Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Municipales 2014 : et le 2e tour ?

paris,municipales2014Nous verrons mercredi matin quelle est la composition des listes de deuxième tour, c’est-à-dire les alliances qui seront passées entre les candidats dans les 9e, 10e et 18e arrondissements.

La situation est assez claire dans les 10e et 18e où l’alliance annoncée depuis longtemps entre socialistes et écologistes devrait permettre une élection confortable pour Rémi Féraud (10e) et Eric Lejoindre (18e). Bien qu’améliorant nettement leurs scores de 2008, les écologistes ne sont néanmoins pas en situation, dans ces deux arrondissements, d’être faiseurs de rois. Auront-ils néanmoins des places dans la liste commune PS/EELV pour siéger au conseil de Paris ? Très probable dans le 18e et assez envisageable dans le 10e.

Toujours dans les 10e et 18e, même si les listes dissidentes, qui malgré leur faible score ont fait du tort à la droite, rejoignent les candidats UMP Déborah Pawlik (10e) et Pierre Yves Bournazel (18e), ce qui n’est pas assuré, la victoire n’est plus à portée de mains de ces deux candidats. Remarquons une certaine ingratitude des électeurs puisque les deux candidats UMP dissidents, dans le 10e Serge Federbusch, et dans le 18e Roxane Decorte, pourtant extrêmement présents sur le terrain entre 2008 et 2014, ont été lourdement sanctionnés. Avec 26,3% des voix, la droite républicaine se tasse légèrement (28,5% en 2008) dans le 10e et améliore son score de 5 points dans le 18e (30,5% en 2014 contre 24,9 en 2008).

Le cas du 9e mérite un traitement spécial. ...

D’abord pour constater la surprise que constitue l’arrivée en tête, certes de peu, de la candidate UMP Delphine Bürkli au premier tour (39,4%). En 6 ans, cette candidate a gagné 9 points en passant de 30 à 39% des voix, certes dans le cadre de l'acccord UMP-UDI-MoDem. C’est là un saut très important dû, à n’en pas douter, à son intense travail de proximité et d’écoute dans l’arrondissement.

La droite se trouve-t-elle en situation de remporter la mairie du 9e au second tour pour autant ? Ses réserves sont minces en vérité. Le centre, qui uni faisait encore de bons scores en 2008 aux municipales et à la présidentielle de 2012, s’est effondré et sa candidate, Sandra Fellous, dont on ne savait pas au juste si elle défendait les couleurs du MoDem bien qu’en dissidence ou de Paris Libéré, ne fait qu’un peu plus de 4%. On peut imaginer que les voix des électeurs centristes ayant voté pour Sandra Fellous se reporteront facilement sur Delphine Bürkli. Au delà, point de réserve. Quelques voix du Front National peut être. Le total de la droite républicaine est donc au mieux de 43/44%.

Le relatif mauvais score de la candidate socialiste Pauline Véron est-il une vraie surprise ? Oui et non.

Oui, parce que les précédents scrutins — municipales de 2008 liste Bravo 43% au premier tour et les scores des socialistes à la présidentielle puis aux législatives de 2012 dans le 9e — pouvaient laisser croire à une meilleure performance. Mais la candidate socialiste a perdu 10 points en 6 ans !
Oui encore, parce que les échos de la campagne étaient assez bons en général, les habitants du 9e ne manifestant pas un quelconque éloignement voire mécontentement à l’égard de Pauline Véron et de l’équipe sortante.

Non, ce n'est pas vraiment une surprise parce que les socialistes n’ont pas senti les changements dans la population du 9e et cette erreur d’analyse remonte à loin.
Elu en 2001 maire du 9e à la faveur des bisbilles au sein de la droite — l’inamovible maire RPR Gabriel Kaspereit ne voulait pas de Pierre Lellouche comme successeur et a joué la carte Bravo en sous mains — Jacques Bravo a su au cours de sa première mandature (2001-2008) réveiller un arrondissement assoupi en créant écoles et crèches, en revitalisant le tissu associatif, en installant les conseils de quartier, etc.… Homme ouvert et facile d’accès, très présent sur le terrain, son profil consensuel lui permettait de dépasser le seul camp de la gauche et il plaisait à nombre de personnes de droite et du centre. Sa facile réélection en 2008 en a été la preuve. Mais avec le départ de Jacques Bravo, c’est aussi le retour en force de la politique et de ses clivages gauche-droite.

Arrivés en 2001 à la mairie du 9e et confortés par la réélection de 2008, les socialistes ont-ils perçu que l’arrondissement ne leur était peut-être pas automatiquement acquis ? La campagne monotone de l’équipe PS-PCF-PRG de Pauline Véron qui a ronronné dans une autosatisfaction légèrement béate, un peu dans l'entre-soi socialiste, n’a sûrement pas incité les électeurs de gauche du 9e à se mobiliser. Le défaut des électeurs centristes passés avec armes et bagages à l’UMP a fait le reste.

