y a des associations comme la vôtre qui, plutôt de consacrer leur énergie, leur temps aux vrais problèmes, s'amusent à essayer de tout empêcher.
    J'espère que vous réussirez. Dans quelques années, plus aucun jeune ne s'intallera dans le coin car il n'y aura plus d'écoles pour les enfants (il n'y a déjà pas beaucoup de commerces européens ni d'endroits pour sortir...) et vous pourrez rester entre vous à regarder votre joli quartier tel que vous l'avez voulu.

  • PS: si on pouvait rayer d'un trait de plume comme vous dites ces espèces de merdes végétalisées, ça serait merveilleux, on éviterait de se taper des nids à bactéries pour nos enfants qui n'ont déjà pas beaucoup d'espaces propres dans le quartier...

  • Elle est terrible, Cécile, ou alors elle lit peu le blog et autres infos ! Il n'est pas question D'EMPECHER cet agrandissement de l'école, juste que cela ne se termine pas en cube disgracieux, comme presque toute la rue Mirha, comme le tout voisin immeuble pour étudiants, rue Cavé (sur le panneau du quel ont été ajouté "moche" et "dégueu").
    Mais vous avez le droit de trouve "esthétique" le cube (photo plus haut) qui n'a RIEN à voir avec le quartier !

  • ELLE lit le blog, autres infos et elle vit dans le quartier ! INCROYABLE. Et d'après les commentaires, je ne suis pas la seule à le trouver esthétique... étrange...

    Notre quotidien à nous, c'est ça: http://lavieachateaurouge.tumblr.com du coup, incroyable aussi, on aimerait une école digne de ce nom pour nos enfants.

  • Euh... Peut-être est-il possible de discuter, même en ayant des points-de-vue divergents, sans s'engueuler, même si tout le monde est un peu excédé par ce qu'il se passe et donc assez énervé ?

  • Dans le Parisien, le projet est défendu par M. Neyreneuf, adjoint chargé de l'urbanisme à la mairie du 18e, pilote depuis près de 15 ans du bulldozer qui ravage la Goutte d'Or.

    Ceux qui déplorent les "horreurs" construites par la ville dans le quartier devraient s'inquiéter de cette horreur supplémentaire.

    (D'ailleurs on aimerait savoir si le soutien apporté par Neyraneuf à ce projet est un point de vue personnel ou celui de la municipalité...)

  • Point de vue des élus écologistes au conseil d'arrondissement :

    "Certains de ces projets, notamment l’extension du collège Saint Bernard, méritent d’être revus et améliorés de telle sorte que de nombreuses perspectives urbaines qui font le charme de ce quartier ne soient pas détruites. (...)

    Le groupe des écologistes vous demande, Monsieur le Maire, d’organiser au plus vite, c’est à dire avant que les procédures en cours ne soient closes, un débat public sur l’évolution de la physionomie urbaine à la Goutte d’Or."

    http://paris18.eelv.fr/question-orale-relative-a-levolution-de-la-physionomie-urbaine-a-la-goutte-dor/

  • Cet endroit doit être préservé, le bâtiment prévu va masquer une partie de la Salle St Bruno dont l'architecture est remarquable. Ensuite le futur bâtiment sera trop près de l'église et son architecture très éloignée de la salle St Bruno et de l'église. Le diocèse est propriétaire de tout l'ensemble immobilier comprenant l'école et la salle paroissiale et des logements au dessus situés au 6 rue Saint Luc, Peut être qu'il existe une solution d'extension de l'école dans ces bâtiments déjà existants ?
    A méditer.

