Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

messagerie

  • Les kiosques encore en situation incertaine

    Le Figaro plagiait récemment un vieux slogan bien connu en titrant "Touche pas à mon kiosque !" (Le Figaro du 8 avril 2103). Puis  hier, Le Parisien a repris le sujet dans plusieurs articles alors que nous nous penchions sur le cas des kiosquiers et de la presse papier. Dans le quartier, au cours de la dernière décennie, nous avons vu disparaitre les points presse également. Souvenez-vous de la marchande de journaux au 167 rue du Faubourg Poissonnière, Madame di Stefano, et un peu plus bas sur le trottoir du 10e, d'une boutique plus vaste, disparue elle-aussi, ou encore rue de Rochechouart, au 78, un point presse remplacé par une onglerie. Notre liste n'est sans doute pas exhaustive. La création d'un petit kiosque à l'angle Magenta Maubeuge a été un effort louable mais pas significatif au vu de la tendance.

    paris,kiosques,journaux,presse,messagerie

    Le kiosque à l'angle de la rue de Chabrol et le Bd de Magenta (Photo Fred)

    Lors du dernier conseil de Paris, la municipalité a voté une subvention de 200 000 euros pour venir en aide au 340 kiosquiers parisien qui ont du mal à tenir, avec une activité bousculée en début d'année par les grèves qui ont secoué la messagerie de presse Presstalis. Il s'agit bien sûr d'une aide ponctuelle et exceptionnelle, mais les problèmes de la vente en kiosque ne sont pas tout à fait nouveaux. Les kiosquiers souffrent depuis plusieurs années de la baisse des ventes des supports papier au même titre que les points presse et les marchands de journaux traditionnels. Les gratuits sont passés par là et l'information en ligne a parachevé le travail. Sans négliger le fait que les Français ont toujours moins lu de quotidiens que leurs voisins européens. Les hebdo, ou mensuels, revues de toutes sortes, en revanche, se serrent pour ne pas déborder des présentoirs. Pour faire bonne mesure, la distribution des quotidiens est loin d'être un service régulier: les grèves y sont fréquentes parce que la restructuration prévue est très destructrice d'emplois. La CGT et le syndicat du livre tentent de sauver des postes, est-ce la bonne méthode ?  voir autre article du Figaro qui a enquêté sous la plume d'Alexandre Deboute.

    Cinq jours pour fêter les kiosques de Paris

    paris,kiosques,journaux,presse,messagerie

    Du mercredi 17 au dimanche 21 avril, le parvis de l'Hôtel de ville va accueillir une grande manifestation pour fêter ses kiosques. Au programme, une exposition sur l'histoire des kiosques, de 1857 à nos jours, des portraits de kiosquiers, de grandes unes de journaux et plusieurs conférences quotidiennes animées par les principaux acteurs de la presse quotidienne et magazine. D'autres événements, prévus à partir du 19 dans un kiosque par arrondissement, devraient également surprendre les lecteurs de presse parisiens. Programme complet de la manifestation, dès demain, sur www.pariskiosques2013.fr

    Les finances de la Ville ne pourront pas toujours renflouer les caisses vides des kiosquiers, même si leur silhouette est intégrée dans le paysage et manquerait aux charmes de Paris, selon un sondage publié ces derniers jours (Leparisien du 9 avril 2013). Une ouverture peut-être se profile, il est question de les autoriser à vendre des produits exclusifs. Nous avons trouvé d'autres expériences, comme à Compiègne où un ancien kiosque de presse a été détourné de sa vocation et transformé en boutique à biscuits. N'avons-nous pas écrit également sur des petites boutiques de rues, installées au pied du funiculaire de Montmartre, qui ressemblent singulièrement à des kiosques. Si les journaux ne font plus recette, on peut peut-être conserver l'emballage sans le contenu ? 

    paris,kiosques,journaux,presse,messagerie

    Pour revenir dans le quartier, nous avons appris par la Lettre aux kiosquiers parisiens de janvier 2012 (qui est en ligne) que le kiosque du 2 avenue Trudaine est désormais attribué en gérance fixe à Monsieur Philippe Claudeville. Nous vous encourageons à lui acheter vos journaux, car le kiosque est resté longtemps fermé au point que nous doutions de sa ré-ouverture. (voir notre article en juillet 2010). Au coeur de Barbès, le kiosque devant la station de métro a connu des hauts et des bas, mais semble là pour un moment encore, avec une presse très cosmopolite qui fait sa singularité et un kiosquier que les journalistes apprécient pour sa verve... quand ils enquêtent sur le carrefour.

    A lire encore dans le Parisien du 16 avril 2013 :
    - Boulogne veut arrêter l'hémorragie 
    -
     Kiosquier rue de Bretagne
    - Les principaux points de vente disparaissent

    Toutefois, et comme souvent, certains articles sont réservés aux abonnés, mais vous pourrez les retrouver en vous inscrivant sur le Groupe Paris 10e Infos Medias.