Alors, la gauche risque-t-elle de perdre la mairie du 9e ? Sur le papier, non ! Le total des voix de gauche se monte à plus de 51% mais ce total est un peu artificiel. Comment vont se comporter les électeurs écolos qui, avec 8%, détiennent aujourd’hui la clé de l’arrondissement ? Beaucoup de ceux-ci sont assez mécontents de ce qui se passe au niveau national et pourraient manifester ce mécontentement en ne votant pas le 30 mars par exemple. A moins qu’une place leur soit réservée dans les trois premiers de la liste commune afin qu’ils aient un conseiller de Paris. Cette hypothèse reste peu probable néanmoins (MAJ : des informations non encore confirmées donnent l'écologiste Jonathan Sorel arrivé 3e au premier avec 8% en deuxième position sur la liste commune EELV/PS). Le report des voix de la gauche extrême (4,3%) reste aussi aléatoire tant les propos ont été vifs avant le premier tour et les déclarations de ces dernières heures peu encourageantes.

Donc les jeux sont serrés dans le 9e. A n’en pas douter, la mobilisation de la droite sera maximum, l’arrondissement étant devenu un symbole de ce qu’ils appellent leur « reconquête ». Pour gagner, la gauche devra mobiliser les pêcheurs à la ligne du 23 mars ! Seule cette mobilisation pourra la mener au succès. Cela nous promet une campagne de second tour bien intéressante.

 

9e

 

Participation

57,9 %

Delphine Burkli UMP

39,4 %

Pauline Véron PS

39,2 %

Jonathan Sorel EELV

8 %

Annie Thierry FN

4,9 %

Sandra Fellous PL

4,2 %

Benoit Schneckenburger PG

3,7 %

Charline Joliveau LO

0,6 %

 

 

10e

 

Participation

53,5 %

Rémi Féraud PS

44,4 %

Déborah Pawlik UMP

21,5 %

Anne Souyris EELV

11,5 %

Guillaume Etievant PG

6,4 %

Luc Le Garsmeur FN

5,4 %

Serge Federbusch PL

4,8 %

Antoine Bevort PP

3,3 %

Gaspard Delanoë PFT

0,9 %

Didier Tanguy LO

0,6 %

 

 

18e

 

Participation

51,2 %

Eric Lejoindre PS

39,9 %

Pierre Yves Bournazel UMP

25,2 %

Pascal Julien EELV

12,7 %

Danièle Atala PG

7,2 %

Philippe Martel FN

6,8 %

Roxane Decorte

3,6 %

Claude Sauton

1,9 %

David Pierre-Bloch

1,7 %

Danièle Hanryon LO

1,2 %

Commentaires

  • Je trouve un peu étonnant votre commentaire. Pauline Véron fait un très bon score, près de 40%, à l'instar du résultat d'ailleurs des têtes de liste de gauche du 14e et du 18e, pour n'en citer que 2. Et par ailleurs, Pauline a un vrai projet pour le 9e, précis, complet, qui montre bien son expérience et son exigence pour faire encore mieux !

  • @Laga : la bonne comparaison est-elle avec les listes des autres arrondissements en 2014 ou avec le score précédent dans le même arrondissement pour une équipe qui regroupe pas mal de sortants ? Chacun voit midi à sa porte mais il nous semble que les contextes politiques des autres arrondissements ne permettent pas une comparaison cohérente et qu'en conséquence seule une mise en perspective des résultats dans un même arrondissement a un sens. A cet égard, les chiffres sont clairs : 49,2% pour Jacques Bravo en 2008 au premier tour, 39,2% pour Pauline Véron dimanche dernier. Pas besoin d'être grand sorcier pour en conclure ce que nous en avons conclu et je crois que nous serons d'accord pour dire que Jacques Bravo a fait, lui, un très bon score au premier tour en 2008.

  • Je ne suis pas d'accord avec vos commentaires. La campagne du PS-PCF n'a pas été monotone et Pauline Véron n'a jamais cru que c'était ce serait facile.Celle de l'UMP n'a pas été très dynamique. Je l'ai même parfois trouvée ridicule.

    Je pense que Pauline Véron a fait les frais de la politique nationale. Les gens ne font pas toujours la part des choses.
    Il y a beaucoup d'électeurs de gauche qui ne sont pas venus voter au premier tour. J'en connais un certain nombre. De plus, il y a également quelques électeurs du PC qui étaient contre l'alliance au premier tour, qui se sont abstenus ou qui ont voté pour une autre liste de gauche Ils viendront voter au deuxième tour.

  • @Lallouet : la démobilisation des électeurs de gauche est un argument employé par certains, complaisamment repris par la presse mais qui ne tient guère dans le 9e. Taux de participation au 1er tour 57,9% en 2014 contre 59,08% en 2008. Vous ne nous ferrez pas croire que ces 1,18 points d'écart explique la seconde place de Pauline Véron.

