Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

patrouilleurs

  • Le patrouilleur... de proximité

    On nous annonce des policiers de plus en plus visibles sur la voie publique ! Cette mesure appartiendrait-elle déjà au dispositif pré-électoral de communication de notre gouvernement ? De quoi s'agit-il ? Voici des extraits du bulletin de la Préfecture de police du 27 octobre, qui appellent quelques commentaires liés à notre environnement "Barbésien" :

    Une décision prise au printemps...

    La mise en place des patrouilleurs a été décidée par le ministre de l’intérieur le 27 avril dernier sur plusieurs sites expérimentaux : Strasbourg, Nice, Mantes-la-Jolie, Poitiers et Paris.
    Après une première phase d’expérimentation ayant débuté dès le 2 mai dans certains quartiers d’actions prioritaires de Paris et de la petite couronne, le dispositif a été étendu à l’ensemble des circonscriptions de la direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP) le 1e juillet 2011.
       
    ... de multiplier les opérations de policiers en patrouille
    Ce dispositif s’inscrit pleinement dans le cadre de la réforme de la police d’agglomération mise en œuvre le 14 septembre 2009 dont l’un des objectifs est de recentrer les policiers sur le cœur de leur métier : l’investigation mais également la présence sur la voie publique. Il a permis de démultiplier les patrouilles : 22 444 en septembre 2011 dans l’ensemble de l’agglomération (plus de 6 000 non motorisées). Cette augmentation a été rendue possible par la généralisation des équipages en binôme, parfaitement adaptés à la typographie parisienne, alors que la pratique était jusque là de constituer des équipes de trois, quatre, voire cinq agents.

    Ne pas se méprendre : le chiffre de 22 444 en septembre dénombre les patrouilles, c'est à dire les sorties, qui se font donc désormais par deux. Si c'est suffisant, et même efficace comme le laisse entendre la Préfecture dans une série de chiffres qu'elle livre, pourquoi avoir attendu de manquer d'effectifs - car c'est bien la critique récurrente des syndicats de policiers, et parfois même des responsables de la police sur le terrain - pour s'en rendre compte et adopter un tel dispositif.

    Nous avons une autre vision dans notre quartier. Les patrouilles de deux policiers à pied ont peu de chances d'intervenir de façon efficace. Le respect de l'uniforme est devenu ici un peu désuet, malheureusement. Souvenons-nous des plaintes des habitants dans les conseils de quartier Goutte d'Or quand le sujet est lié à la sécurité : ils observent trop rarement des interventions policières dites de proximité, de la part de patrouilleurs dans sa définition actuelle, et ne leur reconnaissent pas une grande efficacité. Leur voeu va plutôt vers une permanence d'une compagnie de CRS à l'ancienne...

    Quel est le profil du policier patrouilleur ?
    «Le patrouilleur est un policier visible pour la population, dissuasif pour le délinquant ». Il permet de renforcer les contacts avec la population et donc de prendre en compte ses attentes ainsi que de sécuriser les espaces définis en fonction de l’évolution de la délinquance. Le déploiement des patrouilleurs sur la voie publique est décliné dans chaque site à la lumière de leurs spécificités, de leur affluence et de leurs caractéristiques en termes de délinquance et d’insécurité ressentie.

    Ce descriptif correspond assez bien au policier de proximité tel qu'il avait été mis en place sous un autre gouvernement et que d'aucuns avaient accusé de jouer au football. Autre temps, autre mesure. Peu importe finalement. Ce que souhaitent les habitants, c'est une certaine tranquillité. Que la nouvelle organisation la rende possible puis l'accompagne et tous en seront satisfaits. Attendons et observons. Pourtant les baisses d'effectifs que relevait Daniel Vaillant lors de la venue de Bertrand Denaloë en mairie du 18e le 3 novembre dernier l'ont conduit à poser directement sa question au Préfet Gaudin quant à leur répartition arrondissement par arrondissement et grade par grade. C'était en conseil de Paris lundi dernier : sa question comme la réponse du Préfet sont ici grâce à la transcription de Paris Tribune en ligne.

    Toutefois, hier, notre attention est attirée par un article du Parisien, et par la carte qui l'illustre... Le titre annonce "Un plan anti-drogue dans quatorze quartiers". Et croyez-vous que Barbès ou la Goutte d'Or, ou encore la Gare du Nord en fassent partie... ?? Non. Pas d'apparition, pas d'évocation de ces zones tranquilles pour les dealers et leurs clients. Le journaliste note que le Plan stup' a déjà quatre ans, que le nombre des quartiers sous intense surveillance est passé de 21 à 14; il en conclut que certaines zones ont retrouvé leur calme, mais en fin d'article il souligne néanmoins que le problème du déplacement des trafics reste entier. Peut-être est-ce pour ne pas déplacer la plaque tournante située entre Barbès et la Gare du Nord qu'on se garde bien de la perturber...