  • https://www.facebook.com/ecolestbernardstemariegouttedor18/posts/209503066060731
    Réponse de notre directrice au blog de
    l'association Les Amis d'Action Barbès
    Merci de partager et d'en prendre connaissance bien entendu.
    Bonne année à tous et vive les travaux !!!!
    Nicole Detoc:
    "Mise au point concernant le projet de rénovation et extension de l’école Saint Bernard suite aux échanges parus sur le blog « Action Barbès »
    1 Qui parmi ceux qui s’expriment connaissent les locaux actuels de Saint -Bernard et donc nos besoins ? Qui s’est donné la peine de nous rencontrer ?
    2 Il ne s’agit pas d’un collège mais d’une école- un minimum d’exactitude ne nuit pas-.
    3 Pas de problème incendie : comme tous les établissements recevant du public, l’école bénéficie d’une visite de la commission de sécurité. La dernière a eu lieu en 2014 et l’école n’a pas fermé, donc elle est en capacité d’accueillir du public, sans danger aucun.
    Il s’agit de répondre aux normes d’accessibilité pour les personnes porteuses de handicap, de rendre ce lieu fonctionnel où les élèves et le personnel se sentiront dans un cadre accueillant, où il fait bon vivre et travailler.
    4 L’aspect architectural : mettez 20 personnes autour de plusieurs projets et même après une nuit blanche, vous n’aurez sans doute aucun accord sur le projet choisi.
    Un architecte, connaissant parfaitement bien les lieux, a été missionné et il a répondu à nos demandes, qu’elles soient d’espace, d’aspect ou financières. Il ne faut pas oublier que nous sommes un petit établissement, dont les moyens sont en rapport avec sa taille !
    5 Nous avons fait les choses dans l’ordre : un premier permis a été déposé, il a été refusé sur des critères architecturaux, à mon avis subjectifs, mais nous avons revu notre copie. Un deuxième permis a été déposé et accordé. L’association CGO a fait invalider ce PC. Nous avons renoncé à ce PC et présenté un troisième permis, accordé en mars 2015.
    En même temps pour nous défendre nous avons dû prendre un avocat. Et oui, tout ce temps perdu et cet argent ….. Tout cela est déplorable.
    Enfin à ceux qui disent que nous aurions pu faire autrement …..
    1 Ils ne connaissent pas nos besoins et n’ont jamais cherché à les connaître.
    2 Nous sommes des personnes responsables et nous avons étudié bien des idées avant de nous lancer. Mais sans doute certains détiennent la vérité et savent mieux que nous.
    Pour terminer, directrice depuis plus de 20 ans sur ce quartier- et j’y vis depuis autant d’années-, je sais que cette école apporte son lot d’équilibres à bien des niveaux, et qu’elle donne une alternative légitime aux familles.
    Alors, parlementer sur l’aspect esthétique de la construction ….. Je pense qu’il existe bien d’autres choses à penser sur ce quartier ! J’ai en tête, en toute modestie !, les réactions lors de la construction de Beaubourg ou de la pyramide du Louvre ….
    Comment plaire à tous ?
    Nous avons au moins l’avantage d’agir et d’œuvrer pour ce à quoi nous croyons et ce, avec de petits moyens !
    Nicole Detoc, directrice de l’école Saint Bernard Sainte Marie Paris le 18/01/2016"

  • Bonsoir,

    Je n'y résiste pas : Nicole Detoc, comme la qualité architecturale de ce projet (ooops !), qui défigure l'environnement, en particulier de l'église ET de la rue Pierre L'Ermite, étonnamment cohérente et protégée.

    Ni les besoins, ni les moyens de l'école (paramètres incontestables) ne justifient une horreur pareille (d'après les quelques croquis visibles) qui, en tout état de cause, n'a rien à voir avec son environnement.
    Et si l'école avait besoin de 15 classes, construiriez vous un building de 6 étages ?

    Cette architecture catastrophique se retrouve un peu partout rue Myrha, ou rue Cavé (crous et autres) et ont grandement bouzillé la Goutte d'Or.

    Chère Madame, je crains que vous n'ayez pas bien regardé "votre" quartier avant d'accepter ce projet désastreux, qu'il serait insultant de comparer à Beaubourg ou à la Pyramide !


    Bien à vous

  • Merci Mme Detoc pour ces précisions, même si elles sont formulées sur un ton agressif qui surprend un peu. On peut imaginer que vous faites face à des contraintes multiples, pas faciles à gérer, mais votre projet concerne aussi les habitants, qui l'auront sous les yeux pendant très longtemps...

    Le problème est que vous justifiez les inquiétudes, en suggérant que l'aspect esthétique n'est pas prioritaire dans ce quartier, qui a d'autres soucis plus urgents. C'est aussi ce qu'affirmait M. Neyreneuf à propos des logements sociaux, et nous en voyons le résultat : le brutalisme architectural "bas de gamme" (càd sans les moyens accordés à des oeuvres de prestige) est aussi une brutalité environnementale et sociale.

  • La balance faite par les habitants du quartier entre la violence quotidienne qu'ils subissent dans leur définition même d'habitants de la goutte d'or et la construction litigieuse prévue par l'école pour le confort de leurs moutards est quelque chose que l'association Cave Goutte d'or ne peut pas négliger. Le discours du droit, ici l'argument du classement de l'Eglise, sont vécus dans ce quartier comme une provocation, comme un mépris de la réalité de la vie littéralement invivable dans tous ses détails et surtout dans le fait massif que personne ne peut dire de quoi il est réellement question. Quelle est cette violence et quelles sont ses causes? Question sans réponse.

    Sauf erreur de ma part aucune association du quartier n'a attaqué le permis de construire de l'ICI, aucune association de quartier n'attaque l'Etat sur sa défaillance avérée en matière d'hygiène, de sécurité, de laïcité. Une journée suffirait à la police financière, aux services responsables des commerces d'alimentation, des prix et de la qualité, à la police destinée à veiller à l'élémentaire ordre public comme la libre circulation sur les trottoirs etc. pour supprimer les 2/3 des activités qui sont toutes des activités prohibées par la loi, même celles qui ont pignon sur rue. Quant à l'Islam quelle association anti-raciste et laïque aurait le courage d'attaquer l'anti-sémitisme, la violence d'imposition d'une pratique de privatisation religieuse de l'espace public, d'un régime de vie fondamentalement antagonique avec les libertés publiques et privées, de l'appropriation du paysage urbain par des édifices religieux, centres de diffusion d'une politique expansionniste et totalitaire dans Paris?