  • Je pense que le 9ème arrondissement est très ancré à droite.
    M. Bravo a passé de justesse par accident en 2001. Il a été très confortablement élu en 2008.
    Durant ses 2 mandatures, M. Bravo a profondément transformé l'arrondissement. En 2001, le 9ème était un arrondissement vieillot, terne et sous-équipé. M. Bravo a fait preuve de beaucoup de dévouement, d'abnégation et de technicité. Je pense que DB n'aurait pas été capable de faire le quart de la moitié de ce qu'a fait Bravo.
    Certes, M. Bravo ne se représente pas, mais Pauline Véron a largement contribué à l'envol du 9ème. Certaines personnes ont la mémoire courte. D'autres n'ont peut-être pas connu le 9ème tel qu'il existait avant 2001. Nombreux électeurs de droite ont sans doute profité du départ de JB pour reprendre leurs billes.
    De plus, Pauline Véron a sans doute été victimr du climat national.

  • Incompréhensible.
    les bureaux qui ont voté à droite sont ceux qui ont été les
    mieux lotis grâce aux équipements apportés par jacques Bravo et son équipe au cours de ses 2 mandats.
    Au cours des 10 dernières années, grâce au volontarisme de Jacques Bravo et de son équipe, le quartier Clichy-trinité a obtenu notamment :
    - la construction d'une superbe école de 300 places dans la rue de Clichy
    - la création d'une très belle bibliothèque rue Chaptal
    - la rénovation du square de la Trinité
    - un centre de sport et d'animation rue de la Tour des dames.
    Cependant, c'est le quartier qui a voté le plus à droite.

  • En résumé
    Le IXème est un arrondissement plutôt ancré à droite. Il a basculé à gauche par accident en 2001. Jacques Bravo (PS) a succédé à Gabriel Kaspereit (RPR). Il a été confortablement réélu en 2008 avec un peu plus de 63% des voix. Durant ses 2 mandats, il a effectué un travail de titan.
    En 2008 les habitants l'ont réélu parce qu'il faisait très ben le job. Son bilan est impressionnant. En 2008, la droite n'a pas hésité, dans son intérêt, à voter contre son camp.
    En 2014, la droite a profité du départ de Jacques Bravo pour reprendre ses billes.

  • Situation particulière, reflet d'une situation générale

    En 2003, Jacques Bravo avait besoin de construire une école élémentaire de 11 classes parce que le nombre d'enfants ne cadrait pas avec la carte scolaire. JB a appris par hasard que la famille Wendel se séparait de son hôtel particulier de la rue de Clichy.

    Un tel site accueillant des écoliers du 9ème était une belle illustration de ses aspirations. Il a reçu une pétition qui disait que c'était trop beau et à laquelle il a répondu que rien n'était trop beau pour les enfants de la république. Il a fallu 6 ans pour construire l'école. le recteur considérait que cela ne se faisait pas et ne déboucherait jamais. L'école de la rue de Clichy accueille aujourd'hui 300 enfants.

    C'est un véritable bijou, un "diamant" pour employer le terme de DB.
    Pourtant, le quartier Clichy-Trinité a largement voté pour DB.
    On pourrait multiplier les exemples de ce genre dans le IXème et ailleurs.

    Conclusion :Il y a ceux qui bossent et ceux qui récoltent les fleurs.

  • Je suis assez d'accord avec Michel : le 9e n'est pas un arrondissement de gauche. Il a retrouvé sa couleur d'origine. Chassez le naturel, il revient au galop!
    La Droite au pouvoir avant les dernières législatives ne s'y était pas trompée. L'analyse des résultats dans les bureaux de vote laisse bien voir les tendances politiques des habitants. N'a-t-elle pas extrait toute la partie nord de l'arrondissement pour la céder à la 18e circonscription qui couvre une bonne partie du 18e, un arrondissement clairement à gauche, lui. Chacun chez soi.
    Consolons-nous, Pauline Véron sera une excellente conseillère de Paris et saura oeuvrer pour le bien de tous les Parisiens. Nous en sommes certains.

  • Merci Jacques, Pauline, Laurent et les autres

    J'ai reçu dans ma boîte aux lettres un prospectus annonçant l'ouverture du nouveau centre d'animation de la rue de la Tour des dames.

    En lieu et place de l'ancienne sous station électrique, située au 14-18 rue de la Tour des dames, s'ouvre un grand équipement de nouvelle génération , entièrement rénové, regroupant un centre d'animation, un centre culturel et un centre sportif.

    Pour une équipe "à bout de souffle" selon les termes de la candidate UMP, c'est un grand exploit, un de plus. Nos jeunes vont apprécier.

Les commentaires sont fermés.