Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

épanchement

  • Une méthode drôle et efficace pour l'été

    Nous ne résistons pas à l'envie de vous faire partager cette minute et 23 secondes de vidéo, tournée en Inde, qui montre comment on peut endiguer les épanchements d'urine de mâles inciviles.

    Ce sont évidemment les femmes qui trouvent l'opération très drôle. Parions que ce serait pareil chez nous !

    A nuisance importante, mesure efficace ! 

    La vidéo a été vue sur le site de voyagerloin.com, qui l'accompagnait du commentaire suivant : 

    Vous le savez, l’Inde est le second pays le plus peuplé du monde, ce qui implique visiblement beaucoup de petites incivilités. Oui, c’est un fait, de plus en plus d’hommes en Inde n’hésitent plus à sortir le biscuit pour uriner en pleine rue. Combinées à la chaleur, ces odeurs deviennent vite pestilentielles, et ça dérange.

    Alors pour lutter contre ce phénomène, un groupe d’individus anonymes, mais qui s’est autoproclamé « The Indian Proper » a décidé de prendre le taureau par les cornes en réagissant de manière drastique. La technique est imparable, plutôt rigolote, et a le don de dissuader quiconque de venir se faire plaisir sur les murs ! 

    Cette vidéo, et surtout l'icône qui orne le camion des arroseurs nous a fait penser à une autre vidéo, tout aussi amateure, datant de mai 2008, au lendemain des élections municipales. Vous voyez de laquelle il s'agit ? Non ? Notre association avait organisé une manifestation pour attirer l'attention sur le phénomène pisseur-tous-azimuts, déjà, et précisément nous voulions obtenir la fermeture du recoin niché au creux des piliers de la station de métro. Que nous obtiendrons fin 2010. Tout peut arriver à qui sait attendre... et se démener !

    Vous voulez la voir ? Elle est là. Soyez indulgents, le réalisateur est un amateur. Il progresse toutefois... 


    Action Barbès Propreté Manif 17 mai 2008 par ParisNeuvieme