Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2013

  • 2013

    Non, ce n'est pas le nombre de milliards auquel s'est hissée notre dette ! Vous êtes tous - comme les médias d'ailleurs - obsédés par les milliards et par les falaises fiscales, les gouffres financiers, les pics du chômage.... Le vocabulaire martial qui tendait à dominer la lutte contre les dysfonctionnements de l'économie a laissé place à la géologie pour décrire les désordres financiers et sociaux. C'est vrai que les chiffres seuls ne suffisent plus. Une fois atteints les sommets (encore un !) de notre déficit, le lecteur moyen ne se représente que très mal quelques milliards de plus ou de moins. En revanche les quelques pour-cents supplémentaires sur la facture d'électricité, sur le prix des billets de métro ou de train sont tout à fait compréhensibles.

    Enterrée 2012,  bonjour 2013 !

    Les hurluberlus qui attendaient la fin du monde dans l'Aude en ont été pour leurs frais. Les médias qui ont donné leur folie en spectacle ont-ils réussi à couvrir leurs propres frais ? Rien n'est moins sûr. Pendant ce temps on oublie un peu la morosité de l'époque.

    Qu'allons-nous découvrir dans notre quartier en "l'an de grâce" qui débute ce mardi ? Et bien, nous ne sommes pas les plus mal lotis, avouons-le.

    Nous avons l'espoir que l'ouverture de notre Louxor transforme ses abords en des lieux agréables, moins souillés par les passages nombreux, par les foules trop peu respectueuses de l'environnement. Nous n'avons pas encore connaissance de la date exacte d'ouverture du cinéma et encore moins de la date d'inauguration. Une chose est certaine : l'une de nos adhérentes les plus actives, fine observatrice de l'actualité "barbésienne" a vu l'écran descendre d'un camion à la mi-décembre. Les quatre gros-bras qui le maniaient n'ont pas fait mystère de l'objet de leur délicatesse : il faut des soins attentifs pour manipuler l'écran.

    Nous bénéficions également d'un dispositif géré par la préfecture de police, sous le nom de zone de sécurité prioritaire (ZSP). A bien y réfléchir, s'il inclut dans son libellé le terme de sécurité, il n'est pas tout orienté vers le maintien de l'ordre par une présence policière qui dans ce cas devrait être permanente. Les explications sur l'intention des autorités en place, ministère de l'Intérieur, de la Justice, et Mairie de Paris, ont été nombreuses et à plusieurs niveaux pour que l'information circule. Elle ne circule jamais assez. Aux deux extrémités de la problématique il faudrait qu'elle circule mieux : du côté des habitants du périmètre ciblé pour qu'ils prennent leur mal en patience et observent les progrès dans le meilleur des cas, et du côté des fauteurs de troubles (cela va de la vente illicite de boissons alcoolisées aux pisseurs récidivistes...) pour qu'ils enregistrent que leur comportement n'est pas le bien venu et qu'ils pourraient devoir payer la facture. Tout cela demandait des moyens, des policiers sur le terrain, efficaces, responsables, et ensuite des réponses judiciaires ou éducatives que ces derniers demandaient depuis longtemps. On s'en approche. Attendons un peu de voir ce qu'il en ressort.

    Nous réitérons nos meilleurs voeux à tous ceux qui sont inscrits à notre lettre hebdomadaire... Ah, ah, vous n'êtes pas encore inscrit ? Rien de plus simple, votre e-mail sous la pendule là, à droite, et vous cliquez sur ENVOYER. Bien, voilà qui est fait. A vous, donc, nous vous présentons nos meilleurs voeux de bonheur et de santé, que vos amis vous soient sincères et fidèles, vos enfants et vos proches affectueux, et que la vie ne soit pas trop dure. Demander plus va peut-être devenir difficile...

    Bonne année à tous