Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Municipales 2014 : dans le 9e

Suite aux résultats du premier tour, le jeu est extrêmement serré pour le second tour dans le 9e arrondissement de Paris. Nous avons voulu regarder l'évolution des rapports de force par quartiers en comparant des éléments qui certes ne sont pas tout à fait identiques mais qui peuvent donner quelques informations intéressantes.

La comparaison porte sur les résultats de ce premier tour des élections municipales avec le second tour de l'élection présidentielle de 2012 afin de regarder le rapport gauche/droite. Précisons que nous appelons droite le total des voix de l'UMP-MoDem-UDI, dissidents ou pas et hors FN, et gauche le total des voix du PS-EELV-FG-LO.

Quelques éléments pour alimenter l'analyse tirés du tableau ci-dessous :

- quelque soit la taux de participation, la gauche perd des voix et ce de façon homogène (moins 3 points en moyenne dans tous les quartiers). Elle reste largement majoritaire dans la quartier Rochechouart traditionnellement à gauche et dans le quartier Faubourg Montmartre qui représentent à eux seuls 56% des inscrits de l'arrondissement. C'est donc probablement dans ces deux quartiers que la gauche a des réserves.

- quelque soit le taux de participation, la droite, contrairement à ce que pourrait laisser penser le résultat global dans l'arrondissement, perd elle aussi des points (entre 2 et 3 avec une perte de 5 points dans le quartier de la Chaussée d'Antin). Elle reste largement majoritaire dans le quartier de la Chaussée d'Antin traditionnellement à droite et talonne la gauche dans le quartier Saint Georges mais ces deux quartiers ne représentent que 44% des inscrits.

- le grand gagnant du scrutin, même si son score reste modeste est le FN. Avec 4-5% et même un pic à 8% à la Chaussée d'Antin, ses électeurs vont probablement être les arbitres de la consultation. Rappelons que la candidate FN n'avait fait que 2,7% des voix au premier tour aux municipales de 2001 et en 2008 mais que Marine Le Pen avait fait 4,9% des voix au premier tour de la présidentielle 2012.

 

 

2012

 

2014

 

St Georges

 

 

 

 

Inscrits

13380

 

13509

 

Exprimés

10971

82 %

7974

59 %

Gauche

5676

52 %

3874

49 %

Droite

5295

48 %

3742

47 %

Autres

 

 

358

4 %

 

 

 

 

 

Chaussée d’Antin

 

 

 

 

Inscrits

2240

 

2236

 

Exprimés

1826

82 %

1209

54 %

Gauche

736

40 %

448

37 %

Droite

1090

60 %

661

55 %

Autres

 

 

100

8 %

 

 

 

 

 

Rochechouart

 

 

 

 

Inscrits

13730

 

13558

 

Exprimés

11094

81 %

7866

58 %

Gauche

6472

58 %

4364

55 %

Droite

4622

42 %

3098

39 %

Autres

 

 

404

5 %

 

 

 

 

 

Fbg Montmartre

 

 

 

 

Inscrits

6489

 

6551

 

Exprimés

5235

81 %

3702

57 %

Gauche

2898

55 %

1994

54 %

Droite

2337

45 %

1560

42 %

Autres

 

 

148

4 %

 

 

 

 

 

Total

 

 

 

 

Inscrits

35839

 

35854

 

Exprimés

29126

81 %

20751

58 %

Gauche

15782

54 %

10680

51 %

Droite

13344

46 %

9061

44 %

Autres

 

 

1010

5 %

Commentaires

  • Votre analyse des résultats du 1er tour est partielle et partiale.
    Vous faites l'éloge de la campagne de DB alors qu'elle a par du en nombre de voix, comparé à 2008, et malgré le contexte national.
    PV a gagné des voix dans les BV considérés de droite, sa campagne a été dynamique.
    Seule l'abstention explique le resserrement du différentiel des deux candidats.

  • @Gassion : notre analyse est basée sur un seul critère qui est celui de la démocratie : comparer les performances des compétiteurs les unes aux autres, les quantités absolues (ici nombre de voix) n'ayant qu'une importance mineure puisque l'important est de faire le même nombre de voix que son adversaire plus une !

    Par ailleurs, personne n'est en mesure de dire que le manque de mobilisation n'a handicapé que Pauline Véron et expliquerait ce que vous appelez "le resserrement du différentiel des deux candidats". Le dégout des pratiques politiques par les Français touchent probablement aussi bien les électeurs de droite que de gauche.

Les commentaires sont fermés.