Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Problèmes techniques

    Les opérations de maintenance et de développement réalisées aujourd'hui par l'hébergeur de ce blog ont perturbé la publication normale des articles. Nous reprenons demain le cours normal de la publication. Veuillez nous excuser pour ces petits inconvénients.

  • Une artiste dans le 9ème

    medium_dscn2498.jpg

    La galerie L'oeil du Huit a l'habitude de nous proposer des expositions d'artistes peintres ou platiciens intéressantes et originales. Mais une fois n'est pas coutume, c'est l'animatrice de cette galerie qui est avant tout artiste, Emmanuelle Gutierres Requenne, qui nous présente ses oeuvres depuis le 23 Mai et jusqu'au 11 Juin. Présentées pour la première fois lors d'une exposition en Février dernier à la galerie CROUS-Beaux Arts, Emmanuelle a eu la bonne idée d'en faire profiter les habitants du quartier. Tout en travail sur la matière et la couleur, ses oeuvres méritent le détour. Vernissage le 31 Mai à 18h.

     

    L'Oeil du Huit

    8, rue Milton

    75009 Paris

    voir aussi l'article du 17/09/2005

     

  • Un site web des commerçants : pour quoi faire ?

    Nous vous avons déjà annoncé le lancement du nouveau site Internet créé par l’association des commerçants de la rue Vignon.

     

    Le commerce, et plus particulièrement le petit commerce, joue un rôle important dans notre arrondissement avec ses pôles principaux que sont la rue Cadet, la rue des Martyrs, la rue de Rochechouart et la rue Vignon. Chacun s’accorde pour dire que ces commerces participent à la vie de quartier mais ils sont confrontés à une évolution majeure : le changement de comportement des clients du en partie à la nouvelle sociologie des habitants du 9ème et donc la façon dont ces commerces doivent assurer leurs actions commerciales.

     

    La création d’un site web par l’association des commerçants de la rue Vignon est significative des nouvelles approches commerciales qui pourraient se développer dans un avenir rapproché et en cela il est intéressant de regarder ce qui a motivé ce projet.

    L’objectif premier est de créer une nouvelle vitrine de l’ensemble des commerces présents dans la rue par un regroupement des moyens. Il est aussi un lieu d’informations sur les différentes animations organisées dans la rue et susceptibles d’attirer de la clientèle. Le site en lui-même n’a pas de vocation commerciale directe dans la mesure où aucune vente en ligne n’est organisée. Par contre, jouant sur la diversité de l’offre, il permet une information complète et différenciée par rapport aux grands magasins par exemple. Il est aussi, à certains égards, porteur d’une griffe – Village Vignon – qui cherche à privilégier la qualité de l’accueil et du service afin de fidéliser la clientèle. Il donne enfin aux commerces de la rue une visibilité qu’ils n’auraient pas en restant isolés.

     

    Mais il est aussi réaliste de se poser la question de l’utilité de ce projet ? Faire appel aux nouvelles technologies qui induisent nécessairement des clivages entre ceux qui en ont pris l’habitude – disons les plus jeunes pour faire simple – et ceux qui restent dans un schéma plus traditionnel, est-il un moyen efficace pour assurer le développement des petits commerces et donc leur pérennité ? Ces actions d’information correspondent elles aux nouveaux comportements des consommateurs et qu’apportent-elles vraiment aux commerçants ? Il est bien trop tôt pour apporter une réponse à ces questions. Il faut quand même remarquer que certains voient dans cette nouvelle approche du petit commerce une réalité de demain. Nous pouvons citer là par exemple le portail e-Quartier qui semble déjà rencontrer un certain succès à Paris et notamment dans notre arrondissement avec les commerçants de la rue Cadet et ceux de la rue des Martyrs. Nous vous en reparlerons.

  • Opinion : charte des Conseils de quartier

    N'oubliez pas de me faire parvenir vos éventuels commentaires sur le projet de modificactions de la charte des Conseils de quartier du 9ème. Ca se passe ICI

  • Le quartier Lorette Martyrs caché

    Le Conseil de quartier Lorette Martyrs nous invitait hier à découvrir certains endroits cachés de notre arrondissement. Le temps n’était pas vraiment printanier mais la bonne humeur régnait.

    Dès 11h du matin, on pouvait voir des petits groupes de curieux déambuler dans le quartier avec en mains le petit fascicule accompagné d’un plan pour découvrir les coulisses du 9ème.

