Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

les conséquences des pics de pollution

14 460

c’est le nombre d’infractions relevées à l’occasion des pics de pollution atmosphérique du 13 janvier au 12 février lors de contrôles effectués sur 35 251 véhicules, par les services de police et de gendarmerie en Ile-de-France. Parmi ces infractions, 13 293 étaient liées à la vitesse, 1 092 aux contrôles techniques et 72 aux contrôles antipollution.
A noter que, pour le seul mois de janvier, les températures en baisse ont entraîné à 4 reprises (les 13, 17, 30 et 31 janvier) un dépassement du seuil de pollution atmosphérique aux particules. Ceci entraîne, de fait, des vérifications systématiques de la réalité des contrôles techniques sur les véhicules en circulation, à un renforcement des contrôles anti-pollution des véhicules à moteur, au contrôle de présence de matériels de débridage sur les cyclomoteurs et à l’intensification des contrôles de vitesse.

C'est bien sûr un extrait du bulletin d'information de la Préfecture de police n° 203, daté du 22 février.

Trop froide ou trop chaude. Les variations importantes de la température provoquent des pics de pollution. La solution reste : MOINS DE VEHICULES A MOTEUR EN VILLE.... En attendant la police verbalise. L'infraction la plus sanctionnée demeure toutefois la vitesse et de loin.

Commentaires

  • Oui, et surtout plus de parcs à 2 roues dans les rues (jusqu'à 100 motos dans de petites rues en pente), pour inciter les conducteurs à se garer dans des parkings souvent vides.

    La Mairie, sous la férule de madame Geoffroy, a placé des parcs à deux roues dans nombre de petites rues de la capitale, sans se préoccuper de l'avis des riverains qui vivent au rez-de-chaussée.

    Aucune concertation. On impose aux citoyens, qui payent des loyers et des impôts exorbitants, des lieux de vie qui dégradent leur état de santé.

    Les 2 roues représentent une atteinte à l'intégrité physique des habitants. Pollution, nuisances sonores et impossibilité pour les agents de la voirie de nettoyer les trottoirs là où stationnent les 2 roues.

    A la place, mettons des jardinières de fleurs... (réservées pour l'instant aux commerçants) embellissons le quartier, et offrons aux passants autre chose que du stress et de la pollution.

    Le 19ième l'a fait, le quartier est devenu très agréable... son Maire ayant à coeur de préserver dans son arrondissement la nature, l'harmonie sociale, la convivialité et les poumons de ses administrés.

  • @géramium : vous décrivez la rue Turgot ou une autre voie ?
    Je suis assez d'accord avec vous, mais je n'ose imaginer tous les utilisateurs de 2 roues circulant en voiture... Ce serait pire. Il faudrait faire des efforts pour promouvoir le stationnement des motos et scooters en sous-sol.
    J'ajouterai que certains commerces ne sont pas épargnés par les gaz polluants. Par exemple, la boulangerie du faubourg Poissonnière, vers la 162, "bénéficie" d'une aire de stationnement juste devant sa vitrine, avec les gaz au démarrage des motos et la difficulté de nettoiement que cela impose. Une doctrine de la voirie devrait faire en sorte d'éviter aussi ce genre de risque sanitaire.

Les commentaires sont fermés.