    Cette invraisemblable vérité permet à la ville de continuer à détruire l'espace urbain dans le plus parfait mépris de la sauvegarde des ensembles typiques du début du XIXème siècle aux abords de la ceinture des fermiers généraux. Elle le permet parce que les habitants sont formés à croire que c'est en détruisant-reconstruisant les immeubles, les lieux, que les désordres de l'ordre public seront traités, que quelque chose au moins va changer. Je me souviens que la butte aux couronnes a été rasée dans les années 80 pour rétablir l'ordre. Le square Léon construit au niveau de la rue devait être ce havre de paix pour les enfants et les mamans et les papas rassurés par la suppression de la butte qui empêchait la surveillance du lieu. Les architectes, urbanistes présentaient leur projet de ville nouvelle sous l'œil médusé des habitants peu habitués à tant de sollicitude. Paris Goutte d'or, après avoir refusé la casse du quartier au début de l'opération (1983-4) l'a gentiment accompagnée comme serviteur avisé du pouvoir.

    La qualification de "patrimoine historique" est refusée à la Goutte d'or nord comme elle l'a été il y a 33 ans à la Goutte d'or sud.

    C'est pour cela qu'il faut saluer l'effort de Cavé Goutte d'Or, seule résistance locale aux coups portés au quartier par Paris Habitat. La reconnaissance officielle du monument historique qu'est l'Eglise St Bernard est une victoire sur la négation de l'histoire, un bien pour tous les habitants. Les enfants de l'école, initiés au beau plutôt qu'au laid, au bien plutôt qu'au mal, devraient bénéficier de l'enseignement que leur apporte le site de leur école, l'extension de leur école dans ce cadre architectural remarquable. Quelle tristesse de constater que leurs instituteurs, leurs parents ne fassent pas équipe avec Cave goutte d'or afin d'obtenir une extension digne de la valeur du site et de la valeur de ses habitants! Mais le souci du beau, de l'importance de l'histoire du lieu, est, semble-t-il, incompatible avec les pratiques en vigueur dans le quartier. C'est pour cette raison que le cas de ce conflit absurde est symptomatique de ce qui ne va décidément pas à la Goutte d'Or.

    Violette Roland.

  • Une citation de l’Abbé Grégoire

    « Les barbares et les esclaves détestent les sciences, détruisent les monuments de l'art. Les hommes libres les aiment et les conservent... Les hommes ne sont que les dépositaires d'un bien dont la grande famille humaine a le droit de nous demander des comptes. »

  • Violette R.
    Je ne vous connais pas, mais vous écrivez comme un ange avec une plume de velours. J'espère que Nicole de Toc vous lira et vivra son Chemin de Damas, comprenant enfin qu'on ne lui veut aucun mal, quand elle cessera de vouloir du mal à notre quartier.
    Quand aux (nombreux) ICI, je vote pour un "Square Polonceau", là ou règne une généreuse friche.
    Et… longue vie à Cavé-Goutte d'Or !

  • Je m'associe aux deux propositions: celle des verts de vous demander Mesdames et Messieurs élus du 18ème, un débat public sur l'évolution du massacre engagé en matière architecturale au sein de la goutte d'or!! Au passage, inutile de vous féliciter pour votre dernière pépite!! Je parle bien entendu du mirador de la rue cavé et la destruction du seul arbre de la rue qu'on pleure!!! Rappelons nous cette succession de maisonnées que vous avez laissé à l'abandon pour accoucher de cette horreur!!
    Monsieur Neyreneuf en tant que spécialiste de l'école saint Bernard et peu au fait de l'urbanisme, peut être pouvez vous vous faire remplacer par votre collègue en charge des affaires scolaires??
    Enfin, je salue la proposition de remplacer la friche Polonceau par un Square!!
    Mesdames et Messieurs les élus, redonnez nous de l'espoir, de l'oxygène, sortez nous de la vision carcérale que vous avez de la goutte d'or!!!

  • Le nouvel article de Cavé Goutte d'Or : "Nouvelle lune - Du bon, du beau, du débat", revenant sur ces vifs débats relatifs à ces travaux très contestés, dans le périmètre immédiat de l'église Saint-Bernard, monument historique :

    https://cavegouttedor.wordpress.com/2016/02/15/nouvelle-lune/

  • En tant qu'habitante du secteur (13 rue Cave), je ne peux moi aussi qu'etre « consterne » e par ce projet qui va « enlaidir le secteur ».

    Conclusion:
    Oui au debat public!

Les commentaires sont fermés.