Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Encore un voeu au conseil d'arrondissement du 10ème

Le mois dernier, nous avions présenté un vœu au pré-conseil d'arrondissement au sujet du projet de Promenade urbaine entre Barbès et Stalingrad. Ce soir, nous changeons de sujet ; il s'agira de la BST (brigade spécialisée de terrain) et d'une demande de rencontre avec l'équipe de ses 25 nouveaux policiers, une brigade installée sur un large périmètre autour de la Gare du Nord depuis le 6 février 2014.

Le maire du 10e avait en effet annoncé en décembre 2013 une réunion habitants-BST peu après la mise en place de celle-ci. Par ailleurs, on pouvait lire dans le bulletin du 28 mai de la Préfecture de police de Paris:

Capture d’écran 2014-06-04 à 21.46.34.jpg

" La BST complète le dispositif policier renforcé mis en place dans le cadre des deux zones de sécurité prioritaires des 18e et 19e arrondissements. Outre un rôle dans la sécurisation de l’espace public, les fonctionnaires de la nouvelle brigade s’attachent à renforcer les liens entre la police et la population sur le territoire de leur ressort, au moyen notamment de fréquentes prises de contact." 

Une raison supplémentaire pour demander une rencontre avant la rentrée de septembre.

Voici le texte de notre vœu :

 

Tout d'abord envisagée dans le cadre du projet d'ouverture de la salle de consommation à moindres risques qui devait ouvrir l'an dernier, la Brigade spécialisée de terrain (BST) que vous avez sollicitée a été mise en place au mois de février (le 6) de cette année. Nous savons que cette brigade est composée de 25 fonctionnaires de police qui sont sous la responsabilité du commissaire du 10e arrondissement pour appuyer le travail des autres fonctionnaires de police déjà sur le terrain.

Elle intervient dans un large périmètre autour de la gare du nord, rue de Maubeuge, rues Guy-Patin et Ambroise-Paré, boulevard de la Chapelle, y compris dans le 18e.

Voilà ce que déclarait le Préfet lors de son installation: « Outre un rôle dans la sécurisation de l’espace public, les fonctionnaires de la nouvelle brigade s’attacheront à renforcer les liens entre la police et la population sur le territoire de leur ressort, au moyen notamment de fréquentes prises de contact. Cette brigade a pour objectif de lutter contre la délinquance tout en œuvrant au renforcement des échanges et des liens de confiance entre la police, les commerçants et la population ».

Au mois de décembre 2013, lors d'une rencontre avec des habitants de la rue Guy-Patin au sujet des vendeurs à la sauvette les jours de marché, vous nous aviez annoncé l'arrivée de ces policiers. Vous aviez ajouté que des représentants des habitants pourraient les rencontrer dès la mise en place du dispositif.

La campagne électorale n'a sans doute pas permis d'organiser une réunion, ce que nous comprenons. Il nous semble désormais souhaitable que des échanges aient lieu le plus tôt possible.

Pouvez-vous nous dire quand vous envisagez la tenue de cette réunion?

 

La réponse des élus à suivre dans un prochain épisode...

Commentaires

  • Un grand merci pour votre intervention et le suivi de ce dossier.
    Je me mélange un peu entre ZSP et BSP.

    Si j'apprécie la plus grande fluidité maintenant pour aller au marché de Barbès, en particulier sur le trottoir qui longe le métro aérien et à l'entrée du métro côté Guy Patin, on constate que la plupart des marchands à la sauvette, dont ceux de persil / menthe et coriandre, se sont rapatriés dans le marché, au centre, sur l'unique voie de circulation piétonne.
    Le samedi, entre les caddies et les poussettes d'enfants, on s'y marchait déjà quelque peu sur les pieds.
    Mais avec ces nouveaux étals installés à la sauvette sur 3 cageots et en toute illégalité, en plein milieu du passage, cela créé des embouteillages monstrueux.
    Tous les commerçants s'en plaignent bien sûr car cela gêne aussi leur activité, et en particulier ceux qui payent une patente pour avoir un stand et y vendre leur persil-menthe et coriandre.
    Et leur prix n'est pas plus élevé que celui de leurs concurrents directs à la sauvette : 40 c le bouquet, ou 1 euro les trois.
    Alors, quelle police intervient sur le marché : la ZSP, la BSP, encore une autre ?

  • Le marché de Barbès reste le marché de Barbès, il ne faut pas vous attendre à faire vos courses comme à Passy non plus... Donc mettez de bonnes chaussures ! Sachez toutefois que les premières heures de la matinée sont beaucoup plus calmes et que les produits sont de meilleure qualité qu'en fin de marché. Ce sont mes propres observations.
    Quant aux vendeurs d'herbes au milieu de l'allée centrale, cela relève du gestionnaire de marché et de la police municipale (les agents qui portent un dossard Ville de Paris, CAPP, qui sont présents devant la sortie Guy Patin pour empêcher l'installation des vendeurs à la sauvette, maintenant localisés plus loin au-delà du carrefour rues de Tombouctou/Maubeuge.
    Nous le répétons ici ou là, les forces de police ne sont pas une solution aux problèmes des ventes à la sauvette ou à cette occupation bien spécifique et illicite de l'espace public, elles ne font que déplacer les occupants.

    Pour mémoire :
    - ZSP = zone de sécurité prioritaire, active de Château rouge à Barbès, dans la Goutte d'Or avec quelques extensions vers Marcadet-Poissonnière, stations de métro.
    - BST = brigade spéciale de terrain, parfois appelée brigade des cités, un peu péjorativement. Est entrée en scène à la mi-février 2014 dans le quartier de la Gare du nord avec périmètre étendu aux "marches" de la Goutte d'Or. Dépend du commissariat du 10e, mais peut dépasser les limites de cet arrondissement en cas de besoin.

Les commentaires sont fermés.