Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

le-17

  • Premier sur le podium : les tapages nocturnes

    Voici une brève de la Préfecture de police qui tient à jour ses statistiques des appels passés sur le 17 à Paris. Un nombre impressionnant mais moins qu'en 2012 (580 299) :

    551 252 

    C’est le nombre d’appels 17 reçus, au cours de l’année 2013, par la salle d’information et de commandement «17 Police Secours» de Paris. Parmi ceux-ci, 48% ont fait l'objet d'une intervention et 6,37% sont des appels relatifs aux conflits de proximité :

     

    -Tapages nocturnes:             25 625 (contre: 25 409 en 2012)

    -Différends familiaux:             7 570 (contre: 8 904 en 2012)

    -Tapages diurnes:                  1 652 (contre: 668 en 2012)

    -Conflits de voisinage:              248 (contre: 1593 en 2012)

    Il en ressort qu'il est parfois difficile de trouver le sommeil dans notre bonne vieille ville. Oublié le temps où le guet passait dans les rues et leur assurait, plus ou moins, une certaine tranquillité : 

    Qu’est-c' qui s'passe ici, si tard ?
    Compagnons de la Marjolaine.
    Qu’est-c' qui s'passe ici, si tard ?
    Gai, gai, dessus le quai.
    • Chevalier du guet :
    C’est le chevalier du guet,
    Compagnons de la Marjolaine.
    C’est le chevalier du guet,
    Gai, gai, dessus le quai.

    Le guet veille ! est certainement l'un des plus connus des Cris de Paris (nous dit Wikipedia).

    Il est onze heures, bonnes gens. Dormez, le guet veille !
    Il est minuit, bonnes gens. Dormez, le guet veille ! 
    (à décliner selon les heures de la nuit)

    Le guet qui faisait la ronde de nuit dans les rues de Paris et des autres capitales européennes (mais aussi des grandes villes de province) était en fait une milice aussi bourgeoise que nocturne, censée sécuriser les places, rues, ruelles et venelles, fort peu sûres au Moyen-Âge comme à des époques plus récentes.

    Dans chaque quartier, regroupés en confrérie, riches bourgeois comme petits bourgeois, brillamment équipés (voir à ce sujet La Ronde de nuit de Rembrandt) se donnaient, finalement à peu de compte, un rôle et des émotions qui les changeaient de leur routine journalière de boutiquier, de changeur ou de notaire. Comme on les entendait venir de loin, les aigrefins, vide-goussets et autres tire-laines avaient tout le temps de regagner Vauvert ou la Cour des miracles. Cependant il leur arrivait, tout de même, d’appréhender quelques ivrognes ou malfrats sourds-muets qu’ils s’empressaient de remettre au prévôt du roi flanqué de ses gens d’armes.