Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Même les belles avenues ont perdu leurs grilles

Balade dans le 17e arrondissement un dimanche chaud et humide, avant l'orage qui ne se décidera pas finalement à déverser ses eaux sur nous. Ce 10 juin, la température restera au-dessus des 25 degrés .

Capture d’écran 2018-06-10 à 17.22.30.jpg

Nous sommes avenue de Villiers, depuis la station de métro Villiers en direction de la place du Général-Catroux, ex-place Malesherbes. Ici, que des platanes, de beaux platanes, pas trop près des façades parce que les trottoirs sont bien larges. Pourtant les grilles traditionnelles parisiennes, ici aussi, ont disparu. (Aucun blog parisien n'aura écrit autant d'articles sur les grilles d'arbres que nous. C'est la marotte d'un de nos auteurs..., qui peut devenir méchant si on le brime ! )

Sur le barreau que nous avons parcouru seuls deux arbres en bénéficient encore. Ce sont de jeunes arbres, plantés depuis moins de dix ans et dont le tronc est encore entouré d'une protection métallique.

20180610_140527.jpg

Les aînés, les platanes plus vieux de cette belle avenue, en y regardant de près, ont bien poussé et leur tronc ne passe plus dans l'ouverture des grilles standard. Est-ce une des raisons qui poussent la voirie à les faire disparaître ? Peut-être simplement un argument supplémentaire, car ici pas de mégots dans la dentelle de la grille qui justifie un nettoyage fréquent et, du coup, un effort des personnels de la propreté pour soulever la grille. C'est l'argument qu'on nous oppose dans notre quartier.

Les pieds d'arbres sont bien entretenus. Une légère dépression est maintenue autour du tronc et une bordure de pavés fait la jonction avec le macadam du trottoir. Tout cela est très propre. Les beaux quartiers, vous dis-je ! Toutefois nous suggérons que les services de voirie du 10e et du 18e s'en inspirent pour les boulevards de Magenta, La Chapelle et Barbès.

 

Post-scriptum : en passant devant le 151 du Faubourg-Poissonnière, un regard à travers les grilles du porche a suffi pour confirmer nos questionnements exprimés dans l'article du 18 mai dernier : en effet, la cour couverte de grilles d'arbres a besoin d'être entretenue et l'herbe coupée... Pas assez grand pour y faire paître un mouton, dommage !

Écrire un commentaire

Optionnel