     

    Outre le classique square d’Orléans ou le très connu hôtel de La Païva place Saint Georges, trois lieux sont assez remarquables par ce qu’ils réservent de surprise ou de charme.

    medium_dscn2450.jpg

    Le 14 rue d’Aumale avec sa cour qui a gardé une certaine authenticité, le charme des constructions en briques, bref un aspect assez 19ème siècle.

    medium_dscn2462.jpg
    medium_dscn2465.jpg

    Le 6 rue Laferrière nous donne en fait accès à l’arrière du bel immeuble du 23 rue des Martyrs avec l’ancien manège à chevaux que fréquenta Géricault. Le beau jardin très fleuri a certes fait l’objet d’une restructuration dans les années 1970 mais reste bien agréable.

    medium_dscn2489.jpg

    Le 4 cité Charles Godon est une vraie surprise. En haut d’un l’escalier vouté se tient un joli jardin suspendu, véritable havre de paix pour ceux qui y réside. Outre l’importance historique de l’immeuble où résida Victor Hugo, c’est bien tout le charme de ces demeures à mi-pente de Montmartre que l’on retrouve là.

     

    A midi, un apéritif était offert rue Manuel accompagné en musique par l’école du spectacle musical du 34 rue des Martyrs, autre lieu objet de découverte dans le quartier.

     

    Vous pourrez trouvez sur le site Ovalie/parcours imaginaire beaucoup de photos et d’informations sur ces endroits.

     

    Merci au Conseil de quartier de cette initiative.

  • Opinion : charte des Conseils de quartier

    Au mois de Juin prochain se tiendra la réunion plénière des Conseils de quartier du 9ème arrondissement. Cette séance a pour objet unique l’échange d’expériences des 5 Conseils de quartier de notre arrondissement et les modifications qui pourraient être apportées à la charte, règle commune aux mêmes 5 Conseils.

    Vous savez que la démocratie locale est un des principaux sujets abordés sur ce blog. Non pas pour des raisons de simple politique bien éloignée de mes préoccupations, mais parce qu’il me semble que cette démocratie locale peut être un des éléments nous permettant de résoudre un certain nombre de problèmes auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui dans le fonctionnement de notre vie démocratique. Je ne sous-estime pas les difficultés ni la part d’utopie que le développement de la démocratie participative contient mais cela ne constitue pas une raison pour ne pas tenter de jouer le jeu.

    Dans cette perspective et après plus de deux ans de fréquentation des Conseils de quartier du 9ème, des différents contacts que j’ai pu avoir avec les acteurs parisiens de ce projet et dans une totale liberté n’étant membre d’aucun parti politique ni d’aucune association à caractère politique, je vous soumets un projet de texte modifiant la charte des Conseils de quartier de l’arrondissement. Pour plus de clarté, le document que vous trouverez en annexe met en parallèle le texte actuel et les propositions de modification.

    Trois axes ont prévalu dans la préparation de ce texte :

    1/ rendre les Conseils de quartier plus efficace : sans chercher à créer une structure supplémentaire mais tenant compte de la manière dont les Conseils sont constitués, leur efficacité ne peut être assurée que par une structure légère intermédiaire clairement mandatée pour mettre en œuvre les décisions. C’est pourquoi, sans en exagérer l’importance, je propose un renforcement des collectifs de proposition ;

    2/ rendre les Conseils plus autonomes par rapport à la municipalité : les participants aux Conseils de quartier doivent s'approprier ces Conseils et en assurer le fonctionnement. Les Conseils ne doivent pas être uniquement des organes de consultation pour les élus mais aussi des forces de propositions jouissant d’une réelle autonomie sans néanmoins devenir des contre pouvoirs mettant en cause la légitimité acquise par les élus au travers du suffrage universel ;

    3/ assurer la pérennité des Conseils quelque soit la couleur politique des élus.

     

    J’ouvre le débat. Je vous soumets ce projet de texte en espérant obtenir vos commentaires et suggestions avant de le proposer aux participants lors de la réunion de Juin. Il s’agit d’une action citoyenne et bénévole dans le plus strict sens du terme. Vous pouvez me faire parvenir vos commentaires et/ou suggestions sur ce blog ou bien directement par mail.

     

    Soyons conscients de la chance que nous avons de vivre en démocratie et utilisons la sans modération dans le respect de chacun.

     

    Projet de texte

    Périmètre géographique des Conseils de quartier

     

  • Victor Schoelcher, abolitionniste républicain

    Notre arrondissement est très lié à la vie de V. Schoelcher. L’historien Bernard Vassor nous a fait parvenir ces quelques informations accompagnées de très intéressants documents d'archives.

    medium_victor_schoelcher.jpg

     

    J'ai coordonné les manifestations pour la célébration du bicentenaire de Victor Schoelcher à la Mairie du X° avec l'association HV10, à la Mairie du XX° avec Jean-Michel Rosenfeld, à la Mairie du IX° avec Nadia Prête et l'école du 12 rue de la Victoire.

