Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Point de vue

Vivre et mourir dans le 9ème : comment vivre chaque âge dans l'arrondissement ?

Par Jacques Bravo – Parti Socialiste411d8907887dadea8fb1527127646ae9.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Ce qui détermine des choix responsables pris par une équipe municipale au sein d’un arrondissement, c’est d’abord une bonne appréciation des évolutions de l’ensemble de la population, de ses choix de vie, des plus jeunes jusqu’aux anciens, afin de mieux répondre aux attentes et d’anticiper les besoins.

Prendre en compte les évolutions qui se jouent en cœur de capitale

L’information selon laquelle la population de Paris s’est accrue de 28 000 habitants entre 1999 et 2005 (INSEE), pourrait paraître insignifiante au regard de la baisse régulière constatée ces 40 dernières années, si certains indicateurs ne venaient pas confirmer et même amplifier ce qu’il convient d’appeler un regain démographique à Paris.

Le 9ème arrondissement est à cet égard très révélateur. Du quartier dédié au tertiaire auquel le destinaient nos prédécesseurs, il est devenu le quartier des familles. De 1999 à 2005, il enregistre l’un des plus forts taux de progression démographique de Paris, (+ 6%).

Mieux, le taux de scolarisation des enfants de 3 ans, âge d’entrée en maternelle, qui ne dépassait pas 50 % jusque dans les années 90, est de 65% en moyenne depuis 2000. Cela signifie qu’auparavant, une famille sur deux quittait l’arrondissement à la naissance d’un enfant, alors qu’aujourd’hui, la naissance d’un enfant n’est plus le signe d’un départ pour 2/3 des familles. Elles s’installent dans la durée dans le 9ème.

C’est pourquoi, l’ouverture depuis 2001 de 5 nouvelles crèches et haltes garderies, de deux nouvelles écoles maternelles, d’une nouvelle bibliothèque jeunesse rue Chaptal, la rénovation des squares d’Anvers, de Montholon et Berlioz, l’augmentation de l’offre de sport de loisirs et la construction en cours de deux nouvelles écoles élémentaires (45 rue de la Tour d’Auvergne et 10 rue de Clichy), sont le reflet d’une action municipale en phase avec le rajeunissement du 9ème.

Les enfants grandissent, il faut donc accroître l’offre de loisirs et de sports. Le centre Valeyre n’étant plus suffisant, la construction d’un second centre d’animation et de loisirs avec notamment des salles de sports est engagée dans l’ouest de l’arrondissement, 16-18 rue de la Tour des Dames.

De nouveaux modes de vie et d’exigences qui façonnent la cité

Cette évolution de la population s’accompagne de nouveaux modes de vie, de consommation, de mobilité, de pratiques de loisirs, de culture,…qui sont autant de décisions multiples apparemment dispersées mais en réalité convergentes, qui façonnent l’espace urbain et la vie quotidienne dans le 9ème.

Ainsi, le réaménagement de la place Lino Ventura, de la rue Cadet, l’élargissement de nombreux trottoirs pour mieux circuler, des parkings pour les deux roues, Vélib’, l’aménagement d’un quartier « vert » au faubourg Montmartre, la création d’un marché ouvert place d’Anvers, mais aussi le doublement du nombre de logements sociaux,…sont des réalisations de l’équipe municipale au cours de cette mandature qui ont profondément remodelé le 9ème à l’image des nouveaux modes de vie qui sont apparus.

Ce sont aussi de nouvelles exigences posées à l’action municipale par l’allongement de la vie ou la prise en compte de situations de handicaps.

C’est ainsi qu’en direction des anciens un Conseil des sages a été mis en place et des actions intergénérationnelles dans des écoles et centres de loisirs mises en oeuvre ; le Point Paris Emeraude (centre de coordination gérontologique) rue de la Rochefoucauld et un pôle personnes âgées qui verra bientôt le jour rue de la Tour des Dames (centre d’accueil de jour, restaurant, clubissimo).

Pour une meilleure prise en compte de la dépendance, une maison d’accueil pour personnes âgées dépendantes ouvrira rue Blanche.

S’agissant des situations de handicaps, des trottoirs ont été abaissés, des traversées ont été équipées de feux sonores, des places GIG/GIC ont été créées, l’accessibilité est aujourd’hui une réalité dans certaines écoles, dans les bureaux de vote, sans oublier l’ouverture de la maison départementale des personnes handicapés (MDPH) dans le 9ème. Cet effort déjà important doit être conduit à terme.

Un temps d’avance pour le 9ème

Ainsi, pour tous les temps de la vie, notre arrondissement s’est mis en mouvement, il vit, il bouge, il se transforme.

Si les engagements ont été tenus, sept années de dynamisme municipal ne doivent pas faire oublier que des difficultés demeurent pour bon nombre de nos concitoyens.

Il reste beaucoup à faire, et notre projet 2008-2014 vous propose de poursuivre les efforts entrepris pour mieux vivre dans le 9ème : naître, y grandir, favoriser l’autonomie de chacun, se loger, consolider le lien social, relever le défi écologique, contribuer au développement économique et à la vitalité du commerce, au développement culturel, à la sécurité de tous et à intensifier et moderniser les pratiques démocratiques. C’est cette dynamique d’un 9ème plus solidaire, ouvert à tous, et respectueux de l’avenir que nous proposons, pour y vivre mieux tous ensemble.
 

Commentaires

  • Des propositions concrètes en rapport avec l'évolution de la population: quel contraste avec l'équipe précédente qui n'a pas réagit à l'augmentation de la natalité et n'a construit ni crèche, ni école (rappelons que Kaspereit était en charge de la prospective scolaire à la Mairie de Paris).

    J'apprécie particulièrement la maison d'accueil pour personnes âgées dépendantes, c'est un vrai besoin!

Les commentaires sont fermés.