     

    Il a passé son enfance dans le magasin de porcelaine de luxe de son père au 1 rue de la Grange Batelière (Drouot). Il a vécu 22 rue de Rochechouart dans la maison de son ami Camille Pleyel, ensuite au 7 rue Mayran.

    Le 64 rue de la Victoire est sa dernière adresse parisienne d’où est parti le cortège funèbre pour le conduire au père Lachaise dans le caveau de son père.

     

    medium_schoelcher_conf_aux_folies_bergeres.jpg

    Il organisa de nombreuses conférences dans les lieux suivants :

    • Salle de la Société des Droits de l’Homme, 24 rue Pétrelle
    • Gymnase Paz, 34 rue des Martyrs
    • Salle SAX, 50 rue Saint Georges
    • Au cirque Fernando, boulevard de Rochechouart
    • Au Grand Orient de France, 16 rue Cadet

     

    Membre de l'Union républicaine à la fin de sa vie, il siège à l'extrême-gauche où il tente de former un groupe pour la défense du suffrage universel, Victor Hugo en est le Président d'Honneur, Schoelcher Président. Il est également le Président du Comité radical des élections municipales du 9°arrondissement.

     

    Abolitionniste, il participe également à de nombreux mouvements pour l'émancipation des femmes. C'est lui qui mettra en avant Maria Deraisme, fondatrice de la première loge féminine en France.

    medium_schoelcher_abolition_de_la_peine_de_mort.jpg

     

     

     

    Il a été transféré au Panthéon par la loi du 19 mai 1949

     

    Sources : Archives de Paris et Archives de la Préfecture de Police

  • Conseil d’arrondissement

    Le Conseil d’arrondissement s’est tenu hier. Il n’y en a pas eu en Avril. L’ordre du jour peut être consulté sur le site de la Mairie.

     

     

     

     

    Trois points à retenir :

    • Accord du Conseil pour que la Mairie de Paris signe un bail emphytéotique avec le Centre d’Action Sociale Protestant pour l’occupation d’un immeuble communal situé au 12 cité de Trévise. Ce centre, ancien centre social de la poste, accueille en permanence une quarantaine de femmes en difficulté ;
    • Accord du Conseil pour le réaménagement des carrefours des rues La Bruyère / Pigalle et La Bruyère / La Rochefoucauld. Ces deux endroits sont considérés comme dangereux, notamment pour les piétons, aussi seront ils réaménagés en y élargissant les trottoirs afin de réduire l’espace de traversée des rues et également en déplaçant les emplacements réservés aux livraisons afin d’améliorer la visibilité des automobilistes. Ces travaux entrent dans le programme de travaux prévus dans l’arrondissement comme cela a déjà été fait aux carrefours Calais / Vintimille, Cadet / Lamartine, Victoire / Taitbout, Notre Dame de Lorette / Martyrs ;
    • Suite à la décision du Conseil de Paris de modifier le statut des conservatoires de musique, le Conseil d’arrondissement a approuvé les nouveaux statuts avec la création d’un conseil d’établissement. Outre les membres de droit comme le Maire ou le Directeur du conservatoire, 4 élus municipaux feront partie de ce conseil d’établissement pour la durée de leur mandat. A bulletins secrets, ont été élus Mmes Prêtre et Bornet, MM. Chabas et Legrand. Le Maire du 9ème, quant à lui, a réitéré son point de vue qui consiste à ne pas présider ce comité et d’en laisser la présidence à Stéphane Bern dont le travail est salué par les élus.

     

    A ne pas oublier :

    • Ce soir 10 mai, réunion d’information PLU donnant les résultats de l’enquête publique menée l’été dernier (à 19h salle du Conseil à la Mairie)
    • Jeudi 11 Mai à 17h30, réunion plénière du Conseil des Sages (salle du Conseil à la Mairie)
  • Flora Tristan, une femme dans le 9ème

    Flora Tristan et les femmes de son temps

    7 avril 1803-14 novembre 1844

    par Bernard Vassor

    "L'homme le plus opprimé peut opprimer un être qui est sa femme. Elle est la prolétaire du prolétaire même".

    Flora Tristan « L’Union Ouvrière »

     

    Comment résumer en quelques lignes la vie "ardente et trépidante" d'une femme qui a lutté jusqu'à l'épuisement pour établir une justice sociale dans la première moitié du XIX° siècle ? Le titre de son premier ouvrage en 1836 : "Nécessité de faire un bon accueil aux femmes étrangères" suffit à démontrer la modernité du combat de celle qui fut aussi une grande voyageuse.

    Ses pétitions, adressées aux députés pour obtenir l'abolition de la peine de mort, attendront un siècle et demi pour aboutir en France. La mesure, en revanche, n'est toujours pas appliquée dans le nouveau monde.

    medium_flora_tristan_03.jpg

    Le code Napoléon avait réduit la femme à l'état d'infériorité et d'assujettissement. Flora s'engagea avec "ses soeurs" saint-simoniennes dans le combat pour le rétablissement du divorce et le droit des femmes à disposer d'elles-mêmes. Véritable créatrice du syndicalisme, elle fonda "L'Union Ouvrière » avec un but très clair : organiser les travailleurs, exiger le droit au travail, veiller à l'éducation des enfants et verser une pension aux ouvriers âgés. Avec elle il faut citer et remettre en mémoire celles qui furent les pionnières du mouvement féministe et qui luttèrent parfois jusqu'à la mort pour voir la réalisation de leur combat. A "La Tribune des femmes" premier journal féminin militant, au 27 rue Laffitte en 1832, on pouvait rencontrer aux réunions du jeudi, Claire Demar et Marie-Reine Guindorf qui ont connu une fin tragique, Suzanne Voilquin "Fille du Peuple", Jeanne Deroin, Claire Bazard, Désirée Véret (Desirée Gay) et Eugénie Niboyet qui organisa à Lyon en 1832 la première organisation féminine "Pour la Paix dans le monde" (l’ancêtre de Simone Landry).

    Les principaux journaux dirigés en majorité par des ouvrières s'intitulaient : La Femme Libre, La Femme Nouvelle, L'Apostolat des Femmes, La Tribune des Femmes, La Voix des Femmes.

     

    Flora Tristan est morte d'épuisement à Bordeaux, seule ville en France qui l'honore chaque année le 14 novembre jour de sa mort. La maison du Pérou et L'institut d'Histoire sociale d'Aquitaine organisent une manifestation commune au cimetière de la Chartreuse.

     

    Aux sources de cet article :

    Dominique Desanti première biographe de Flora et Evelyne Bloch-Dano la dernière en date avec "La femme messie", Stéphane Michaud organisateur depuis plus de 20 ans de colloques réunions et tables rondes consacrés à notre héroïne. Pour le bicentenaire de sa naissance, j'avais organisé une série de manifestations en liaison avec le service culturel de l'Ambassade du Pérou dirigé par une femme admirable: Madame Carolina Belaundé et par l'ambassadeur du Pérou Monsieur Javier Perez de Cuellar ancien secrétaire général des Nations unies.
    Nadia Prete déléguée culturelle à la Mairie du IX° a conduit et soutenu très efficacement ces réunions.

     

    Dans le monde entier, des associations Flora Tristan ont été crées pour venir en aide aux femmes battues. Célébrée par André Breton qui possédait une partie de sa correspondance mise en vente lors de la dispersion du « Musée Breton » au 42 rue Fontaine.

  • Un peu d'Histoire

    Bernard Vassor, avec la complicité d'Arlette Choury, Secrétaire des Amis de G.Sand, nous communique pour le mois de Mai quelques dates touchant des personnalités ayant un rapport avec notre 9°.
    medium_musset.jpg
    Alfred de Musset qui fréquentait l'Hôtel Novilos mort le 2 mai 1857
    Napoléon 1er mort le 5 mai 1821 mais qui a vécu sa passion avec la belle Joséphine dans notre arrondissement (marié dans le deuxième arrondissement de l'époque, le 9ème aujourd'hui, il a vécu rue Chantereine - de la Victoire depuis son retour d'Egypte). Pierre Larousse, perfide, a fixé la date de décès de Bonaparte au 2 décembre 1804.....
    medium_rue_de_la_victoire.jpg
    Illustration de l'hôtel particulier de Joséphine de Beauharnais rue Chantereine
    Marie D'Orval 44 rue Saint-Lazare morte le 20 mai 1849
    medium_balzac.jpg
    Balzac né le 20 Mai 1799 à Tours - a vécu 22 rue de Provence, 45-49 rue des Martyrs (ndlr :Bernard Vassor est en train de préparer une liste la plus complète possible de tous ses domiciles dans le 9° et à Paris).
    Alphonse Daudet un des piliers de la Brasserie des Martyrs né le 13 mai 1840
    Eric Satie qui a fait les beaux soirs de l'Auberge du Clou et de l'Ane Rouge (avenue Trudaine) né le 17 mai 1866.
    Victor Hugo mort le 22 mai 1885 et qui a vécu rue de la Tour d'Auvergne, 21 rue de Clichy et bien d'autres endroits dans le 9e
    Gérard de Nerval né le 22 mai 1808. Il a occupé un nombre incalculable de domiciles dans le Neuvième, son errance et ses visions des "soleils noirs" ont lieu à l'église N.D. de Lorette
    Louise Michel née le 29 mai 1830